FANDOM


Nous sommes à Donaldville, au club des milliardaires. Il y a, entre autres, Balthazar Picsou, Archibald Gripsou, John Flairsou, Lardo etc. Et, comme d'habitude, ils étaient en train de se disputer :

Club des milliardaires

Picsou au club des milliardaires.

"Moi, j'ai des puits de pétrole partout, même à Tahiti ! s'exclame Gripsou.

-Tahiti, dit Flairsou, T'en as combien, là-bas ?

-Deux ! répondit l'autre.

-Et bien moi j'en ai trois !

-C'est ça, c'est ça, dit Lardo, je ne suis peut-être pas un professionnel du pétrole, mais j'ai des mines d'or partout !"

Picsou, lui, se taisait : il regardait la scène avec mépris : comment des milliardaires pouvaient se comporter comme ça ! Entre son neveu, Donald, qui s'exclaffe de rire en lisant des comics à côté de lui, et ses compagnons, il ne voyait pas trop la différence ! Quelques minutes plus tard, un riche aristocrate lui demanda :

"Et toi, Picsou, toi qui est l'homme le plus riche du monde, quel est l'endroit, où tu as une usine, qui est, pour toi, le plus reculé du monde ?"

Picsou répondit :

" Et bien moi, j'ai une usine de ferrailles au nord-ouest du Groenland, à Siorapaluk !

-Ah, dit Gripsou, je ne suis pas allé jusqu'à là. Dis, ça a combien d'habitants, Siretruc ?

-Siorapaluk. Euh... répondit Picsou, environ 75 habitants !

-On est battus, dirent-ils tous en coeur. "

Soudain, Flairsou lança : 

"Pour prouver que tu as bien des usines partout dans le monde, ramène nous donc les actions d'une usine par pays, comme ça on saura que tu ne mens pas !

-Mais je vais faire le tour du monde, alors ! dit Picsou.

- Oui, c'est ça, dit Flairsou. Et, si tu y arrives, on te donneras chacun 1 milliards de dollars !

-Ah... C'est tout de même intéressant, répondit Picsou."

Soudain, Donald leva la tête de ses comics et dit alors :

"Quoi... Mais moi je ne viens pas !

-Tu es mon neveu, dit Picsou, tu devras m'accompagner avec les tiens : il faut bien que je t'apprenne la vie d'un homme d'affaires !

-Oh non ! dit Donald

-Maintenant, lança Picsou, je fais ça en combien de temps ?

-Il n'y a pas longtemps, dit encore un autre milliardaire, j'ai lu un livre très bien ! C'est d'un français, un certain Jules Verne, et ça s'appelle Le Tour du monde en 80 jours.

20140218 180329(1)

Jules Verne.

-Et alors ? demanda Gripsou.

-Il faudrait s'inspirer de ça, répondit l'autre, si on lui donnait 81 jours ?

-C'est trop ! s'exclamèrent les autres.

-79, alors...

-Bonne idée !

-Oh non, oh non, oh non ! répéta Donald.

Tout cela fut mis noir sur blanc, signé et organisé.

Fichier:Scrooge hand.png

A la fin, Picsou dit à Donald : 

-Toi et les enfants, préparez vos valises et rejoignez-moi demain, à l'aéroport de Donaldville.

-Oui oui, dit Donald d'une voie plaintive.

                                             

                                                  Suite dans le chapitre 2 : La Terre des milles lacs

                                                    

                                                              

Sauf mention contraire, le contenu de la communauté est disponible sous licence CC-BY-SA .