FANDOM


Villainous rivalry by krakenguard-d67p7ca
Voici le cinquième épisode de mon roman !

Les Complots de Jafar, épisode 5: Toujours au Pays Imaginaire, ou la trahison du Capitaine Crochet

« M. Mouche ! fit Crochet. Qu’est-ce que c’est que ça ?

— Heu… Un canard, capitaine, répondit l’éternel mousse.

— JE LE VOIS BIEN, PAR SAINT-GEORGE, QUE C’EST UN CANARD ! Mais que fait-il ici ?

— Nos hommes l’ont rapporté après leur expédition quotidienne… Il nous cherchait, à ce qu’il dit, répondit Mouche en rajustant ses lunettes.

— Nous chercher ?… Et si c’était un envoyé de Peter Pan ? Croyez-vous que cela pourrait être un caneton perdu ?

— Oh, non, capitaine, certainement pas. C’est un adulte.

— Dites, je pourrais placer un mot ? Je suis quand même le principal intéressé dans cette histoire ! fit le canard.

Ce canard, vous l’aurez deviné, n’était autre que Donald Duck. Le pauvre n’avait pas mis un pied dans la Crique aux Pirates qu’on l’avait attrapé, contusionné, assommé, et finalement attaché au mât du Jolly Rogers.

« Je voudrais vous demander si vous aviez vu le Sou Fétiche de mon oncle ?

— Fétiche… Par Saint George, serait-ce un porte-bonheur ?

— Tout à fait. Ajoutons qu’il appartient à Picsou, le canard le plus riche du monde !

— PICSOU ? PORTE-BONHEUR ? Voilà qui m’ouvre des perspectives inattendues… Mouche, nous reste-t-il un peu de poussière de fée ? Cela fait vingt ans que je n’avais pas mis les pieds dans l’Autre Monde. Maintenant, direction Donaldville !

— Bien, capitaine, tout de suite, capitaine, vos désirs sont des ordres, capitaine. Et que dois-je faire du prisonnier ?

— Tout ce qu’il te plaira ! Tiens, donne le en pâture au Monstre, ça lui fera peut-être passer pour quelques jours l’idée de me dévorer !

— EEEEH ! NOOOONNN !

Trop tard : quelques matelots, zélés, avaient déjà balancé Donald par-dessus bord.

— Bien, dit Crochet. Maintenant que ce problème est réglé, exécute mes ordres, Mouche.

— Oui, capitaine… Mais tout de même, ne croyez-vous pas que le Seigneur des Ténèbres, et Jafar, et les autres, vont se fâcher ? Ils nous avaient dit de rester là quelques temps.

— Allons, Mouche… Écoutez-moi bien. Si Picsou cherche son porte-bonheur, c’est qu’il l’a perdu. D’accord ? — Oui, capitaine.

— Et si il a perdu son porte-bonheur, il a aussi perdu sa chance… D’accord ?

— Oui, capitaine.

— Et si Picsou le cherche ici avec son neveu, c’est qu’il n’est pas chez lui à garder sa fortune, d’accord ?

— Oui, capitaine… Et alors ?

— Alors, cambrioler un Picsou malchanceux et qui en plus n’est pas chez lui devrait être un jeu d’enfant, et me rapporter de surcroît bien plus que si je devais partager avec les autres Méchants ! »


Notons, toutefois, que la nouvelle de la disparition du Sou n°1 s’était répandue. James Crochet n’était pas le seul à avoir eue cette idée, loin de là ! La colline Killmotor était noire de monde (un tiers composé de voleurs, et deux tiers composés des journalistes que Lucien Arpène n’avait pas manqué d’invité pour filmer son cambriolage). Dans la foule, on pouvait reconnaître Madame Mim, les Rapetou au grand complet (ça en fait, du monde !), Lucien Arpène, Gripsou, Flairsou, les Harpies, le Fantôme Noir, Don Karnage et, bien sûr, Pat Hibulaire. Toute cette foule s’attaquait maintenant aux défenses du coffre, judicieusement ( ?) actionnés de l’intérieur par un neveu de Picsou, Popop, à qui il avait à contre-cœur délégué la garde du Coffre. Lorsque Popop eut provoqué comme de bien entendu un monumental court-circuit dans le système, tous les brigands s’introduisirent dans le coffre. La police, débordée, avait depuis longtemps renoncé à intervenir.

Mais j’en entends qui protestent : « Donald livré à la Pieuvre Géante, Picsou cambriolé par tous ses pires ennemis… Ce n’est plus un hasard malheureux, c’est du parti-pris anti-canard ! » Eh bien, non. Que nos lecteurs se calment, tout va s’arranger. Enfin… Espérons-le…

Sauf mention contraire, le contenu de la communauté est disponible sous licence CC-BY-SA .