FANDOM


Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Argent liquide (homonymie).

L'argent coule à flots est une histoire en bande dessinée de vingt-six planches scénarisée et dessinée par Don Rosa, publiée pour la première fois le 15 septembre 1987 aux États-Unis. Elle met en scène Balthazar Picsou avec ses neveux Donald Duck et Riri, Fifi et Loulou Duck, ainsi que les frères Rapetou et le professeur dit « aux choux ». Elle se déroule à Donaldville, principalement au coffre de Picsou.

SynopsisModifier

Les Rapetou échouent à nouveau à voler l'argent que Picsou garde férocement dans son coffre, quand ils rencontrent le professeur dit « aux choux », qui leur parle de deux de ses inventions : le rayon anti-friction et le rayon anti-inertie.

Résumé completModifier

Fantomiald 2
Attention. Le texte qui suit dévoile certains moments-clés de l’intrigue du récit.

Pendant que Balthazar Picsou vante ses mérites de sa jeunesse à ses neveux Donald, Riri, Fifi et Loulou Duck, les Rapetou préparent une nouvelle tentative du vol de la fortune du dépôt de Balthazar Picsou. Cependant, Picsou, d'abord alarmé de la présence d'intrus, a tout vu et compte montrer ses pièges à ses neveux, voyant là une énième scène comique des bandits qui va se produire sous ses yeux.

Les Rapetou sont d'abord confrontés à des barbelés dont ils sortent difficilement indemnes. Puis Picsou déclenche les canons du coffre grâce au Trouvetouscope, dont les voleurs réchappent de justesse. Ils essayent de percer un trou dans le coffre pour faire couler les pièces, sans succès, comme d'habitude. Ils tentent ensuite de passer par l'entrée principale, mais cela les confronte à des punaises, des requins, de l'acide toxique, et d'autres pièges soigneusement mis en place par le propriétaire. Néanmoins, les Rapetou, audacieux d'un jour, arrivent miraculeusement au bureau de Picsou. Mais ils se retrouvent face à Bertha, le gros canon qui protège la porte sécurisée qui sépare les bandits de la fortune de Picsou, et ils ne peuvent plus rien... Au final, ils échouent à nouveau, impuissants face aux pièges du milliardaire, qui est fier de son énième réussite. Riri, Fifi et Loulou préviennent leur oncle de se méfier des Rapetou malgré ses succès, mais Picsou répond que les bandits sont trop bêtes pour arriver à emporter le moindre centime.

Le groupe de bandits, déprimé et songeant à se dissoudre, repart se consoler au marché pour voler des pommes et des prunes, vu que la seule pièce qu'ils ont réussi à voler en perçant le trou dans le coffre n'est pas suffisante pour se nourrir. Au marché, leur tentative de vol n'est pas fructueuse, mais ils rencontrent le professeur « aux choux », tentant d'obtenir un crédit pour expérimenter de nouvelles inventions sur des choux. Les Rapetou se souviennent de ce professeur, ayant inventé un rayon pétrifiant auparavant. Les Rapetou veulent récupérer ce rayon.

Le professeur a cependant détruit son invention dangereuse, que les Rapetou ne peuvent pas acheter avec la pièce qu'ils ont volée, qui est d'ailleurs une pièce rare d'une valeur de cent dollars. En revanche, le professeur présente deux nouvelles inventions qu'il obtient pour ôter la mauvaise odeur du chou : le rayon anti-friction et le rayon anti-inertie. Le premier rend toute matière super glissante, car il en ôte toute fraction. Le second fait retomber les projectiles qu’on lance, car il annule toute inertie sur l'objet.

Les Rapetou achètent les deux inventions avec leur pièce rare. Ils reviennent au coffre avec les inventions achetées au professeur. Ils envoient d'abord un message à l'intérieur, en lançant un caillou avec un message sur Donald. Les crapules arrivent à atteindre le dernier étage du coffre grâce aux inventions qui déjouent tous les pièges, malgré la puissance de feu de Bertha actionnée par Donald qui blesse quelques membres du groupe. Malgré la défense des neveux, le trio de bandits atteint l'argent.

Mais Picsou ne reste pas inactif et s'empare juste à temps du rayon anti-friction, pour rendre son magot aussi fluide que de l'eau. Furieux, les Rapetou ligotent le milliardaire et sa famille. Les crapules ont laissé les deux rayons par terre. Fifi s'empare du rayon et libère sa famille. Balthazar Picsou s'empare des deux rayons et fonce sur le toit du coffre.

Ils remarquent que les Rapetou essayent de percer le coffre. Le milliardaire utilise le rayon anti-friction pour stopper cette tentative. Mais le rayon vise en même temps le bâtiment, qui devient mou. Les Rapetou comprennent qu'ils peuvent essayer de s'emparer de la fortune de Picsou en détruisant le coffre. Ligotés, Picsou et sa famille se libèrent grâce aux rayons laissés par les Rapetou, et défendent le coffre face aux tentatives des Rapetou de le déplacer. Après avoir essayé plusieurs stratagèmes, ils trouvent un moyen : utiliser des bulldozers volés en masse, pour déjouer les attaques des rayons. Le coffre est détruit et l'argent est déversé dans Donaldville, devenant littéralement « la grande crue monétaire de Donaldville ». Mais l'argent est si liquide que personne ne peut tenir une pièce ! Il menace de se déverser dans les égouts et dans le fleuve Tulebug, sauf si les neveux peuvent boucher les égouts avant. Ils sont beaucoup trop loin pour le faire...

Finalement Donald embarque sa famille dans la 313 pour sauver le magot, en l'accélérant avec le rayon anti-inertie qui en fait le bolide le plus rapide du monde. Picsou a une idée : il va demander aux capitaines de ses péniches au port de se placer et récupérer l'argent. Tout l'argent est récupéré et mis dans des bateaux, ce qui attire les Rapetou, qui pensaient avoir réussi à appauvrir Picsou. En voyant les barques, le groupe se déchaîne sur Picsou, mais le milliardaire, futé, utilise les deux rayons pour qu'un seul petit doigt les envoie en prison. Picsou replace l’argent dans un coffre de secours. À la fin, Donald réclame des millions de dollars pour le récompenser, ce que Picsou fait. Mais il a aspergé les billets de mille dollars au rayon anti-friction : Donald a été payé, mais les billets tombent... L'argent, une fois encore, lui a glissé entre les doigts !

En coulissesModifier

Références à Carl BarksModifier

Le professeur « aux choux » et sa passion pour les légumes qui sentent fort, avaient été créés par Carl Barks dans son histoire Les Rapetou dans les choux !.

Les D.U.C.K.Modifier

Le premier D.U.C.K. est caché dans l'illustration de Don Rosa pour son histoire (ci-dessous, dans la galerie d'images), parmi les pièces. Le deuxième D.U.C.K. est dissimulé planche une, première case.

Publications françaisesModifier

Cette histoire a été publiée neuf fois en France, dans :

Galerie d'imagesModifier

Précédée par L'argent coule à flots Suivie par
Caisse à la casse

Caisse à la casse
Histoire longue de Don Rosa

1re parution : 15 septembre 1987
La Chasse au canard...

La Chasse au canard...
Sauf mention contraire, le contenu de la communauté est disponible sous licence CC-BY-SA  .