FANDOM


À la recherche de madame Donald est une histoire en bande dessinée de neuf planches scénarisée par Gail Renard et Jack Sutter et dessinée par Vicar. Elle a été publiée pour la première fois le 27 décembre 1990 en Allemagne. Elle met en scène Donald Duck, Daisy Duck et Riri, Fifi et Loulou Duck. L'action se déroule à Donaldville.

SynopsisModifier

Afin d'hériter d'un riche parent éloigné qui vit en Œufstralie, Donald doit être marié. Il se propose alors à Daisy, mais cette dernière refuse quand elle apprend pourquoi, ainsi le canard se travesti pour se faire passer pour sa propre femme ...

Résumé completModifier

Fantomiald 2
Attention. Le texte qui suit dévoile certains moments-clés de l’intrigue du récit.
À la recherche de madame Donald - extrait 1

Grimbel devra donc revenir le soir même

Donald reçoit la visite de Grimbel, avocat à sa recherche mais qui ignore qui il est. Si au début Donald pense à un Thélonious Duck parti à Zoieville ou un Sigmund Duck, le canard prend en réalité la poudre d'escampette, convaincu que l'avocat veut lui réclamer de l'argent, mais l'avocat met fin à sa fuite. Donald doit alors avouer qu'il est vraiment Donald Duck et apprend que Grimbel vient de la part d'un parent du canard qui vit en Œufstralie et qui est riche, généreux et excentrique. Le parent veut offrir une grosse somme d'argent à Donald à deux conditions : qu'il ait un casier judiciaire vierge et qu'il soit marié, le parent n'ayant pas confiance aux célibataires qui ne pensent qu'à s'amuser. Donald fait alors croire qu'il est marié mais que l'épouse est à son club. Grimbel devra donc revenir le soir même.

À la recherche de madame Donald - extrait 2

Daisy s'énerve et frappe violemment son fiancé...

Donald se précipite alors chez Daisy avec un bouquet de fleurs à lui offrir mais elle croit qu'il s'agit d'une réelle demande de mariage. Alors autant dire que lorsque Donald lui dit que c'est juste pour une ou deux heures afin qu'il ait l'argent, Daisy s'énerve et frappe violemment son fiancé. Cherchant une nouvelle idée d'épouse, Donald jette son dévolu sur une comédienne qui sort du théâtre de Donaldville après avoir été recalée à une audition. Celle-ci peut jouer une épouse et Donald lui recommande alors de reprendre le rôle qu'elle avait la première fois. Mais Henri, le fiancé de la comédienne, croit que Donald cherche à la séduire et décide de le frapper violemment. Donald trouve alors une dernière solution : se déguiser lui-même en femme.

À la recherche de madame Donald - extrait 3

Le déguisement de Donald est si convaincant qu'il s'y tromperait lui-même...

Fier de son déguisement, Donald réussit alors à duper Grimbel lorsque celui-ci revient mais au moment où il allait remettre le chèque à Donald, Daisy arrive et se présente comme Madame Duck, autant dire qu'elle est stupéfaite de voir son fiancé. De plus, la comédienne finit par arriver sous le nom de Sharon Duck et croit que Grimbel est celui qui doit jouer son époux. Pour ne rien arranger, Riri, Fifi et Loulou rentrent et Donald, Daisy et la comédienne se présentent comme mère des enfants.

À la recherche de madame Donald - extrait 4

Grimbel furieux, déchire le testament.

Croyant avoir affaire à une trigamie, Grimbel déchire le chèque, furieux de constater un cas illégal ne respectant en rien les engagements du parent. Une fois l'avocat parti, la comédienne explique à Daisy qu'elle rejouait son premier rôle d'épouse, mais à l'époque de la guerre de Sécession. De plus, Henri entre par la fenêtre afin de passer une nouvelle correction à Donald et ainsi lui faire regretter d'avoir rencontré sa bien-aimée. Profitant alors du fait que Henri ne le reconnaisse pas sous son déguisement, Donald s'éclipse avec ses neveux afin de passer quelque temps chez Grand-mère Donald...

À la recherche de madame Donald - extrait 5

Fin

En coulissesModifier

Publications françaisesModifier

Cette aventure a été publiée à deux reprises en France : dans Le Journal de Mickey n°2708 du 12 mai 2004 puis dans Le Journal de Mickey n°3277 du 8 avril 2015. La deuxième publication aura eu droit aux honneurs de la couverture.

Sauf mention contraire, le contenu de la communauté est disponible sous licence CC-BY-SA  .