FANDOM


Balthazar Picsou, appelé plus couramment Picsou, est un canard anthropomorphe Ecossais né en 1867. C’est, comme vous le savez surement, l’oncle Donald. C’est également le canard le plus riche du monde depuis 1930.

Mais revenons à sa jeunesse. Il a commencé à travailler en Ecosse à l’âge de 10 ans, puis s’est engagé come mousse sur un bateau de commerce de bétail en 1877. Il finit par arriver à Louisville en 1880 et retrouva son oncle. C’est dans cette ville qu’il rencontre les Rapetou et qu’il engage Grégoire Trouvetou (le grand-père de Géo). C’est un grand moment pour sa jeunesse, car c’est sa première aventure en Amérique.

Après les avoir battu une fois les avoir fait enfermer, son oncle prend sa retraite et lui vend son bateau.

Quelques années plus tard, il se rend compte que les vapeurs ne peuvent plus rivaliser avec les chemins de fer (qui voyagent plus rapidement).

Il se fait ensuite arnaquer par les Rapetou et arrête définitivement le commerce maritime.

Il s’engage ensuite comme chauffeur dans une compagnie ferroviaire et économise assez pour se payer un billet pour le Colorado.

Mais en 1882, le train qui l’emmène au Colorado est attaqué par les frères James et il est éjecté du train après avoir mis ces derniers en fuite.

Il est alors engagé par le Cow-Boy (le vrai, pas ceux qui ceux prennent pour des justiciers)  McKenzie qui lui donne le job de « gardien » de son taureau Vindicator. Mais la nuit qui suit son engagement, deux des « gars » de McKenzie, qui ont été rétrogradés à cause de Buck*, volent  Vindicator et l’emporte dans les Badlands. McKenzie charge Picsou de le récupérer et dans sa course, il sauve Theodore Roosevelt qui était coincé sous un rocher. Ce dernier fait partie des « mentors » de Picsou, c’est-à-dire un des hommes qui l’ont aidé à réussir sa vie et qui lui ont appris à persévérer. Il rattrape donc les voleurs de Vindicator (les McViper)

  • Balthazar a pris le nom de « Buck » pour passer pour un gars plus « dur » devant McKenzie et ses hommes.

Un an plus tard (en 1884), McKenzie se sépare de lui et lui conseille d’essayer de trouver du travail à Butte City, dans le Montana. Il décide de devenir prospecteur et de « prospecter » des pépites de cuivre. C’est ici qu’il rencontre Howard Flairsou (vous l’aurez deviné, c’est le père de Flairsou et que ce dernier l’aide à faire valoir ses droits sur la mine d’Anaconda Hill, grâce à une vieille loi de 1849 qui dit que « celui qui possède la veine la moins profonde d’une mine possède la veine entière ». Il devient donc le propriétaire de la mine d’Anaconda Hill. Mais, et le hasard fait mal les choses, il reçoit un télégramme de sa mère qui lui dit que le clan ne peux plus payer les impôts pour leur manoir et qui lui demande de rentrer avec de l’argent. Il rentre donc en Ecosse avec 100 000 dollars en poche, somme qu’il a acquit grâce à la vente de sa mine. La fortune n’a toujours pas souri à Picsou.

Une fois en Ecosse, c’est-à-dire en 1885, il engage un combat contre les Biskerville et gagne le combat, au prix d’une petite montée au ciel avec ses ancêtres, mais bien sur très brève. Après ce combat, il décide de repartir pour l’Afrique du Sud, pour une rué vers l’or encore non-prospère.

Il arrive donc en Afrique du Sud, dans le Transvaal, après une escale à Cape Town. Il y sauve un jeune afrikaner qui lui donnera une leçon : ne faire confiance à personne, ce dernier lui ayant dérobé toutes ses affaires. Ce jeune prospecteur encore inconnu s’appelle Archibald Gripsou. Picsou les lui reprendra et passera encore 3 ans à prospecter pour rien et décida de partir dans la Bush australien.

Mais avant l’Australie, il passa par l’Amérique et plus précisément par Pizen  Bluff, qui sera le sujet d’une histoire future. Notons que Picsou a déjà fait 2 fois le tour de la Terre, et il n’a pas 30 ans !

Bref, il sauve un chaman d’un voleur du désert, puis ce dernier lui conseille d’aller au prospecter au Klondike. Ce chaman fait également partie des mentors de Picsou.

C’est en 1896 que Picsou arrive au Klondike, sur le fleuve Yukon, à Skagway. Il y rencontre un de ses plus vieux ennemis, Soapy Slick, un préteur qui lui fait signer un contrat véreux, car il modifie le contrat en changeant les 10% d’intérêts par mois, jusqu’à la fin des temps. Picsou se fait donc arnaquer et part pour Dawson, chercher de l’or. Mais il y a une erreur volontaire de l’auteur, qui a échangé les villes Dawson la tranquille ville surveillée par la police montée  et Skagway la capitale de la violence en Amérique du Nord. Enfin, Picsou part à Dawson, en passant par le col de Chilkoot.

En arrivant à Dawson il aperçoit Goldie O’Gilt, patronne du Blackjack Saloon, et future femme la plus riche du Klondike. De là, il voyage à dos d’élan et rencontre Jules Ecoutum, frère de Grand-Mère Donald et petit-fils de Cornélius Ecoutum, le fondateur de Donaldville. Il découvre ensuite la vallée inexplorée de l’Agonie Blanche. Il y prospecte pendant des mois et finit par trouver une pépite d’or, la pépite « d’œuf d’oie », et gagne son premier million. Avant de nettoyer la pépite qui était pleine de boue pour vérifier qu’elle était en or, il dit : « Si c’est de l’or, ma quête est finie ! […] L’air pur sera-t-il plus doux ? Les jours de soleil seront-il plus brillants ? Les étoiles seront-elles plus scintillantes ? Ou vais-je perdre tout ça ? ». C’est dans cette histoire que Picsou devient accro à l’argent et pingre. Il perd une partie de son caractère original, en un mot il devient riche. Après cette découverte, il retourna à Dawson et se fait dévaliser par Goldie. Pour se venger, il emmène Goldie prospecter pendant un mois dans sa concession pour lui montrer comment les hommes qu’elle dévalise font pour trouver leur or. Il finit par tomber amoureux d’elle et la laisse partir.

Soapy Slick finit par annuler sa dette et il décide de rentrer en Ecosse. Il y arrive en 1898. Quand il arrive, tout son village est présent mais ils partent, vexés du caractère de Picsou. Même Fergus, son père, ne le reconnait pas. Ce même jour, il achète sa célèbre redingote. Il participe aux grands jeux des Highlands, mais les perds. Déçu, il décide de repartir en Amérique avec ses sœurs, dans une petite ville nommée Donaldville. Quand ils partent, ils voient Fergus les saluer et aperçoivent une autre ombre les saluer. Cette autre ombre, c’est leur mère morte l’année précédente. Eh oui, Fergus est mort.

 

Ils arrivent donc à Donaldville et prennent possession de leur terrain, en forçant les 1er castors juniors à quitter leur quartier général, ce qui provoquera la colère de Théodore Roosevelt, mais quand reconnut Picsou il le laissa s’expliquer. Bien sûr il comprit le malentendu laissa Picsou tranquille. Six mois plus tard (1902), le coffre était construit.

 

En 1903, Picsou repart pour l’Afrique, où il veut acheter des mines de diamants. C’est ici qu’il va faire la seule affaire malhonnête de sa vie. Il va détruire un village et escroquer sont chef. Cette mauvaise action va pousser ses sœurs à rentrer à Donaldville, dégoutés par leur frère. Il décide de rentrer, mais apprenant que le seul train capable de l’emmener sur la cote n’est que la semaine suivante, fais un détour par Istanbul. Et, en retardant toujours son retour pendant 27 ans, il finit par rentrer en Amérique. Mais, son argent là transformé. Il est devenu avare, pingre et colérique. En arrivant dans son bureau, il ne fait même pas attention à la fête que ses sœurs ont préparés, ni à son neveu Donald. Ses sœurs lui disent « Nous ne nous sommes pas vus pendant 27 ans et tu oses te comporté de la sorte ? » et il dit «  J’ai quitté la maison à 13 ans et voilà le résultat, s’il ne vous plait pas, sortez ! », ce à quoi ses sœurs répondes «  Tu as 2 minutes pour t’excuser, après tu ne nous reverras plus jamais ! » et il répond «  Moi vous me reverrez s’il me manque un seul centime ! » ce qui montre so addiction pour l’argent. Puis il se rend compte de son erreur et essaye de les rattrapé mais s’arrête en voyant un tableau qui dit : « ta fortune dépasse celle du maharadja du Komenvatustan, tu es l’homme le plus riche du monde ! »

En sortant de son bureau, sa sœur dit « C’est un pauvre homme, avant il avait tout et notre amour. Maintenant, il ne lui reste plus que son argent et ce que l’argent peut acheter »

C’est ainsi que s’achève l’épisode le plus douloureux de la vie de Picsou, car 1 an plus tard, il ferme son dépôt et achète un manoir. Il compte se retirer de la vie des affaires.

 

23 décembre 1947. Picsou appelle ses neveux en leur proposant de passer Noël sans son chalet du Mont Ours. C’est un prétexte pour ne pas passer Noël seul. Il découvre que ses neveux peuvent être courageux. Il décide de les inviter à un banquet pour le 25 décembre. Mais avant il les emmène dans son coffre et il leur montre ses liquidités. Malheureusement pour eux, les Rapetou les ont suivis et ont volés quelques sacs de pièces. Picsou parvient à les arrêter et sous les encouragements de ses neveux, il reprend gout à la vie et entreprendre différente chasses aux trésors avec ses neveux. Picsou devient donc le vieil mais encore alerte oncle que l’on connait grâce à ses neveux. 2 mois plus tard, il appelle ses neveux pour chercher le trésor de Sir Duncan dans le manoir ancestral des McPicsou. Il comprend donc que personne ne peut vivre seul indéfiniment et surtout lui. Il a réussi devenir un grand homme en Amérique, même s’il sait qu’au fond il reste un petit garçon écossais.  

Sauf mention contraire, le contenu de la communauté est disponible sous licence CC-BY-SA  .