FANDOM


Brume d'embrouille est une histoire en bande dessinée de dix planches scénarisée par Byron Erickson et dessinée par Carlos Mota, publiée pour la première fois le 22 juin 2015 en Norvège. Elle met en scène Donald Duck, Balthazar Picsou, Miss Tick, Géo Trouvetou et Filament. L'action se déroule à Donaldville.

Résumé completModifier

Fantomiald 2
Attention. Le texte qui suit dévoile certains moments-clés de l’intrigue du récit.

Picsou et Donald quittent le dépôt très tôt afin d'aller au port afin que le milliardaire récupère à 6H30 sa caisse de thé à la noix de muscade. Soudain, Miss Tick attaque le milliardaire en vaporisant sur lui le parfum Brume d'embrouille de Fior avant de briser le vaporisateur, obligeant le milliardaire à avoir autour de lui un brouillard l'empêchant de voir et seule une potion magique permet de dissiper cette brume. Bien évidemment la sorcière exige en échange le sou fétiche de Balthazar Picsou mais Donald se saisit du sac de Miss Tick en espérant trouver la potion.

Pas de chance, le sac ne contient que des bombes à plof et Miss Tick s'en saisit d'une pour la lancer sur le canard. Elle fouille alors Picsou dans l'espoir de trouver le sou fétiche dans la redingote mais il est resté au dépôt et il refuse de céder au chantage, affirmant s'adapter à ce brouillard. Miss Tick part alors en prévenant que le brouillard est éternel et qu'elle attendra le milliardaire à l'hôtel Impérial Deluxe où elle loge. Les deux canards repartent alors en direction du port, Donald devant guider son oncle.

Une heure plus tard, tous deux sont au dépôt mais les malheurs se succèdent pour Picsou : il n'a pas pu récupérer sa caisse de thé à cause du brouillard autour de son visage, il ne peut plus négocier avec les hommes d'affaires et il ne peut pas prendre un bain d'argent. Donald enferme alors le sou fétiche dans la chambre forte en recherchant la possibilité de trouver une sorcière. À l'hôtel Impérial Deluxe, Miss Tick s'offre une vie luxueuse avec massage exclusif à l'huile de truffe, la meilleure eau pétillante et le chocolat le plus cher, pensant obliger Picsou à payer la note en plus de lui donner le sou fétiche.

Ne connaissant pas d'autres sorcières, Picsou et Donald se rendent chez Géo Trouvetou. L'inventeur découvre que cette brume est faite de vapeur d'eau quand l'air chaud des océans survole la surface froide des terres comme les brouillards naturels. Il utilise une lampe infrarouge sur Picsou mais cela ne fonctionne pas. Donald propose alors un aspirateur mais celui-ci n'arrache que les vêtements de Picsou... Géo n'a alors plus aucune solution mais Donald réussit à avoir une autre possibilité.

Deux heures plus tard, Miss Tick se plaint de l'air chaud et humide régnant dans sa chambre et elle reçoit alors la visite de Picsou et Donald lui disant qu'il cède à son chantage. Sur ordre de la sorcière, Picsou lui donne son sou fétiche. Mais ce n'est pas le vrai sou, il s'agissait en effet d'une diversion afin de permettre à Donald de poser sur la nuque de la sorcière un générateur de brouillard miniature inventé par Géo, plongeant à son tour la sorcière dans le même brouillard autour de sa tête. De plus elle souffre du froid à la suite de la réparation de la climatisation.

Miss Tick est alors obligée de céder la potion à Picsou, le libérant de son brouillard sans qu'il n'ait à donner son sou fétiche tandis qu'en retour Donald arrache d'un coup sec le générateur de Géo. Les deux canards sont pourchassés par la sorcière qui leur lance des bombes à plof, Picsou réjoui de la réussite de l'idée de Donald : grâce à la surchauffe de la chambre d'hôtel et au passage au froid, Miss Tick a été victime de ce brouillard alors qu'elle n'avait qu'à laisser sa chambre surchauffée et trouver quelqu'un pour enlever l'appareil. De plus, Picsou est le propriétaire de l'hôtel Impérial Deluxe, il a donc pu demander au directeur de saboter la climatisation de la chambre de Miss Tick mais surtout de lui apporter ensuite la facture de sa vie luxueuse.

En coulissesModifier

Publication françaiseModifier

Ce récit a été publié en France dans Le Journal de Mickey n°3381 du 5 avril 2017.

Sauf mention contraire, le contenu de la communauté est disponible sous licence CC-BY-SA  .