FANDOM


L'angoisse du départ est une histoire en bande dessinée de cinq planches scénarisée par Augusto Macchetto et dessinée par Roberta Migheli, publiée pour la première fois en 1998 en Italie. Elle met en scène Popop Duck et Gontran Bonheur. L'action se déroule à l'aéroport de Donaldville.

SynopsisModifier

Popop s'apprête à faire son tout premier vol et est très stressé à l'idée de quitter le sol.

Résumé completModifier

Fantomiald 2
Attention. Le texte qui suit dévoile certains moments-clés de l’intrigue du récit.

A l’aéroport de Donaldville, règne une ambiance de vacances. En effet, certains rentrent, d’autres sortent, tandis que d’autres encore sont nerveux. C’est le cas de Popop, assis devant le bar, engloutissant plusieurs camomilles pour faire passer le stress engendré par ce premier vol. Le serveur tente de rassurer le canard en lui assurant que les avions sont très sûrs. Mais peu après, un homme ayant pris place sur une table située derrière, délivre « Encore que… » avec un regard moqueur sur le canard coiffé d’un bonnet. Ces mots viennent alors frapper ce dernier, commandant immédiatement une autre camomille. L’homme se lève ensuite et quitte ainsi sa table pour s’entretenir avec Popop, lui disant que la camomille ne sert à rien dans ce cas et qu’il a ce qu’il faut. Il ouvre alors sa longue veste pour faire apparaître plusieurs porte-bonheurs de tous types, en assurant qu’il y en a « pour tous les goûts ».

Popop n’est cependant pas crédule, et sourit à l’homme en lui faisant comprendre qu’il n’a pas besoin de ce bazar. Alors qu’il se retourne, le canard tombe sur un chat noir. Alors effrayé, il se met à reculer pour finalement heurter par accident l’échelle d’un homme en train de fixer un miroir au mur. L’homme vendant les fétiches fait alors le compte, et totalise vingt bonnes années de malheur à son profit, tandis que le bricoleur tout juste tombé de son échelle demande trois cents dollars à Popop. Ce dernier est alors plus effrayé que jamais, et décide d’acheter tous les porte-bonheurs. Alors, le palmipède se met à chercher dans ses affaires pour dégoter son chéquier, lorsque l’embarquement pour le vol 17 est annoncé. Soudain, Popop lève les yeux, et aperçoit quelque chose le faisant tout d’un coup changer de comportement. Il décide de ne plus rien acheter, puis se met à courir vers la porte 13 pour attraper son avion, le tout en saluant le vendeur. Ce dernier est alors surpris d’un changement aussi radical de peur. Cependant, cela n’a rien de surprenant, car Popop se trouve dès à présent en compagnie de son cousin Gontran, prenant le même avion. Celui-ci lui demande s’il n’est pas stressé, mais à cette question Popop répond : « Plus maintenant ! ».

En coulissesModifier

Publications françaisesModifier

Cette histoire est parue deux fois en France, dans:

Sauf mention contraire, le contenu de la communauté est disponible sous licence CC-BY-SA .