FANDOM


Seraa195823

Donald retournant à l'hôtel, très énervé.

Donald retourna à l'hôtel, énervé, après avoir appris que l'argent n'était pas parvenu à Lardo. Il se disait que depuis le début, il travaillait pour un bandit, voir peut-être un meurtrier ! Le patron ne pouvait être que le coupable, si Lardo disait vrai. Quel argument pourrait-il prendre pour sa défense ? Aucun ! Sa première grande affaire s'était donc terminée très rapidement, et tout ça grâce au pire ennemi de son oncle, Lardo ! Enfin... peut-être pas. Mais bon, revenons à nos moutons : Donald arriva donc à l'hôtel, ouvrit brusquement la porte et surprit le patron en train de faire ses comptes, et celui-ci sursauta en voyant Donald, en balbutiant :

- Pourquoi êtes-vous si énervé, M. Duck ?

- Où est l'argent ?

- Quel argent ?

- L'argent que vous n'avez pas donné à M. Lardo, l'agent immobilier qui vous a vendu le bien !

- Mais je l'ai donné... Vous voulez dire que...

- Oui ! M. Lardo n'a jamais eu l'argent !

- Ça alors... 

- Arrêtez de faire votre innocent, maintenant, je le sais, vous êtes coupable !

- Vous vous trompez M. Duck ! La prochaine fois que vous parlerez, ça sera devant mon avocat ! Vous m'accusez à tort ! Vous prétendez que j'ai ommis de donner l'argent à M. Lardo alors que je le lui ai donné ! Vous allez voir, ça peut aller très loin, cette affaire ! Le juge est un de mes amis, et j'ai beaucoup de connaissances à moi au tribunal. Vous allez voir M. Duck, on ne m'accuse pas si facilement !

- Oh, en fait, j'y pense. Avez-vous donné de main propre cet argent à M. Lardo ?

- Oh non ! Je l'ai donné à mon employé, vous savez, celui qui est décédé, et il est rapidement parti le donner à M. Lardo.

- Tiens, tiens... Puis-je revoir son corps, s'il vous plaît ? J'aimerais voir s'il avait l'argent sur lui.

- Très bien.

Le patron l'amena dans la salle où se trouve le corps, quand, soudain, Donald s'excalma :

- Mais... mais... il n'y est plus !

- Ça alors, je ne comprends pas !

Dist195706

Donald s'interrogeant sur la disparition du corps.

- Moi non plus... Avez-vous touché au corps ?

- Non. Il était encore là ce matin. Je pensais appeler sa famille pour organiser ses obsèques, mais je n'ai pas trouvé où elle habitait.

- Ça va être compliqué de faire des obsèques sans corps...

- C'est sûr !

Soudain, une sonnette retentit. Le patron se précipita vers l'accueil et trouva deux clients.

« Enfin », pensait-il.

Mais ce n'était pas n'importe lesquels. Donald alla voir qui c'était et il eut une bonne (ou mauvaise) surprise :

- Oncle Picsou !, s'écria-t-il.

Rubis à rayures

Picsou et Mme Van Der Brucken de passage à l'hôtel.

- Donald ! Tu t'es lancé dans l'hôtellerie ? Entre nous, ça ne te vas pas du tout, le costume de groom, selon moi. D'ailleurs, pourquoi ne le portes-tu pas ?

- Parce que....

- Chut !, chuchota le patron de l'hôtel à Donald, il ne faut pas que je perde des clients à cause de ces histoires !

- Ah, répondit Donald. Dis, oncle Picsou, qui est cette dame, à côté de toi ?

- Ah ! C'est Mme Van Der Brucken, mon « invité », en quelque sorte ! On doit régler une grande affaire, ensemble. C'est à propos de puits de pétrole. Et c'est bien d'être au calme dans un petit hôtel (et surtout pas cher) comme celui-là !

- Je vois.

Le patron reprit :

- Je vais vous montrer vos chambres.

- Très bien.

Il monta donc à l'étage, accompagné de Picsou et de Mme Van Der Brucken, pendant que Donald resta en bas, histoire de chercher des indices qu'il n'aurait pas vu auparavant. Il vit une porte, qu'il n'avait pas remarqué la première fois qu'il était venu. Il l'ouvrit et alla voir ce qu'il y avait à l'intérieur. Il s'agissait en fait d'une immense cave, qu'il n'avait jamais remarqué.
Silso

La mystérieuse cave, sous le manoir.

Elle était faite de pierre, très sombre et peu rassurante. Il l'observa plus attentivement et vis, dans un coin, des sacs. Il les ouvrit et, dedans, il y avait plein d'argent. Il avait compris, maintenant, ce qu'était devenu l'argent que le patron de l'hôtel devait à Lardo. Maintenant, il ne restait plus qu'à savoir qui était le coupable. Il pensa alors au corps du pauvre employé, et se dit alors qu'il était peut-être caché quelque part dans la cave. Il chercha attentivement, dans tous les endroits possibles et inimaginables de cette cave, mais il ne trouva rien. Il l'explora un peu plus, et découvrit des cachots. Il les observa un par un, et il remarqua qu'un d'eux avait l'air d'être occupé. En effet, il y avait un lit, quelques vivres, et, surtout, un billet d'avion pour Panama. Il apprit que cet avion devait partir le lendemain, et se dit qu'il devait se dépêcher de trouver le meurtrier, avant qu'il ne parte avec tout l'argent. D'ailleurs, en parlant de cet argent, il pensa soudain qu'il devait y en avoir pour plusieurs milliards, dans ces sacs ! Et il se demanda alors comment un manoir pouvait coûter aussi cher. C'était impossible ! Une bonne partie de l'argent venait d'une autre source de revenu... Mais laquelle ? Il eut soudain la réponse devant les yeux : des journaux venant de tout l'État, qui possédaient tous le même titre : « Mystérieux cambriolages à... » ! Il y avait également « L'enlèvement du très riche sénateur Norman, la rançon est énorme », où « Meurtre du riche Crésoust... » Il y en avait pour tous les goûts ! Tous ces cambriolages, tous ces meurtres, tous ces enlèvements... voilà donc d'où venait tout cet argent. Et quand ce bandit sera à Panama, il sera tranquille, et le pays ne retrouvera jamais sa trace ! Ça alors, quel plan diabolique ! Il a du assassiner l'employé pour lui prendre l'argent du manoir, qui devait valoir quand même cher... Mais non, ce n'est pas possible... L'employé est mort après.... Ah oui, c'est bon, je crois comprendre ! Le bandit a du menacer l'employé, sui a donné l'argent. Mais le bandit a du s'inquiéter après, car il devait penser que l'employé était le seul à connaître la véritable identité du terrible cambrioleur qui sévissait dans tout le Calisota ! Et il a du donc le tuer, pour plus de sécurité... Ça doit être ça... Maintenant, plus qu'une seule question se pose : qui est le coupable ! 

Mais, en y pensant, Donald se demanda alors si son oncle n'était pas en danger. Celui-ci est l'homme le plus riche, il est dans le même hôtel qu'un terrible bandit, et celui-ci peut très bien l'enlever et demander une colossale rançon ! Il devait sauver son oncle, pensa-t-il. Mais il était trop tard : au moment où il allait remonter, il entendit un horrible cri venant très probablement d'une femme.

« Mme Van Der Brucken !», pensa-t-il.

Il monta à une vitesse incroyable, que le plus grand sprinteur de tous les temps, homme ou animal, n'aurait pu égaler. Il s'inquiétait pour la vie de son oncle. Mme Van Der Brucken, la pauvre, a du avoir de sérieux ennui. Parvenu à l'étage, il rencontra le patron de l'hôtel, tout affolé. Donald lui demanda alors :

- Que s'est-t-il passé ?

Le patron ne répondit pas, mais ammena Donald dans une chambre, puis dans la salle de bain de celle-ci. Donald vit alors l'horreur de ce qu'il s'était passé : Mma Van Der Brucken était morte, dans son bain, électrocuté par une lampe.

- La pauvre... Ce bandit le paiera cher, de ce meurtre !

- Il y a pire, M. Duck...

- Oncle Picsou ?

Le patron l'amena dans la chambre d'à côté, et Donald vit alors un petit message, sur un buffet. Celui-ci disait :

Pap194902

Le mystérieuse message laissé par le kidnappeur de l'oncle Picsou...


« Si vous voulez votre oncle vivant, M. Duck, suivez nos instructions : transformez toutes ses liquidités en un chèque, un seul, comprenant toute sa fortune. À l'angle de Chinatown Avenue et de Mallard Avenue, je veux qu'il y soit demain, à 15 heures précises. Vous allez donc le déposez gentiment là-vas, et vous pourrez avoir votre oncle en échange. À demain !

P.S. : Ne tentez pas de descendre à la cave, je sais que vous y êtes allés. Maintenant, vous connaissais l'existence de mon repaire secret. Je suis donc parti autre part... À vous de le découvrir si vous êtes un aussi bon détective qu'on le dit ! »

Précédée par SoupicDuck 14/Donald détective : partie 3 Suivie par
Donald détective : partie 2
Donald détective : partie 3
Donald détective : partie 4
Sauf mention contraire, le contenu de la communauté est disponible sous licence CC-BY-SA .