FANDOM


Des Rapetou à la pelle est une histoire en bande dessinée de neuf planches scénarisée par Lars Jensen et crayonnée par José Ramón Bernadó, publiée pour la première fois le 12 décembre 2006 en Allemagne. Elle met en scène les Rapetou, Géo Trouvetou, Filament et plusieurs personnages secondaires, et se déroule à Donaldville.

SynopsisModifier

Les Rapetou, à la veille des fêtes, ont une période noire dans leurs larcins. Jusqu'à ce qu'ils trouvent une nouvelle technique...

Résumé completModifier

Fantomiald 2
Attention. Le texte qui suit dévoile certains moments-clés de l’intrigue du récit.

Les jours précédant Noël sont les pires pour les Rapetou : les poches sont vides, l'argent allant dans les préparatifs des fêtes, et la sécurité est renforcée par les hommes du commissaire Lavis. Mais un nouveau jouet attire leur attention...

Des jouets à l'effigie des bandits (allant jusqu'aux numéros des plaques) sont à vendre, à l'instar de ceux représentant les policiers. Les premiers sont programmés pour se faire attraper par les seconds, l'esprit godiche des Rapetou étant bien connu du grand public... Si 176-167 s'énerve de ce traitement, il a finalement une idée pour tourner cette histoire à leur avantage.

Avec 176-671 et 176-761, ils se rendent chez Géo, déguisés en femmes, afin d'obtenir des puces électroniques imitant leurs façons de penser. Ils expliquent que deux d'entre "elles" voyagent beaucoup, et que la troisième aimerait bien équiper son ordinateur d'une de ces puces, afin de pouvoir discuter avec leur copie conforme et se sentir moins seule. Malgré quelques gaffes dans leur dialogue, ils réussissent à convaincre Géo qui produit une puce. Puis ils attendent qu'il s'absente afin de la dupliquer par milliers. Le soir même, ils entrent par effraction dans l'usine afin de remplacer les puces encore stockées par les leurs.

Au bout de plusieurs jours, les jouets s'arrachent de façon phénoménale, même si les policiers-jouets sont boudés. Il n'y a plus qu'à attendre la nuit, où les jouets ouvrent le cadeaux encore cachés de l'intérieur afin de voler argent et objets de valeur !

Cependant, les patrouilles de police tombent sur des milliers de petits Rapetou en train de dévaliser les habitations avant de partir dans les égouts, et tentent de les arrêter, bientôt aidés de la population, comme ils le peuvent. Le commissaire va alors chez Géo, le seul sans doute à même de trouver un moyen pour les arrêter efficacement.

Géo et Filaments aidaient à la capture, et lors d'un dialogue, Géo comprend la supercherie des trois femmes. Il explique alors la situation et le commissaire a alors une idée...

Il décide d'en récupérer un parmi les dizaines attrapés dans le coin, et lui promet une remise de peine en échange du lieu de la cachette. Les Rapetou eux-mêmes sont alors attrapés, leur butin récupéré, et même s'ils avaient caché l'adresse à leur propre grand-mère, ils comprennent avoir été trahis par eux-mêmes et ne peuvent que ruminer leur sempiternel échec...

En coulissesModifier

On apprend dans cette histoire que la grand-mère des trois Rapetou habituels est encore en vie, ainsi que l'existence du commissaire Lavis.

Publication françaiseModifier

Cette histoire n'a été publiée qu'une seule fois en France, dans Le Journal de Mickey n°2896-97.

Sauf mention contraire, le contenu de la communauté est disponible sous licence CC-BY-SA .