FANDOM


Amour, gloire et navet est une histoire en bande dessinée de dix planches scénarisée par Shelagh Lustig et John Lustig et dessinée par Vicar, publiée pour la première fois le 8 janvier 1996 en Islande et en Suède. Elle met en scène Donald Duck, Daisy Duck et Riri, Fifi et Loulou Duck. L'action se déroule à Donaldville.

Résumé completModifier

Fantomiald 2
Attention. Le texte qui suit dévoile certains moments-clés de l’intrigue du récit.

Riri, Fifi et Loulou s'amusent à sortir la poubelle dans la neige mais ils trébuchent sur un camion de pompiers et tombent, provoquant l'amusement des éboueurs. Les enfants en profitent pour se plaindre d'être occupés à faire les corvées de leur oncle et les éboueurs pensent qu'il est malade, encore plus quand Donald crie fort. Les enfants n'osent pas dire la vérité et que le cri de leur oncle est dû au trop grand amour qu'il éprouve pour Daisy.

Donald est donc en désespoir, il a écrit un poème à sa fiancée et n'arrive pas à trouver une rime à sucre d'orge après quatre mille trois cent vingt-huit vers, ce qui énerve les enfants de voir leur oncle devenir cinglé et négliger les corvées. Donald pense alors à changer de vareuse mais Daisy arrive pile à ce moment là. Loulou amène tous les nombreux parfums de Donald et le canard décide de s'en asperger de tous, dégageant une terrible odeur. Donald peut donc aller embrasser Daisy au plus grand désespoir des enfants.

Amour, gloire et navet

Première page de l'histoire.

Daisy était au départ réticente au mélange de parfums mais au final elle finit par s'amuser avec son fiancé et se régale du long poème qu'il a écrit tandis que les enfants s'agacent d'éplucher des navets. Les enfants font alors croire qu'ils se sont tordus le poignet pour retourner dans leur chambre afin de se régaler de leurs rations de survie, d'autant qu'une catastrophe se prépare.

Et pour cause, il n'y a plus que des navets au grand désespoir de Donald, les enfants estiment que c'est la conséquence du fait que leur oncle ne voulait rien savoir. Donald et Daisy mangent alors un coulis de navets puis la cane rentre chez elle mais, en ouvrant la porte, cela fait entrer une avalanche urbaine à la suite d'une terrible couche de neige tombée soudainement, condamnant Donald, Daisy et les enfants à ne manger que des navets d'autant que Riri, Fifi et Loulou ont mangé toutes leurs rations de survie. Donald décide alors qu'il fait trop froid et qu'il est trop tard pour creuser un chemin pour acheter à manger avant de décider de relire son poème à Daisy.

Le lendemain matin, Donald continue de faire des rimes mais les rayons du Soleil motivent Daisy à obliger son fiancé à dégager la neige. Mais celle-ci a gelé, plongeant un mur de glace à l'entrée de la maison. De plus, l'électricité, la chaudière et le téléphone ne fonctionnent plus, la conséquence de tout cela étant qu'ils devront manger des navets jusqu'au dégel, puisque Donald a oublié de payer les factures, trop plongé dans l'écriture de sa poésie. Furieuse, Daisy pourchasse Donald en cassant tout avec la pelle, amusant les enfants quo ont du bois de chauffage et peuvent brûler le poème de leur oncle.

En coulissesModifier

Publications françaisesModifier

Ce récit a été publié à deux reprises en France :

  • Le Journal de Mickey n°2332 du 26 février 1997 ;
  • Le Journal de Mickey n°3373 du 8 février 2017 avec les honneurs de la couverture.
Sauf mention contraire, le contenu de la communauté est disponible sous licence CC-BY-SA  .