FANDOM


L'attaque des abominables monstres de l'espace ! bandeau

L'attaque des abominables monstres de l'espace ! est une histoire en bande dessinée de vingt-quatre planches scénarisée et dessinée par Don Rosa. Elle fut publiée pour la première fois en juillet 1997 dans Walt Disney's Comics and Stories n°614, aux États-Unis. Elle met en scène Balthazar Picsou, Donald Duck, Riri, Fifi et Loulou Duck et une famille d'extraterrestres. Elle se déroule à Donaldville puis dans la ceinture d'astéroïdes, dans l'espace.

SynopsisModifier

Ayant déjà découvert la plupart des trésors que le monde recèle, Picsou a l'idée de se lancer dans une entreprise de prospection spatiale. Au moment où il décrit à ses neveux, enthousiaste, les météorites qui constituent les trésors de l'espace, il reçoit de sa société un colis contenant ce qui semble être un météore. En réalité, c'est une machine d'origine extraterrestre. Picsou arrive à la rallumer, sans prendre de précautions, quand son coffre commence à quitter la colline Killmotor et à s'envoler vers l'espace... Les canards, qui ont eu le temps de quitter le coffre, vont se lancer à sa poursuite à travers l'espace.

Résumé complet Modifier

Fantomiald 2
Attention. Le texte qui suit dévoile certains moments-clés de l’intrigue du récit.
L'attaque des abominables monstres de l'espace ! 1

Donald et ses neveux examinant le mystérieux météore, qui semble intéresser Picsou.

Balthazar Picsou contait à ses neveux les nombreux secrets que recelait l'espace : de nombreux débris traversaient la galaxie ; astéroïdes, comètes ou fragments d'étoiles qui avaient explosé voyageaient à des vitesses faramineuses à travers la galaxie. Certains pénétraient dans l'atmosphère terrestre, la friction réduisait la plupart en poussière mais certains étaient assez gros pour s'écraser sur Terre. Beaucoup se dispersaient dans les océans, les jungles et les déserts, mais certains se retrouvaient là où ils ne pouvaient se cacher : l'Antarctique. Donald Duck devina que Picsou leur racontait ça car il avait trouvé un moyen de gagner de l'argent avec, ce qu'il confirma. Riri, Fifi et Loulou le félicitèrent cependant pour ce récit, disant qu'ils s'étaient quasiment crus au milieu des météorites. Donald amena un colis que Picsou avait reçu de sa société de récupération antarctico-cosmique, le milliardaire déclara qu'il contenait quelque chose de très intéressant selon ses employés. Celui-ci s'était lancé dans la chasse aux trésors spatiaux car il estimait avoir conquis les quatre coins du monde, et qu'il n'y avait plus de trésors à découvrir. Les canards ouvrirent donc le colis, et découvrirent un grosse météorite en métal. Elle sonnait étonnement creux. Un des neveux vit une fente, et l'ouvrit pour découvrir à l'intérieur de la météorite d'étranges mécanismes. Picsou pensait qu'il s'agissait d'un vieux spoutnik qui avait fondu en passant l'atmosphère, mais ses neveux virent que le mécanisme ne ressemblait à rien de connu. Ils virent aussi un trou sur la météorite qui semblait avoir été fait par une énergie inconnue. L'étrange météorite paraissait donc être d'origine extraterrestre.

L'attaque des abominables monstres de l'espace ! 2

Le coffre-fort fonçant droit sur les nouvelles tours de bureaux de Picsou.

Picsou réussit à sortir un étrange appareil de la météorite, qui semblait être l'élément moteur principal. Le milliardaire voulut voir ce que ça faisait de rallumer l'étrange machine, ce qui ne rassurait pas Donald. Au moment où il allait partir, pris de peur, il commença à trembler. Mais la machine semblait n'y être pour rien, un tremblement de terre devait avoir lieu. Les canards se précipitèrent au dehors avant que les murs ne s'effondrent, mais Donald, qui avait pris les devants, tomba dans un immense fossé devant la porte d'entrée du dépôt. Picsou et les enfants le rejoignirent, et se demandèrent d'où venait cet étrange fossé. Ils se rendirent alors compte que le coffre sortait de ses fondations. Une énergie inconnue le fit s'envoler de la colline Killmotor, pour survoler Donaldville. Picsou voulut rentrer dans le bâtiment pour débrancher l'appareil, mais il était déjà hors d'atteinte. Donald prit l'initiative de conduire sa voiture, et les autres canards l'accompagnèrent pour suivre le coffre. Ce dernier fonça dans les deux nouvelles tours de bureaux qu'avait fait construire Picsou, et elles s'effondrèrent. Puis, le coffre fit s'effondrer le clocher de la mairie, et le maire réprimanda Picsou qui passait à proximité. Le boîtier emportait le coffre dans l'espace, il était perdu. Mais le milliardaire ne s'avoua pas vaincu et ordonna à Donald de tourner à droite et de s'arrêter à la première ferme. Le fermier, en voyant Picsou, lui assura qu'il avait payé son loyer, mais le canard le rassura en lui disant qu'il venait simplement récupérer quelque chose dans la grange. Donald ironisa en disant qu'il espérait qu'elle cache une base de lancement, mais il fut étonné de voir que c'était le cas ! Elle cachait une fusée lunaire construite par Géo Trouvetou, et qui n'avait servi qu'une fois : elle avait moins d'un million de kilomètres au compteur. Les canards firent sortir les animaux qui s'était installés dans la fusée, et Picsou assura à Donald, inquiet, que le réservoir contenait assez d'air et d'essence pour tenir quelques jours. Donald dit alors à son oncle qu'il pouvait partir seul car les enfants et lui restaient sur Terre, mais Picsou ne tint pas compte de ses remarques et fit tout de même décoller la fusée...

L'attaque des abominables monstres de l'espace ! 3

La fusée se posant sur le coffre dans l'espace.

Les enfants enlevèrent les nombreux épis de maïs qui obstruaient la vue sur le radar, et virent grâce à celui-ci que le coffre était droit devant eux. Donald se demandait comment il pourrait ramener le coffre, Picsou lui dit qu'ils aviseraient le moment venu. Ils rattrapèrent le coffre, et la fusée se posa sur le bâtiment grâce à des « ailes » et des « pattes » : la fusée avait été conçue par Géo tel un insecte. Alors que Picsou commençait à s'équiper pour sortir de la fusée, les enfants remarquèrent que les instruments signalaient une augmentation d'énergie. Le coffre subissait une poussée supra-lumineuse qui entraînait les canards avec lui. Ils firent décoller la fusée car le coffre pourrait aller si loin qu'ils ne pourraient jamais revenir sur Terre, et ils sortirent donc de cette poussée. Picsou pleurnicha en pensant qu'il ne reverrait plus jamais son coffre, quand les enfants réalisèrent que la planète qu'il voyait près d'eux n'était pas la Terre mais Jupiter. Donald demanda à ses neveux combien de temps il leur faudrait pour rentrer chez eux, et ils lui répondirent qu'il faudrait plus de quatre ans ! Ils avaient assez d'air et de nourriture pour quatre jours... Donald ouvrit un placard pour voir s'il n'y avait pas des réserves d'air, mais il vit juste une poule qui couvait. Un des neveux remarqua alors qu'une jauge signalait un nouveau saut énergétique à proximité. Le coffre avait donc du s'arrêter juste après qu'ils l'avaient quitté. Picsou était content de cette nouvelle, et Riri, Fifi et Loulou l'informèrent qu'ils disposaient d'assez de provisions pour le rejoindre. Le milliardaire se dit que la boîte n'avait pas emporté le coffre ici sans raison, et qu'elle avait peut-être rejoint une station spatiale ou un vaisseau extraterrestre. Donald était anxieux de rencontrer des extraterrestres, mais son oncle lui dit qu'en plein désert, même un campement ennemi était le bienvenu.

L'attaque des abominables monstres de l'espace ! 4

Les canards découvrant le coffre arrimé à l'astéroïde, avec les pièces d'argent en orbite autour.

Trois jours et demi plus tard, la fusée avait parcouru six cent milles kilomètres, et arrivait dans une partie dense de la ceinture d'astéroïdes, entre Mars et Jupiter. Les canards virent alors le coffre de Picsou, amarré à un énorme astéroïde. Un anneau de pièces était en orbite autour, les pièces sortaient par un trou à l'avant du coffre. Les canards allaient bientôt manquer d'air, ils décidèrent de se poser sur l'astéroïde pour tenter de trouver de l'aide. Pendant ce temps, un jeune extraterrestre, accompagné de son grand-père - tous deux en combinaison spatiale - venait de finir de « nettoyer » tout le coffre, en jetant les pièces par un trou dans le mur, à la pelle. Ils souhaitaient transformer le coffre en une belle ferme. Ayant terminé le travail, l'enfant demanda à sa mère des « vidéo-livres », mais celle-ci refusa de les lui donner, pensant que ces histoires de science-fiction lui donnaient des cauchemars. Elle lui ordonna d'installer des panneaux « défense d'entrer » sur l'astéroïde, comme son père lui avait demandé. Le jeune extraterrestre était énervé, trouvant que tout le monde le prenait pour un gamin de cinquante ans ! Au dehors, il vit Picsou et Donald qui venaient de descendre de la fusée, les enfants étant restés à l'intérieur. Il prit peur et vint prévenir son père et son grand-père que des « monstres de l'espace » venaient d'arriver, comme dans les « vidéo-livres ». Le grand-père crut d'abord que c'était les gendarmes qui venaient les arrêter, et faillit faire une attaque jusqu'à ce qu'il sut qu'il ne parlait pas de gendarmes. Le père réprimanda son fils, en lui demandant de ne plus faire de plaisanterie pareille. Il ne croyait pas à l'existence de monstres blancs avec deux yeux - les extraterrestres n'avaient qu'un œil.

L'attaque des abominables monstres de l'espace ! 5

Picsou et Donald découvrant les extraterrestres, qui prennent peur d'eux.

Le père descendit tout de même voir si l'enfant n'avait pas dit la vérité, et remonta tout aussi vite en découvrant Picsou et Donald, encore plus affreux que ce que décrivait son fils selon lui. Il prit un fusil, et tira sur Picsou et Donald. Mais le fusil projetait un étrange rayon qui ne fit rien du tout aux canards. Ces derniers virent les extraterrestres, qui ne comprenaient pas pourquoi le fusil ne les avait pas tués. L'enfant dit que dans les livres, seules les balles pouvaient tuer les « monstres de l'espace ». Donald et Picsou furent étonnés de voir qu'ils parlaient leur langue, avec cependant un fort accent du terroir. Les extraterrestres fuirent, ayant peur des canards, mai ces derniers leur coururent après pour leur demander de l'air. Les extraterrestres rejoignirent la mère, qui refusait de quitter le coffre qu'elle venait de nettoyer. Voyant les canards, elle leur lança le produit nettoyant, des électrolytes savonneux. Picsou reçut le liquide et fut totalement assommé par celui-ci. L'enfant confirma que les « monstres » correspondaient en tout point à ceux livres, car de simples électrolytes savonneux pouvaient les « faire fondre comme de la glace ». Donald commença à s'énerver, et poursuivit les extraterrestres en dehors du coffre. Riri, Fifi et Loulou, restés dans la fusée, virent que leur oncle causait un incident diplomatique interplanétaire...

L'attaque des abominables monstres de l'espace ! 6

Un des neveux voyant l'extraterrestre se prosterner devant la poule, persuadé qu'elle est l'intelligence supérieure qui contrôle les canards.

L'enfant extraterrestre voyait que sa famille n'avait aucune chance face à de tels « monstres », et se rappela que dans les livres, ils étaient toujours contrôlés par une intelligence supérieure, et pensa lui implorer sa pitié. Il entra dans la fusée des canards, et vit à l'intérieur la poule. Il pensa que c'était elle, l'intelligence supérieure. Il commença donc à se prosterner devant elle, mais la poule prit peur et s'évanouit. Riri, Fifi et Loulou virent la scène, et en les voyant, l'extraterrestre pensa que la poule avait lâché ses gardes. Il se redressa, et déclara que son père lui avait appris qu'il devait mourir fier. Les canards comprirent qu'il était un enfant comme eux, et furent étonnés de voir qu'ils le comprenaient, mais que lui ne les comprenait pas. Sans le faire exprès, l'antenne sur le casque de l'extraterrestre toucha la tête de Riri, et l'extraterrestre le comprit. Il reprit l'antenne, pour être à nouveau compris. L'extraterrestre leur dit que c'était un vieux traducteur universel : celui-ci transmettait tout en anglais, et transposait également le langage rural de l'extraterrestre ! Les enfants discutèrent et l'extraterrestre comprit qu'ils ne voulaient pas les anéantir : cependant, il se précipita vers les adultes pour ne pas qu'ils s'entre-tuent. Pendant ce temps, Picsou et Donald cherchaient désespérément les extraterrestres, qui s'étaient cachés de peur derrière des rochers. Il ne leur restait plus que dix minutes d'oxygène pour survivre. Il commencèrent à gémir et à se plaindre, les extraterrestres ne comprenaient pas ce qu'il se passait.

L'attaque des abominables monstres de l'espace ! 7

Le grand-père s'approchant de Picsou, qui le prend pour un fou.

Le grand-père prit pitié d'eux, il pensait que Picsou s'était pris une épine : il osa sortir de derrière le rocher pour aller les voir. Il s'approcha de Picsou, lui prit la main et vit qu'il n'y avait pas d'épines. Il pensa que c'était peut-être l'heure à laquelle il fallait le traire ! L'antenne du traducteur universel avait touché le casque de Picsou, qui comprit ce qu'il disait. Il le prit pour un fou, et le grand-père fut étonné de voir qu'il parlait leur langue. Les autres extraterrestres s'approchèrent des canards, et les enfants arrivèrent. Ils s'excusèrent de les avoir pris pour des monstres, tout simplement parce qu'ils trouvaient les canards assez laids. Ils se retrouvèrent donc tous ensemble dans le coffre, et les canards - désormais équipés de traducteurs universels - expliquèrent ce qu'il leur était arrivé. Les extraterrestres leur apprirent que l'étrange appareil qui les avaient amené là était un vieille balise supra-luminique, et que l'étrange météorite qui la contenait était un vaisseau qui avait dû être abattu par le gouvernement. Le grand-père avoua avoir été une vraie terreur dans sa jeunesse, et il était toujours prospecteur dans l'espace : il avait une vie semblable à celle de Picsou sur Terre. Toutes ces aventures dans l'espace infini attiraient le canard, et même si les extraterrestres leur dirent que la balise avait assez d'énergie pour les ramener sur Terre, Picsou souhaita rester un peu.

L'attaque des abominables monstres de l'espace ! 8

Picsou et le grand-père extraterrestre parcourant l'espace, exaltés, devant Donald et ses neveux moins enthousiastes...

Cela faisait des jours que les canards étaient dans l'espace, Picsou était fou de joie et parcourait l'espace avec le grand-père extraterrestre, se croyant revenu au Yukon. Ses neveux, eux, étaient lassés et souhaitaient rentrer chez eux. Picsou et le grand-père lancèrent un pari, dix dollars pour celui qui trouverait le prochain cristal d'impervium. Les deux prospecteurs allèrent sur le même astéroïde, chacun d'un côté, et ce fut Picsou qui trouva finalement l'impervium en premier. Le grand-père félicita Picsou : cela faisait cinq cents trente-sept ans qu'il prospectait, et pourtant, il lui apprenait des choses. Ils pensaient parcourir l'espace à la rechercher de pétrole ou de cristal. Le grand-père parla au canard de son amour de toujours, Astra. Il eut la chance de le marier, chance que n'eut pas Picsou avec son amour à lui, Goldie O'Gilt. Il demanda à l'extraterrestre de lui raconter son histoire, mais Donald l'interrompit. Il lui dit qu'il ne pourrait refaire le passé dans l'espace, et lui demanda de se décider s'il rentrait avec eux ou s'il restait dans l'espace. Le grand-père extraterrestre lui demanda de rester, tandis que Riri, Fifi et Loulou le pria de revenir sur Terre. Soudain, l'enfant extraterrestre vit qu'un trou d'hyper-espace se formait. Il s'agissait d'un patrouilleur du gouvernement qui avait dû détecter la balise dans un de leur poste de surveillance. Les extraterrestres conseillèrent aux canards de partir avant que le gouvernement ne les trouve. Ils prirent donc la fusée et s'enfuirent. Les extraterrestres restèrent dans leur vaisseau, et les hommes du gouvernement leur demanda où était la balise supra-luminique illégale. Ils leur répondirent que c'était les « aliens » qui l'avaient, et la patrouille se lança à leur poursuite. Donald tentait de conduire la fusée le plus vite qu'il pouvait, mais il heurtait tous les astéroïdes... Le pare-brise fut brisé par un astéroïde, et l'atmosphère de la fusée s'échappait. Heureusement, les canards avaient mis un scaphandre à la poule juste à temps. Picsou voulut reprendre les commandes de la fusée, mais le gouvernail ne répondait plus et elle s'écrasa contre l'astéroïde où se dressait le coffre du milliardaire.

L'attaque des abominables monstres de l'espace ! 9

La patrouille voyant l'astéroïde et le coffre foncer droit dans l'hyperespace.

La fusée était fichue, les canards devaient prendre le coffre pour revenir sur Terre. Picsou hésitait à partir, mais il y fut contraint car son casque était fendu, et il n'allait bientôt avoir plus d'air. Les extraterrestres avaient arrimé le coffre avec d'énormes piliers, les canards espéraient que la boîte avait assez de puissance pour faire bouger l'astéroïde. Picsou ordonna à Donald d'ouvrir le toit pour faire rentrer les pièces, qui formait toujours un anneau autour de l'astéroïde. Le coffre plein, et le toit fermé, Picsou alluma la balise puis ils filèrent vers l'hyperespace. La patrouille, voyant cela, lancèrent deux missiles détecteurs de propulsion supra-luminiques : ils allaient les suivre de l'autre côté de l'espace pour les anéantir. Ils virent alors les restes de leur fusée, et allèrent y jeter un œil. Pendant ce temps, les canards fonçaient dans l'hyperespace, inconscient du danger qui les suivait. Quelques instants plus tard, ils sortirent de l'hyperespace, et découvrir juste devant eux la Lune, sur laquelle ils fonçaient ! La pointe de l'astéroïde s'enfonça dans la Lune, et les canards survécurent à ce choc, la boîte devant limiter l'inertie. Picsou, en suivant les indications de Donald, réussit à sortir l'astéroïde de la Lune, puis ils s'envolèrent vers la Terre. Donald se demanda si on voyait les énormes cratères qu'ils avaient causé de la Terre : ses neveux lui dirent qu'ils étaient sur la face cachée, et leur oncle fut rassuré de ne pas avoir de problèmes de copyright. En effet, ils avaient formé une immense tête de Mickey Mouse sur la Lune !

L'attaque des abominables monstres de l'espace ! 10

L'astéroïde et le coffre venant de se poser sur la colline Killmotor, au-dessus de Donaldville.

Les canards fonçaient vers la Terre, et un peu plus tard, ils reconnurent les côtes du Calisota au loin. Ils aperçurent Donaldville, et foncèrent tout droit sur la colline Killmotor. Mais Donald n'était pas rassuré en voyant qu'une lumière rouge s'était allumée sur la balise, et qu'elle commençait à clignoter. Soudain, la balise n'eut plus de jus, et le coffre tombait en chute libre. Quelques seconde après, le coffre s'écrasait sur terre, et les canards survécurent à nouveau à ce terrible choc. Les neveux pensèrent qu'il devait y avoir une marge de sécurité anti-inertie pour les protéger, en cas de crash. Picsou espérait que l'astéroïde n'était pas tombé dans le quartier chic, car cela lui aurait coûté cher en réparations. Mais par chance, le coffre était tombé pile sur la colline Killmotor ! Donald demanda à son oncle comment il ferait pour remettre son coffre en place, mais celui-ci avait une idée en tête : il ferait débiter en petits morceaux l'astéroïde qu'il vendrait un dollar le sachet. Ainsi, les bénéfices engrangés lui rembourseront le coût de remettre le coffre en place. Donald lui dit alors qu'il n'avait rien perdu dans cette mésaventure, mais Picsou restait nostalgique de tous ces nouveaux horizons qu'il aurait pu découvrir s'il était resté là-bas. Soudain, Riri, Fifi et Loulou réalisèrent qu'ils avaient laissé la poule dans l'espace, et se demandèrent ce qui pourrait lui arriver. Ils espéraient qu'elle s'en tirerait, mais en réalité, elle allait très bien. En effet, bien loin dans l'espace, les extraterrestres l'examinaient. Elle n'avait pas prononcé une seule parole traduisible depuis qu'ils l'interrogeaient, mais le président ordonnait qu'ils la traitent bien jusqu'à ce qu'elle ait révélé tous les secrets de sa civilisation. La poule avait une lueur maligne dans son regard, un extraterrestre pensait qu'elles se moquaient de leurs esprits inférieurs !

L'attaque des abominables monstres de l'espace ! 11

Un des neveux se demandant ce que la poule est devenue : en réalité, elle est examinée attentivement par les extraterrestres.

En coulissesModifier

Donald Duck Extra n°1998-04

Couverture de Donald Duck Extra 1998-04, dessinée par Michel Nadorp et illustrant l'histoire.

L'attaque des abominables monstres de l'espace ! a deux points communs avec Un problème de taille, également réalisée par Don Rosa et publiée pour la première fois le 25 septembre 1995. Il s'agit tout d'abord également d'un film de série B des années 1950 dans l'univers de Donald Duck, pas d'un film en particulier mais simplement de tous les films contant l'invasion d'affreux extraterrestres. En réalité, dans cette histoire, ce sont les canards qui sont considérés comme d'affreux monstres de l'espace par la famille extraterrestre. La seconde similitude avec Un problème de taille est l'utilisation d'un objet provenant d'une vieille histoire de Carl Barks, ici une fusée lunaire conçue par Géo Trouvetou dans Le coffre le plus fort du monde, datée d'octobre 1958. En effet, l'éditeur avait demandé à Don Rosa de réaliser une histoire se déroulant dans l'espace, cependant, il estimait que ce ne pouvait pas être une chose considérée comme "banale" : les canards ne pouvaient pas partir d'un jour à l'autre comme si de rien était. Dans les histoires de Barks, les voyages spatiaux demandaient souvent une longue préparation, et Rosa estimait que Géo n'était même pas capable de concevoir un vaisseau spatial rapidement, d'un simple claquement de doigt. La seule solution pour lui était de réutiliser un vaisseau spatial déjà introduit dans les bandes dessinées Disney, par Carl Barks lui-même, ce qu'il fit.

Hidden Mickey L'attaque des abominables monstres de l'espace !

Le Hidden Mickey.

Aussi, Don Rosa s'était demandé comment il aurait pu envoyer les canards si loin dans l'espace (dans la ceinture d'astéroïdes, entre Mars et Jupiter) sans que le voyage ne prenne des mois. Il eut l'idée de créer une petite torsion de l'espace, de façon Star Trek, grâce à la technologie extraterrestre. Ainsi, il n'eut pas besoin de faire ne sorte que Géo ne crée une extraordinaire fusée, au-delà de ses capacités selon Rosa. Ce dernier considère sa vision de l'univers de Donald Duck comme assez "terre-à-terre" : il ne pense pas que Donald ou Picsou ne devrait avoir des aventures dans l'espace ou voyager dans le temps, comme il ne considère pas Géo comme un physicien nucléaire futuriste mais simplement comme un "super-bricoleur", ou Miss Tick comme une véritable maîtresse de la sorcellerie - il la voit comme une sorcière amatrice, preuve est qu'elle ne chevauche même pas un balai dans ses histoires. Don Rosa a conçu L'attaque des abominables monstres de l'espace ! comme un space opera pour les canards. En version originale, les extraterrestres s'expriment tel des hillbillys, clichés de la culture américaine, péquenauds vivant dans une région isolée. Ainsi, ils utilisent un anglais très populaire et peu académique. Aussi, on peut noter que Don Rosa a mal représenté la ceinture d'astéroïdes : il l'a dessinée très dense en astéroïdes, un peu comme les anneaux de Saturne. En réalité, il n'y a qu'environ 3 500 astéroïdes connus dans la ceinture, et ils parcourent une orbite de plusieurs millions de kilomètres. La représenter de façon réaliste aurait rendu la ceinture plutôt inexistante, et l'espace particulièrement vide (et l'histoire ennuyeuse par ailleurs, selon Rosa). Enfin, à la fin de l'histoire, on peut voir un Hidden Mickey sur la face cachée de la Lune.

Publications françaisesModifier

Cette histoire a été publiée six fois en France, dans:

Précédée par L'attaque des abominables monstres de l'espace ! Suivie par
Le Protecteur de Pizen Bluff

Uncle $crooge n°306
Histoire longue de Don Rosa

1re parution : janvier 1997
Un œil pour le détail

Kalle Anka & Co n° 1997-19
Sauf mention contraire, le contenu de la communauté est disponible sous licence CC-BY-SA  .