FANDOM


L'or de l'épervier est une histoire en bande dessinée de trente-cinq planches scénarisée par Alberto Savini et dessinée par Stefano Turconi et Roberta Zanotta, publiée pour la première fois en juin 2001 en Italie. Elle met en scène Toby Dick, Popop Duck, Trippe, Azimuth Van Bec, Sangola, Reginald O'Connors, ainsi que plusieurs habitants de Duckport. L'action se déroule principalement à l'île des nuages, ainsi qu'à Duckport.

SynopsisModifier

Trippe le mystérieux goéland transporte avec lui de nombreux objets, attirant l'attention d'Azimuth Van Bec, prêt à tout pour s'enrichir davantage, notamment mettre la main sur l'or de L'Épervier...

Résumé completModifier

Fantomiald 2
Attention. Le texte qui suit dévoile certains moments-clés de l’intrigue du récit.

Aux abords de Duckport, la mouette du nom de Trippe survol la villa d'Azimuth Van Bec, sûrement en quête de nourriture... Quand soudain, celle-ci aperçoit au sol Sangola, ce dernier alors en train de sortir les déchets dans un seau. La mouette alors affamée comme à son habitude, exécute avec brio un piqué, mais le domestique l’entendant arriver, parvient tout de même à lui faire manquer sa cible, comme le ferait un torero durant une corrida. Le pauvre animal s’écrase alors honteusement au sol, et jette le morceau métallique qu’il tenait alors jusqu’à présent dans bec au sol, cela suite aux moqueries du serviteur d'Azimuth. L'oiseau se dirige alors vexé vers celui-ci, et vient placer un coup de bec droit sur ses chaussures. Alors, Sangola se met à sautiller de douleur tout en tenant son pied blessé ; alors que la créature salive déjà face aux restes de la maison. Malheureusement pour elle, le domestique se remet bien vite du coup, puis parvient à faire partir le volatile s’étant déjà bien gavé, et peinant à voler après un tel repas.

Soudain, il aperçoit un objet briller dans la pelouse, et après avoir saisi celui-ci, il se rend compte qu’il s’agit d’une plaque brillante faisant office de carte de visite, sur laquelle est gravé : « Épervier Capt. RO'Connors ». Intrigué, l’homme court alors vers l’intérieur du manoir pour faire part de sa découverte à son patron, afin d’en savoir plus. Cependant, ce dernier lui demande où cette plaque a été retrouvée, et se trouve stupéfait d’apprendre que cela provienne d’un prétendu goéland, alors juste venu se nourrir dans ses poubelles. La Teigne ne comprend toutefois pas la raison pour laquelle son maître est si étonné, et lui déclare qu’il est en effet incroyable que les mouettes laissent des cartes de visites, ceci lui ayant été appris par un de ses cousins tenant une imprimerie... Mais, Azimuth refuse d'entendre davantage de bêtises, et ordonne à son dévoué serviteur de lui préparer la calèche.

Quelques instants après, à la Capitainerie sur port, la maître confirme ce qu’il pensait, et affirme à l’aide du registre que cela provient de « L’Épervier ». Ce bateau était alors le brigantin du riche héritier Reginald O’Connors, un homme disparu il y a plus de vingt ans, et Azimuth possède désormais la plaque de la porte de sa cabine. Sangola de son côté trouve alors cela intéressant, mais questionne son maître pour savoir en quoi cela le concerne. C’est alors que ce dernier rétorque que tout l’or de ce O’Connors était à bord, ainsi, en découvrant où était la plaque, il découvrira par la même occasion le navire et l’or. Soudain, alors qu’Azimuth feuilletait les pages du registre, il trouve un journal relatant de la disparition du brigantin, comportant un portrait du fameux capitaine disparu.
L'or de l'épervier planche 7 case 2

Le portrait du capitaine.

Van Bec trouve alors cela de plus en plus intéressant, ce visage ne lui étant pas inconnu.

Plus tard, alors qu’il retourne dans son manoir, Azimuth est soudainement interpellé par son domestique, celui-ci semblant pointer du doigt une personne importante. La riche personne s’empresse alors de se pencher à la fenêtre de sa calèche, croyant trouver le capitaine, mais il en est autrement. En effet, Sangola vient simplement de reconnaître le volatile croisé le matin. Déçu, Van Bec charge alors son domestique d’une importante mission, celle-ci étant alors de prendre en filature les deux marins accompagnant la mouette.

À bord du bateau, ces deux derniers se disputent, l’un voulant prendre le commandement de la Carbonella XI, alors que l’autre se tient déjà au gouvernail. Cependant, Popop n’insiste pas, et laisse son ami diriger le navire, mais quand celui-ci lui demande d’hisser les voiles et larguer les amarres, il se trouve embêter de voir que son ami ne sait pas manier les cordages, au point de s’emmêler avec. Popop tente alors pendant un long moment d’enrouler les cordages correctement, mais se retrouve à chaque fois emmêler avec, sans savoir comment. Au même moment, plus loin sur le quais, Sangola s’impatiente, arrivant à se demander ce qu’ils fabriquent pour prendre autant de temps à lever l’ancre. Alors, il décide à l’aide de sa barque de se rapprocher pour voir cela de plus près. Peu de temps après sur le pont, Toby Dick décide de mettre un terme aux tentatives désastreuses de Popop, lui disant de laisser tomber en rajoutant qu’il s’entraînera plus tard. Cependant, le canard ne semblant pas apprécier faire cette tâche ingrate, jette le cordage à la mer, prenant au mot son ami lui ayant dit de « laisser tomber ».

Ailleurs au manoir d’Azimuth Van Bec, ce dernier en quête de richesse informe ses hommes de main du coup qu’il plane de faire. Le sous-chef questionne toutefois son patron pour le fait que le gardien de phare soit bien le capitaine O’Connors, et à cela Azimuth stipule qu’il l’a croisé deux ou trois fois et qu’il n’oublie jamais un visage. Il suppose alors que le trésor doit se trouver à proximité de l’île des nuages, près du phare.
L'or de l'épervier planche 13 case 2

Azimuth avec ses hommes de main.

Puis, il ordonne à ses hommes de se mettre en route, « La Rutilante » les attendant, et voulant devenir encore plus riche avant l’aube.

Cependant, à proximité de l’île des nuages, Sangola observe toujours le bateau des deux marins celui-ci baigné dans une mer d’huile surmontée d’un ciel sombre et étoilé, modestement éclairé par la lune et le phare situé sur la côte. Le domestique se plaint alors, seul, grognant que lui doit rester éveiller à les observer, alors que ceux-ci dorment déjà. Soudain, une vague s’abat sur la barque de l’homme qui constate que le goéland qu’il poursuit vole dans le ciel, avec un objet indéterminable faute de l’obscurité dans le bec. Alors persuadé que son patron le couvrira d’or si cela a un rapport avec « L’Épervier », il décide de reprendre les rames et se dirige vers l’embarcation des deux marins. Une fois sur celle-ci, il traverse le pont sur la pointe des pieds, puis se hâte à grimper jusqu’en haut du mat, où se situe la créature. Mais, alors qu’il s’apprête à saisir l’épais goéland, celui-ci se retourne et regarde avec une expression de fatigue, clef dans le bec. Sangola souhaitant alors calmer l’animal pour ne pas réveiller tout l’équipage, commence alors à chanter une berceuse à l’oiseau, mais, ne réfléchissant pas assez, il retire ses deux mains du mat et subit une importante chute. Arrivé en bas, il se plaint alors qu’il n’a jamais été bon pour grimper à la corde, ce qui calme le goéland baissant sa vigilance, et s’empressant de reprendre sa sieste. Alors, l’homme à tout faire d’Azimuth surgit d’un coup, et attrape la bête par les pattes puis crie de victoire ! Cependant, le goéland rancunier lâche la clef qu’il tenait fermement dans son bec, et pousse à son tour un crie qui ne manque à réveiller tout l’équipage.

Ainsi, tous se réveillent dans la cabine, mais seulement Toby souhaite s’assurer que tout aille pour le mieux. Alors, ce dernier sort en pyjama sur le pont, et constate la présence de Sangola sur son mât. Celui-ci alors pris de terreur et cribler de coups, préfère sauter à la mer que de se rendre. Et pendant que Toby prévient son compagnon de la présence d’un intrus, celui-ci nage sous le bateau pour refaire surface de l’autre côté ; tandis que bizarrement, la mouette vole en direction du phare.
L'or de l'épervier planche 19 case 3

Sangola allant de l'autre côté du bateau.

Malheureusement pour eux, les deux marins ne remarquent que trop tard que La Teigne ait fait surface de l’autre côté du navire, et ne parviennent pas en conséquence à identifier le mystérieux visiteur. Soudain, Popop repère une clef au sol, et supposant qu’elle provienne du clandestin ; ou encore de leur mouette, ils décident de se rendre au phare.

Pendant ce temps, La Teigne rame comme un galérien et finit par remarquer qu’il n’est finalement pas suivi. Mais ayant été repéré, il décide d’arrêter de les tenir à l’œil, pour le moment.

Plus tard à l’aube, nous retrouvons Toby et Popop arrivés au phare. Là-bas, ils constatent que l’île semble déserte, cela dû au fait que le gardien de phare soit une personne vivant seule, et une personne ayant besoin de dormir. Popop demande alors à son ami quel genre d’homme peut-il bien être, mais à cela, il obtient juste pour réponse que personne ne connaît le gardien au niveau de Duckport. Soudain, celui-ci apparaît en haut de l’escalier en colimaçon, et leur demande qui ils sont. Alors, les deux marins se présentent, puis disent au gardien qu’ils sont venus ici chercher leur copine de mouette, s’étant réfugiée dans le phare sans raison. Le vieil homme est alors sceptique, mais l’est moins lorsqu’il apprend que leur mascotte est boulotte et gourmande. L’homme pensant alors savoir de qui ils parlent, sort alors un biscuit de sa veste bleue puis se met à siffler pour se faire entendre de l’animal. Ce dernier ne perd alors pas de temps, et vole à toute vitesse vers la nourriture du vieil homme.

Cependant en pleine mer, Azimuth sur son navire cherche son serviteur. Mais lorsqu’il le trouve et apprend qu’il a perdu le bateau de Toby Dick, le pauvre petit homme dévoué se retrouve mis à la porte, ainsi qu’abandonné en pleine mer. Plus tard, alors que la Rutilante approche des terres où siège le phare, là-bas O’Connors confit aux deux marins que la mouette vient le voir deux fois par jour ; lorsqu’il déjeune, et lorsqu’il dîne. Popop fait alors part que leur animal s’invite un peu partout et que depuis peu celui-ci se met à dérober tout ce qui brille.
L'or de l'épervier planche 25 case 2

Toby apprenant au gardien qui est le mystérieux voleur.

Ainsi, Toby rend la clef à son propriétaire celui-ci alors surpris de la revoir. Peu après, tous se retrouvent à l’intérieur du phare, où – alors que le gérant du bâtiment s’apprêtait à demander l’emplacement de la clef lorsqu’elle fut trouvée – Azimuth crie depuis son navire « Capitaine Réginald O’Connors » à plusieurs reprises, pour attirer l’attention de celui-ci. À l’intérieur, Popop et Toby sont alors surpris de la présence d’Azimuth, et encore plus lorsqu’ils apprennent que celui-ci est là pour voler l’or du capitaine. Alors, les deux marins proposent leur aide au gardien, les amis de leur mouette étant leurs amis. S’en suit un moment de silence, et le capitaine ayant réfléchi, invite ses amis à rentrer dans une pièce pour prendre la poudre à canon. Cependant, alors que ces derniers rentrent dans la pièce, ils se rendent compte que celle-ci ne contient que des vivres, avant d’entendre le son du verrou. O’Connors les a alors enfermés, ne voulant pas qu’ils risquent leur vie.

Alors, il se rend à la porte de l’édifice et défie Van Bec à venir jusqu’ici.

Mais à sa grande surprise, celui-ci avec ses hommes de main attendait déjà au pallier. Ceux-ci ont alors pour ordre de s’emparer du vieil homme, mais celui-ci, plus costaud qu’il en avait l’air donne beaucoup de peine aux quatre hommes qui mettent bien une minute à le maîtriser. Une fois cela fait, Azimuth ayant simplement regardé la scène demande au capitaine où se situe tout son or. Alors, ce dernier cède en révélant aux pilleurs qu’ils trouveront ce qu’ils cherchent derrière l’armoire, où se trouve une porte secrète. Peu après, les hommes de main remontent avec un vieux coffre. Cet objet étant l’unique qu’O’Connors a pu sauver du naufrage de « L’Épervier ». Azimuth n’est alors pas surpris, comprenant maintenant que s’il avait été riche, il n’aurait sûrement pas vécu dans un banal phare. Le riche homme se retire alors, lève l’ancre et quitte l’île.
L'or de l'épervier planche 30 case 4

Azimuth quittant l'île avec son butin.

Le vieil homme dépouillé regarde alors le bateau partir, et dit : « À la tienne, crétin ! ».

Peu après, il libère ses nouveaux amis, leur expliquant qu’Azimuth se serait venger sur eux, et son devoir étant de les protéger. Pendant ce temps, Popop a honte de sa mouette, celle-ci ayant dévoré toutes les provisions. Toby étant cependant curieux, demande des explications au gardien du phare. Ce dernier lui narre alors son passé, lui expliquant qu’il y a 20 ans il était l’homme le plus riche, et le plus cupide de la région. Mais lors d’une de ses innombrables traversées à bord de son brigantin, « L’Épervier », il s’était montré encore plus tyrannique que d’habitude avec l’équipage ; son or se trouvant alors à bord. Ainsi, au premier port lassés par son comportement despotique, l’équipage le laissa, et voulant prouver qu’il n’avait besoin de personne, le riche homme prit le large seul, sans matelots. Il fut alors ballotté pendant des jours par les flots, et son navire s’échoua dans les environs…

Toby alors assis comprend la suite, le vieil homme étant alors resté et ayant réactivé le vieux phare. Ce dernier dit alors avoir trouvé paix et sérénité dans cette île, celle-ci valant à ses yeux tout l’or du monde. Le marin avec sa pipe au bec répond alors alors au vieil homme après un court silence, qu’Azimuth rirait de ces paroles. Mais à cela, O’Connors rétorque que ce riche voleur est passé à côté du trésor.

Plus tard à Duckport, le maire remercie publiquement Reginald O’Connors, par l’intermédiaire des deux marins, pour la réfection des édifices publiques et la construction d’une école navale servant à aider tous ceux dans le besoin. La mouette est alors également remerciée et acclamée publiquement, sous le regard d’Azimuth qui regarde jalousement la scène depuis le balcon de son manoir, à l’aide d’une longue-vue… Quelques instants après, ce sont alors plusieurs dizaines de bateaux qui se rendent au phare, pour applaudir et féliciter l’homme qui a tout donné pour les autres. Alors, celui-ci en train de gérer l’éclairage se jette du haut de la tour, et plonge ainsi vers le peuple, heureux.

En coulissesModifier

IncohérenceModifier

Après l'échec de Sangola, celui-ci se trouve licencié et abandonné en pleine mer. Cependant à la toute dernière case où apparaît Azimuth, le fidèle domestique se retrouve aux côtés de son maître. On pourrait alors éventuellement supposer que ce dernier a réengagé Sangola au retour, une fois qu'il avait le trésor.

Publications françaisesModifier

Cette histoire n'est parue qu'une seule fois en France, dans Mickey Parade Géant n°267.

Galerie d'imagesModifier

Sauf mention contraire, le contenu de la communauté est disponible sous licence CC-BY-SA .