FANDOM


Donald Fracasse ! est une histoire en bande dessinée de soixante planches scénarisée par Guido Martina et dessinée par Romano Scarpa et Giorgio Cavazzano, publiée pour la première fois le 5 février 1967 en Italie. Elle met en scène Donald Duck, Riri, Fifi et Loulou Duck, les Sept Nains, Blanche-Neige et le chat de Cheshire[1].

Synopsis Modifier

Donald accompagne ses neveux au camp des Castors Juniors puis tombe en panne. Comme le soir tombe, il se réfugie dans un vieux château en ruines, où il rencontre le chat de Chester. Énervé par le chat fou, il arrache la saladachat du jardin mais il se rend vite compte de son erreur, car la saladachat, herbe magique qui ne poussait que dans ces ruines, aurait été le seul moyen de rendre la vue à la pauvre Blanche-Neige, rendue aveugle par un sortilège de la Sorcière. Pour réparer son erreur, Donald se lance dans une aventure héroïque sous le nom de Donald Fracasse.

Résumé complet Modifier

Fantomiald 2
Attention. Le texte qui suit dévoile certains moments-clés de l’intrigue du récit.
Danger Cette section est vide, insuffisamment détaillée ou incomplète. Votre aide est la bienvenue !
Ce qui est à faire dans cette section : résumé à finir

Alors que Donald vient de déposer ses neveux à un camp de vacances pour quinze jours, sa voiture tombe en panne puis, tombe dans un ravin. Perdu, Donald, après avoir marché pendant des heures, finit par tomber sur un castel abandonné, habité par le chat du Cheshire, qui profite de l'abondante présence de saladachat (aussi appelée « herbe à chat ») dont il raffole. Jaloux de ne rien trouver d'autre, Donald finit par la brûler, mais regrette aussitôt lorsqu'il apprend que le chat gardait un trésor, qu'il refuse désormais de lui donner, après son "affront". Plus-tard, Donald entend des appels-à-l'aide provenant de dehors. Il finit par découvrir que ce sont les sept nains tirant leur roulotte où se trouve Blanche-Neige.

Les nains expliquent que sa méchante belle-mère l'a rendue aveugle et a transformé tous leurs joyaux en herbe ; ainsi, ils ont besoin d'une herbe magique pour la guérir. Cette herbe se trouve être la saladachat que Donald a brûlé. Heureusement, ils peuvent s'en procurer au nid-du-hibou, dont l'emplacement ne peut être indiqué que par le professeur Magus Gufus, qui assiste alors aux « journées-sans-frontières ». Donald et les sept nains décident donc de s'y rendre. Les nains étant devenus musiciens ambulants, Donald se voit confier la grosse caisse, mais il emporte également par précaution une épée.

Le soir venu, ils s'arrêtent au Motel du Soleil Bleu mais ne peuvent trouver une chambre car elles sont toutes occupées (l'une par le milliardaire Baltimore et les quinze autres par ses bagages). Donald décide qu'ils se contenteront d'un dîner et dormiront dans la roulotte. Le paiement sera sonore (joué par les 7 nains). Mais le bruit réveille le milliardaire qui décide de payer la note en échange de leur silence. Durant le dîner, un singe entre dans la pièce et retourne dans la forêt pour prévenir le voleur Augustin que des touristes possèdent une grosse caisse avec un trésor et une jeune fille vêtue d'une robe de perles. Le lendemain, le voleur fait une embuscade à la troupe uniquement avec des mannequins, mais Donald les détruit tous, ce qui provoque la rage du bandit qui désire se battre avec Donald. Mais Grincheux envoie la grosse caisse et Donald s'en sert pour mettre le bandit hors d'état de nuire. Celui-ci confie à Donald qu'il est en réalité un kleptomane mais que les cliniques pour le soigner coûte cher ce qui l'oblige à voler. Donald décide d'arrêter la voiture du Milliardaire Baltimore. Celui-ci lui propose d'acheter son épée pour cinq cent dollars (prix de la clinique). Mais Donald estime que c'est trop cher pour une épée rouillée. Mais le milliardaire en repartant nous apprend que c'est l'authentique épée d'Orlando et qu'elle vaut en réalité 50 000 et qu'il est devenu grâce à elle le premier collectionneur du monde.

Lors de leur nouvelle arrêt, la troupe dîne dans une clairière. A ce moment précis, Gédéon et Grand coquin les remarquent et estiment que Stromboli payerait une fortune pour exhiber Blanche-Neige et les sept nains. Gédéon fait alors des sauts de la mort pour distraire la troupe tandis que Grand-Coquin verse un somnifère dans le repas. Tandis que Donald monte la garde, il finit par s'endormir, permettant ainsi à Grand Coquin et Gédéon d'emporter la roulotte (Donald étant le seul passager qui n'était pas à bord).

Le matin, Donald se réveille et comprend qu'il a été « somniférisé » par le Renard et le Chat. Il se souvient qu'ils sont en fait les complices de Stromboli. Ni une ni deux, il part à la recherche de ses amis en suivant les animaux qui lui montrent le chemin. Après quelque menue mésaventure, il tombe sur trois énormes spectres vêtus de draps blancs, avec une grosse citrouille en guise de tête, et qui décident d'affronter notre héros. Mais il s'avère - grâce au courage inouï du canard - que c'était ses garnements de neveux, dont la compagnie a justement était transféré dans la zone.

Finalement, ils retrouvent tous la tour où sont enfermés Blanche-Neige et les sept nains en attendant l'arrivée de Stromboli. Tandis que Donald essaie de grimper par une branche, celle-ci est éprise d'une curieuse magie, qui la fait s'allonger tel un élastique. Ainsi, Donald est catapulté dans le vide, jusqu'à ce qu'il se fasse rattraper par une cigogne qui le conduit au Nid-du-Hibou, où après avoir affronté des ombres de géants, se rend rapidement compte que ce n'est qu'un trucage réalisé par le non moins célèbre Magus Gufus, qui pour le punir, lui promet de lui donner la saladachat à la seule condition qu'il trouve une poire comestible parmi trois mille trois cent trente-trois poires vénéneuses. Donald, en vaillant chevalier, croque une poire au hasard dans le seul but de sauver Blanche-Neige. Comprenant son courage, le mage le laisse prendre toute la saladachat dont il a besoin.

Après avoir prodigieusement échappé aux brigands, Donald, ses neveux, Blanche-Neige et les nains gagnent le trésor du chat du Cheshire. Blanche-Neige revoit, et dans la plus grande générosité qui soit au monde, Donald fait don de tout l'or au hibou - qui initialement était une comète - afin qu'il reprenne son ancienne forme.

En coulissesModifier

Il s'agit de la parodie du roman Capitaine Fracasse de Théophile Gautier.

Publications françaises Modifier

Donald fracasse !

Première page de l'histoire.

Quatre publications de ce récit sont répertoriées.

Les deux premières sont au format trois bandes par page et seules cinquante-neuf planches sont publiées. La traduction utilisée dans ces magazines est infidèle à l'originale : le Chat du Cheshire est confondu avec le chat non-anthropomorphe Lucifer et, pour des raisons inexpliquées, la narration précise qu'il s'agit d'un rêve (ce qui est laissé ambigu dans la version originale).

  • Mickey Parade n°1003 Bis du 5 septembre 1971.
  • Mickey Parade n°39 de mars 1983.

Les deux suivantes le sont dans un format retravaillé dans un format quatre bandes par page, tenant ainsi sur trente-sept planches. Ces traductions réparent les erreurs de la première version.

Notes et référencesModifier

  1. La première traduction française, pour des raisons inconnues, le nomme en revanche Lucifer.
Précédée par Donald Fracasse ! Suivie par
Arriva Paperetta Yè-Yè
Histoire de Romano Scarpa

1re parution : 19 juin 1966
Zio Paperone e la rivale romantica
Sauf mention contraire, le contenu de la communauté est disponible sous licence CC-BY-SA .