FANDOM


Ça devait arriver ! est une histoire en bande dessinée de douze planches scénarisée par Paul Halas, encrée par Enriqueta Perea et crayonnée par Francisco Rodriguez Peinado, publiée pour la première fois le 3 octobre 2007 en Pologne. Elle met en scène Riri, Fifi et Loulou Duck, Elvire Écoutum, Donald Duck et quelques personnages secondaires. L'action se déroule à Donaldville et dans les environs (forêt, rivière).

Résumé completModifier

Fantomiald 2
Attention. Le texte qui suit dévoile certains moments-clés de l’intrigue du récit.

Grand-mère Donald ramène les neveux chez eux suite à un long séjour, à cause des sempiternelles catastrophes de leur oncle. Si celle-ci leur demande de ne pas le juger car il est né malchanceux, les neveux la remercient toujours de l'agréable séjour qu'ils viennent de passer avant de tomber sur un message du répondeur : Donald a raté son avion et ne sera rentré que le soir. Cela ne les étonne même pas... Il ne leur reste plus qu'à s'amuser en faisant ce qu'ils ne pouvaient pas faire chez leur arrière-grand-mère : une bonne vieille glissade dans leur caisse à savon. Et pour cela, direction la seule pente sérieuse de Donaldville : l'ancienne zone industrielle, qui effraye déjà deux d'entre eux pendant que le troisième est méchamment en piste...

Cependant, jamais ils n'avaient descendu cette pense si vite ! Peut-être parce qu'ils étaient plus jeunes... La caisse à savon s'envole au bas de la chaussée, et tandis que les trois garçons tombent au sol, le véhicule se crashe contre un pilier, ce qui envoie une roue actionner un tractopelle, qui renverse à son tour une pluie de bidons en descente, qui fragilisent énormément la base d'une gigantesque cheminée, laquelle finit par s'écrouler, entraînant un bâtiment entier. Non seulement le désastre semble planétaire aux neveux, mais une caméra a tout filmé... Persuadés d'être devenus les ennemis publics n°1, leur seule solution viable semble être la fuite.

Leur seul plan : imiter leur oncle. Pour cela, un camouflage à base de terre et un trou leur permettent de pénétrer dans l'aéroport de Donaldville, puis de grimper clandestinement dans un coucou. Cependant, après quelques mouvements, celui-ci s'arrête : c'est l'heure de son contrôle ! Un chien de sécurité en profite pour débusquer les neveux, qui s'enfuient par là où ils sont entrés...

Abandonnant les avions, les garçons pensent au train : avec leur technique, il est facile de se hisser sur un wagon, puis d'y pénétrer par une trappe dans la toiture. Ce qu'ils font en vitesse après avoir vu le train redémarrer et se précipiter sous un tunnel qui les réduirait en charpie... Comme si cela ne suffisait pas, leur wagon est celui d'un phacochère qui charge. Les Castors ne doivent leur survie qu'à l'escalade d'une grille, et l'un d'entre eux tente une manette dépassant du plafond, qui était malheureusement le frein d'urgence ! Plus qu'à sauter en route pour rejoindre une forêt proche.

Le côté positif de la situation reste leur vision des choses : ils se rendent compte qu'ils ont largement sous-estimé leur oncle. Des traces de pas leurs font espérer : sans doute d'autres fuyards prompts à les comprendre et les aider ! Mais les traces mènent à un camp de l'école d'endurance de la police, amenant les neveux à s'enfuir à toutes jambes...

Afin de rester libres, leur option suivante semble être un canoë abandonné sur la berge d'une rivière. Ils le prennent et rament pour tenter de progresser, mais le courant finit par s'accélérer : une chute d'eau les attend ! Ils y tombent, ne pouvant l'éviter, et atterrissent sur un navire à vapeur de tourisme. Si le capitaine et le pilote, en vigie, perdent le contrôle suite à l'écroulement de leur poste, les autres passagers, eux, finissent trempés : le navire ne s'est pas arrêté et se retrouve sous les chutes !

Concédant qu'il est très difficile d'être en cavale, les trois garçons décident de rentrer à Donaldville pour se rendre à la police. Sur le chemin, alors qu'ils espèrent une peine pas trop dure, ils tombent sur un magasin d'électronique (Le Top de la hi-fi TV Vidéo) présentant des télés en vitrines, qui leur permettent de voir les informations : l'usine de colle et de la briqueterie dans l'ancienne zone industrielle demeure inexplicable, mais un politicien remercie chaleureusement l'anonyme responsable, qui a fait économiser des travaux de démolition à la ville. Les neveux n'ont plus qu'à rentrer.

Donald est persuadé que ses neveux lui en veulent pour ses catastrophes, et à fortiori pour avoir raté l'avion. Mais ce sont trois garçons joyeux ayant disposé une banderole de bienvenue à leur oncle qu'il trouve ! Étonné, ces neveux lui confirment qu'ils étaient fâchés, mais qu'un accident peut arriver à tout le monde.

En coulissesModifier

Publication françaiseModifier

Cette histoire n'est parue qu'une seule fois en France, dans Le Journal de Mickey n°2909 du 19 mars 2008.

Sauf mention contraire, le contenu de la communauté est disponible sous licence CC-BY-SA  .