FANDOM


Or

Tout le monde connaît La Jeunesse de Picsou, l’œuvre magistrale de Don Rosa. Les principaux actes et dates de la jeune vie de Picsou sont connus... mais connaissez-vous vraiment toutes les aventures en détail ? Ce billet de blog tâchera de parfaire vos connaissances sur la vie du milliardaire américain d’origine écossaise.

Chronologie des épisodes de La Jeunesse de Picsou

A ces épisodes de La Jeunesse de Picsou, on peut ajouter plusieurs flashbacks sur la vie de Picsou issus d’autres histoires de Don Rosa.

Il faut aussi évoquer l’histoire Le Rêve de toute une vie ! dans laquelle Picsou rêve à plusieurs épisodes de sa jeunesse. Les Rapetou parviennent à s’introduire à l’intérieur de ses rêves, et Donald se lance à leurs poursuites. Si les rêves de Picsou sont habituellement proches de la réalité grâce à ses souvenirs précis, la présence des Rapetou et de Donald chamboule toute logique et les rêves sont complètement différents. Il est toutefois impossible de prendre en compte les changements opérés dans la vie de Picsou tels qu’ils sont montrés dans cette histoire car ce ne sont que les rêves de Picsou, et aucunement la réalité.

1867

Naissance de Balthazar Picsou à Glasgow. Balthazar est le fils de Fergus McPicsou et Edith O'Drake.

1870

Naissance de Matilda Picsou, sœur de Balthazar à Glasgow.

Balthazar Picsou a trois ans en 1870.

1877

Fergus, le père de Balthazar, juge qu'il est temps que son fils apprenne l'histoire de son clan. Pour cela, il le mène au château du clan McPicsou, que Balthazar voit pour la première fois. Là, Fergus apprend à son fils l'histoire de leur clan, dont ils sont les derniers représentants. Mais le père et son fils sont bientôt dérangés par le clan Whiskerville, clan ennemi des McPicsou, et effrayés par le chien monstrueux qui a mis déjà le clan en fuite par le passé.Ce chien n’est pourtant qu’un déguisement de l’un des Whiskerville. Une fois rentré dans sa modeste maison de Glasgow, Fergus juge que son fils est désormais en âge de travailler. Alors, il lui construit un équipement de cireur de chaussures pour qu'il puisse travailler.[2] Le lendemain, un riche américain, Howard Flairsou, en visite à Glasgow, lance quelques pièces américaines à de jeunes enfants pauvres qui jouent dans la rue. Parmi ces enfants, Matilda McPicsou ramasse une pièce de dix cents. Elle confie la pièce à son père Fergus. Malheureusement, un évènement imprévu survient alors : Miss Tick, future adversaire de Picsou a trouvé le moyen de remonter dans le temps pendant une heure, afin de trouver Picsou lorsqu’il était petit et de lui voler son sou fétiche. Elle rencontre Fergus et Matilda au moment où Fergus reçoit la pièce des mains de sa fille. Elle tente de leur racheter la pièce mais Fergus refuse les prix proposés par Miss Tick, attendant que celle-ci fasse monter les prix. Miss Tick s’impatiente et lui lance une bombe à plof, ce qui lui permet de voler la pièce. Fergus la poursuit et la rattrape après une course de calèches dans les rues de Glasgow. Il récupère ainsi la pièce. Fergus demande alors à Burt le Cantonnier, un de ses vieux amis qui avaient toujours les bottes boueuses, de se faire cirer ses chaussures par le jeune Balthazar, en le payant avec la pièce américaine n'ayant pas cours en Écosse, pour que le jeune travailleur apprenne sa première leçon.
P1877

Le premier client de Picsou, Burt le Cantonnier.

Peu après, Miss Tick va trouver Burt et lui propose de lui racheter la pièce. Burt accepte et Miss Tick a enfin entre les mains le sou fétiche. Burt va ensuite se faire cirer les chaussures auprès de Picsou, et il est le premier client de Picsou. Le travail dure une demi-heure pour enlever la boue des chaussures. A la fin, Picsou, épuisé, s’évanouit. A ce moment là, Miss Tick se rend compte qu’elle a réussi à obtenir le sou fétiche de Picsou avant que le jeune travailleur ne le gagne, ce qui modifie le cours du temps. La pièce qu’elle entre les mains est sans valeur si ce n’est pas la première pièce gagnée par Picsou. Miss Tick se retrouve donc contrainte de la lui donner elle-même avant de retourner à son époque. Picsou se réveille avec entre les mains son premier sou. Il s’aperçoit qu’il s’agit d’une pièce américaine et apprend ainsi à se méfier des gens dans le domaine des affaires.[3]Le petit Balthazar décide de ne plus se faire berner et travaille maintenant avec une grande ardeur, que l’on n’avait pas vue depuis des siècles au sein du clan. L’argent de ses gains revient à son père pour payer les dépenses, mais il exige toujours un reçu.[2]

Un jour, Elias Lönnrot, un écrivain finlandais rencontre Picsou et lui demande de rafistoler l’une de ses chaussures qui sont constituées d'écorces de bouleau. Picsou se sert de goudron pour réparer la chaussure. Elias Lönnrot n'ayant que des pièces finlandaises voulut payer Picsou avec l’une d’elle. Mais Picsou refuse, ne voulant pas se faire avoir une nouvelle fois avec une pièce étrangère. Il exige alors un reçu, et déchire une des pages du livre que porte Lönnrot, le Kalevala. Picsou lui rendra la page lorsque Lönnrot le payera.[4]

Balthazar Picsou a dix ans en 1877.

Références à Carl Barks

Pour élaborer cet épisode, Don Rosa s’est servi de trois histoires de Carl Barks, Le Secret du vieux château où apparaît le château des McPicsou et est cité sir Duncan McPicsou,Le Chien des Whiskerville où apparaissent pour la première fois les Whiskerville et L'intrus invisible où Picsou évoque son passé de cireur de chaussures.

On peut aussi ajouter l’histoire de Tony Strobl Le blues du businessman, dont Don Rosa s’est inspiré pour dessiner les scènes où Picsou gagne son premier sou.

1878

Picsou gagne assez d'argent pour s'offrir un cheval et une carriole. Il ramasse du bois afin de le vendre, mais il comprend très vite que les gens préfèrent la tourbe. [2]

Balthazar Picsou a onze ans en 1878.

1879

Balthazar Picsou va se fournir en tourbe de plus en plus loin, et arrive finalement aux terres de son clan, le château du clan McPicsou. Là, il découvre que les membres du clan Whiskerville, clan ennemi des McPicsou, profane le cimetière familial dans le but de trouver le trésor caché du clan. Jugeant qu'il ne peut rien faire tout seul contre eux, il décide de battre en retraite. Cependant, les Whiskerville repérèrent le jeune garçon et le poursuivent. C’est alors que quelqu'un appelle Balthazar et l'invite à se réfugier dans le château du clan. Cet inconnu n’est autre que le fantôme de sir Duncan McPicsou, ancêtre du clan McPicsou, mais il ne se présente pas à Balthazar. Au cours de leur discussion, sir Duncan suggère à Picsou de rejoindre son oncle John McPicsou en Amérique, où il travaille sur le Mississippi. Décidé d'aller là-bas, Balthazar décide chasser et donner une leçon aux Whiskerville. Il a alors une idée : il remplit une armure du clan de tourbe, la place sur un équipement de guerre d’un cheval, et brûle l'attirail de chevalier. Les Whiskerville s’enfuient croyant affaire au fantôme de Sir Duncan. Balthazar et Sir Duncan se séparent alors, le second très fier du renouveau du clan en la personne du premier. De retour à Glasgow, Balthazar s'installe près du marché aux bestiaux pour cirer des chaussures.[2]

Balthazar Picsou a douze ans en 1879.

Remarque

On peut être sûr que l’épisode où Picsou chasse les Whiskerville se déroule en 1879. En effet dans Le Nouveau Maître du château McPicsou, Picsou déclare à deux des Whiskerville « Les fantômes non plus, ça n’existe pas ! Et pourtant, certains en ont vu, il y a six ans ! » en faisant référence à cet épisode. Or, Le Nouveau Maître du château McPicsou se déroule en 1885, et donc si on enlève six ans à cette année-là, on arrive en 1879.

Références à Carl Barks

Pour élaborer cet épisode, Don Rosa s’est servi de deux histoires de Carl Barks, Le Secret du vieux château où apparaît le château des McPicsou et est cité Sir Duncan McPicsou et Le Chien des Whiskerville où apparaissent pour la première fois les Whiskerville.

1880

Balthazar Picsou s'embarque comme mousse sur un bateau transportant du bétail, en direction de la Nouvelle - Zélande, en Amérique. Ainsi, quelques temps plus tard, Picsou fait ses aux revoir à sa famille. C'est sur le quai d'embarquement que Jack et Fergus lui donnèrent deux reliques du clan : le dentier et la montre en or de Kenneth McPicsou. Balthazar décide de ne jamais vendre la montre, mais ne promet pas de garder le dentier. Ainsi, le jeune Balthazar embarque dans le navire. [2]

Picsou travaille dur pour payer son voyage. Il arrive à la Nouvelle Orléans et de là il remonte le Mississippi. Il débarque dans le Kentucky, à Louisville, pendant le sixième derby annuel du Kentucky. Il retrouve son oncle John McPicsou au Poker Saloon. Ce dernier joue aux cartes avec Oscar Porcin, et ayant remporté la partie il gagne le prix mis en jeu qui est un vapeur appelé le Billy Dollar. John propose à Balthazar de retrouver le Drennan Whyte, un bateau sur lequel John a navigué et qui transportait cent mille dollars en lingots d’or lorsqu’il sombra dans le Mississippi. John sait exactement où il a coulé. John engage Balthazar mais aussi un certain Grégoire Trouvetou, qui a inventé des pilules pour purifier l’eau boueuse du Mississippi. Malheureusement Oscar Porcin entend leur discussion et décide d’engager des bandits pour l’aider à doubler John et prendre l’or. Il va trouver des bandits de grand chemin, les Rapetou, et les engagent.
P1880

Balthazar, son oncle et Grégoire Trouvetou ligotés par les Rapetou.

Porcin et les Rapetou volent la cargaison de Grégoire Trouvetou et parviennent à détruire le nouveau bateau de John. Les deux Picsou mis hors d’état de nuire, les Rapetou se débarrassent aussi de Porcin. Les Rapetou recherchent alors l’épave du Drennan Whyte dans le Mississippi. Balthazar Picsou et son oncle John parviennent finalement à retrouver par hasard les dix mille dollars en lingots d'or que les Rapetou volent aussitôt après. Ils ligotent Balthazar, John et Grégoire pour les empêcher de nuire. Cependant, grâce à une ruse, Picsou parvient à tromper les Rapetou et ceux-ci sont arrêtés par la Police du Fleuve. Le gouvernement garde l’or mais John, Balthazar et Grégoire reçoivent une récompense. Balthazar devient l’apprenti de John sur le Billy Dollar.[5]

Balthazar Picsou a treize ans en 1880.

Références à Carl Barks

Pour élaborer cet épisode, Don Rosa s’est servi de trois histoires de Carl Barks, La montre des McDuck où apparaît la montre des McPicsou,La grande course à vapeur et La course fantastique sur la rivière, se déroulant toutes deux sur le Mississippi.

1881

Picsou est toujours l’apprenti de son oncle John. Quand ce dernier prend sa retraite, il vend le Billy Dollar à son neveu Balthazar à bas prix.[5]

Balthazar Picsou a quatorze ans en 1881.

Références à Carl Barks

Pour élaborer cet épisode, Don Rosa s’est de nouveau servi de deux histoires de Carl Barks, La grande course à vapeur et La course fantastique sur la rivière, se déroulant toutes deux sur le Mississippi.

1882

Picsou est capitaine du Billy Dollar, et il est secondé par Grégoire Trouvetou. Mais devant la progression du chemin de fer, les affaires marchent mal. Un jour, alors qu’il transporte des lingots d’or, il est piégé par les Rapetou qui attendaient depuis longtemps de prendre leur revanche. Les Rapetou volent l’or, enferment Grégoire et Picsou dans la salle des chaudières et cassent l’une des deux chaudières pour faire exploser le bateau. Picsou et Grégoire sont coincés. Grégoire a alors l’idée de remplir la deuxième chaudière de coton et de se placer à l’intérieur. Le bateau explose et provoque une inondation. Les Rapetou sont emportés juste devant la prison d’une petite ville et sont arrêtés. Picsou et Grégoire atterrissent sur le clocher de l’église. Picsou n’a plus de bateau et donc Grégoire et lui n’ont plus d’emploi. Il déclare que sa période « bateau » s’achève ici.[5]

Picsou devient chauffeur sur le Wabash Cannonball. Il économise de l’argent et achète un billet de train pour l’Ouest, avec lequel il peut se rendre jusque dans le Colorado. Dans le train, il fait la connaissance de Rhutt Betler, un voyageur qui cherche des investisseurs pour le commerce des œufs carrés. Mais le train est attaqué par les deux frères James, Jesse et Frank, qui tentent de voler les voyageurs en les menaçant avec des revolver. Cependant Picsou ne se laisse pas faire : après leur avoir fait croire qu’il y a des bijoux à l’intérieur des dents de son aïeul Kenneth McPicsou, les deux frères mettent leurs doigts à l’intérieur du dentier et Picsou appuie d’un coup fort dessus. Jesse et Frank ne peuvent plus appuyer sur les gâchettes de leurs revolvers et ils s’enfuient. Cependant, Picsou tombe accidentellement du train, qui repart sans lui. Il rencontre alors Murdo McKenzie, un éleveur de bétail d’origine écossaise, et devient cow-boy. Il possède même son propre cheval, puisqu’il est le seul à pouvoir monter Hortense, une jument colérique, qu’il a nommé ainsi en hommage au mauvais caractère de sa sœur. Apprécié dans son travail par McKenzie, celui-ci confie à « Buck » Picsou la garde d’un taureau de concours, du nom de Vindicator. Les cow-boys partent pour le Montana, l’« état des grandes plaines » et la route qu’ils suivent longe les montagnes Rocheuses.[6]

Balthazar Picsou a quinze ans en 1882.

Références à Carl Barks

Encore une fois, Don Rosa s’est servi de deux histoires de Carl Barks, La grande course à vapeur et La course fantastique sur la rivière, pour l’épisode de la vie de Picsou sur le Mississippi. Il s’est également inspiré de l’histoire Le roi du bétail ! pour camper un Picsou cow-boy.

1883

Balthazar Picsou et Théodore Roosevelt sur Hortense en 1883

Theodore Roosevelt et Picsou lors de leur première rencontre.

Après un hiver difficile où une grande épaisseur de neige recouvre la plaine, Picsou et les autres cow-boys arrivent dans le Montana. Une nuit, Picsou est assommé par deux membres du groupe, les McVipère qui volent ensuite Vindicator, le taureau. Picsou part à leur poursuite jusque dans les Badlands du Dakota. Pendant ses recherches, il secourt un homme dont la jambe était coincée sous une grosse pierre. Cet homme n’est autre que Théodore Roosevelt - qui n’est alors rien de plus qu’une simple personne à la recherche d’aventures. Les deux hommes se lient d’amitié. Roosevelt lui inculque la valeur de la vie au grand air en lui disant que personne n’a de gloire à naître riche, et qu’il est bien plus amusant de devenir riche par ses propres moyens. Grâce à l’aide d’indiens, Picsou retrouve la trace des McVipère. Mais au moment où il pense les prendre dans son lasso, un ours sème la panique et poursuit les deux McVipère. Picsou retrouve finalement Vindicator qu’il ramène à Murdo McKenzie.[6]

Par la suite, Picsou investit un an de travail pour convoyer deux bœufs du Montana jusqu’à Java, en Indonésie. Un sultan de Java, Mangkunagara V, le sultan de Djokja, a pour ambition de remporter une course de chars à bœufs, appelée le « Kerapan Sapi », et il souhaite acheter les bœufs de Picsou. Pour s’y rendre, Picsou embarque en Australie avec sa jument Hortense à bord d’un grand voilier, le Cutty Sark. Il s’y engage comme matelot et il apprend le métier de marin. Il arrive dans le port de Tandjong Priok, près de Batavia (aujourd’hui Djakarta). Malheureusement, un autre sultan, le sultan de Solo Pakubuwana IX, et son émetteur verbal, désirent eux aussi s’approprier les bœufs pour remporter la course. Pendant que Picsou fait une démonstration de la vitesse de ses bœufs, l’émetteur du sultan de Solo parvient à distraire Picsou qui ne peut éviter un poteau en bois et est assommé. Le sultan de Solo et son émetteur prennent alors les deux bœufs sur leur vapeur. Picsou se réveille en pleine jungle. Il retrouve Grégoire Trouvetou au sommet d’un des volcans qui parsèment les îles indonésiennes. Grégoire recherche de nouvelles formes d’énergie comme la géothermie. Il a aussi inventé le prototype de l’une des premières automobiles et Picsou veut s’en servir pour retourner à Batavia. En chemin, il achète le prototype deux dollars à Grégoire. Mais une fois arrivé à Batavia, la voiture provoque la panique et cause de nombreux dégâts. Enfin, Picsou arrive au port où la voiture, qui n’a pas encore de freins, tombe à l’eau et coule. Picsou parvient à convaincre le capitaine du Cutty Sark, Moore de se lancer à la poursuite du vapeur du sultan de Solo et de le rattraper, ce qui garantirait une publicité mondiale pour le voilier. Moore confie la barre du Cutty Sark à Picsou. Mais alors que la poursuite semble perdue, un rebondissement inattendu survient. L’île de Krakatoa est détruite par l’explosion de son volcan, ce qui déclenche un immense raz-de marée, sur laquelle le voilier parvient à prendre une grande vitesse. Le Cutty Sark et son équipage rattrapent et dépassent même le vapeur, mais le voilier n’a plus de voiles. A ce moment-là des morceaux de l’île de Krakatoa tombent dans l’océan et flottent sur l’eau. Picsou monte alors sur sa jument Hortense et celle-ci galope sur les rochers flottants sur l’eau. Bientôt Picsou rattrape le vapeur. Celui-ci est touché par un énorme bloc de lave qui arrache la poupe du bateau. Le sultan et son émetteur quitte le navire, mais Picsou parvient à l’installer sur le bloc de lave, lui évitant ainsi de couler. Il retrouve ses bœufs et rentre à Batavia qu’il atteint deux jours plus tard. Picsou vend donc ses bœufs au sultan de Djokja qui multiplie le paiement par dix, étant donné les évènements. Mais le gouvernement hollandais de Batavia condamne Picsou à payer de nombreuses amendes et factures pour les dégâts infligés à Batavia. Cela rend Picsou fou de rage car il perd aussitôt tout la fortune qu’il venait d’acquérir.[7]

Balthazar Picsou a seize ans en 1883.

Remarques

Picsou rappelle précisément la date de la première rencontre entre Roosevelt et lui dans Le Petit Malin de la percée de la Culebra : il s’agit de 1883. Il semble que ce que lui a enseigné Roosevelt cette année-là soit le véritable moteur de sa soif de s’enrichir par soi-même.

L’île de Krakatoa est partiellement détruite en 1883 par l’explosion de son volcan, le Perbuatan, qui déclencha un raz-de marée provocant la mort de trente-six mille personnes.

Références à Carl Barks

Don Rosa s’est à nouveau servi de l’histoire Le roi du bétail ! de Barks pour composer cet épisode de la vie de Picsou.

1884

De retour dans le Montana, Picsou est contraint d’abandonner sa carrière d’éleveur de bétail et décide de devenir prospecteur. Il arrive à Butte city où il commence à prospecter sur un petit terrain face à une mine de cuivre située sur une colline, la mine d’Anaconda. Il trouve lui aussi du cuivre mais cela ne vaut quasiment rien à cette époque. Plus tard, il dîne avec Marcus Daly, le propriétaire de la mine d’Anaconda dont l’entreprise est mal en point. Mais l’arrivée de l’électricité, transportée par fils de cuivre, fait monter le prix du cuivre. Repérant immédiatement la fortune que cela pourrait lui rapporter, Balthazar court s’acheter du matériel. Pour le payer, il est obligé de vendre les dents en or de son aïeul Kenneth Mc Picsou. Picsou prospecte mais ne prospère pas alors que la mine d’Anaconda est devenue riche. [8]

Balthazar Picsou a dix-sept ans en 1884.

Références à Carl Barks

Barks a montré quelques flashbacks de Picsou prospectant le cuivre dans Juste un pauvre vieil homme pauvre....

1885

Balthazar Picsou et Howard Flairsou en 1885

Howard Flairsou aidant Picsou à manier de manière efficace la pioche.

Picsou est toujours prospecteur, mais il ne trouve que peu de cuivre. Un jour, Howard Flairsou, le père du jeune John Flairsou, est en visite dans la région. Il rencontre Picsou se lie d’amitié avec lui. Il lui apprend à manier la pioche. Ils rentrent en ville où pour analyser les échantillons trouvés, qui recèlent les mêmes proportions de cuivre que la mine. Or, selon un article de loi, la mine appartient à Picsou, car la veine est la moins profonde sur le terrain de Picsou. S’ensuit alors une course tumultueuse et une vraie bataille pour éliminer les autres prétendants au terrain de Picsou. Picsou est enfin reconnu propriétaire de la mine d’Anaconda. Marcus Daly propose à Picsou de lui racheter la mine contre dix mille dollars. Mais Picsou, qui a horreur qu’on lui force la main, refuse la proposition. Cependant, il reçoit un télégramme de sa famille. Pour sauver le château de ses ancêtres, elle a besoin d’argent rapidement. Picsou est obligé d’accepter le chèque de dix mille dollars de Marcus. Picsou s’embarque de New York pour rentrer en Ecosse avec cinquante mille dollars en poche après cinq ans passés en Amérique. [8]

Picsou arrive en Écosse et apprend que ses parents, qui vivent maintenant au château des McPicsou, risquent d’être expulsés pour non-paiement d’impôts depuis plusieurs siècles. Les Whiskerville n’attendent que cette occasion pour enfin pourvoir s’emparer des terres qu’ils convoitent depuis si longtemps. Mais grâce à ses cinquante mille dollars, Picsou peut rembourser les dettes de sa famille et ainsi éviter que le château ne soit mis aux enchères. Cependant, Argus McWhiskerville arrive au château des McPicsou avec Fenton McWhiskerville, le shérif de la ville située à proximité du château. Fenton ordonne à Picsou et à son père de quitter les lieux pour défaut de paiement, mais Picsou lui montre son chèque. Argus provoque alors Picsou en duel pour que Fenton puisse voler le chèque pendant ce temps. Lors de leur combat en armures, Argus est assommé par Picsou mais celui-ci est foudroyé, tombe dans les douves et est assommé par une pierre. Il se retrouve au paradis au milieu de ses ancêtres jouant au golf. Avec l’aire de sir Duncan, il convainc tous ses ancêtres qu’il mérite de retourner sur Terre. Il est donc renvoyé dans les douves du château, dont il parvient à s’extirper après avoir ouvert son armure avec son premier sou. Une fois sorti de l’eau, Picsou oblige les deux McWhiskerville à lui rendre son chèque. Picsou demande à son père d'aller encaisser le chèque à la banque, pendant qu’il retient les deux bandits. Mais une fois relâché les deux McWhiskerville pensent à tuer Picsou. Heureusement, ils sont effrayés par les fantômes des ancêtres de Picsou. Le château est sauvé et Picsou, après avoir vu un arc-en-ciel, décide de partir vers le sud. [9]

Balthazar Picsou a dix-huit ans en 1885.

Références à Carl Barks

Barks a montré quelques flashbacks de Picsou prospectant le cuivre dans Juste un pauvre vieil homme pauvre....

En 1885, Picsou apprend à ses parents qu’il a acheté des lorgnons. Ils furent évoqués pour la première fois dans Un puits de dollars de Carl Barks en mars 1958, où Picsou déclare : « Ces lunettes coûtaient seulement un dollar en 1885, pourquoi devrais-je en payer dix maintenant ? ».

1886

Balthazar Picsou a dix-neuf ans en 1886.

Aucune information.

1887

Balthazar Picsou sauvant Archibald Gripsou en 1887

Picsou sauve Gripsou.

Balthazar Picsou rejoint le Transvaal, une région d’Afrique du Sud. Après s’être embarqué pour Le Cap, il part chercher de l’or dans la région de Johannesburg. En chemin, il passe près de la mine de diamants de Kimberley où des centaines de mineurs creusent sans relâche. Parmi eux, un jeune afrikaner tente de voler les diamants d’autres mineurs, mais il est repéré et attaché à un buffle lâché dans la nature, le sort réservé aux voleurs. Picsou lui sauve la vie en arrêtant à mains nues le buffle. Mais après avoir endormi la méfiance de Picsou, l’afrikaner lui vole son chariot et son matériel. Après des petites aventures dans la jungle africaine, Picsou dompte un lion et parvient à Johannesburg où Gripsou s’est réfugié. Suite à un très court combat, Picsou humilie l’afrikaner en le roulant dans le goudron et les plumes et le livre au représentant de la loi. Cet afrikaner encore inconnu n’est autre qu’Archibald Gripsou. [10]

Balthazar Picsou a vingt ans en 1887.

Références à Carl Barks

La rencontre entre Picsou et Gripsou rappelle évidemment l’histoire Picsou contre Gripsou, qui marque la première apparition de Gripsou. Dans son histoire, Don Rosa fait rencontrer Gripsou et Picsou, soixante-neuf ans avant la rencontre « officielle ». Dans l’histoire de Barks, les deux hommes ne savent donc pas qu’ils se sont déjà rencontrés par le passé puisque Gripsou ne donne jamais son nom à Picsou, et Gripsou ne se souvient sûrement pas de cet épisode humiliant de sa vie.

1888

Picsou retourne les champs aurifères africains mais ne trouve rien. « L’or du Transvaal était trop profondément enfoui ! Il fallait extraire et tamiser des tonnes de pierres, pour obtenir un gramme d’or ! Seuls les hommes qui s’étaient enrichis à Kimberley pouvaient se payer des mineurs et l’équipement indispensable à l’exploitation des mines du Rand ! ».[10]

Balthazar Picsou a vingt-et-un ans en 1888.

Références à Carl Barks

Don Rosa place une référence à l’histoire Safari siffleur !, troisième et dernière apparition de Gripsou sous la plume de Barks : la mine d’or Kaffir de Gaffir qui apparaît à la fin de l’histoire est la même mine que Picsou et Gripsou se disputeront l’achat dans l’histoire de Barks.

1889

Picsou quitte l’Afrique du Sud.[10]

Picsou part prospecter à Pizen Bluff, une petite ville de l’Arizona où se déroule une ruée vers l’or. Mais, une nouvelle ruée vers l’or commence à Rawhide et tous les prospecteurs, Picsou compris, partent vers le Nord. [11]

Balthazar Picsou a vingt-deux ans en 1889.

Remarque

On sait que Picsou a prospecté dans la ville de Pizen Bluff un an avant son aventure avec notamment Géronimo et Buffalo Bill, qui se déroule en 1890.

Références à Carl Barks

La ville de Pizen Bluff apparaît pour la première fois dans l’histoire de Barks Pizen Bluff ville fantôme, dans laquelle Picsou retourne dans la ville fantôme.

1890

Picsou est prospecteur à Rawhide. Alors qu’il part se ravitailler à Phoenix, Picsou retrouve un vieux mineur allemand du nom de Jacob Walz, dans la ville fantôme de Pizen Bluff, en Arizona. Ce dernier lui confie une carte menant à la fabuleuse mine de Peralta. Mais Picsou, n’y croyant pas, refuse d’y prêter attention. Il apprend que son oncle John McPicsou fait dorénavant des spectacles avec Buffalo Bill à Phoenix. Il part donc retrouver son oncle. Picsou rencontre Annie Oakley et Géronimo, un chef apache, mais retrouve aussi Buffalo Bill, qu’il a déjà rencontré par le passé. Buffalo veut que Picsou rencontre Phineas T. Barnum, pour qu’il l’engage dans le spectacle. Mais des bandits de grand chemin, les frères Dalton, vident le coffre du spectacle.
P1890

Géronimo et Picsou à Pizen Bluff.

John apprend alors à Balthazar qu’il a convaincu ses parents d’hypothéquer le château des McPicsou pour financer son projet et que s’il perd l’argent volé par les Dalton, leur famille sera à la rue. Picsou, aidé de son oncle, Buffalo Bill, Annie Oakley, Géronimo et Phineas T. Barnum, part donc à la poursuite des Dalton. Les Dalton se réfugient à Pizen Bluff, la ville fantôme. Finalement, Picsou arrive à arrêter les voleurs, et John récupère son argent. Balthazar lui demande de racheter l’hypothèque du château et John accepte.[11]

Balthazar Picsou a vingt-trois ans en 1890.

Références à Carl Barks

La ville de Pizen Bluff apparaît pour la première fois dans l’histoire de Barks Pizen Bluff ville fantôme, dans laquelle Picsou retourne dans la ville fantôme.

1891

Picsou combat le champion de boxe gentleman Jim Corbett à San Francisco, le met K.O. et lui laisse une cicatrice au-dessus de l’œil.[12]

Balthazar Picsou a vingt-quatre ans en 1891.

Remarque

L’année est clairement énoncée : Picsou déclare à Roosevelt qu’il a affronté Jim Corbett en 91.

1893

Picsou se rend à Chicago pour voir l’exposition universelle qui commémore le quatre-centième anniversaire de la découverte de l’Amérique par Christophe Colomb. Il y rencontre Adolf Erik Nordenskiöld, auquel il achète une carte de l’outback australien. [13]

Picsou part donc ensuite pour l’Australie. « Il a entendu dire qu’on avait trouvé de l’or à Kalgoorlie ! Il a traversé le pays à poche de kangourou, mais il a atteint les champs miniers trop tard pour réclamer sa part ! [...] Mais il a fini par la trouver, sa mine d’or ! » [14]

Balthazar Picsou a vingt-six ans en 1893.

Remarque

On découvre l’année de cet épisode grâce à la date de l’exposition universelle de Chicago en 1893.

On apprend aussi qu’à cette époque de sa vie, Picsou a déjà fait deux fois le tour du monde.

1894 à 1895

Picsou recherche de l’or dans le désert occidental du plateau australien. [14]

1896

Toujours à la recherche d’or dans le désert australien, Picsou sauve un sorcier du nom de Jabiru Kapirgi, menacé par le revolver d’un bandit, qu’il met en fuite. Reconnaissant le sorcier lui montre le but de son voyage au milieu du désert : la caverne du grand mythe de Bindag-Bindag. Picsou y découvre une opale géante, mais celle-ci est volée par le même bandit sans scrupules, qui s’enfuit à dos de dromadaire. Monté sur un émeu, Picsou le rattrape, juste avant que des immenses vagues déferlent et n’inondent le désert. Picsou trouve refuge dans la caverne et décide de laisser l’opale pour s’enrichir honnêtement par son propre travail. Il retrouve Jabiru et découvre qu’il est destiné à partir pour le Yukon.[14]

Picsou arrive à Skagway, en Alaska après un voyage en bateau depuis l'Australie. Il est sans le sou après une rencontre avec Wyatt Earp et doit emprunter cent dollars pour la première fois de sa vie au malhonnête Soapy Slick au moment où on annonce que de l'or a été trouvé dans le Yukon voisin, une région du Canada. Picsou parvient dans la ruée des prospecteurs à atteindre Dawson City. Il commence à exploiter la vallée de l'Agonie Blanche dont lui seul connaît le chemin, et trouve quelques pépites d’or. Pendant ce temps, les affaires malhonnêtes de Soapy Slick et les spectacles de cabaret de Goldie O'Gilt prospèrent à Dawson. [15]

Balthazar Picsou a vingt-neuf ans en 1896.

Références à Carl Barks

Si les histoires de Barks, Retour au Klondike et Au nord du Yukon !  ont été une base pour la création de son histoire, Don Rosa avance cependant de 1898 à 1896 le prêt à 100 % d'intérêts puisqu'ayant découvert qu'en 1898 toutes les concessions du Yukon avaient été déclarées.

1897

Toujours à la recherche d’or, Picsou travaille plus dur que jamais. Malheureusement, Soapy Slick souhaite s’approprier le titre de propriété de la concession de Picsou.Il l’assomme et vole le précieux papier de Picsou. De plus, devant d’autres chercheurs d’or peu scrupuleux, il se moque de lui et le provoque en en ouvrant devant lui son courrier. Apprenant par ce biais que sa mère est décédée, Picsou, fou de rage, provoque la destruction du bateau de Soapy et met ce dernier hors d’état de nuire. Il le livre à la Police montée qui l’envoie en exil en Alaska. Picsou devient une légende et il désormais craint à Dawson City. A force de travail, il découvre la pépite "Œuf d’oie" qui le rend riche. [15]

Au printemps 1897, Picsou apporte sa pépite au Blackjack, le beuglant où danse Goldie O'Gilt, l’étoile du Nord, pour la montrer à tous ceux qui s’étaient moqués de lui. Goldie offre un café à Picsou qui ne se méfie pas. Il se réveille plus tard dans la neige à dix kilomètres de la ville, car on l’avait drogué et dévalisé. En colère, Picsou retourne au Blackjack où il s’occupe des complices de Goldie les uns après les autres. Il coince la voleuse et récupère sa pépite. Mais, il force aussi Goldie à travailler pour lui pendant un mois pour lui montrer à quel point la vie des chercheurs d’or est difficile.
P1897

Picsou invitant Goldie à entrer dans sa cabane de prospecteur.

Goldie veut profiter de cette occasion pour voler pour de bon la pépite de Picsou, ainsi que son titre de propriété. Les deux canards ne se déplaisent pas mutuellement mais n’osent jamais se l’avouer, et préfèrent se disputer plutôt que de penser aux sentiments qu’ils partagent. Picsou doit bientôt affronter trois personnalités de l’époque : Wyatt Earp, Bat Masterson et le juge Roy Bean, venues délivrer la danseuse de cabaret pour lancer un nouveau saloon à Dawson City, et conseillés par Soapy Slick, voulant se venger de Picsou responsable de son exil de Dawson. Ces « légendes vivantes » ont engagé deux guides, qui ne sont autres que les hors-la-loi Butch Cassidy et Kid de Sundance. Pendant que Picsou sort facilement victorieux de son affrontement avec les trois personnalités, Kid et Butch enlèvent Goldie et volent la caisse contenant le titre de propriété et la pépite de Picsou. Picsou se lancent à leur poursuite et sauve Goldie et ses biens. Le mois s’achève et Picsou demande à Goldie de retourner chez elle à Dawson. Ne comprenant pas la réaction de Picsou après un mois passé ensemble, Goldie repart en larmes, pendant que Picsou reste sous le charme. [16]

Balthazar Picsou a trente ans en 1897.

Références à Carl Barks

Les histoires de Barks, Retour au Klondike et Au nord du Yukon !, ont permis à Don Rosa de situer dans le temps et l'espace le parcours de Picsou, ainsi que de Soapy Slick avec son arrestation, entre Yukon et Alaska.

1898

En janvier 1898, un officier de la police montée, le colonel Samuel Benfield Steele, arrive pour nettoyer Dawson, ville rongée par le vice et la famine, et ainsi rétablir la loi et l’ordre. Les malfrats amis de Soapy Slick mettent tout sur le dos de Picsou et Goldie en profite même pour porter plainte contre lui, de manière à l’attirer vers elle. Picsou, qui risque de perdre sa concession s’il est arrêté, court trouver Goldie à Dawson pour lui demander de retirer sa plainte. En chemin, Steele tente de l’arrêter, mais Picsou. Pendant ce temps, un incendie s’est étendu dans toute la ville de Dawson et Picsou sauve Jules Ecoutum, le frère d’Elvire Ecoutum. Il retrouve Goldie dans son saloon, mais est assommé par un bloc de glace. Goldie créée alors une mise en scène, faisant croire que Picsou l’a sauvé de l’incendie. Devant cet acte de bravoure, Steele abandonne toutes les charges contre Picsou et celui-ci retrouve sa concession. Picsou repart donc et Goldie charge Steele de lui remettre une lettre importante. De peur de ce qu’il pourrait trouver à l’intérieur, Picsou n’ose pas ouvrir l’enveloppe et la laisse dans la neige. [17]

Plus tard,Picsou règle sa première et dernière dette avec Soapy Slick. [18]

Balthazar Picsou a trente-et-un ans en 1898.

Références à Carl Barks

Soapy Slick a été créé dans Au nord du Yukon !. Dans cette histoire, Soapy veut s’approprier la fortune de Picsou pour non-remboursement de dette, en dérobant le reçu de remboursement qui prouve que la dette n’existe plus. L’année de la confrontation entre les deux hommes est énoncée : il s’agit de 1898. Par ailleurs, Don Rosa redessine a redessiné les cases de Barks de Au nord du Yukon ! pour son histoire.

1899

Picsou travaille plus dur que jamais. Il découvre d’autres pépites mais ne dépense pas un sou.

En décembre 1899, Picsou apprend à la banque de Whitehorse qu’il est millionnaire. Son filon s’épuise et il enterre une réserve de pépites.[18] Il achète un terrain où se dresse le vieux Fort Donaldville au Calisota, à Jules Ecoutum pour deux cents dollars. Celui-ci lui remet l’acte de propriété du terrain. Picsou retourne à sa concession une dernière fois et part rejoindre Dawson à traîneau, où il a mit tout son matériel de prospecteur ainsi qu’une boîte de chocolats, qu’il souhaite offrir à Goldie. Mais distrait par les paysages qu’il voit pour la dernière fois, il se trompe de route et se retrouve sur le glacier du cou d’élan. Bientôt son traîneau tombe dans une crevasse et Picsou ne peut le récupérer. Une tempête de neige s’abat sur Picsou l’obligeant à quitter l’endroit rapidement. Il se sert de son fusil en le plantant dans la glace, de telle sorte qu’il serve de repère. Il se promet de revenir un jour. Poursuivi par une meute de loups affamés, Picsou tombe d’une falaise. Il atterrit directement sur le vapeur de Soapy Slick, naviguant sur le fleuve Yukon. Le bateau se rend à Whitehorse et Picsou ne voulant plus se rendre à Dawson après la perte de ses biens dans le glacier, décide qu’il achètera la banque de Whitehorse.[19]

Balthazar Picsou a trente-deux ans en 1899.

Remarque

L’année est clairement indiquée sur un calendrier dans l’histoire Dernier traîneau pour Dawson.

1900

Picsou achète la banque de Whitehorse et devient homme d’affaires. Il prête de l’argent à de nombreux prospecteurs lors de la ruée vers l’or en Alaska. [18]

Balthazar Picsou a trente-trois ans en 1900.

Remarque

L’année n’est pas indiquée mais on peut raisonnablement penser que ces épisodes se déroulent tous en 1900. En fait, on a découvert de l'or dans le sable des plages près de Nome en Alaska en 1899, mais cette nouvelle s’est fait connaître jusqu’au sud des États-Unis, attirant une seconde vague de milliers de chercheurs d’or et de commerçants qui ont afflué au printemps 1900 à bord de bateaux à vapeur venant des ports de Seattle et de San Francisco. Donc on peut penser que cet épisode se déroule en 1900.

Références à Carl Barks

La réserve de pépites enterrée par Picsou est celle que l’on retrouve dans Retour au Klondike.

1901

Picsou réussit dans tous les domaines. Il construit des scieries et des usines d’huile de poisson, dirige une compagnie de bateaux de pêche, vend de la limonade... [18]

Balthazar Picsou a trente-quatre ans en 1901.

Remarque

L’année n’est pas indiquée mais on peut raisonnablement penser que cet épisode se déroule en 1901.

1902

Picsou est maintenant milliardaire. Il a même acheté un poêle pour son bureau !

Il décide de retourner en Ecosse où il pense s’installer définitivement auprès de son père et de ses sœurs, Matilda et Hortense. C’est lors de ce retour au pays que Picsou achète sa fameuse redingote. Picsou transporte aussi huit tonneaux de pièces, qui représentent la totalité de sa fortune, hormis ses actifs dans ses affaires du Klondike. Pour pouvoir s’installer et être respecté par les habitants de la terre de ses ancêtres, Picsou participe aux jeux des Highlands, la grande fête annuelle des traditions et des sports écossais. Il y rencontre Scottie McTerrier, un jeune écossais qu’il choisit comme entraîneur. A la suite de plusieurs épreuves dont le lancer du tronc ou la tonte d’un mouton, Picsou s’aperçoit que ses talents ne correspondent pas à ce que s’attendent ses compatriotes, et il va d’échecs en échecs. Picsou en arrive à la conclusion que l’Ecosse est un pays tourné vers le passé et il n’a pas sa place ici. Picsou décide d’aller habiter dans la ville de Donaldville au Calisota, où il est propriétaire du terrain qu’il a acheté à Jules Ecoutum. Ses sœurs l’accompagneront, mais son père, trop vieux pour déménager, restera avec Scottie, qui sera chargé de l’entretien du château.[18]

Picsou et ses sœurs arrivent à Donaldville, une petite bourgade sur la côte, à bord d’une vieille rolls. Picsou rencontre la famille d’Elvire Ecoutum, la sœur de Jules Ecoutum. Hortense tombe amoureuse de Rodolphe Duck, le jeune fils d’Elvire, avec lequel elle partage le même caractère colérique. Picsou découvre sa propriété, la colline Killmotor, où se dresse le vieux fort Donaldville en ruine. Les Castors Juniors y ont établi leur quartier général, mais Picsou les chasse sans ménagement. Ceux-ci préviennent le président des Etats-Unis qu’un étranger a installé une base militaire sur le fort Donaldville. Picsou et ses sœurs sont quant à eux kidnappés par les terrible Rapetou, dirigé par Gracié Rapetou, qui ont découverts les huit tonneaux de pièces de Picsou, cachés à l’intérieur du fort.
P1902

Picsou, près de son coffre, dominant Donaldville.

Mais bientôt, l’armée américaine arrive à Donaldville et bombarde le fort. A la suite d’une grande bataille, Picsou retrouve son vieil ami Theodore, qui est devenu président des Etats-Unis et les Rapetou sont arrêtés.

Six mois plus tard, la construction du coffre de Picsou est terminée et celui-ci domine déjà Donaldville. [20]

Balthazar Picsou a trente-cinq ans en 1902.

Références à Carl Barks

L’année d’achat de la redingote est donnée dans À la recherche de la Toison d'or. Scottie McTerrier est cité dans Le Secret du vieux château. Les huit tonneaux d’argent sont une référence à l’histoire Donald et le tic numismatique, où Picsou montre pour la première fois ses tonneaux.

1903

Balthazar Picsou a trente-six ans en 1903.

Aucune information.

1904

Picsou se rend à l’exposition universelle de Saint-Louis où il découvre le cinématographe. Il participe ensuite aux troisièmes Jeux Olympiques de l'ère moderne, toujours à Saint-Louis, où il démontre ses talents dans l'épreuve de lutte, notamment grâce à la prise du "full picsou".[12]

Balthazar Picsou a trente-sept ans en 1904.

Remarque

Dans Les Évadés de la vallée Interdite, un des neveux de Picsou déclare « Le dernier film qu'onc' Picsou a vu a dû passer dans un Nickelodeon à l'Expo de Saint-Louis de 1904 ! ». Cela démontre une fois de plus que Picsou a dû passer quelque temps dans la ville de Saint-Louis.

1905

Balthazar Picsou a trente-huit ans en 1905.

Aucune information.

1906

En novembre 1906, Picsou est au Panama avec ses sœurs et creuse une montagne pour trouver de l’or près du chantier du canal de Panama. Il y retrouve Theodore Roosevelt qui est en visite dans la nouvelle république du Panama. Roosevelt craignant qu’un incident serve d’excuse à l’ambitieux général Esteban pour mener un coup d’État décide d’aider Picsou à creuser. Picsou retrouve alors un temple érigé par plusieurs civilisations précolombiennes, dont l’intérieur est rempli d’objets en or. Mais pendant que Picsou et Roosevelt se disputent la possession de la montagne, le temple dévale la pente et empêche une guerre entre l’armée du général Esteban et les Rough Riders, l’armée du président. Le temple est enseveli et Picsou accepte de céder la montagne à l’Amérique pour un prix avantageux qui sera fixé à l’aube. Pendant ce temps, le général Esteban est mis hors d’état de nuire alors qu’il tentait de voler de l’or issu du temple et est renvoyé en Colombie où il est mis en prison. A l’aube, Picsou hésite à céder la montagne contre des droits sur l’aéroplane des frères Wright ou sur le cinématographe. Mais Picsou tombe dans les pommes après avoir bu une boisson des indiens Guaymi, la chicha, qui est très forte. Roosevelt décide de laisser le choix aux sœurs de Picsou qui choisissent le « teddy bear » de Roosevelt, le premier ours en peluche de tous les temps. Roosevelt accepte. [12]

Balthazar Picsou a trente-neuf ans en 1906.

Remarque

L’année est clairement indiquée dans l’histoire.

1907

Balthazar Picsou a quarante ans en 1907.

Aucune information.

1908

Picsou rencontre McVipère Junior dans une ville du Nevada. Celui-ci veut lui extorquer les actions qu’il vient d’acheter cinquante dollars. Pour ne pas les perdre, Picsou les cache dans un mur fait de bouteilles de verre, dans le garde-manger de l’hôtel où il séjournait. [21]

Balthazar Picsou a quarante-et-un ans en 1908.

Remarque

Cet épisode de la vie de Picsou se déroule un an avant les retrouvailles entre Picsou et ses sœurs, au début de l’année 1909. Donc il se déroule forcément en 1908.

Références à Carl Barks

Cet épisode est une référence à l’histoire de Carl Barks, Le mystère du train fantôme, dans laquelle Picsou recherche et finit par retrouver ses actions. Toutefois, Don Rosa a changé la date de la première rencontre entre Picsou et McVipère Junior, puisque Picsou déclare dans l’histoire de Barks que leur première rencontre date de 1898. Hors à cette époque là Picsou cherchait de l’or au Klondike, bien loin de là. Peut-être la mémoire de Picsou n’est elle pas tout à fait exacte...

1909

Picsou est en visite à Donaldville. Ses sœurs Matilda et Hortense sont lassées de gérer sa fortune dans le coffre-fort ; elles souhaitent voir le monde. Laissant à Miss Frappe et Rodolphe Duck, le fiancé d’Hortense, le soin de surveiller son argent, elles suivent Picsou au cours d'un voyage en Afrique. Mais très vite, Matilda et Hortense constatent que leur grand frère est devenu avide, avare et hargneux. Il n’hésite d’ailleurs pas à arnaquer des tribus africaines pour récupérer leurs terres.
P1909

Picsou devient irrespectueux envers Houla Lala qui refuse de vendre ses terres

Il tente ainsi d’arnaquer le sorcier vaudou Houla Lala, qui le rejette violemment hors de son village. Picsou engage alors quelques brutes qui détruisent le village vaudou. Grâce à une ruse, Picsou parvient à duper Houla Lala et à s’approprier ses terres. De retour au campement Picsou trouve une lettre de ses sœurs qui lui apprend qu’elles rentrent à Donaldville, car elles sont scandalisées de son comportement. Elles le prient de les rejoindre quand il aura changé. Voulant les rattraper avant qu’elles ne partent, il tombe nez à nez avec Bombie le zombie et découvre que Houla Lala a lancé Bombie à ses trousses, et il le poursuivra où qu’il aille.

Avant de partir retrouver ses sœurs, Picsou décide de faire quelques autres affaires. Il part vendre notamment des tondeuses au Sahara, du sel en Egypte et des parapluies à Aden.

Plus tard, Picsou se rend au Groenland pour rencontrer Robert Peary et financer son expédition au pôle Nord. Il veut acheter le pôle pour que les gens payent pour utiliser une boussole et des taxes sur les lettres pour le père Noël. Peary refuse en disant qu’il s’agit d’une expédition scientifique. Picsou retombe sur alors sur Bombie, mais celui-ci tombe dans une crevasse, au grand soulagement de Picsou. Apprenant par un télégramme que le tsar de Russie Nicolas II lui accorde (enfin !) une audience, Picsou fait un détour et atteint alors le premier le pôle Nord, ce qui rend fou de rage Peary. [21]

Balthazar Picsou a quarante-deux ans en 1909.

Remarques

Robert Peary atteignit le pôle Nord le 6 avril 1909. On peut donc penser que cet épisode de la vie de Picsou se déroule début avril. Cela pourrait concorder avec la rencontre avec le tsar ayant lieu l’année suivante, d’où l’explication de l’écriteau « Quelques mois plus tard. » qui apparaît juste avant la rencontre entre Picsou et le tsar. En revanche, il semble difficile de croire que tous les éléments précédents de cette année-là se déroulent entre janvier et fin mars. Il semble que ce soit une incohérence du grand Don Rosa.

Références à Carl Barks

Bombie et Houla Lala apparaissent cette année-là ce qui est évidemment une référence à Bombie le zombie de Barks.

Une phrase d’Hortense est aussi une référence à une histoire de Barks : elle déclare « Nous allons peut-être tomber sur les mines du roi Salomon », ce à quoi Picsou répondra : « Peut-être… un jour… ». C’est bien-sûr une référence à Les mines du roi Salomon.

1910

« Un tailleur de Saint-Pétersbourg réalise une vente historique. Picsou veut faire bonne impression auprès du tsar ! » En plus d’un haut-de-forme et d’une canne, Picsou achète plusieurs douzaine d’œufs de Fabergé à Nicolas II et apprend l’existence du fameux rubis strié qui a été volé. [21]

Balthazar Picsou a quarante-trois ans en 1910.

Remarque

L’année n’est pas indiquée dans l’histoire. Pour la retrouver, il faut lire La course au lemming de Barks, où Picsou déclare à ses neveux que son chapeau lui a coûté deux dollars en 1910.

Références à Carl Barks

Le rubis strié est évidemment une référence à Un rubis pour la haute de Carl Barks. Comme expliqué plus haut, on apprend l’année d’achat du haut-de-forme de Picsou dans La course au lemming.

1911

Balthazar Picsou a quarante-quatre ans en 1911.

Aucune information.

1912

« Picsou parvient à retrouver le rubis [strié] et à l’échanger contre quelques canassons... ». Après avoir retrouvé le rubis strié, Picsou s’embarque sur le Titanic. L’iceberg qui coule le Titanic permet également à Bombie de retrouver Picsou. Heureusement pour le milliardaire, Bombie coule avec le bateau au fond de l’eau.[21]

Balthazar Picsou a quarante-cinq ans en 1912.

Remarques

On sait que Picsou retrouve le rubis deux ans après avoir rencontré le tsar Nicolas II. Or, Picsou rencontre le tsar en 1910, donc cet épisode de la vie de Picsou se déroule forcément en 1912. De plus, le Titanic a coulé dans la nuit du 14 au 15 avril 1912.

Références à Carl Barks

En 1912, Don Rosa place à nouveau une référence à Un rubis pour la haute, pour le rubis strié et à Bombie le zombie.

1913

« Toute une année, il se fait chercheur d’épaves ».[21]

Balthazar Picsou a quarante-six ans en 1913.

Remarque

On peut raisonnablement penser que Picsou cherche des épaves en 1913, puisque c’est à la suite du naufrage du Titanic que Picsou a une véritable révélation à propos des navires engloutis remplis de richesses qui gisent au fond de l’eau.

Références à Carl Barks

Barks a montré un flashback de Picsou recherchant des trésors et retrouvant des vieilles cartes au fond de l’eau dans Juste un pauvre vieil homme pauvre....

1914 à 1919

« En Amérique du Sud, il se lance dans la plantation d’hévéas et dispute le terrain aux crocodiles… lesquels ont de solides arguments ! Là, Picsou apprend qu’il existe plus effrayant : Eldorado, le maître de la jungle ! Les indigènes l’avertissent qu’un sort tragique est réservé à qui profane le territoire de l’homme d’or… mais personne ne met El Dorado en garde contre l’homme blanc gagné par la fièvre… de l’or ! »

« Plus tard, Picsou séjourne en Asie… d’où il expédie encore quelques wagons d’argent liquide à Donaldville ! La chose est risquée ! Et près de Bagdad, des bandits décident de détoyrner le train… Picsou est poussé dans le vide sans autre forme de procès… Il se croit perdu… mais il atterrit par miracle dans l’un de ses wagons d’or… et découvre un sport qui deviendra célèbre [la nage dans ses pièces] ! […]]Il échappe ainsi aux bandits de Bagdad. »

« Dans le désert de Gobi, un étrange marchand propose à d’autres pillards de les mener jusquà l’or de Picsou s’ils l’aident à transporter des lychees vers Pékin ! Le marchand n’aurait pu traverser cette contrée sauvage sans les bandits pour le guider et le protéger ! Mais quand des soldats chinois mettent en fuite les pillards, on découvre l’identité du « marchand » et la vrai nature des marchandises [respectivement Picsou et ses pièces] ! »

« Les années poursuivent leurs courses et on retrouve Picsou dans le Pacifique. Il a dressé des cormorans pour pêcher des perles ! » [21]

Remarque

Il est impossible de trouver avec précision les années exactes de ces aventures, puisqu’elles n’ont pas été précisées par Don Rosa.

Références à Carl Barks

La présence d’Eldorado est une référence à Les timbrés du timbre, où il affronte Donald et ses neveux. Dans Juste un pauvre vieil homme pauvre..., Picsou déclare qu’il a dressé des milliers de cormorans quand il récoltait des perles en Asie.

1920

P1919

Picsou échange son précieux rubis rayé contre un dézombage de Bombie.

Picsou veut acheter les noix de coco du chef Pleindo Coco, chef d’une petite île du Pacifique Sud. Pour se débarrasser pour de bon de Bombie qui le poursuit toujours, Picsou échange son précieux rubis strié contre un dézombage qui figera Bombie sur place pour au moins trente ans.

Balthazar Picsou a cinquante-trois ans en 1920. [21]

Remarques

La date de cet épisode de la vie de Picsou est énoncée clairement dans Un rubis pour la haute de Barks. Picsou se souvient avoir vendu le rubis en 1920. De plus, Pleindo Coco déclare à Picsou que Bombie sera figé sur place pour au moins trente ans. Or, Bombie le zombie dans lequel Bombie est de retour à Donaldville se déroule en 1949... soit près de trente ans après 1920. De plus, l’écriteau qui fait suite à cet épisode de la vie de Picsou informe que la décennie suivante sera faite de voyages, jusqu’en 1929 et le krach boursier de Wall Street.

Références à Carl Barks

En 1920, il est encore question du rubis strié, qui est toujours une référence à Un rubis pour la haute. Pleindo Coco apparaît aussi dans cette histoire. Bombie est également toujours présent, une référence de plus à Bombie le zombie.

1921 à 1928

« Picsou parcourt encore le monde pendant une décennie... » [21]

1929

« Il arrive à Wall Street juste après le krach boursier et reprend toutes les actions au plus bas prix ! Ne faisant confiance à personne, il confie ses courses à ses cormorans, ce qui lui vaut le surnom « d’oiseleur de Wall Street » ! » [21]

Balthazar Picsou a soixante-deux ans en 1929.

Remarque

On apprend que Picsou arrive à Wall Street juste après le krach boursier, soit juste après le 24 octobre 1889. On peut toutefois penser que cet épisode se poursuit sur le début de l’année 1930, étant donné que le krach boursier a lieu à la fin de l’année.

Références à Carl Barks

Encore une fois, les cormorans sont une référence à Juste un pauvre vieil homme pauvre....

1930

Balthazar Picsou est de retour à Donaldville. « Tout Donaldville est là pour l’accueillir ! Nourri par ses investissements, le petit village est devenu une puissante métropole ! Mais l’existence que Picsou a menée l’a rendu un peu sec, aussi boude-t-il les honneurs qu’on lui rend... » De retour à son coffre, il retrouve ses sœurs qui ont fondé leurs familles. Après avoir affiché son mépris devant sa famille, celle-ci quitte Donaldville. Picsou découvre qu’il est devenu l’homme le plus riche du monde. [21]

P1930

Picsou se montre méprisant devant sa famille.

Balthazar Picsou expliquera ce qu’il ressentit lors de cet épisode marquant à sa sœur Matilda, bien des années plus tard : « J’avais trop honte ! Le voyage avait été long ! Mon corps était devenu plus résistant que mes idéaux. J’avais… snif !... perdu de vue mes buts, mas… j’étais trop têtu pour le reconnaître ! Maman et papa étaient déjà partis… et quand vous m’avez quitté j’ai perdu ma joie de vivre ! Je ne nageais plus dans mon argent. Je n’accomplissais plus rien avec plaisir. Mon argent n’était plus qu’une source de profit. »[22]

Balthazar Picsou a soixante-trois ans en 1930.

1931 à 1936

Aucune information.

1937

« Le financier ferme toutes ses entreprises, déclarant que personne ne mérite d’hériter de sa fortune ! Installé dans un somptueux manoir, chose surprenante, compte tenu de sa réputation, Balthazar Picsou disparaît de la vie publique. » [23]

Balthazar Picsou a soixante-dix ans en 1937.

1938 à 1946

Picsou vit reclus dans son manoir à Donaldville. [23]

1947

Le soir de Noël 1947, Picsou accueille ses neveux dans son manoir. Il souhaite leur montrer l’intérieur de son coffre-fort. Gracié Rapetou et ses petit-fils en profitent pour s’introduire dans le coffre et voler quelques sacs d’argent. Enervé par les réactions de ses neveux qui prennent le vieil homme pour un richard qui a hérité de sa fortune, Picsou retrouve une seconde jeunesse et arrête à lui seul les Rapetou. Il se décide à vendre le manoir et souhaite vivre de nouvelles aventures avec ses neveux.[23]

Retrouvailles entre Donald Duck et Balthazar Picsou Le Reclus du Manoir McPicsou

La première rencontre entre Picsou et ses petits-neveux.

Balthazar Picsou racontera sa rencontre avec ses neveux à sa sœur Matilda bien des années plus tard : « Un Noël, je me suis senti trop seul et j’ai appelé Donald, le fils d’Hortense. Entretemps, il avait recueilli chez lui ses trois neveux. Il avait fondé une famille ! Il était bien plus riche que moi ! En eux, j’ai retrouvé les McPicsou ! J’ai vu leur soif d’aventure, de connaissance et de plaisir ! Des qualités que j’avais eues. Je me suis souvenu qu’a une époque, j’étais fidèle à mes idéaux… Ils ont ravivé quelque chose en moi ! » [22]

Balthazar Picsou a quatre-vingt ans en 1947.

Références à Carl Barks

Cet épisode fait suite à la toute première apparition de Picsou Noël sur le mont Ours.

Références

  1. Certains considèrent cette histoire comme un épisode à part entière de La Jeunesse de Picsou se déroulant de 1899 à 1954.
  2. 2,0, 2,1, 2,2, 2,3 et 2,4 Dans l’histoire Le Dernier du clan McPicsou de Don Rosa, publiée en août 1992.
  3. Dans l’histoire Canards, cents et destinées ! de Don Rosa, publiée en juin 1995.
  4. Dans l’histoire La Quête du Kalevala de Don Rosa, publiée en novembre 1999.
  5. 5,0, 5,1 et 5,2 Dans l’histoire Le Roi du Mississippi de Don Rosa, publiée en août 1992.
  6. 6,0 et 6,1 Dans l’histoire Le Cow-boy des Badlands de Don Rosa, publiée en novembre 1992.
  7. Dans l’histoire Le Cow-boy capitaine du Cutty Sark de Don Rosa, publiée en décembre 1998.
  8. 8,0 et 8,1 Dans l’histoire L'Aventurier de la colline de cuivre de Don Rosa, publiée en janvier 1993.
  9. Dans l’histoire Le Nouveau Maître du château McPicsou de Don Rosa, publiée en mars 1993.
  10. 10,0, 10,1 et 10,2 Dans l’histoire La Terreur du Transvaal de Don Rosa, publiée en mai 1993.
  11. 11,0 et 11,1 Dans l’histoire Le Protecteur de Pizen Bluff de Don Rosa, publiée en décembre 1996.
  12. 12,0, 12,1 et 12,2 Dans l’histoire Le Petit Malin de la percée de la Culebra de Don Rosa, publiée en février 2001.
  13. Dans l’histoire La Couronne des croisés de Don Rosa, publiée en octobre 2001.
  14. 14,0, 14,1 et 14,2 Dans l’histoire Le Rêveur du Never Never de Don Rosa, publiée en juin 1993.
  15. 15,0 et 15,1 Dans l’histoire Le Prospecteur de la vallée de l'Agonie blanche de Don Rosa, publiée en juillet 1993.
  16. Dans l’histoire La Prisonnière de la vallée de l'Agonie Blanche de Don Rosa, publiée en mai 2006.
  17. Dans l’histoire Les Deux Cœurs du Yukon de Don Rosa, publiée en septembre 1995.
  18. 18,0, 18,1, 18,2, 18,3 et 18,4 Dans l’histoire Le Milliardaire des landes perdues de Don Rosa, publiée en novembre 1993.
  19. Dans l’histoire Dernier traîneau pour Dawson de Don Rosa, publiée en mars 1988.
  20. Dans l’histoire L'Envahisseur de Fort Donaldville de Don Rosa, publiée en mars 1994.
  21. 21,0, 21,1, 21,2, 21,3, 21,4, 21,5, 21,6, 21,7, 21,8 et 21,9 Dans l’histoire Le Canard le plus riche du monde de Don Rosa, publiée en avril 1994.
  22. 22,0 et 22,1 Dans l’histoire Une lettre de la maison de Don Rosa, publiée en février 2004.
  23. 23,0, 23,1 et 23,2 Dans l’histoire Le Reclus du Manoir McPicsou de Don Rosa, publiée en juin 1994.
Sauf mention contraire, le contenu de la communauté est disponible sous licence CC-BY-SA  .