FANDOM


Dieux gréco-romains

Jupiter/Zeus (à gauche) et Vulcain/Héphaïstos (à droite).

Les dieux gréco-romains sont une race d'êtres supérieurs qui sont capables d'agir sur la réalité de notre monde, même s'ils ne lui appartiennent pas. Il y a des dieux mâles et des dieux femelles. Les mâles sont souvent représentés comme des barbus à la musculature généreuse.

HistoriqueModifier

Ces dieux exerçaient leur suprématie sur le monde grec et le monde romain pendant la période de l'Antiquité, depuis le sommet du mont Olympe. Plus tard, ils ont été oubliés par les peuples mais plusieurs d'entre eux ont donné leur nom à des planètes (Mars, Vénus, Pluton, Neptune, Saturne, Mercure, Jupiter, Uranus). S'ils ont été oubliés des habitants de la Terre, ils n'ont pas pour autant disparu. Il semble que les dieux gréco-latins se sont volontairement désintéressés des affaires mortelles, sentant qu'ils se faisaient « vieux », et aspirant à plus de tranquillité.[1] Certains d'entre eux, comme Cupidon, se sont réfugiés sur l'île de Mythologia, depuis laquelle ils font encore régulièrement quelques incursions chez les mortels.

Le souverain des dieux gréco-latins était Zeus/Jupiter, maître de la foudre, auquel le roi Crésus avait voué son trésor. Sur les pièces de monnaies qu'ils faisait battre, le souverain lydien avait fait graver les lettres ΖΟΠ (soit en alphabet latin Z.O.P.), mises pour « À Zeus, dans l'Olympe, aux bons soins de Pallas-Athéna, protectrice des voyageurs ».[2]

Nature réelle des dieux gréco-romainsModifier

Zeus homme

Zeus/Jupiter, représenté sous les traits d'un humain.

Les anciens considéraient les dieux comme des créatures immortelles, supérieures à l'homme et vivant sur un autre plan de l'existence. Cependant, certaines théories estiment que ces « dieux » pourraient en fait appartenir à des races extraterrestres très avancées. Cette idée est renforcée par une expérience vécue par Daisy Duck, Ravigotte, Minnie, Clara Cluck et Clarabelle ; en vacances en Grèce, ces dames admiraient une statue de Zeus, et bientôt elle rencontrèrent des extraterrestres en soucoupe volante, dont l'apparence et la tenue étaient celles des dieux grecs.[3] En l'occurrence, ces dieux furent décrits par Daisy et ses amies comme des « astrocanards », mais il existe beaucoup de représentations des dieux grecs sous forme d'humains ou de chiens anthropomorphes. On peut donc supposer que les dieux pouvaient apparaître sous des aspects physiques différents selon la personne devant laquelle ils se manifestaient.

PouvoirsModifier

On connaît quelques anecdotes qui illustrent les pouvoirs surnaturels des dieux gréco-romains. Par exemple, un jour, Jupiter et Vulcain furent dérangés depuis leur séjour dans les nuages par le bruit de Pat Hibulaire jouant du trombone à coulisse. Ce bruit incessant dérangeait également Donald Duck, qui manifestement était le voisin d'en face de Pat à cette époque. Les dieux eurent alors l'idée de se venger de Pat à travers un mortel. Ils transmirent à Donald un peu de leur force, de le « galvaniser juste ce qu'il faut » pour qu'il puisse donner une leçon à Pat. Frappé par la foudre divine, Donald acquit une force surhumaine et la capacité de générer de l'électricité (il pouvait jeter des éclairs et allumer une ampoule en la prenant dans son bec). La force physique acquise par Donald était suffisamment importante pour soulever et secouer une maison, et perforer la roche avec l'index.[4]

Les dieux peuvent apparemment tous lancer des boules de feu et des traits d'énergie, qu'ils génèrent directement dans la paume de leur main. Ils sont également capables de changer de taille et d'apparaître aux mortels dans toute leur gloire ; pour certains, cela se manifeste à travers un halo de lumière, pour d'autres un nuage de fumée ou d'électricité.[5]

Dieux gréco-romains connus par leur nomModifier

  • Jupiter/Zeus, souverain des dieux et maître de la foudre ;
  • Aphrocanette, déesse de l'amour ;
  • Vulcain, le forgeron de l'Olympe ;
  • Pallas-Athéna ;
  • Cupidon, dieu qui rend les mortels amoureux grâce à ses flèches ;
  • Circé, la magicienne (peut-être).

Notes et référencesModifier

  1. Michael Gilbert, Antoni Bancells Pujadas, D 2002-050 Gods 4 Hire, août 2004.
  2. Don Rosa, Le Trésor de Crésus, 4 janvier 1995.
  3. Arthur Faria Jr., Luiz Podavin, B 930013 Eram Os Deuses Astropatos?, juillet 1993.
  4. Donald Duck : Donald joue du trombone, 18 février 1944.
  5. La Bande à Picsou : Un conte de la Saint-Valentin (saison 2, n°93), 11 février 1990.
Sauf mention contraire, le contenu de la communauté est disponible sous licence CC-BY-SA .