FANDOM


Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Clara (homonymie).

«  Elle avait beaucoup de talent pour cuisiner, coudre... et boire. Elle venait d'une famille qui avait une longue expérience de l'alcoolisme. Dés le début, elle a beaucoup aimé le goût de l'alcool, et elle a continué à boire de plus en plus, et enfin elle est venue au point où elle est devenue hostile et à moitié folle. Si je ne mettais pas mes dessins hors de sa vue, elle les déchirait. On ne pouvait jamais savoir à quelle moment elle allait commencer à être hostile et déchirer quelque chose. Dieu merci, elle ne déchira qu'une ou deux pages de mes dessins qui étaient juste des croquis au crayon.  »

— Carl Barks, à propos de son ex-femme.

Clara Ovida Barks (1897–1963), née Balken, est la seconde épouse de Carl Barks. Pendant une partie de sa carrière, elle l'a aidé à encrer ses bandes dessinées.

BiographieModifier

Clara Balken naît le 17 mai 1897 à Rothsay, Comté de Wilkin, Minnesota, aux États-Unis. Fille de Mathea Hendrickson et John (anciennement Johan) Iverson, migrants norvégiens, elle est l'avant-dernière d'une fratrie de treize. Ses parents ont quitté la Norvège en mars 1882, avec leurs trois plus grands enfants. En 1885, une fois naturalisés américains, ils prennent le nom « Balken ».

Clara Balken rencontre Carl Barks en 1931 à Minneapolis, dans le Minnesota. Elle travaille comme opératrice téléphonique pour le magazine féminin The Calgary EyeOpener, dont le siège est situé dans l'immeuble de Carl. À cette époque, l'auteur est en train de divorcer de sa première épouse, Pearl Turner.

Carl et Clara se marient en 1938, sept ans après leur première rencontre. En 1942, le couple déménage à San Jacinto. De 1943 à 1951 (année de leur divorce), Clara aide son époux à réaliser ses bandes dessinées en faisant la partie encrage, que Carl déteste faire lui-même, comme Garé Barks le fera plus tard[1]. Ainsi, on sait qu’elle a notamment encré Une photo en or (juin 1945) et Sapeur pompier ! (novembre 1946)[2]. Clara développe un très grave problème d'alcoolisme pendant leur mariage. Si son époux ne retire pas ses croquis et schémas de bande dessinée de sous ses yeux, il peut arriver qu'elle détruise ses œuvres.

Clara Barks tombe

La tombe de Clara Barks, au San Jacinto Valley Cemetery.

En 1951, elle se fait amputer d'une jambe à cause d'un cancer qui s'y est propagé. Carl lui fabrique une jambe artificielle. La même année, le couple divorce après treize ans de mariage. Elle prend possession de toutes les affaires de son époux, sauf ses vêtements, sa planche à dessin, et quelques croquis. Dans plusieurs interviews réalisées longtemps après son divorce, Carl Barks avoue que son mariage avec cette dernière était une très mauvaise décision.

Clara ne pouvant pas travailler à cause de son alcoolisme, Carl doit lui verser une pension alimentaire de 250$ par mois, jusqu'à la mort de cette dernière en 1963 à cause d'une cirrhose au foie. Carl Barks révèle que la somme versée est en fait utilisée par Clara pour acheter encore plus d'alcool.

En coulissesModifier

Notes et référencesModifier

  1. Cf. page I.N.D.U.C.K.S. de Carl Barks, dans la section « Autres informations, commentaires ».
  2. Cbarks, "The Familial Stories", section "Clara".

SourcesModifier

Sauf mention contraire, le contenu de la communauté est disponible sous licence CC-BY-SA .