Picsou Wiki
Advertisement
Picsou Wiki

Fantomiald retourne à l'école est une histoire longue en bande dessinée de vingt-cinq planches dessinée par Fabio Celoni et scénarisée par Nino Russo, publiée pour la première fois en Italie en février 1996. Elle met en scène principalement Fantomiald ainsi que Donald Duck, Géo Trouvetou et Balthazar Picsou qui font tous les trois une apparition dans quelques cases. L'action se déroule à Donaldville.

Synopsis[]

Une malheureuse faute de conjugaison et le pauvre Fantomiald se voit contraint de retrouver les bancs de l'école.

Résumé complet[]

Fantomiald 2.jpg
Attention. Le texte qui suit dévoile certains moments-clés de l’intrigue du récit.

Fantomiald écrit un mot dans le ciel, avec une faute de français.

À Donaldville, Fantomiald protège les habitants durant la nuit. D'ailleurs, quand il parvient à arrêter un bandit voulant braquer une bijouterie, la presse accourt pour immortaliser le moment. Le super-héros n'hésite pas à faire plaisir aux journalistes et écrit dans le ciel "Fantomiald a encore gagner", sous les hourras et les acclamations de la foule.

Le professeur hurle au maire son mécontentement.

Mais, le lendemain, à la mairie de Donaldville, le maire est obligé de calmer le professeur de la ville, qui trouve inadmissible que Fantomiald ait écrit "gagner" et non "gagné". Il suggère, avec énormément d'insistance, que le super-héros doit fréquenter un cours de grammaire et de littérature pour combler ses lacunes. Ce dernier, quand on lui explique la situation, est bien obligé d'accepter sinon, cela pourrait nuire à son identité secrète.

Fantomiald obtient un 0 sur 10.

Ainsi, dès le lendemain, toute la ville est au courant et Fantomiald se rend à l'école, sous les quolibets et les moqueries des enfants. Là-bas, le professeur est très sévère et demande à Fantomiald de conjuguer le verbe surseoir au passé simple. Lorsque ce dernier a terminé, le professeur continue dans sa perfidie et demande au canard ce que ce verbe veut dire. Mais Fantomiald, avouant qu'il ne sait pas, écope d'un zéro et doit subir de nouveau les moqueries de ses camarades.

À la récréation, on découvre que quelqu'un vole une mobylette. N'écoutant que son courage, Fantomiald court à la poursuite du voleur et parvient à l'arrêter en utilisant quelques gadgets. Mais, à son retour, il s'aperçoit qu'un élève a mangé son goûter, ce qui provoque encore plus sa colère. Or, voilà que le professeur arrive et lui donne un zéro pour mauvaise conduite.

Une fois la classe finie, Fantomiald part demander à son ami Géo s'il n'a pas un gadget pour l'aider car il doit copier mille fois "On ne se sert pas d'armes secrètes en classe". Après un moment de réflexion, l'inventeur présente au canard un multi-pantographe, un outil qui permet d'écrire sur plusieurs feuilles en même temps.

Géo présente à Fantomiald le multi-pantographe.

Fantomiald poursuit l'hélicoptère de Walter Rudy.

La nuit tombe et Fantomiald doit partir pour sa ronde de nuit. Mais il n'oublie pas de prendre avec lui son livre de grammaire pour réviser. Or, en lisant ce lire, il découvre qu'il y a un mot qu'il ne comprend pas : apocope. Le super-héros commence à paniquer. Tout à coup, voilà qu'il aperçoit au loin une silhouette familière, Walter Rudy, le voleur professeur. Ni une ni deux, il s'empresse de le suivre pour qu'il puisse répondre à son problème. Mais le voleur pense que le canard le poursuit pour un vol qu'il vient de commettre et tente de lui échapper avec un hélicoptère. Fantomiald n'a pas dit son dernier mot et lui lance un objet pour stopper le véhicule. Après cela, le voleur se rend et lui dit où se trouve le butin. Mais Fantomiald lui avoue qu'il n'est pas là pour cela et qu'il souhaite connaître la définition du mot "apocope".

Le lendemain matin, Fantomiald repart à l'école, l'air très fatigué. Là-bas, le professeur leur demande d'écrire une composition sur la famille. Or, le super-héros explique qu'il ne peut pas faire ça car cela dévoilerait son identité secrète. Le professeur lui donne alors la note de dix sur vingt pour son refus d'écrire une composition.

Toute la ville retient son souffle sur les progrès de Fantomiald à l'école. Des paris se développent même en ville Picsou demande que Fantomiald sponsorise ses cartables ou ses goûters.

Enfin, le jour de la grande évaluation arrive. Après plusieurs heures de travail, toute la ville est suspendu aux lèvres du professeur qui annonce que Fantomiald a réussi son examen. Ce dernier, fier de lui, en profite pour donner une citation qu'il attribue à Napoléon. Or, en l'entendant, le professeur devient fou de rage car cette citation est de César. Il ordonne à Fantomiald de revenir pour étudier cette fois l'histoire et la géographie, au grand dam de Fantomiald qui tente d'échapper au professeur.

Dernière case de l'histoire où Fantomiald est poursuivi par le professeur à cause de son erreur de citation.

En coulisses[]

Anecdotes[]

Cette histoire n'est pas la première impliquant Fantomiald et le système scolaire de Donaldville. En effet, en 1980, dans l'histoire Premier jour d'école ! de Guido Scala et Bruno Concina, le super-héros palmé devait repartir sur les bancs de l'école pour obtenir son diplôme obligatoire de fin d'études primaires.

Dans sa version originale, Fantomiald attribue à Pétrarque une citation de Vittorio Alfieri.

Publication française[]

Cette histoire ne fut publiée qu'à une seule reprise en France, dans Les chroniques de Fantomiald n°19 du 18 août 2021.

Advertisement