FANDOM


Brutopien

Une invention de Géo Trouvetou captant un message en brutopien.

Le brutopien était la langue parlée en Brutopie.

HistoriqueModifier

Malgré ses diverses rencontres avec les espions et dirigeants brutopiens, Balthazar Picsou n'apprit jamais cette langue, et il dut un jour se fier à un appareil de traduction mis au point par le célèbre inventeur Géo Trouvetou pour la comprendre.[1]

Il semble que la Brutopie ait également adopté plusieurs autres langues au cours de son histoire, dont le russe. C'est d'ailleurs en russe que le commandant d'un destroyer brutopien menaça un jour Balthazar Picsou de monter à l'abordage sur son vaisseau, en disant : Стой! На абордаж! (ce qui signifie « Stop ! À l'abordage ! »).[2]

En coulissesModifier

Le seul exemple de phrase en brutopien qui nous ait été donné apparait dans À l'attaque !!!, une histoire de Don Rosa publiée en mai 2003. Il parait évident que cette phrase (non traduite aujoud'hui) est conçue pour parodier les langues slaves (comme le russe et le polonais), avec ses finales en -ski ; c'est d'ailleurs parfaitement normal, puisque la Brutopie avait été conçue dans les années 1950 comme une caricature du bloc communiste soviétique.

Dans l'histoire de Carl Barks publiée en mars 1950 Un froid de vantard, deux espions parlent avec un fort accent germano-russe.[3] Peut-être s'agit-il du brutopien...

Notes et référencesModifier

  1. Cf.Base I.N.D.U.C.K.S : F PM 00201 À l'attaque !, de Don Rosa, 2000.
  2. Cf.Base I.N.D.U.C.K.S : D 2001-024 La Couronne des croisés, de Don Rosa, 2001.
  3. Cf. Base I.N.D.U.C.K.S : W WDC 114-02 Un froid de vantard, de Carl Barks, 1950.
Sauf mention contraire, le contenu de la communauté est disponible sous licence CC-BY-SA  .