FANDOM


Villainous rivalry by krakenguard-d67p7ca
Je l'avais bien dit, que je trouverait bien un moyen de faire revenir Picsou dans la série ! Voilà…






Les Complots de Jafar, épisode 19: Picsou aux Enfers

Quelques jours plus tard, à Donaldville… C'est la nuit noire, une nuit sans lune. Une étoile filante traverse le ciel. Une minute, est-ce vraiment une étoile filante ? C'est rouge, bleu et blanc, avec une note d'orange… Et plus ça se rapproche, plus on dirait… Non, cela ne pouvait pas être… Et pourtant, quand la Chose atterrit, aucun doute: c'était bien Balthazar Picsou lui-même. Et en pleine forme, j'aime mieux vous le dire ! Il resta un instant assis, comme abasourdi, au milieu du parc de Donaldville, dans des ténèbres à peine percés par les quelques projecteurs éclairant la grande statue de Cornélius Écoutum.

« Je suis en VIE ! Yip-yip-youpi ! EN VIE ! » hurla-t-il soudain, dans une explosion de joie probablement moyennement partagée par les quelques riverains que ce cri révaillait en plein milieu d'une honnête nuit.

Puis, du pas de course le plus rapide que lui permettait son grand âge (147 ans tout de même), le vieil écossais se pressa vers la maison de son neveu Donald Duck. Son doigt maigre chercha la sonnette à tâtons dans l'obscurité puis, l'ayant trouvée, il appuya vigoureusement dessus.

ZifefeZDCTRBY

« Ho, ho… Revoilà un coup de sonnette que je ne connais que trop ! se dit Donald niché au creux de son lit. Mais qu'est-ce qu'il veut encore, mon avare d'oncle Pic… »

Il bondit de son lit.

« AAAAH ! UN FANTÔME ! Police secours ! l'armée ! QUELQUE-CHOSE !  »

hurla-t-il en gigotant.

« Mais non, imbécile ! le coupa son oncle d'une voix étouffée à travers la porte. Si j'étais bien un fantôme, je n'aurais pas besoin de frapper à la porte, je passerais au travers !

— Heu… Ça se tient ! Entre ! »

Quelques minutes plus tard, un Balthazar Picsou bien vivant sirotait un chocolat chaud gratuit, bien installé dans un fauteuil prés de la cheminée de son neveu Donald Duck.

« Bon ! dit Donald d'une voix ferme. Maintenant que tu as repris des forces, explique-toi ! Tu étais MORT… Alors d'accord, ce n'est pas la première fois qu'un mort ressuscite, il y a déjà eu Jafar (d'ailleurs, on s'en serait bien passé. Mais tu avoueras que c'est peu banal, quand même !

— Eh bien, voilà… À la suite de mon, hem, décès (ça fait bizarre de parler de sa mort au passé, tout de même ! Hi ! Hi ! Hi !), je me suis retrouvé sans comprendre dans le Grand Canyon… Mais pas un Grand Canyon normal, hein ! Ses eaux étaient glauques et sombres, et il y avait des sortes de monstrueuses gargouilles sculptées un peu partout…

— Eh ! J'y suis allé ! Et dire que je pensais avoir rêvé… [1]

— Eh bien, non, semble-t-il ! Toujours est-il que je me suis alors retrouvé en un rien de temps, emporté par le courant, devant un grand démon qui s'appelait… Belzébuth, je crois. Il a dit qu'un mortel avait dit que je serais parfait pour la section des Avares, et… UNE MINUTE ! se ravisa Picsou. Tu m'as bien dit que tu y étais allé ? fit le canard d'un ton inquisiteur. Tu es sûr de n'avoir rien dit à mon sujet ?!?

— Eh bien, à vrai dire… Mais si peu… Et puis, je ne pouvais pas savoir… Heu… »

Un coup de cane bien appliqué plus tard, Picsou reprit:

« Et j'ai dû me plier à un de ces supplices ! Mais il est inutile que je me fasse mal en le décrivant, tu as vu cela… Et puis, Géo Trouvetou est arrivé — enfin, j'ai cru que c'était Géo Trouvetou. En fait, c'était le fantôme d'Archimède… Il faut croire que cette tête convient aux génies… Archimède, donc, qui a dit qu'il y avait erreur: certes, j'étais avare, mais j'avais tout de même aimé tendrement ma famille… Cette passion de l'or n'avait jamais pris le pas sur mes sentiments. Belzébuth, récit de ma vie en main, restait sceptique; alors, il m'a renvoyé sur Terre avec une seconde chance de prouver que je suis bon. Et, me voilà ! »

Cette nuit-là et le jour qui suivit, les Donaldvillois prévenus par Donald fêtèrent le retour de leur "champion de la finance". Par tact, on n'annonça que plus tard, et avec ménagement, à Picsou que son coffre avait été méticuleusement vidé par tous les voleurs de l'état d'abord, et par le Capitaine Crochet ensuite.

  1. Voir Œil pour œil, dent pour Dante
Sauf mention contraire, le contenu de la communauté est disponible sous licence CC-BY-SA  .