FANDOM


Blabla (Gabby en version originale) est un chien de l'univers de Donald Duck.

HistoriqueModifier

Un jour, Riri, Fifi et Loulou Duck demandent à leur onc'Donald s'il accepterait de leur acheter un chien qui parle. Donald répond qu'un chien comme ça n’existe pas. Les neveux, furieux, se rendent chez Géo Trouvetou, l'inventeur farfelu, pour lui rapporter ce que leur oncle a dit.

Géo, fou de rage, donne Blabla aux enfants, sans même leur demander de l'argent. Riri, Fifi et Loulou montrent donc leur nouveau chien à leur oncle. Mais Donald leur prend car Blabla sait parler, et il estime que c'est un don extraordinaire qui pourrait l'aider à participer à une émission pour gagner mille dollars.

Mais Riri, Fifi et Loulou, très en colère contre leur oncle, attirent donc un chat pour lui mettre l'invention de Géo dans la gueule. À présent, le chat sait chanter un opéra en huit langues différentes ! Et alors que Donald s'apprête à passer dans l'émission, il est remplacé par Riri, Fifi et Loulou et leur chat chanteur.

En coulissesModifier

Blabla est uniquement apparu dans l'histoire de Carl Barks, Qui veut gagner des millions ? (dont le titre original, The Talking Dog, évoque le personnage de Blabla) datée de mai 1953.

Un personnage inspiré par DroopyModifier

Ce chien inexpressif (coloré en blanc dans la première édition américaine) est quasiment identique à Droopy, création de Tex Avery pour les dessins animés de la Metro Goldwyn Mayer, que Carl Barks avait dessiné pour le compte de la Western pour deux aventures en 1944, et dont il avait scénarisé deux histoires. La première aventure de Droopy par Barks est inédite en France. Sortie dans le comic book américain Our Gang en septembre 1944, elle est intitulée Happy Hound, nom donné par Barks qui ignorait alors le nom de Droopy.

Cette forte ressemblance avec Droopy, en plus d'être physique, est aussi soutenue par le fait que Blabla, tout au long de l'histoire, n'a jamais qu'une expression extrêmement triste sur son visage, ne sachant en parallèle que dire deux phrases peu réjouissantes : « Les temps sont durs, pas vrai ? » (« Times are tough, huh, bud ? ») et « Ouaip, les temps sont durs. »

Sauf mention contraire, le contenu de la communauté est disponible sous licence CC-BY-SA  .