FANDOM


Donald et la course à la baleine est une histoire en bande dessinée de trente-et-une pages scénarisée par Guido Martina et dessinée par Giovan Battista Carpi. Elle fut publiée pour la première fois le 9 septembre 1956 en Italie. Elle met en scène Balthazar Picsou, Donald Duck et Riri, Fifi et Loulou Duck.

Résumé completModifier

Fantomiald 2
Attention. Le texte qui suit dévoile certains moments-clés de l’intrigue du récit.
Donald&PicsouMutinerie

Donald Duck lance une mutinerie contre Balthazar Picsou.

Picsou entraîne ses quatre neveux dans les mers du sud, à trois mille kilomètres de Donaldville, à bord de son baleinier désaffecté "Milliardaire" ayant un canon sans harpon, vu qu'il consomme le moins de courant, officiellement pour une transaction commerciale et Donald n'en saura pas plus vu qu'il a embarqué à cause de ses dettes. Les enfants lui expliquent alors qu'ils sont dans la zone de l'île Pongo-Pongo où vivent les Pingo-Pongo, les féroces coupeurs de tête. Six heures plus tard, Picsou explique finalement qu'ils vont bien à l'île Pongo-Pongo, ignorant tout des Pingo-Pongo, afin de cueillir certaines choses mais Donald et les enfants se mutinent. Suite à cela, Picsou abandonne ses neveux sur une île déserte, le milliardaire pense les laisser vingt-quatre heures afin qu'ils acceptent ensuite un an de vaisselle.

Une heure plus tard, Donald entend un bruit de moteur mais les enfants lui font bien comprendre que Picsou ne reviendra pas. Ils partent explorer l'île pour trouver de quoi se nourrir, sans succès. Ils finissent par dormir étant donné que le manuel des Castors Juniors recommande d'explorer une île déserte en plein jour. Au réveil à l'aube, Donald entend un grondement souterrain avant d'être aspergé par un jet d'eau où sortent des poissons avant de finir à la mer. Les enfants le récupèrent et tous comprennent que la soi-disant île était en réalité une baleine.

La baleine se nourrit alors mais un poisson-épée se coince dans le palais mais, heureusement, les enfants l'aideront à s'en débarrasser. Celle-ci est heureuse et aide les canards à atteindre une île. Mais c'est en voyant le "Milliardaire" que les canards comprennent qu'ils arrivent sur l'île Pongo-Pongo. Les canards montent alors à bord du bateau mais ils ne trouvent aucune trace de leur oncle, juste des cailloux. Donald propose alors de prendre le bateau pour rentrer mais les enfants refusent et partent chercher Picsou, obligeant Donald à les accompagner.

Découvrant des empreintes de palmes et de pieds, les canards comprennent que Picsou a été fait prisonnier par les Pingo-Pongo. Donald veut alors fuir mais est fait prisonnier par les Pingo-Pongo et ceux-ci, sachant que l'un d'entre eux parle l'anglais et a obtenu un diplôme de chirurgien aux États-Unis, organisent une course de bateaux entre Picsou et Donald où seul le perdant aura la tête coupée.

Donald embarque à bord d'un canot à rames mais se fait rattraper par Picsou à mi-course vu que le milliardaire avait pris un canot à moteur. Mais la baleine revient et fait couler Picsou, ce qui fait que Donald est couronné vainqueur et Picsou aura la tête tranchée. Donald veut partir mais ne se sent pas capable de partir en abandonnant son oncle et ses neveux. Les enfants sauvent Picsou mais il trébuche, ce qui a pour effet d'attirer les Pingo-Pongo.

Une course-pourssuite s'engage alors jusqu'au "Milliardaire" où Donald aura l'idée de repousser les Pingo-Pongo en chargeant les cailloux dans le canon. Picsou dit être l'esclave de Donald en remerciement de lui avoir sauvé la vie mais change d'avis quand son neveu lui explique avoir utilisé les pierres en munitions, l'étranglant. En effet, ces cailloux étaient en réalité un tas d'émeraudes brutes et Picsou pourchasse alors son neveu à bord du bateau dans le but de l'étriper. Donald souhaite alors retourner sur l'île Pongo-Pongo.

En coulissesModifier

Publication françaiseModifier

Cette aventure n'a été publiée en France dans Le Journal de Mickey n°565 du 24 mars 1963. Remonté au format cinq bandes par page, le récit tient en douze pages.

Sauf mention contraire, le contenu de la communauté est disponible sous licence CC-BY-SA  .