FANDOM


Il n'y a pas si longtemps, j'ai découvert sur donaldisme.dk un article assez intéressant sur les tramways à Donaldville. Sur cette page, précisément : [1]. Seul problème : tout est en danois ! Et je me suis dit, pourquoi ne pas traduire cet article en français et remettre de l'ordre dans tout ça pour en faire un truc compréhensible ? Eh bien, avec l'aide de ce cher Google Traduction, c'est ce que j'ai fait !

Le tramway à Donaldville 1

Introduction

Comme toute ville qui se respecte, Donaldville a des tramways, ou plutôt en a eu. En effet, entre les années 1930 et 1950, on a de nombreuses preuves qui nous montrent l'existence d'un réseau de tramway à Donaldville : cependant, dans les années 1950, le tramway disparaît prgressivement, pour le voir disparaître complètement en quelques années, au profit du bus, de la voiture ou même du métro (dans les histoires de Marco Rota, on apprend l'existence du métro donaldvillois).

Le contexte 

Le tramway à Donaldville 2

Donald n'ayant plus d'essence pour sa 313, pendant la guerre.

Nous étions alors dans les années 1940, en pleine Seconde Guerre mondiale. La guerre fait rage, et les pénuries de carburant sont nombreuses. On peut voir, par exemple, Donald qui a du mal à trouver du carburant pour sa chère 313. Il regorge alors d'idées pour que sa voiture avance tout de même, comme la faire tirer par un cheval ou par un éléphant... Mais alors, que faire ? Eh bien, heureusement, la ville de Donaldville a eu la superbe idée de mettre en place un réseau de tramway !

Le tramway en lui-même

Description

Le tramway à Donaldville 3

La technique de Donald pour lire tranquillement son journal au-dessus de la foule !

Le tramway de Donaldville ressemble à tous les autres tramways de l'époque : en effet, il est entièrement metalique et assez petit. L'électricité qu'il utilise provient de fils électriques suspendus au-dessus de la route. Ces tramways sont très utilisés, si bien qu'aux heures de pointe, le tramway est plein à craquer et il est quasiment impossible de trouver une place, sauf lorsque l'on s'appelle Donald ! En effet, notre cher canard a trouvé pleins de techniques afin de trouver une place : par exemple, un jour, il a réussi à s'accrocher à un crochet à l'extérieur du tramway, où il a pu lire tranquillement son journal, évitant ainsi la foule. Ou encore, il accroche à sa vareuse un crochet afin de s'accrocher à une des sangles sur le plafond du tramway, afin d'être au-dessus de la foule. Aussi, il a réussi à s'accrocher à la cravate d'un homme, ce qui faisait office de soutien. En 1943, Donald en avait tellement marre de ne pas trouver de place dans le tramway et de se faire renvoyer tout les jours à cause du retard qu'il se fit embaucher comme contrôleur de tramway, afin de pouvoir empêcher les gens de monter lorsqu'il y a trop de monde (et d'éviter de se faire renvoyer en ne trouvant pas de place dans le tramway !) ! Dans ce même gag, on nous informe du nom de la société qui gère les tramways de Donaldville, la RATP des canards : Donaldville Tramways (je crois que c'est ça, mais je n'ai pas réussi à très bien lire sur le gag en français, d'après le scan de l'Inducks...). 

Horaires

Le tramway à Donaldville 5

Le tramway circule même la nuit, ce qui empêche Donald de dormir.

Le tramway donaldvillois fonctionne toute la semaine, y compris le dimanche, ce qu'on apprend dans un gag de 1942 : ce jour-là, personne n'utilise le tramway, si bien que l'on peut trouver facilement de la place ! En 1945, on apprend que le tramway fonctionne également la nuit, ce qui empêche le pauvre Donald de dormir.

Règles

Le tramway à Donaldville 4

Les chiens sont autorisés dans le tramway, seulement s'ils sont assis sur les genoux de leur maître...

Dans le tramway donaldvillois, malgré le monde, il faut être galant avec les dames, et leur laisser sa place : c'est exactement ce que fit plusieurs fois Donald, très poli, pour une fois... Dans un gag de 1938, on apprend que les chiens sont autorisés dans le tramway seulement s'ils sont assis sur les genoux de leur maître. On imagine d'avance le résultat avec Bolivar... Aussi, il faut préciser que, bien évidemment, le tramway est payant ! C'est ce que l'on apprend dans un gag de 1940, où l'on voit le contrôleur se poster juste devant l'entrée du tramway, et demander le tarif à chaque passager, y compris Donald.

Le tramway chez Carl Barks

Si vous ne l'aviez pas remarquer, toutes les histoires citées au-dessus sont de Al Taliaferro. Cependant, Barks a-t-il parlé dans une de ces histoires du tramway donaldvillois ? Pas vraiment, mais on peut relever tout de même quelques citations. Dans Le prix du pourboire, datée de 1948, la vieille dame à qui Riri, Fifi et Loulou ont distribué un télégramme déclare qu'elle a rencontré un admirateur timide dans le tramway, et que c'est lui qui lui a envoyé ce télégramme ! Dans Noël pour Pauvreville, on voit Picsou déclarer vouloir rentrer chez lui à pied, afin d'économiser de l'argent pour le tramway (en version originale : en effet, en français, on a traduit "tramway" par "voiture").

La disparition du tramway

Comme de nombreuses villes du monde, les tramways de Donaldville disparurent à partir des années 1950. En effet, ceux-ci étaient remplacés notamment par la voiture, le bus ou le métro. On voit en effet les tramways progressivement remplacés par des trolleybus sans fil (Noël pour Pauvreville), probablement une invention de Géo Trouvetou. Dans Grenouille de course (1949), on voit par exemple une rame de tramway qui n'est plus utilisée et qui a été transformée en restaurant.

Le tramway à Donaldville 6

Le trolleybus sans fil, qui a remplacé le tramway.

Sauf mention contraire, le contenu de la communauté est disponible sous licence CC-BY-SA .