FANDOM


Nuvola apps important.svgCe billet de blog appartient au Portail:Création de fan, c'est une oeuvre créée par un (des) fan(s) et donc non officielle. Même s'il se peut qu'elle emprunte ses personnages et/ou ses créations, cette oeuvre n'appartient pas à et n'est absolument pas lié avec la Walt Disney Company et ses succursales.

Biographie de Della est une histoire de Paul112 publiée pour la première fois, le 30 août 2013, sur Picsou wiki. Elle met en scène Donald Duck, Daisy Duck, Della Duck, le père de Riri, Fifi et Loulou Duck, Riri, Fifi, Loulou et Phooey Duck, Balthazar Picsou, Archibald Gripsou, Popop Duck, Paolo Gripsou, sa femme et leurs quatre enfants. Cette histoire se déroule à Donaldville et en Afrique.

Synopsis

Bonjour à tous et à toutes.

Je me présente (même si vous devez me connaître): je suis Della Duck, la sœur du célèbre canard. Comme vous le savez tous, je n'ai pas eu un passé très glorieux... On m'a reproché d'avoir abandonné mes enfants, d'avoir été prostituée, et bien d'autres choses... Mais au moins, savez-vous pourquoi j'ai fait ça ? Non ? Eh bien, approchez mes enfants, je vous raconte tout...

J

Nous étions dans les années 30. J'avais quitté le domicile familial, et je faisais des petits boulots pour gagner ma vie (je n'étais pas encore prostituée). Mais un jour, lors de mon travail, un homme charmant me vit, et il me fit des compliments à faire rougir ! Alors, nous avons gardé contact, et un jour, comme ça, sans prévenir, il me demanda ma main ! Je dis "oui", et devins ainsi "Mme Della Duck" le 4 janvier 1940. Quelques mois plus tard, nous eûmes quatre charmants bambins : Riri, Fifi, Loulou et Phooey Duck.

Ff4hdl11

Quoiqu'ils soient très jolis et tous mignons, ces petits chérubins étaient très farceurs. Pendant que je faisais la cuisine, les enfants préparaient des farces. Et un jour, une de leurs farces tourna au drame... Riri, Fifi et Loulou décidèrent de donner le sale boulot à leur frère Phooey (Phooey était le dernier de la fratrie). Ils leur expliquèrent donc leur plan et Phooey, pensant faire une bonne blague, exécuta les ordres. Quand mon cher mari s'assit sur sa chaise, un pétard géant lui explosa en pleine tête ! J'appelai vite les pompiers, qui arrivèrent en quelques minutes. Mon pauvre époux étant envoyé à l’hôpital, je me dis alors : « Comment vais-je m'occuper de mes quatre enfants toute seule ?! » Je réfléchis une bonne heure. Une idée me vint : « Je vais les confier à mon frère Donald, bien sûr ! » Alors, je m'empressai d'écrire une lettre à Donald. Quelques jours plus tard, j'emmenai trois de mes enfants chez lui (Phooey, mon dernier fils voulut rester au chevet de son père).

Après avoir confié mes enfants à mon frère, je retournasse aussitôt à l’hôpital, pour savoir comment allait mon cher époux. Avec mon fils, nous restions nuit et jour à son chevet, jusqu'au jour où un médecin entra dans la pièce et nous dit : « Madame, votre époux est mort... toutes mes condoléances. » Ce jour-là fut le jour le plus triste de notre vie...

Quelques semaines plus tard, après la mort de mon cher et tendre époux, et après avoir fait un deuil difficile... Je me demandai comment j'allais élever mes quatre enfants (je voulais reprendre Riri, Fifi et Loulou avec moi !) Pour moi, il n'y avait qu'une solution: trouver un travail. Mais, malheureusement, je n'en trouvais aucun (nous étions dans les années 50, et c'était très dur de trouver un emploi à cette époque...) Après de multiples entretiens d'embauche ratés, je ne vis qu'une solution pour vivre: devenir prostituée ! Mais... je ne voulais pas que mes chers enfants me voient vendre mon corps... Alors, je décidai de remettre mon petit Phooey à Donald... C'était très dur... Je me sentais horrible ! Mais pour le bien de mon enfant, je devais le remettre à Donald... Alors, comme la première fois, j’écrivis une lettre qui lui était adressé, et j'envoyai mon dernier fils chez mon frère... C'était un réel déchirement ! Alors, à ce jour, ma carrière de prostituée commença...

Dellaf39

Après six semaines de "dur" labeur, j'avais assez d'argent et de temps pour élever mes quatre enfants. Je téléphonai donc à mon frère pour qu'il m’envoie Riri, Fifi, Loulou et Phooey. Mais ils ne veulent pas quitter leur oncle ! Alors, Donald me les envoya accrochés à des tonneaux... Quand ils arrivèrent enfin à la maison, je les détachai, et les enfants m'expliquèrent quelque chose. Pendant les six semaines où ils étaient chez leur oncle et leur tante, ils s'étaient attachés à eux ! Ils me demandèrent donc si je pouvais les renvoyer là-bas. Le cœur brisé, je me disais que c'était sûrement mieux pour eux... Car chez leur oncle, ils avaient tout : une maison, un oncle qui les aime, une tante qui les aime, comme si c'étaient leurs propres enfants... Je les renvoyai donc, avec plein de larmes (accrochés à des tonneaux) chez leur oncle... Mais je fis le serment à Donald de lui envoyer 2000 francs (presque tout mon salaire car j'avais retrouvé un travail de caissière dans un hypermarché) pour l'aider à élever les enfants.

Mais un jour, alors que j'encaissais des articles, mon patron me dit de venir le voir dans son bureau. Il m'a dit qu'il allait me licencier, car c'était la crise, et qu'il n'avait plus assez de revenus pour me payer. De ce fait, je perdit aussi ma maison (je n'avais plus d'argent pour la payer). Pour vivre, j'ai même du vendre tout mes meubles et mes affaires. J'étais sans le sou, à la rue. Alors, je retombât dans l'enfer de la drogue et de la prostitution... Mais un jour, alors que j'avais un client (un très vieux client de 80 ans), il me dit qu'il me trouvait charmante et très belle. Alors, il m'invita à prendre un verre et il me révéla son nom: Archibald Gripsou. Ensuite, tout est allé très vite ! Je me suis installée chez lui, je suis tombée enceinte, et quelques mois plus tard... il me demanda ma main ! Mais, je n'étais pas sure à 100 % de vouloir l'épouser. Car... j'avais l'impression que si je disais "oui" à Gripsou, j'allais trahir mon époux... Alors, il me laissa réfléchir... Et quelques mois plus tard, après avoir bien réfléchi, je dit enfin "oui" ! Nous nous sommes donc mariés en toute intimité à Donaldville, dans l’enceinte de la cathédrale Notre-Duck, le 14 août 1970. [1] [2] C'était mon cousin Popop qui nous avais mariés (vous vous demander sûrement comment cousin Popop est devenu maire ? Et bien... moi aussi).

Photo de mariage de Della et Gripsou.

Mais ce que je ne savais pas, c'est que l'homme que je venais d'épouser était l' ennemi de mon oncle, Balthazar Picsou. En apprenant cette nouvelle, il me posa un ultimatum: soi je divorçait, soit, je quittais Donaldville pour toujours. J'étais tiraillée par son ultimatum. Il me fallu plusieurs jours, mais je choisis de quitter Donaldville pour vivre avec mon mari en Afrique. Nous vécurent heureux pendant plusieurs années, et la naissance de notre fils (que l'on nomma Paolo Gripsou) fut un réel bonheur. Malheureusement, ce bonheur ne fut pas éternel. Car, dix ans plus tard mon cher époux mourut. Ce fut un réel choc. J'hérita de l'immense fortune de mon mari, et je me retrouva donc seule pour élever mon petit garçon. Douze ans plus tard, mon petit garçon devins un grand homme, et il quitta donc le domicile familial pour mener sa propre vie. Je me retrouva donc seule, en Afrique, dans un immense coffre fort, avec mon petit garçon qui venait me voir une fois par semaine avec sa femme et leurs quatre enfants.

Aujourd'hui, je suis heureuse, mais... il me manque tout de même quelque chose... mes chères petits, Riri, Fifi, Loulou et Phooey. Je me suis promise de ne plus jamais les revoir car, je me sens coupable... coupable de ne pas les avoir élevés... Mais, je ne désespère pas de les revoir un jour, et de les tenir dans mes bras... comme le montre ce dessin que j'ai fait il y a fort longtemps...

Visit of Della Duck by Lahara

Notes et références

  1. Vous pouvez voir l'invitation du mariage en cliquant ici
  2. Vous pouvez voir comment c'est déroulé notre mariage en cliquant ici
Sauf mention contraire, le contenu de la communauté est disponible sous licence CC-BY-SA .