FANDOM


En vert et contre tous est une histoire en bande dessinée de six pages scénarisée par Janet Gilbert et dessinée par Bas Heymans. Elle fut publiée pour la première fois le 14 octobre 2014 en Suède. Elle met en scène Balthazar Picsou et Émilie Frappe. L'action se déroule à Donaldville.

Résumé completModifier

Fantomiald 2
Attention. Le texte qui suit dévoile certains moments-clés de l’intrigue du récit.


Deux militants écologistes manifestent devant le dépôt de Balthazar Picsou. Ceux-ci reprochent au milliardaire d'être un gaspilleur, un mot que ce dernier prend pour une insulte. Il les fait alors rentrer dans son coffre pour prouver qu'il n'en est pas un.

Tout d'abord il leur montre que Miss Frappe gomme toutes les feuilles depuis vingt ans et qu'elle récupère les rognures pour en faire une gomme neuve grâce à une machine. Ensuite Picsou leur montre la chaufferie avec un générateur alimentant le coffre en électricité et ne fonctionnant qu'au courrier indésirables, aux vieux journaux et aux demandes d'argent de Donald Duck, la seule chose qu'il jette. Il leur montre ensuite le bureau de stockage avec les élastiques, les bouts de crayons, la ficelle ou encore les enveloppes usagées. De quoi impressionner les deux militants.

Picsou leur sert également du café qui a deux semaines et du thé dont il fait sécher les sachets en les réutilisant, ce qui commence déjà à faire rebuter les écologistes. Mais vient l'heure d'aller voir le banquier et les écologistes proposent à Picsou de le déposer à bord de leur voiture hybride, ce qu'il refuse, préférant la marche à pied. Les militants sont donc obligés de le suivre à pied. Dix minutes plus tard, un non-écologiste éclabousse les trois protagonistes de boue et les écologistes ne veulent pas polluer en lavant le linge. Qu'importe, Picsou les invite à faire comme lui : plonger et nager dans une rivière glacée mais seul le milliardaire arrive à supporter cela.

Dans le dépôt, Picsou fait prendre aux écologistes une soupe à l'eau avec du persil et sans sel. C'en est trop pour les militants qui partent alors dans une pizzeria et s'en fichent de l'écologie puisque Picsou l'est assez pour eux trois, ce qui donne une idée au milliardaire. Le lendemain, Picsou instaure des cours de comportement écologique à 50$ de l'heure, d'autant que pour lui, le bla-bla sur l'environnement est juste un moyen de se faire de l'argent.

En coulissesModifier

Publication françaiseModifier

Ce récit aura été publié pour la première fois en France dans Le Journal de Mickey n°3265 du 14 janvier 2015.

Sauf mention contraire, le contenu de la communauté est disponible sous licence CC-BY-SA .