FANDOM


Donald "3D" est une histoire en bande dessinée de quarante-cinq planches, scénarisée par Guido Martina et dessinée par Romano Scarpa. Elle a été publiée pour la première fois le 25 août 1954 dans Topolino n°97, en Italie. Elle met en scène Donald Duck, Balthazar Picsou et Riri, Fifi et Loulou Duck, et se déroule à Donaldville, puis dans un désert isolé près de la ville et enfin sur Saturne.

Synopsis Modifier

Les programmes télévisés diffusés par la chaîne appartenant à Picsou étant très critiqués, Donald lui recommande une invention d'un scientifique, qui permet d'ajouter un effet 3D aux programmes. Le milliardaire est enchanté par l'idée, mais afin de réduire les coûts, il fait de Donald le scénariste et l'acteur principal du film. Il va mettre en scène une invasion martienne, mais la machine se dérègle... Le martien que Donald joue est alors matérialisé à travers tous les téléviseurs de la ville, et Donald est lui-même téléporté à travers les ondes.

Résumé complet Modifier

Fantomiald 2
Attention. Le texte qui suit dévoile certains moments-clés de l’intrigue du récit.

Balthazar Picsou, persuadé que les programmes diffusés par sa chaîne de télévision passionnait les gens, décida de proposer à ses cinq millions de téléspectateurs de payer un abonnement annuel de cent dollars. Mais il reçut de nombreuses lettres de la part de ses téléspectateurs, lui indiquant qu'ils ne paieraient pas... Donald arriva alors, accompagné de ses neveux, pour proposer à son oncle une idée pour améliorer ses programmes télévisés. Celui-ci la rejeta tout d'abord, mais finit par accepter de l'entendre quand il comprit qu'elle pourrait encourager les gens à payer un abonnement pour sa chaîne. Donald lui expliquait, qu'à leur époque, la 3D se développait. Et un de ses amis a inventé une machine capable de transmettre les programmes en 3D dans les téléviseurs des gens, et il la céderait gratuitement à Picsou. Les téléspectateurs pourrait ainsi voir les personnages sortir en chair et en os de leur écran. Le milliardaire parut intéressé par cette proposition.

Un peu plus tard, Donald présenta à Picsou le professeur Arnorld Tiremoustache, l'inventeur de cette fameuse machine. Il expliqua le fonctionnement compliqué de son invention, puis assura à Picsou que les téléspectateurs auront l'impression de voir les personnages sortir du petit écran. Le milliardaire décida alors de nommer Donald réalisateur, scénariste et acteur principal de son film, pour des raisons d'économie. Donald et ses neveux firent de la publicité à travers Donaldville pour leur film, "S.O.S. ! Martiens en vue !". Le soir, la speakerine commença à présenter le film, puis Donald entra en action, dans le rôle d'un martien, devant l'impressionnante machine du professeur Tiremoustache.

Cependant, dans chaque foyer, les martiens sortirent des téléviseurs et agressèrent les gens, avant de se réunir dans les rues et de décider de prendre possession de la ville. La foule était affolée, la Maison-Blanche à Washington fut prévenue et le président ne savait que faire. Dans la salle de tournage, Donald avait mystérieusement disparu... Tiremoustache comprit que Donald avait été téléporté par la machine, et devait sûrement se trouver dans le salon d'une famille... Dehors, l'armée s'apprêtait à affronter les milliers de martiens, et Donald risquait d'être pris pour un martien et d'être brûlé par l'un des lance-flammes de l'armée... Le professeur eut alors l'idée d'inverser le courant dans la machine : les martiens se retrouvèrent aspirés par la machine et disparurent totalement, ce qui soulagea l'armée, l'Amérique étant enfin sauvée. Cependant, Donald n'était toujours pas revenu...

Soudain, ils reçurent l'appel d'un certain colonel Gentidore Mitraillette, qui leur informait qu'un martien solide se trouvait chez lui. Picsou, Riri, Fifi, Loulou et Tiremoustache se précipitèrent là-bas, mais Donald était parti aussi vite qu'il était arrivé, projeté très loin par la machine. Après de longs calculs, Tiremoustache en déduisit que Donald avait été projeté jusqu'à Saturne et qu'il se trouvait sûrement là-bas. Mais grâce à une navette qu'il avait conçue, ils pourraient vite le récupérer : il décida ainsi de l'installer dans un désert isolé, près de Donaldville.

Donald reprit connaissance, dans un monde étrange, qui semblait lointain. Il se rappela de tout ce qui s'était passé... Il rencontra alors un homme étrange, qui accepta de l'héberger : celui-ci se prenait pour un pin. Il vit un autre homme, qui, lui, se prenait pour un petit pois. Sa maison était étrange, elle était totalement à l'envers. En effet, un docteur lui avait conseillé de dormir au troisième étage, car c'était plus hygiénique : mais comme il avait le vertige, il eut l'idée de rapprocher l'étage du sol en retournant la maison. A l'intérieur, il n'y avait aucun meuble : l'homme étrange trouvait l'idée absurde d'avoir des meubles au plafond, et s'il les mettait au sol, ils tomberaient au plafond... L'homme dormait debout, car selon lui il était un arbre, et qu'un arbre restait debout, et Donald dut se résigner à dormir debout lui aussi. Il était un inventeur, lui aussi, et sa plus grande invention était une idée pour faire taire la radio : prendre un marteau et la détruire... Donald trouvait l'homme et sa maison étranges, ne savait pas où il était, mais il fut heureux de trouver quelqu'un pour l'accueillir.

Le lendemain, Donald rencontra les amis du "pin". Ils semblaient tous être des hommes qui se prenaient pour des arbres. Donald leur expliqua qu'il souhaitait rentrer chez lui, mais les autres lui expliquèrent que c'était impossible. Selon eux, ils étaient prisonniers de "monstres". Mais le canard les convainquit de se battre pour leur liberté, et tous tentèrent de fuir. Mais les "monstres" les aspergeaient de gaz lacrymogène. Donald, qui avait toujours son masque à gaz de martien, le mit et alla vers les "monstres". Mais ceux-ci fuirent en voyant Donald, le prenant pour un martien...

Donald se retrouva donc libre, et après une heure de fuite, s'arrêta de courir. Il remarqua que la radio de sa combinaison marchait toujours, et l'écouta. Il y entendit qu'il avait été envoyé sur Saturne par la machine du professeur Tiremoustache, et que l'expédition de secours pour aller le chercher allait partir le lendemain au soir. Donald se résigna donc à attendre les secours, et explora les environs. Il découvrit une immense base militaire, qu'il déduisit être le quartier général des monstres saturniens : les militaires firent un exercice qui consistait à détruire un ennemi inexistant qui serait sur la colline. Donald étant sur la colline, il crut qu'il était visé par l'opération et s'enfuit à toutes jambes.

Pendant ce temps-là, Tiremoustache et Riri, Fifi et Loulou préparaient la fusée devant aller chercher Donald sur Saturne. Il reçurent soudain un appel radio de Donald, qui leur apprit qu'il était sain et sauf. Tiremoustache lui conseilla d'allumer un grand brasier pour indiquer où il était sur Saturne. Donald connecta donc de nombreuses branches dans les arbres, puis décida de toutes les amener sur une colline près de là où il était. Sur la colline, il vit alors la fusée de Tiremoustache, et en déduit qu'elle était déjà arrivée. Le professeur et les enfants le virent, et les neveux portèrent leur oncle, évanoui, dans la fusée...

Cependant, l'expédition n'avait jamais quitté la Terre... Tiremoustache comprit ce qu'il s'était passé : en effet, Donald avait du rencontrer un ballon de sécurité d'une immense base militaire américaine (que Donald avait pris pour le quartier général des monstres saturniens), et était tombé dans un centre de rééducation pour aliénés, le "village Sylvestre". Ses patients avaient la particularité de se prendre pour des arbres... Donald n'était donc jamais allé sur Saturne. Mais dans la fusée, Riri, Fifi et Loulou insistèrent pour y aller quand même, rêvant de cette fameuse expédition... Finalement, ils y allèrent. Là-bas, Donald pensait être enfin revenu sur Terre, et embrassa celle-ci, heureux d'être de retour sur sa planète. Mais il se rendit compte que cette terre n'avait pas un goût de terre, et Tiremoustache lui expliqua le quiproquo, qu'il était à l'origine toujours sur Terre, et qu'ils l'avaient emmené sur Saturne à la demande des neveux, et qu'ils pourraient rentrer seulement dans vingt-huit jours. Ainsi, pendant ces vingt-huit jours, Donald poursuivit ses neveux à travers Saturne, fou de rage...

En coulisses Modifier

Cette partie contient du texte paru dans Les Grandes Aventures de Romano Scarpa (© 2017 Éditions Glénat)
Donald 3D (première planche)

Première planche de l'histoire.

Bien que Scarpa ait déjà proposé un de ses scénarios pour une aventure de Donald, la première BD de Donald publiée qu'il a dessinée est Donald "3D" (Paperino "3D"), écrite par Guido Martina. L'intrigue ressent les effets de l'engouement pour la "3D", une mode qui fait fureur aux États-Unis au début des années 1950. De nombreux films et bandes dessinées sont alors réalisés avec le procédé anaglyphe par lequel les images, sur l'écran de cinéma ou sur les pages imprimées, semblent en relief quand on les regarde avec des lunettes spéciales. Ce qui est sûr, c'est que le procédé breveté dans l'histoire par le professeur Arnabaldo Giribaffo (Arnold Tiremoustache en VF) va bien au-delà du simple effet stéréoscopique. Le savant fait là sa première et dernière apparition, si l'on exclut la couverture réalisée en 1964 par Giuseppe Perego pour la première réédition italienne de l'histoire dans l'Albi della Rosa n°522.

L'émission "S.O.S. ! Les Martiens arrivent !", transmise en 3D par la chaîne de télévision de Picsou rappelle fortement la célèbre émission de radio inspirée du roman La Guerre des Mondes (1898) d'H.G. Wells, réalisée par Orson Welles le 30 octobre 1938. Diffusée en direct, cette dramatique radiophonique fit penser à une partie des auditeurs qu'une invasion de Martiens était bel et bien en cours. L'émission de télévision de Picsou est d'une bien plus grande portée puisque Donaldville est pour de bon précipitée dans le chaos et que des millions de guerriers canardo-martiens sortent des postes de télévision, clonés électroniquement à partir de l'image de Donald. Pendant ce temps, Donald se retrouve dans un endroit pour le moins absurde (peuplé non seulement d'aliens, mais d'aliénés), avec lequel Guido Martina anticipe d'au moins six ans le tout aussi fou monde des Bizarros, créé par Otto Binder pour les histoires de Superman.

Curieusement, le titre de la deuxième et troisième partie est Paperino "3-D" (écrit avec un trait d'union). L'histoire est signée "Walt Disney" dans la dernière case.

Publication française Modifier

Cette histoire ne fut publiée qu'une seule fois en France, dans Les grandes aventures Disney - Intégrale Romano Scarpa n°1, publié le 11 octobre 2017.

Précédée par Donald "3D" Suivie par
Planches Almanach Topolino 1954

Couverture Albi d'Oro n°50
Histoire de Romano Scarpa

1re parution : 1er septembre 1958
Les surprises de Noël

Albi della Rosa n°215
Sauf mention contraire, le contenu de la communauté est disponible sous licence CC-BY-SA  .