FANDOM


Picsou canon

Picsou accueillant Donald.

"Bonjour, Miss Frappe, lança Donald, l'oncle Picsou est-il là ?

-Oui. Il vous attend dans son bureau, répondit la secrétaire.

-Très bien !"

Donald ouvrit la porte du bureau de Picsou et vit qu'un canon était pointé sur lui.

"Ah, mon neveu, s'exclama le milliardaire, j'ai failli gaspiller un boulet de canon à cause de toi !

-Pourquoi m'as-tu appelé, oncle Picsou ?

-J'ai absolument besoin de toi et de tes neveux.

-Pourquoi ?

-J'ai un travail à vous proposer. Je dois partir régler une affaire en Brutopie. Et ça serait bien que vous m'accompagniez là-bas pour me protéger contre les bandits, les militaires etc. En clair, vous serez mes gardes du corps.

-Hors de question de venir en Brutopie ! s'exclama Donald. Tu sais bien que là-bas, rien ne vas plus. Le dictateur qui est actuellement au pouvoir a peur que l'on ne le renverse donc il a doublé la présence militaire sur le pays ! Je préfères rester ici à la rue que de finir emprisonné à perpétuité en Brutopie, voire même tué !

-Même pour 200 000 dollars ?

-Non !

-300 000 ?

-Non !

-1 million ?

-Ah. Finalement, oui !"

Soudain, Picsou s'effondra par terre. Donald demanda :

"Miss Frappe

-Oui ?, répondit-elle.

-Avez vous les sels ?

-Oui. Pourquoi ?

-Amenez-les ! Mon oncle s'est effondré à l'idée de me donner 1 million de dollars !

-Je vois."

Miss Frappe amena les sels et Picsou commenca à reprendre connaissance. Il dit alors à Donald :

"Très bien, mon neveu. Rendez-vous demain avec tes neveux à l'aéroport. Nous partirons pour Brutengrad. Et, au retour (si l'on revient), tu auras les 1 millions promis !"

Il se réeffondra. Donald dit alors à Miss Frappe :

"Occupez-vous bien de lui. Et surtout, ne lui dites pas un mot sur ce milion !

-OK."

Le lendemain matin, près d'un arrêt de bus à l'aéroport, Donald et les enfants retrouvèrent leur oncle Picsou à l'aéroport. Bien entendu, les enfants frissonaient à l'idée de partir pour la Brutopie mais leur oncle ne leur laissa pas le choix et ils se retrouvèrent donc à prendre un avion pour Brutengrad. On entendit au haut-parleur, à l'aéroport :

"Le vol Donaldville-Brutengrad va bientôt partir. Surtout, avant de monter dans l'avion, pensez bien à prendre une assurance vie ! Le vol du retour est beaucoup moins occupé que celui de l'allée !


Fichier:Un avion décollant de l'aéroport de Donaldville.jpg
-Rassurant, pensa Donald."

Suite à un marchandage sur le prix du billet, Picsou réussi à acheter quatre billets pour 1 dollar seulement (et il continuait à ronchonner) et il s'embarqua avec ses neveux à bord d'un avion pour la Brutopie.

"Vivement que l'on rentre !, pensa Donald."

>> Lire la suite

Sauf mention contraire, le contenu de la communauté est disponible sous licence CC-BY-SA .