FANDOM


Concurrence déloyale est une histoire en bande dessinée de 15 planches scénarisée par Paul Halas et Jack Sutter et dessinée par Maria José Sánchez Núñez, publiée pour la première fois en date en Danemark. Elle met en scène Donald Duck, les Rapetou, Balthazar Picsou et l'Ombre Grise.

SynopsisModifier

Balthazar Picsou se fait voler son sou fétiche par un voleur aussi collectionneur , et ainsi Donald Duck et les Rapetou partent à sa recherche.

Résumé completModifier

Fantomiald 2
Attention. Le texte qui suit dévoile certains moments-clés de l’intrigue du récit.

Nous retrouvons les Rapetou partant cambriolé Balthazar Picsou. Ces derniers déguisés en laveur de carreaux réussissent ainsi à s'introduire dans la demeure servant également de coffre du canard le plus riche du monde. C'est devant le coffre du bureau qu'un mystérieux policier les surprend et comprend leurs mauvaises intentions et les livre jusqu'à Picsou. Ce dernier est doublement surpris lorsqu'il se rend compte que le policier n'est pas ce qui croyait être, et que c'est en réalité l'Ombre Grise en personne. C'est après avoir ligoté le fameux canard et les Rapetou, que l'Ombre Grise s'empare devant les yeux ébahis des prisonniers du fameux premier sou, et également des matricules des Rapetou. Soudainement Donald qui était en train de plâtrer une future sortie de secours, entré par celle-ci et découvre le hold-up. L'Ombre Grise s'attaque directement à lui en lui lançant un coup de poing que le canard en vareuse évite. Le coup vient alors contre le mur et blesse ainsi l'assaillant. Donald confiant en lui continu de s'attaquer chez le criminel, mais son éternelle malchance fait qu'il se prend les pieds dans les seaux remplis de ciment et se cogne contre la paroi du coffre. Après avoir repris conscience le canard découvre son oncle tétanisé par la perte du sou, et les Rapetou dégoûtés de s'être fait voler leurs matricules. Il reste toutefois la trace que le bandit a laissé sur le mur recouvert de ciment encore frais, et c'est avec cette dernière que les Rapetou, Donald et l'assistant de Picsou, découvrent la forme d'une chevalière appartenant aux armoiries du baron Van Bunckerclass, un homme qualifié d’immensément riche. Nous retrouvons peut après nos "amis", c'est-à-dire Donald et les Rapetou en direction du château de Bunkerclass dans les Alpes Bavaroises dans le dessein de récupérer les biens volés. Cependant, dans le train, les trois Rapetou déclarent pendant que Donald fait sa sieste que ce dernier est un poids mort et qu'ils se débrouilleront bien mieux sans lui. C'est ainsi qu'ils tirent le signal d'alarme du train, en accusant par la suite que le canard au béret est responsable de cette farce. Une farce toutefois ne pas apprécier du contrôleur et le canard est renvoyée du train ayant pour nom le bavière express. Donald continue donc son chemin à pied et aperçoit le petit village de Pfinkelpfefferburg, et prend un téléphérique arrivant aux pieds de ce village. Peu après nous retrouvons les Rapetou sortant du train, mais le baron lui aussi dans le train les repères et prenons pour responsabilité de se débarrasser d'eux. Pour cela, il achète un bateau et après s'être déguisé en capitaine invite les Rapetou à bord. Cependant, Donald ayant du retard sur les Rapetou emprunte sans demander l'avis un autre bateau dans le but de les rattraper. Au même moment les Rapetou constatent que leur bateau est en train de couler et que le mystérieux capitaine a disparu du navire. Heureusement, le neveu de Picsou arrive à temps pour les sauver et reçoit les excuses des trois frères. Arrivé sur la terre ferme, les quatre Donaldvillois se séparent, car en effet Donald décide de continuer son chemin seul. Mais ce dernier se fait arrêter par la police pour vol de ferry. En prison le canard est ensuite délivré par les Rapetou tenant à remercier le canard de leur avoir sauvé la vie. Ainsi, après ce périple les quatre individus se retrouvent devant le château de Bunckerclass où les trois frères décident d'escalader la partie rocheuse afin de surprendre le baron. Malheureusement, une fois arrivés au niveau des vitres, des corbeaux viennent gêner les Donaldvillois dans leur tache, et ces derniers se retrouvent à l’intérieur du château après avoir brisé une vitre. Le baron est ainsi tiré de sa sieste et s'empresse de les enfermer dans son propre coffre-fort. Dans ce coffre les Rapetou sont émerveillés par tant de richesses et utilisent par la suite des explosifs pour faire sauter la porte en acier massif de 20 cm d'épaisseur. Une fois que la porte blindée est décrochée de ses gongs, les quatre compères retrouvent le baron sous cette dernière. De retour à Donaldville, Donald dé tétaniser son oncle en lui montrant son sou, et lui explique comment la trêve avec les Rapetou a permis cela... Mais soudainement ces derniers présents dans le coffre déclarent que la trêve arrive à son échéance et commence à cambrioler Picsou. Soudainement l'alarme déclenchée par Picsou retentit et dans la panique les trois cambrioleurs prennent l'issus de secours, mais cette dernière étant encore en construction les bandits font s'écrouler l'échafaudage et prennent comme le dit Donald: Un aller direct pour l’hôpital.

En coulissesModifier

Publication françaiseModifier

Cette histoire n'est parue qu'une seule fois en France : dans le Super Picsou Géant n°103 de mai 2001.

Sauf mention contraire, le contenu de la communauté est disponible sous licence CC-BY-SA  .