FANDOM


Bonjours chèrs enfants. C'est toujours moi, Della Thelma Duck. Je vous ai demandé de venir pour vous conter mon histoire.

Vous vous dites sûrement <<mais enfin, nous connaissons déjà votre histoire !>>. Et bien oui, je vous ai déjà conté ma vie d'adulte dans de précédence interview, mais jamais mon enfance. Alors, je vous raconte.

Je naquit en 1920 avec mon frère Donald Duck, à la maternité de Donaldville, de l'union de mon père Rodolphe Duck et de ma mère Hortense Picsou. C'était chambre 13. Tout allait bien. J'avais une enfance paisible, entourée de mes grands-parents paternels très présents dans ma vie... En gros, tout allait bien dans le meilleur des mondes.

Mais alors, tout bascula en l'année 1925. Après je ne sais combien d'années d'absence de Donaldville, mon riche oncle Balthazar Picsou prévenait de son retour. Mes parents préparèrent alors une petite fête dans son bureau pour célébrer l'événement. Mais alors, nous découvrîmes un Balthazar devenu avide d'argent. Alors, ma mère et ma tante, désolées de le voir ainsi, quittèrent le coffre. Mon oncle essaya bien de les rattraper, mais il découvrit en parcours la surprise que mes parents voulaient montrer à onc'Zazar : il était devenu l'homme le plus riche du monde ! Ainsi il sauta de joie, nous oubliant alors et laissant nous en aller.

Ma tante, ma mère, mon père, mon frère et moi, nous nous réfugîmes chez mes grands-parents Joseph et Elvire Duck. Mes parents avaient chacun trouvé un travail à plein temps, et notre famille se reconstruisait alors petit à petit.

Mais alors, le 3 juin 1926, Grand-père et grand-mère reçurent une lettre cachetée en rouge avec un grand << M >>. Ils l'ouvrirent, et Elvire fonda en larme dans les bras de Joseph. Mon frère et moi demandions alors que se passait-il, et mes grands-parents me répondirent en pleurs que mes parents étaient morts dans un accident de voiture en allant au travail.

Ainsi, je devînt orpheline et je fus donnée à l'unique garde de mes grands-parents. Nous essayâmes de surmonter le choc de la mort, mais nous ne réussîmes jamais. D'ailleurs, malgré sa joie de vivre, je vois bien encore aujourd'hui dans les yeux de Grand-mère que ces morts la hante encore.

Un temps de reconstruction s'imposa, mais nous nous remirent finalement du choc de la mort après quelques temps. Cependant, en l'année 1929, une lourde sécheresse s'abattut sur nos cultures. 

A suivre...

Sauf mention contraire, le contenu de la communauté est disponible sous licence CC-BY-SA .