FANDOM


Au pied du mur... électronique ! est une histoire en bande dessinée de trente-trois planches scénarisée par Giorgio Pezzin, dessinée par Romano Scarpa et encrée par Sandro Del Conte. Elle fut publiée pour la première fois le 15 septembre 1974 en Italie. Elle met en scène Balthazar Picsou, Donald Duck, Riri, Fifi et Loulou, les Rapetou et Gracié Rapetou. L'action se déroule à Donaldville

Résumé completModifier

Fantomiald 2
Attention. Le texte qui suit dévoile certains moments-clés de l’intrigue du récit.
Balthazar Picsou teste le mur électronique

Balthazar Picsou teste le mur électronique d'Otto Virevolt.

Picsou veut construire un nouveau dépôt et étudie divers projets. Après avoir rejeté Oscar Lemeyer qui lui proposait des projets stupides à ses yeux, il reçoit le professeur Otto Virevolt qui lui propose le mur électronique : en plaçant deux antennes, cela génère un champ électrique à l'épreuve des balles et impossible à transpercer mais Picsou peut passer à travers grâce à ses ondes cérébrales incitant les particules à s'écarter. Le milliardaire hésite mais Donald arrive à le persuader d'accepter le projet. Et un mois plus tard, Picsou inaugure le premier coffre électronique du monde.

RapetouTorturentOttoVirevolt

Les Rapetou torturent Otto Virevolt.

Voyant Picsou passer à travers le mur, les Rapetou décident de passer à l'attaque. Mais comme prévu, ils se cognent violemment vu qu'ils ne sont pas Picsou. Suite à cela ils décident d'enlever Otto Virevolt en le ligotant à son fauteuil. Une séance de torture plus tard, à savoir lui faitre écouter un Rapetou chanter Douce nuit, sainte nuit en allemand et l'obliger à regarder un jeu télé, Otto Virevolt explique qu'il faut penser comme Picsou pour entrer dans le dépôt. Gracié décide donc que 176-761 pensera comme Picsou.

L'entraînement de Gracié est simple : 176-761 est désormais vêtu comme Picsou avec une redingote, un haut-de-forme et une canne. Il doit aimer l'argent comme Picsou, le protéger des Rapetou, ne manger qu'un quignon et une croûte de fromage quand les autres Rapetou mangent des spaghettis, dormir sur des sacs de capsules de soda en guise de pièces d'argent, éviter d'acheter le journal, fixer les dents en or de 176-176 et surtout l'épreuve ultime : récupérer une pièce de dix cents sur une voie ferrée pendant que le train passe. Une fois tout cela réussi, 176-761 se comporte exactement comme Picsou.

C'est donc en pensant comme Picsou que 176-761 arrive à entrer dans le dépôt électronique, avec l'aide de Gracié et 176-176. Mais en voulant sortir avec un sac d'argent, le Rapetou est coincé dans le dépôt vu qu'il s'est remis à penser comme un Rapetou. De plus, Picsou finit par rentrer d'un dîner, invité par ses neveux. 176-761 voit Picsou surveiller son générateur et finit par le couper, faisant disparaître le dépôt et permettant aux Rapetou de se servir en argent.

Picsou, Donald et les neveux partent à leur poursuite et Riri emporte le générateur du mur. Leur trace est trace est trouvée et les canards se retrouvent sur leur route grâce à un raccourci pris par Donald. Picsou comprend le plan de ses neveux et les recommande d'installer le générateur et les antennes afin de générer un mur électronique lorsque les Rapetou arrivent. Ceux-ci, assommés, sont alors arrêtés par la police, chacun emmuré dans un mur électronique. Mais Picsou casse un mur et prend le morceau pour pourchasser Donald, jugé responsable de ce vol car c'est à cause de Donald que Picsou a accepté ce projet.

En coulissesModifier

Publications françaisesModifier

Ce récit a été publié à trois reprises en France, dans :

  • Mickey Parade n°10 d'octobre 1980 ;
  • Mickey Parade Géant n°295 du 15 décembre 2006 pour les 40 ans de Mickey Parade ;
  • Mickey Parade Géant n°351 du 9 mars 2016 pour les 50 ans de Mickey Parade.
Précédée par Au pied du mur... électronique ! Suivie par
Mickey et le mystère du musée

Mickey et le mystère du musée
Histoire de Romano Scarpa

1re parution : 15 septembre 1974
Gastone e il chiodo paperingio
Sauf mention contraire, le contenu de la communauté est disponible sous licence CC-BY-SA  .