À la recherche de la Toison d'or est une histoire en bande dessinée de trente-deux planches scénarisée et dessinée par Carl Barks, publiée pour la première fois en décembre 1955 aux États-Unis. Elle met en scène Balthazar Picsou et ses neveux Donald Duck, Riri, Fifi et Loulou Duck. Elle se déroule à Donaldville et en Colchide.

Synopsis[modifier | modifier le wikicode]

Picsou décide de remplacer sa redingote achetée d'occasion en Écosse, en 1902. Mais, il souhaite le plus fabuleux des vêtements et imagine d'en faire confectionner un en or.

De mystérieux marchands se prétendant les « fils de la reine de Seiprah » lui proposent contre cinq lingots d'or de l'aider à s'emparer de la mythologique Toison d'or. Mais, Donald et ses neveux sont méfiants à l'égard de ces personnes, et ils se rendent compte que "Seiprah" à l'envers donne Harpies...

En coulisses[modifier | modifier le wikicode]

Cette histoire dans l'œuvre de Carl Barks[modifier | modifier le wikicode]

Cette chasse au trésor permet de mobiliser l'énergie des cinq personnages : le goût de l'aventure et de la richesse pour Picsou, le courage et l'attention de Donald et l'ingéniosité de Riri, Fifi et Loulou. Elle est classée parmi les histoires « classiques » de Barks, notamment à cause du trésor recherché : la Toison d'or.

Les trois jeunes neveux sont en cours d'évolution. Ils sont membres des Castors Juniors depuis 1951 : ils se servent de leurs connaissances de la mythologie grecque et de celles contenues dans le Manuel des Castors Juniors (inventé un an plus tôt, en 1954) pour aider leurs oncles. Dans ces moyens figurent des fusées et des pétards, les jouets qu'ils ont utilisés, parfois contre leur oncle Donald, lorsqu'ils étaient de petites pestes dans les années 1940 et 1950.

Une des deux cases censurées ayant subsisté.

Sous l'impulsion des responsables éditoriaux qui considéraient que « le comportement des Harpies suggérait qu'elles étaient folles », Carl Barks dut redessiner plusieurs cases. Depuis, deux cases censurées ont pu être récupérées puis publiées dans certaines rééditions (voir ci-contre et plus bas).

Dans les années 1970, Carl Barks a réalisé deux toiles inspirées de cette histoire : Golden Fleece et Menace Out of the Myths.

Cette histoire dans l'univers de Donald Duck[modifier | modifier le wikicode]

Don Rosa a dessiné l'achat de la traditionnelle redingote rouge dans l'histoire Le Milliardaire des landes perdues. Cet épisode de La Jeunesse de Picsou se déroule en Écosse en 1902, conformément à ce qui est dit dans À la recherche de la Toison d'or.

Les Aventuriers du capital perdu (2011) de Warren Spector, José Massaroli et Leonel Castellani fait référence à l'histoire de Barks : on y revoit le manteau en or confectionné par Picsou avec la Toison, et ce dernier va même essayer de la rendre aux Harpies pour gagner un concours contre Flairsou.

Références historiques et culturelles[modifier | modifier le wikicode]

Les Harpies.

Carl Barks utilise deux mythes pour nourrir cette histoire : la quête de la Toison d'or par les Argonautes et l'existence des Harpies. Seulement, pour que l'histoire reste humoristique et accessible à un jeune public, les épreuves de Jason et les dévastations causées par les Harpies deviennent une épreuve de goûteur des plats de cuisine des Harpies par Picsou, jugé homme de bon goût à cause de son aura d'or par les êtres fantastiques.

Publications françaises[modifier | modifier le wikicode]

Cette histoire a été publiée 8 fois en France, dans :

Précédée par À la recherche de la Toison d'or Suivie par
Cauchemar en bleu...
Hr-Cauchemar en bleu.jpg
Histoire longue de Carl Barks
1ère parution : décembre 1955-janvier-févier 1956
Super-économie
Super-économie.jpg
Logo wikipedia Cette page utilise, totalement ou en partie, du contenu provenant de Wikipédia francophone. La page d‘origine se trouvait à l'adresse À la recherche de la Toison d'or. La liste des auteurs est accessible dans l‘historique de la page. Comme sur Picsou Wiki, le texte de Wikipédia est disponible sous la licence de documentation libre GNU.
Sauf mention contraire, le contenu de la communauté est disponible sous licence CC-BY-SA .