FANDOM


Voici déjà longtemps que je publiais dans un autre billet de blog ma première bande dessinée, Le Duc du Bidon. L'histoire, si j'en reste fier, était à vrai dire assez mal fichue (surtout au niveau du dessin, franchement hésitant). Mais j'ai eu le temps de me perfectionner, et je reviens avec cette fois-ci une longue aventure… Voir après les scans le making-of de l'histoire (j'ai été inspiré par les pages d'explications de Don Rosa dans son intégrale).

L'Éclipse1
L'Éclipse2
L'Éclipse3
L'Éclipse3

Making-of

Les textes en gras ne sont pas définitif: il font en effet référence à l'état d'inachèvement de l'histoire et seront donc modifiés ou supprimés au fur et à mesure qu'elle sera complétée.


Comme je le disais plus haut, ce petit making-of de mon histoire est sensé être l'équivalent de ceux présents dans l'intégrale Don Rosa de Glénat, que j'apprécie beaucoup. Je ne sais pas si ce texte-ci va être aussi agréable à lire, mais espérons… Donc allons-y. Sur ces quatres premières pages que j'ai pour l'instant réalisées, j'ai déjà un certain nombre de commentaires à faire; certaines allusions sont peut-être évidentes, mais je les rappelle quand même aux étourdis.

Tout d'abord, dès la seconde case, je me permet plusieurs allusions: la planète qui va provoquer mon "éclipse spectaculaire" est le Walhalla de Une Planète mysTHORieuse (je l'ai choisi pour faire le lien avec La Montre des McDuck; dans cette histoire, une éclipse imprévue est provoquée par le passage entre le soleil et la Terre « d'une planète inconnue ». Or la seule autre planète inconnue ayant des caractéristiques similaires présente chez Barks est le Walhallah, j'ai donc fait comme si les deux ne faisaient qu'une). Les journaux de cette case sont Les Chroniques de Donaldville, mon fameux journal fictif dont j'ai réalisés plusieurs numéros à consulter ici (le lien), Picsou-soir (journal apparaissant dans la série brésilienne En direct de la rédac et dont les rédacteurs sont Popop et Donald) et Flairsou Magazine (son concurrent direct de la même série).

Page suivante, je situe l'action au château donaldvillois de Miss Tick, apparu quasi-uniquement dans les histoires brésiliennes lui faisant partager la vedette avec Madame Mim. Celle-ci n'apparait pas dans cette séquence (je ne suis pas encore sûr, mais peut-être l'introduirais-je plus tard dans le récit), mais en revanche on peut voir Poe de Sortilège, le frère de Miss Tick métamorphosé en corbeau, ainsi qu'Algorab, son assistant qui est lui aussi un corbeau. À part un cameo dans Les Aventuriers du Capital Perdu, les deux oiseaux de mauvaise augure ne sont encore jamais apparus ensemble, donc leurs relations ne sont pas bien définies. J'ai imaginé que Poe usait de son statut de proche parent de Miss Tick pour se vanter auprès d'Algorab.

À l'avant-dernière case de la même page, Miss Tick révèle posséder 6 talismans prenant leur pouvoir lors des éclipses (j'en avais déjà montré un dans la case d'ouverture, sans expliciter sa nature). Elle dit les avoir achetés 40 ans auparavant, ce qui place cet achat en 1974, soit trop tard pour les avoir utilisés lors de l'éclipse de La Montre des McDuck et celle d'Une planète mysTHORieuse, ce qui justifie qu'on n'en aie pas encore entendu parler.

Page suivante, je montre Quinquagésime McPicsou à deux reprises. Je lui ai donné l'apparence que Don Rosa lui a attribuée, plutôt que celle que Grote lui donne, parce que je trouve qu'elle colle mieux au personnage tel que je le conçois. Sans trop anticiper sur la suite, je puis vous dire que le fameux 7ème talisman volé est la Montre des McPicsou. Certains me diront que Don Rosa a fait dire à Fergus dans le premier épisode de la JdP que cette montre venait, elle aussi, de l'héritage de Kenneth McPicsou. Mais on verra plus loin que Quinquagésime a toujours caché à sa famille son activité de magicien, et il aura probablement inventé cette histoire d'héritage pour justifier la possession d'une montre luxueuse alors qu'au XIXème siècle les McPicsou étaient une famille pauvre.  Quand à savoir où les De Sortilège s'étaient procuré la montre avant cet évènement alors qu'ils n'étaient pas encore en possession des 6 autres… vous verrez plus tard !

Même page, je fait mention du court idylle entre Rumpus McFowl/Léon Sanzun et Miss Tick, créé par William Van Horn dans une de ses histoires courtes, pour expliquer comment Miss Tick donnait Quinquagésime. Détail amusant: le personnage, pour l'instant, n'est apparu QUE dans les histoires de William Van Horn, il s'agit donc de sa première apparition dans une histoire d'un autre "auteur" !

Page suivante, vous n'apprécierez peut-être pas la façon dont j'ai dessiné le château McPicsou, mais vous n'imaginez pas combien il est compliqué…

À suivre prochainement.

Sauf mention contraire, le contenu de la communauté est disponible sous licence CC-BY-SA  .