FANDOM


24 heures pour survivre est une histoire en bande dessinée de quatorze planches scénarisée par Carl Barks et dessinée par Daan Jippes. Elle a été publiée pour la première fois en 1997 aux Pays-Bas. Elle met en scène Donald Duck, Riri, Fifi et Loulou Duck, les frères Rapetou, la bande des anges du Macadam ainsi qu'un groupe de Vénusiens. L'action se déroule à Donaldville.

SynopsisModifier

Donald devient policier en remplacement de ses supérieurs malades. Ce jour là il devra faire face à une bande de motards, aux Rapetou et à des Vénusiens.

Résumé completModifier

Fantomiald 2
Attention. Le texte qui suit dévoile certains moments-clés de l’intrigue du récit.
L'agent Donald Duck prêt à faire régner l'ordre

L'agent Donald Duck prêt à faire régner l'ordre.

Un nouveau jour se lève sur Donaldville alors que les policiers ont tous attrapé la grippe asiatique et que leurs remplaçants volontaires sont victimes de la grippe de Hong-Kong, une situation qui inquiète Riri, Fifi et Loulou. Pour remplacer tous ces agents, c'est le remplaçant des remplaçants qui entre en action : agent Donald Duck, badge n°006 1/2 pour maintenir l'ordre en ville. En scooter, il se rit du danger et compte avant tout renflouer les caisses de la ville en distribuant des amendes carabinées.

Donald ne craint pas les rugissements des anges du macadam

L'agent Donald Duck ne craint pas les rugissements des Anges du Macadam.

Riri, Fifi et Loulou apportent à leur oncle son ceinturon, ses menottes et son carnet d'amendes, justement il en a besoin après un excès de vitesse. Seulement, le palmipède a attaché son ceinturon autour d'un arbre et le scooter part sans lui, il se venge sur l'arbre et se blesse la palme droite. Soudain, la bande des Anges du Macadam attaque la ville et, poussant un rugissement féroce, font fuir les Donaldvillois en haut des arbres. Donald compte les arrêter d'autant qu'il n'a pas peur. Mais un des Anges découvre que le canard avait des bouchons dans les oreilles, conséquence : une fois qu'il ne les a plus, Donald fuit également face au rugissement des motards.

Rapetou 176-716 fait avaler le code civil à Donald

Le Rapetou 176-716 fait avaler le code civil à l'agent Donald Duck.

Toutefois, le policier remplaçant des remplaçants explique aux Donaldvillois qu'il est le plus courageux des couards car il s'assoit sur la branche la plus basse. Cela lui permet de voir les Rapetou attaquer la banque nationale, 176-716 part du code civil pour rappeler à Donald qu'il ne peut pas les interroger sans leur avocat avant de lui faire avaler le code en question pendant que ses frères poursuivent leur attaque. Après avoir digéré cette dégustation forcée grâce à une limonade, Donald attend que les bandits finissent leur pillage pour les arrêter. Mais ils ont pu partir à quelques secondes près, l'horodateur mettant fin à l'autorisation de stationnement au moment où les Rapetou partent, impossible alors de les arrêter pour stationnement illicite.

Donald verbalise les Vénusiens qui n'arrivent pas à le comprendre

L'agent Donald Duck veut verbaliser les Vénusiens qui n'arrivent pas à le comprendre.

Les gens descendent des arbres pour montrer dans d'autres encore plus haut en raison de l'atterrissage d'une soucoupe volante au milieu de la rue principale. Donald s'adresse à un des extra-terrestres qui les mord. Il s'agit d'un chien vénusien, Médor, qui dit à ses maîtres qu'il s'agit d'un champignon qui marche. L'agent Duck verbalise les Vénusiens qui étaient à bord du vaisseau pour stationnement interdit mais ces derniers ne peuvent traduire sa voix nasillarde et croient que la verbalisation consiste à envoyer des spores empoisonnés, un des Vénusiens aspergent Donald de désinfectant mais le canard se saisit de l'arme et cherche à la retourner contre eux, sauf qu'il se retrouve à nouveau arrosé.

Les Vénusiens fraternisent avec les poules

Les Vénusiens fraternisent avec les poules.

Les Vénusiens tiennent Donaldville en leur pouvoir mais Riri, Fifi et Loulou constatent qu'ils sont trop simplets pour dévaster. Les extra-terrestres communiquent alors avec les poules qui répondent, rendant les trois canetons furieux de voir que les gallinacés pactisent avec l'envahisseur et s'amusent. Donald essaie d'arrêter d'autres Vénusiens mais ils ont assez de force pour soulever un arbre et asperger l'agent de la sève à l'intérieur. Le canard a alors une idée : en arrêtant Médor il se dit que ses maîtres le suivraient jusque dans une cellule. Au lieu de cela, les Vénusiens libèrent tous les chiots de Médor qu'ils hésitaient à les lâcher dans la nature, tous les canins vénusiens finissent dans la cellule.

Les Vénusiens effraient les anges du macadam

Les Vénusiens effraient les Anges du Macadam.

Les Anges du Macadam surgissent et à nouveau et l'un d'eux utilise son rugissement sur les Vénusiens. Cela ne plait pas aux créatures extraterrestres qui utilisent leur soucoupe volante afin d'écraser les membres de la bande, avant de les effrayer avec un rugissement. Les motards grimpent alors aux arbres et éjectent Donald. Ce dernier est apostrophé par les Rapetou qui se plaignent de la présence du vaisseau spatial qui les empêche de fuir. Agacé, Donald invite les voleurs à se débrouiller car il en a assez des olibrius interplanétaires.

Donald n'a plus qu'a arrêter les bandits mis KO

L'agent Donald Duck n'a plus qu'à arrêter les bandits mis KO.

Les Rapetou foncent mais la soucoupe volante décolle et le véhicule des bandits arrache l'arbre des Anges du Macadam avat de s'écraser contre un mur. Tous ces bandits sont sonnés par la situation et Donald n'a plus qu'à les arrêter pour stationnement illégal sur le trottoir. Les Vénusiens quittent la Terre en se disant que les habitants sont sans intérêt à l'exception des poules. Le lendemain, le calme est revenu à Donaldville : les gens sont redescendus, la banque est rouverte, la tranquillité est telle que les touristes reviennent. Deux s'entre eux se demandent comment Donaldville peut être paisible sans policiers. Dotés d'uniformes, les trois enfants rappellent les grippes qui ont sévi tous les policiers mais le vaisseau spatial des Vénusiens était plein de bactéries, par conséquent tous les bandits et Donald ont contracté la grippe vénusienne et les trois neveux de ce dernier sont les remplaçants du remplaçant des remplaçants de la police.

24 heures pour survivre - Fin

En coulissesModifier

Cette histoire est le remake de celle réalisée par Carl Barks en 1968, Policier d'un jour.

Publications françaises Modifier

Cette histoire a été publiée quatre fois en France, dans :

Sauf mention contraire, le contenu de la communauté est disponible sous licence CC-BY-SA .