FANDOM


L'art d'être grand-mère est une histoire en bandes dessinées de quatre planches scénarisée par un auteur inconnu, crayonnée par Tony Strobl et encrée par Steve Steere. Elle a été publiée pour la première fois en août 1965 dans Walt Disney's Comics and Stories n°299, aux États-Unis. Elle met en scène les Rapetou, Madame Mim, les Mini Rapetou et Dragon, et se déroule dans la maison de Madame Mim.

Synopsis Modifier

Les Rapetou, recherchant un baby-sitter pour leurs neveux les Mini Rapetou, les laissent à Madame Mim, qui ressent en elle comme un instinct maternel.

Résumé couplet Modifier

Fantomiald 2
Attention. Le texte qui suit dévoile certains moments-clés de l’intrigue du récit.

Au début de l'histoire, on voit Madame Mim sur une chaise, en train de dire qu'elle ressent en elle comme un instinct maternel. Elle demande alors à son chat Dragon de venir sur ses genoux, mais celui-ci, effrayé, n'a pas l'air d'avoir envie, et s'enfuit. Madam Mim lui court donc après, en le traitant d'"affreux matou", et en lui disant que c'est pour son bien ! Soudain, quelqu'un toque à la porte de sa maison. Madame Mim va ouvrir, et voit devant chez elle les Rapetou. Ceux-ci lui disent qu'ils ont de gros ennuis,, et Madame Mim, entendant cela, leur apprend qu'elle est en pleine crise d'instinct maternel, et leur demande de s'asseoir sur ses genoux ! Les Rapetou n'avaient pas l'air de vouloir cela, mais dirent à Madame Mim que leurs ennuis sont terminée. Ils recherchaient une garde d'enfants pour leurs neveux, les Mini Rapetou, pendant qu'ils allaient "faire un retrait à la banque" ! Les Rapetou partirent donc de chez la sorcière, lui laissant leurs neveux.

Les Mini Rapetou commencèrent à faire des bêtises, tirant sur la queue du chat, cassant de la vaisselle, se frappant, et en étant plutôt insolent avec Madame Mim. Plus tard, les Rapetou avaient l'air déçus de leur cambriolage, disant que gagner malhonnêtement sa vie devient de plus en plus difficile, et espérant que Madame Mim s'en est mieux sortie qu'eux. En entrant chez la sorcière, ils la virent assise sur sa chaise, avec les trois Mini Rapetou sur ses genoux, en train de dormir, ce qui étonna beaucoup leurs oncles ! Les bandits demandèrent à Madame Mim comment avait-elle fait pour les rendre si tranquille, et celle-ci leur apprit qu'elle leur avait donné des gâteaux, mais qu'ils se sont effondrés quand ils ont appris qu'il y avait trop de graisse de chauve-souris dans sa pâte. Quand les Rapetou, qui étaient justement en train de manger les gâteaux en question, entendirent ça, ils tombèrent net par terre. Madame Mim conclut tout cela en disant : « Comme les gens sont bizarres ! Par moment, personne ne veut s'asseoir sur vos genoux et la minute d'après, on n'a plus assez de genoux pour tout le monde ! »

En coulisses Modifier

Cette histoire marque la première apparition des Mini Rapetou, les neveux des Rapetou, numérotés respectivement 1, 2 et 3. Ils réapparaîtront dans de nombreuses autres histoires que celle-ci.

Le titre français rappelle probablement, de façon parodique, le recueil de poèmes de Victor Hugo L'art d'etre grand-père.

Parutions françaisesModifier

L'histoire est parue en France dans :

Sauf mention contraire, le contenu de la communauté est disponible sous licence CC-BY-SA  .