FANDOM


Tick, Trick und Track Le saviez-vous ? Don al-Din avait la peau légèrement plus grise (autrement dit plus foncée) que d'autres canards anthropomorphes, ce qui est probablement dû à ses origines sarrasines !

Don al-Din était un canard anthropomorphe qui vivait au Moyen Âge, dans l'univers de Donald Duck.

HistoriqueModifier

Un pirate cruelModifier

Le redouté et redoutable Don al-Din était le chef incontesté d'une bande de pirates sarrasins. Pendant de nombreuses années, il avait écumé les mers et pillé les villages, de Tyr à Zanzibar, sans jamais faire preuve de la moindre pitié. Les cales de ses navires regorgeaient en permanence d'or, de bijoux et même de malheureux esclaves. Sa réputation lui assurait l'immortalité à travers la légende.

La rencontre qui vous change un hommeModifier

La fiancée du pirate

La brute et la belle.

Mais un jour, alors qu'il mettait à sac un village comme de coutume, Don al-Din découvrit dans une cave deux frêles vieillards qui s'y cachaient, et devant eux se trouvait une superbe jeune fille blonde aux grands yeux. Aussitôt, le cœur du pirate s'attendrit, et il se montra étonnamment disposé à laisser la fille et ses aïeux en vie. Il dut pour cela nier devant ses hommes qu'il avait aperçu quelqu'un dans cette cave.

Ayant pris ses quartiers dans une tour du village abandonné, Don al-Din écrivit alors un manuscrit parlant de « son plus grand trésor », et le cacha dans le manche de son cimeterre magique. Mais ses sbires, de plus en plus agités, suspectaient que leur maître cachait quelque chose, et ils décidèrent de se rebeller. Comprenant la menace qui s'apprêtait à fondre sur lui, al-Din conjura sa belle de s'enfuir, et s'apprêta à combattre ses hommes dans une lutte bien vaine.

Alors que Don al-Din s'apprêtait à mourir bravement, le sol se mit à trembler. Pris de panique, les sbires rebelles prirent la fuite en bateau, laissant leur ancien maître seul sur l'île. C'est alors que le pirate sarrasin retrouva sa belle, qui n'avait pu se résoudre à vivre sans lui. Il sortit le parchemin qui se trouvait caché dans son arme, et le lut. Il s'agissait en fait d'un poème d'amour dédié à « son plus grand trésor », la belle trouvée.

HéritageModifier

Broken scimitar

Le cimeterre brisé.

Plus tard, Donald Duck retrouva le cimeterre dans la cave d'une maison rachetée par son oncle Balthazar Picsou à un vieux fakir. Trouvant la carte cachée à l'intérieur, il crut qu'elle le mènerait à un véritable trésor au sens le plus commun du terme, et il s'embarqua avec son oncle et les triplés dans une aventure sur les côtes de Gênes. Ayant eu la chance de revivre par la magie du cimeterre tous les évènements liés au parchemin, ils furent bien déçus de constater qu'il n'y avait aucun trésor d'argent à la clé.

En coulissesModifier

Don al-Din et ses pirates sarrasins sont apparus dans l'histoire de Marco Rota au scénario et au crayonné, La nuit du Sarrasin, publiée pour la première fois le 1er décembre 1983.

Sans doute de façon intentionnelle, le nom Don al-Din, ressemble à celui d'Aladin (en arabe « علاء الدين » / ʿAlāʾad-dyn), qui signifie « gloire de la religion ». Son nom pourrait presque passer pour authentiquement arabe s'il était orthographié Don ad-Din, puisque la prononciation de l'article défini « ال »/ āl se modifie en fonction de la première lettre du mot suivant.

Sauf mention contraire, le contenu de la communauté est disponible sous licence CC-BY-SA  .