FANDOM


La Quête du Kalevala bandeau

La Quête du Kalevala est une histoire en bande dessinée de trente-trois planches, auquel se joint un épilogue d'une planche, scénarisée et dessinée Don Rosa. Elle fut publiée pour la première fois le 10 novembre 1999 dans Don Rosan parhaita n°1999, en Finlande. Elle met en scène Balthazar Picsou, Donald Duck, Riri, Fifi et Loulou Duck, Géo Trouvetou, Filament, Miss Tick De Sortilège, ainsi que Väinämöinen, Louhi, Iku-Turso, Tuoni ; Elias Lönnrot apparaît dans un flash-back, tandis qu'Émilie Frappe apparaît dans l'épilogue. L'histoire se déroule à Donaldville, puis en Finlande et notamment dans la capitale Helsinki.

SynopsisModifier

Une vieille reconnaissance de dette d'Elias Lönnrot, conteur finlandais et auteur du Kalevala, met Picsou sur la piste du mythique sampo, un moulin magique qui fabriquerait de l'or à volonté. Le canard prend donc l'avion pour la Finlande, accompagné de ses neveux, et se mettent vite en quête du sampo. Néanmoins, là-bas ils se retrouvent vite mêlés au monde légendaire du Kalevala, pris au milieu d'une querelle entre le magicien Väinämöinen et la sorcière Louhi, où ils seront appuyés par Géo Trouvetou, ramené par le magicien, mais où ils devront affronter également Miss Tick, ramenée, elle, par Louhi. Cet épique combat fera finalement réfléchir le milliardaire sur la véritable valeur de l'or...

Résumé complet Modifier

Fantomiald 2
Attention. Le texte qui suit dévoile certains moments-clés de l’intrigue du récit.
La Quête du Kalevala 1

Picsou montrant à ses neveux la reconnaissance de dette qu'il a retrouvée dans son coffre.

Une journée comme une autre se déroulait au dépôt de Balthazar Picsou, le milliardaire poursuivant son neveu Donald Duck qu'il avait surpris à dormir à plusieurs reprises lors de son travail, et le frappant avec sa canne. Il remarquait cependant que sa canne avait de nombreuses entailles, mais se refusait à en acheter une autre, malgré les insistances de son neveu qui rêvait être frappé avec une canne moins dure que celle de son oncle. Picsou pensa à masquer les entailles avec du cirage, et déterra son vieux coffre pour en trouver ; il sortit sa boîte de cireur de chaussures, celle qu'il avait utilisée pour gagner son premier sou. Riri, Fifi et Loulou, qui étaient présents lors de la scène, remarquèrent que la boîte contenait un message que le canard avait laissé alors qu'il était enfant : il s'agissait d'une reconnaissance de dette. Picsou se remémora alors l'histoire qui en découlait : alors qu'il travaillait dur, espérant s'acheter un billet pour l'Amérique, un homme arriva, et le caneton lui proposa de lui cirer ses chaussures. Mais l'homme lui répondit qu'il avait un autre problème avec sa chaussure : il lui tendit alors une étrange chaussure en écorce de bouleau, l'écorce était alors dénouée. Picsou mit du goudron sur la chaussure pour qu'elle tienne, puis l'homme lui tendit une pièce : cependant, il s'agissait d'une pièce finlandaise...

La Quête du Kalevala 2

Riri, Fifi et Loulou évoquant l'histoire du Kalevala.

Le canard lui arracha alors une page du cahier qu'il tenait à la main, puis obligea l'homme à signer une reconnaissance de dette, celui-ci ne pouvant le payer correctement... Il devait récupérer son argent à l'hôtel où séjournait l'homme, mais il fut renvoyé de l'hôtel, étant un gamin des rues, et dut donc garder la reconnaissance de dette. Les neveux du milliardaire étaient très intéressés par cette histoire, et lui demandèrent le nom de l'homme au cahier : il s'agissait d'Elias Lönnrot. Ce nom était familier aux neveux, qui se rappelaient d'un Castor Junior d'Helsinki qui leur en avait parlé. Ils virent qu'on parlait de lui dans le manuel des Castors Juniors : ayant rassemblé de vieux poèmes runiques en parcourant les campagnes finlandaises, il en avait composé un poème épique, sorti en 1847 sous le titre de « Kalevala », c'est-à-dire « la terre des héros ». L'un des thèmes centraux de ce poème était la possession d'un « moulin magique » appelé le « sampo », qui apportait la prospérité éternelle. Ce moulin produisait du grain, du sel, et de l'or : Picsou parut extrêmement intéressé en entendant ces mots, se rappelant qu'il avait déjà trouvé d'autres trésors considérés comme légendaires. Connaissant le finnois, il essaya de lire la page qu'il avait arrachée du cahier d'Elias Lönnrot, et comprit qu'elle décrivait un emplacement, mais il ne savait de quoi. Voulant absolument partir dans cette nouvelle chasse au trésor, Picsou prit le premier avion pour Helsinki, et ses neveux le suivirent.

La Quête du Kalevala 3

Le conservateur de la Société Littéraire Finlande menant les canards aux manuscrits d'Elias Lönnrot.

Quelques jours plus tard, à la Société Littéraire Finlandaise, Picsou demandait à voir les manuscrits d'Elias Lönnrot, mais le conservateur refusait, prétextant qu'il fallait obtenir une autorisation des semaines à l'avance, et que ce serait impossible même s'il arrivait avec la fameuse « page manquante »... Le milliardaire lui tendit alors la page en question, celle qu'il avait arrachée à Lönnrot, et promit d'en faire don si on lui laissait voir la suite. Le conservateur invita donc les canards à le suivre, et conta l'histoire du sampo. Le héros du mythe était Väinämöinen, un magicien immortel et omniscient ; et la méchante était la sorcière du Nord, Louhi. Le magicien avait accepté de créer pour Louhi un talisman qui apporterait la richesse éternelle à son possesseur, et fit donc venir son frère Ilmarinen, un grand forgeron, pour le faire. Cependant, Louhi enferma le sampo au fin fond d'une montagne dans son pays de Pohjola, refusant de partager ses richesses avec le royaume du sud, le Kalevala. Väinämöinen partir avec les héros récupérer ce sampo, et en chemin, Ilmarinen fabriqua une lyre avec la mâchoire d'un brochet géant, la kantele, qui devint le plus grand trésor du magicien, la voie de transmission de son pouvoir magique. Les héros purent s'emparer du sampo et s'échapper, mais Louhi les poursuivit et leur lança de terribles sortilèges pour les arrêter, lors d'une épique bataille sur l'eau entre monstres et héros. Cependant, au cours de la bataille, Väinämöinen perdit sa kantele, le sampo fut brisé. Le magicien emporta les morceaux dans son domaine des terres de brume, puis partit dans son vaisseau de cuivre et jura de revenir un jour pour recréer le sampo.

La Quête du Kalevala 4

Le vieil homme de la cabane montrant le mystérieux phare, invisible aux yeux des canards.

Picsou comprit alors que l'endroit décrit sur la page qu'il avait arrachée était les terres de brume. Le conservateur lui expliqua que la description correspondait à une région de Finlande : Mustasaari. Le milliardaire déclara qu'il souhaitait visitait cet endroit, mais le conservateur le lui déconseilla en plein hiver, ce qui gêna pourtant pas du tout le canard pour y aller. C'est ainsi que les canards parcouraient les campagnes glacées de la Finlande, mais après une semaine de recherche, personne ne leur avait indiqué l'emplacement de ruines anciennes. Donald conseillait à son oncle d'abandonner, mais celui-ci persévérait encore. Ils allèrent dans une cabane isolée, et virent un vieil homme. Donald mentionna par erreur qu'ils étaient à la recherche du sampo, ce qui fit dire à l'homme qu'ils devaient visiter un vieux phare qu'il montrait du doigt. Cependant, les canards ne voyaient aucun phare, mais l'homme leur dit qu'ils finiraient par le voir ; il ne voulait pas les mener là-bas, c'est ainsi qu'il resta dans sa cabane tout en accompagnant les canards, de loin, en jouant une belle mélodie avec sa lyre. Peu après, les canards durent affronter un terrible blizzard sur leur route pour le phare, mais finirent par l'atteindre : ils étaient surpris de découvrir cette immense phare, très ancien, qu'ils n'avaient pas pu apercevoir de la cabane... Ils réussirent à rentrer dans le phare, et furent surpris de découvrir à l'intérieur une simple épée plantée dans le sol, entourée par une chaude et étrange lumière...

La Quête du Kalevala 5

Väinämöinen, par l'intermédiaire de Picsou, ordonnant à Donald de retrouver sa harpe.

Il n'y avait personne dans le phare, et les canards s'approchèrent de l'épée. Picsou vit un magnifique collier de perles sur l'épée, et voulut le saisir, mais il ressentit alors une sensation étrange. Pendant ce temps, Riri vit dans l'exemplaire du Kalevala que leur avait donné la Société Littéraire que l'épée correspondait à un dessin fait d'après une description de la lame légendaire de Väinämöinen. Soudain, Picsou, tenant l'épée, se mit à parler d'une voix étrange, demandant à ses neveux ce qu'ils faisaient là. Ce n'était pas sa voix, ce qui effraya les canards, il avait comme pris celle du légendaire Väinämöinen ; Donald déclara alors qu'ils cherchaient le sampo. Picsou lui répondit qu'il avait cherché à le recréer, et qu'il savait qu'ils allaient venir. Il mentionna un « canard bleu », et Riri, Fifi et Loulou se dirent que leur oncle pouvait aider, étant toujours habillé en bleu. Picsou parla d'un râteau qu'avait forgé Ilmarinen pour récupérer la kantele, lorsque Donald se prit le râteau en question en pleine face. Picsou ordonna à Donald de prendre le râteau et de récupérer sa lyre magique ; on discernait alors, derrière le milliardaire, l'ombre du grand magicien. Donald et ses neveux sortirent du phare, et plongèrent le râteau dans la mer, cherchant désespérément la lyre ; ils se demandaient quand Picsou allait reprendre ses esprits. Plus tard, les canards revinrent au phare, Donald était gelé et n'avait rien trouvé ; Picsou clamait que le « canard bleu » devait croire en lui-même afin que le râteau fonctionne. Il ne pouvait recréer le sampo sans sa lyre... Il décida alors d'appeler Ilmarinen, le grand inventeur du sampo ; une immense lumière apparut au-dessus du canard, et Géo Trouvetou apparut alors.

La Quête du Kalevala 6

Géo Trouvetou ayant recréé le mythique sampo.

Picsou lâcha l'épée, et reprit ses esprits ; Ilmarinen avait étonnement était remplacé par Géo Trouvetou, qui ne comprenait pas ce qu'il faisait là. Le milliardaire poussa alors Géo sur l'épée, ne voulant pas que ce soit encore lui l'étrange porte-parole du magicien. L'inventeur ressentit lui aussi une sensation bizarre, mais il ne prit pas la voix de Väinämöinen. Picsou se décida à retoucher l'épée, pour savoir où étaient les morceaux du sampo. Il clama alors à Donald, avec la mystérieuse voix, que le sampo était tout autour de lui, qu'il l'entourait constamment. Les canards virent alors des morceaux de métal rouillé autour d'eux, et comprirent qu'il s'agissait du sampo. Géo, comme guidé par un savoir occulte supérieur au sien que lui avait donné l'épée, déclara qu'il allait construire une forge au-dehors pour recréer le sampo. Après une longue nuit, Géo vit que les morceaux se réunissaient dans la forge, et que quelque chose prenait forme. Une lumière aveuglante apparut alors, et le sampo prit forme ; il avait déjà refroidi, et Picsou se jeta sur l'objet magique pour tourner la poignée et moudre des pièces d'or. Mais rien ne se passait... Géo comprit qu'il n'y avait pas de goupille pour relier la poignée au moulin, et Picsou ordonna à Donald de tenir l'épée à son tour pour savoir quoi faire. Le canard prit donc lui aussi la voix de Väinämöinen, et déclara que sa mémoire avait failli, car il avait oublié que la goupille du sampo avait été arrachée par Louhi en pleine bataille, lorsqu'elle avait détruit le sampo. Il déclara que Louhi avait toujours la goupille, et qu'elle vivait terrée dans l'ombre à Tuonela ; son vaisseau de cuivre attendait les canards pour les y mener.

La Quête du Kalevala 7

Picsou et Donald à Tuonela, face au cercueil de glace de la sorcière Louhi.

Les canards montèrent donc sur le bateau, toujours accompagnés par Géo, quand la voile se gonfla instantanément alors qu'il n'y avait pas un souffle de vent. En effet, depuis qu'ils étaient entrés dans le phare, ils étaient dans un univers différent : le Kalevala. Ils naviguèrent alors dans les brumes, jusqu'à atteindre l'effrayant portail de Tuonela, le monde souterrain. Donald avait dragué les fonds marins tout le long avec son râteau, mais n'avait pas retrouvé la lyre. Picsou et Donald prirent les devants dans l'étrange caverne, lorsqu'ils virent une effrayante silhouette : il s'agissait d'un squelette glacé enveloppé d'une longue cape, Tuoni, le seigneur de l'ombre. Picsou se présenta, et demanda s'ils pouvaient entrer. Tuoni lui répondit que seuls ceux mentionnés dans son livre du sommeil avaient le droit d'entrer - et le nom du milliardaire n'y était pas. Alors que Donald prenait déjà la fuite, Picsou le rattrapa et demanda à Tuoni s'il y avait le nom de son neveu dans son livre ; Tuoni s'inclina alors, déclarant que Donald était un grand adepte du sommeil et qu'il était le bienvenu ! C'est ainsi que les deux canards purent rentrer dans un sombre couloir glacé sur lequel donnaient de nombreuses portes. Ils allèrent jusqu'au bout de ce couloir, et ouvrirent la porte qui se tenait juste devant eux, et où devait se trouver la sorcière Louhi. Ils entrèrent dans la pièce qui se cachait derrière la porte, et virent un cercueil de glace. Picsou se présenta comme un chaman qui essayait de recréer le sampo, et déclara qu'il avait besoin de l'aide de la sorcière. Une voix glaciale sortit du cercueil : la sorcière clamait que le sampo lui avait été dérobé, mais qu'elle avait pu arracher la goupille quand on avait détruit son trésor ; elle ordonna à Picsou de lui toucher la main pour récupérer la goupille.

La Quête du Kalevala 8

Du sel sortant du sampo, à la grande surprise de Picsou qui s'attendait à voir de l'or.

Cependant, rien ne se passa lorsque le milliardaire toucha la main prise dans la glace. Donald se mit alors à toucher le cercueil, qui se mit à fondre, et ironisa sur la faible chaleur intérieure de son oncle. Picsou se jeta sur la goupille que tenait la main de Louhi, mais l'autre main le saisit violemment... Avec l'aide de Donald, il réussit à se libérer de la main, et les deux canards fuirent le monde souterrain, renvoyés de plus par Tuoni qui estimait qu'ils faisaient trop de bruit. La sorcière désirait ardemment se venger ; elle retrouvait petit à petit de ses pouvoirs et décida de faire venir un allié pour récupérer le sampo. Arriva alors Miss Tick, tout comme était arrivé Géo Trouvetou auprès des canards, ne comprenant pas ce qu'elle faisait là. Les canards, eux, étaient retournés sur le vaisseau de cuivre ; ils mirent la goupille sur le sampo, puis Donald commença à tourner la poignée. Picsou s'attendait à voir sortir de l'or du sampo, mais fut surpris de voir du sel en sortir. Pendant ce temps, à Tuonela, Louhi expliquait à Miss Tick l'histoire du sampo, ce qui intéressa la sorcière napolitaine, avide de richesse. Quand elle vit que Picsou était mêlé à cette histoire, elle était moins motivée à aller se battre aux côtés de Louhi, mais se résigna quand même à y aller. Louhi lui fournit un effrayant costume magique, avec des ailes et une queue provenant de son vieux navire, ainsi que des griffes faites de faux aiguisées pour frapper ceux qui l'avaient trahie. La sorcière ordonna alors à Miss Tick de les poursuivre et d'accomplir sa vengeance, et de retrouver le mythique sampo. L'italienne s'envola donc vers les canards qui ne s'attendaient pas à voir arriver ce nouvel ennemi.

La Quête du Kalevala 9

Miss Tick, vêtue du costume magique de Louhi, s'attaquant à l'équipage du vaisseau de cuivre de Väinämöinen.

Picsou, de son côté, déclarait qu'il souhaitait acheter le sampo au magicien ; il voulait lui envoyer des tonnes de pièces d'or pour qu'il s'installe en Floride et achète Miami ! Donald continuait à tourner la poignée, et cette fois-ci ce fut du grain qui sortit du sampo. Soudain, les enfants virent un énorme oiseau monstrueux qui fonçait sur eux. Picsou comprit que Louhi les poursuivait, et voulut filer vers la côte. Il entendit alors une voix le rectifier : ce n'était pas Louhi, mais Miss Tick qui s'était élancée à sa poursuite ! L'équipage du vaisseau de cuivre se retrouva alors face à la sorcière napolitaine vêtue de l'effrayant costume de Louhi. Donald tenta de sauver ses neveux des griffes de la sorcière, armé de son râteau, mais fut jeté à l'eau. Cependant, quand Géo le fit remonter, Donald découvrit qu'il avait réussi à remonter la mythique kantele du magicien. Picsou se jeta sur la lyre, qui était leur seul espoir, et réussit à jouer une note en se servant de sa canne, avant que les griffes de Miss Tick ne le reprennent. Soudain apparut sous les yeux ébahis des combattants l'immense Väinämöinen, libéré de son long exil grâce à la lyre. Comprenant que Louhi était bien décidée à reprendre le sampo, il se munit de son épée magique, et s'attaqua à Miss Tick, totalement désemparée. Son costume magique fut détruit, et elle se retrouva vite sans défense. Néanmoins, elle aperçut la kantele et s'en saisit pour appeler à la rescousse Louhi. L'horrible sorcière arriva alors, s'étant libéré des griffes de Tuoni, et les deux mages se retrouvèrent face à face sur le vaisseau de cuivre. Entre eux, Picsou était énervé, tant de gens en voulaient à son sampo ! Miss Tick tendit la kantele à Louhi, et cette dernière, heureuse de récupérer autant de magie, décida de lui laisser le sampo.

La Quête du Kalevala 10

La sorcière Louhi invoquant le terrible monstre Iku-Turso, surgissant des eaux.

Elle appela alors un allié de taille, Iku-Turso : un énorme monstre verdoyant se libéra des profondeurs de la mer pour se dresser face au vaisseau de cuivre, sous les yeux inquiets de son équipage. Väinämöinen menaça de détruire le monstre avec son épée, mais la sorcière s'élança sur la main du monstre, et lui ordonna d'aller vers le plus grand village, où ils terroriseraient ses habitants, et où ils brûleraient récoltes et bétail. Le magicien pria les canards de récupérer la lyre qu'avait emportée avec elle Louhi, pour qu'il puisse retrouver sa puissance, et l'empêcher de détruire toute la Finlande, voire le monde... Donald fut emporté par son courage, et se jeta sur la queue du monstre. Iku-Turso s'envola alors, la terrible sorcière dans sa main, et Donald accroché à sa queue. Louhi partie, Miss Tick se jeta sur le sampo, mais elle fut immédiatement arrêtée par Riri, Fifi et Loulou ; elle était totalement désarmée, n'ayant eu le temps d'emporter sa baguette lorsque Louhi l'amena ici. Picsou tourna la poignée du sampo, et vit - enfin ! - de l'or en sortir. Un des enfants le rappela à l'ordre, car ils devaient retourner à terre et retrouver Donald. Mais Väinämöinen l'arrêta, déclarant que Picsou allait vite regretter la folie de l'infinie quête de richesses. Pendant ce temps, Iku-Turso se jetait sur Helsinki, mais la sorcière fut surprise de voir que ce « grand village » ne ressemblait plus du tout à ce qu'elle avait pu connaître. Elle se retrouva ainsi dans une nuée de voitures, et était un peu désemparée. Donald, lui, avait compris qu'il devait récupérer la lyre s'il voulait pouvoir agir. Profitant de l'inattention de Louhi, ébahi face à cette ville moderne, Donald se jeta sur elle et lui prit la kantele.

La Quête du Kalevala 11

Iku-Turso terrorisant la population d'Helsinki, du haut de la cathédrale de la ville, tandis que Donald essaye de le mener à la mer à l'aide de la lyre.

La sorcière ne pouvait plus guider le monstre vert sans sa lyre ; par ailleurs, celui-ci renversa sans le vouloir une boule de verre que tenait une immense statue, et le bruit du verre cassé effraya le monstre. Donald décida de jouer de la lyre pour ramener le monstre à la mer : c'est ainsi que le monstre se mit à suivre le canard, au milieu de la foule terrorisée qui essayait désespérément de fuir. Ils parcoururent les rues d'Helsinki, poursuivis par Louhi qui était armée d'un marteau qu'elle avait réussi à subtiliser à une statue. Iku-Turso se jeta au sommet de la cathédrale d'Helsinki, puis Donald le mena jusqu'à la baie gelée, où le monstre ne put s'empêcher de plonger, tout enchanté de retrouver de l'eau, et de pouvoir renter dans sa grotte sous-marine. La sorcière était folle de rage, et menaça Donald avec son marteau. Celui-ci était mal en point, et cherchait quelle corde devait-il pincer pour s'en aller. Heureusement, il réussit finalement à pincer la bonne corde, et se retrouva emporté jusqu'au vaisseau de cuivre où se trouvaient les autres. La sorcière, elle, se trouvait déconcertée au milieu d'Helsinki, ne sachant que faire. Miss Tick vit que Donald était revenu, et se jeta sur lui pour reprendre la lyre, espérant devenir la sorcière la plus puissante de tous les temps. Géo ordonna alors au canard de pincer la corde qui les ferait revenir, Miss Tick et lui, chez eux. Donald pinça une corde au hasard, et encore une fois, c'était la bonne, il avait réussi à les faire partir. Väinämöinen demanda ce qu'étaient devenus Iku-Turso et Louhi, Donald lui dit que l'un était revenu dans sa grotte sous-marine, et que l'autre était perdue au milieu d'Helsinki.

La Quête du Kalevala 12

Väinämöinen proposant un terrible ultimatum à Picsou : venir avec lui pour acquérir la prospérité éternelle, mais pour cela, abandonner l'amour de sa vie.

L'un des enfants, inquiet, informa Donald qu'il fallait arrêter l'oncle Picsou, qui ne faisait que créer des pièces d'or avec le sampo ; le bateau était tellement rempli d'or qu'il menaçait de couler. Donald implora le magicien de faire quelque chose, car son oncle n'entendait rien lorsqu'il avait la fièvre de l'or. Il lui tendit la kantele, et Väinämöinen, ému de ce geste, se décida à jouer. Alors Picsou s'arrêta de moudre, trouvant cette musique encore plus belle que l'or. Le magicien lui dit qu'il savait qu'il voulait voler le sampo, et qu'il était totalement aveuglé par sa soif de l'or. Picsou cherchait des excuses, mais le bateau coulait, et ils allaient se noyer... Le vaisseau magique s'envola alors, et l'or tomba, et les canards sautèrent. Tous, sauf Picsou, qui essayait de s'accrocher au sampo magique : il ne voulait abandonner le plus grand trésor qu'il n'ait jamais trouvé. Väinämöinen lui demanda alors s'il avait le courage de le suivre, s'il pouvait tout abandonner pour l'éternelle prospérité. Tout abandonner, même son Kalevala, où son amour perdu l'attendait. Picsou, entendant ces mots, reconnaissant en son Kalevala le Yukon et en son amour perdu Goldie O'Gilt, ne put se résigner à partir. Alors le magicien enleva la goupille du sampo, et le canard se retrouva emporté avec la poignée du moulin magique à laquelle il était accroché. Väinämöinen partit alors, félicitant le canard de son bon choix, et cette nuit-là, une comète fut observée au-dessus de la Finlande : le magicien repartait vers de nouveaux horizons sur son vaisseau de cuivre, jouant merveilleusement bien de la lyre. Et des flocons de neige d'or se mirent à tomber, s'éparpillèrent sur toute la Finlande, se déposèrent à chaque recoin. Quand à l'arrivée du printemps, la neige fondra, personne ne pourra voir ces petits flocons d'or, mais ils seront toujours là ; ce sera le cadeau éternel de Väinämöinen, la neige d'or du sampo.

Picsou s'effondra alors dans la neige, la poignée du sampo à la main. Donald et ses neveux étaient là, ayant rejoint la côte à la nage depuis des heures, se réchauffant près d'un feu. Un des enfants espérait que Géo - et même Miss Tick - étaient bien rentrés chez eux, et Donald le rassura, déclarant qu'il s'en était occupé avec la lyre magique. On découvre alors Géo, se retrouvant dans une petite cavane sur le Mont Vésuve, et Miss Tick, dans le laboratoire de Géo à Donaldville, où elle y est éjectée par Filament ! Louhi, elle, s'était retrouvée en train de mendier dans les rues d'Helsinki, offrant un sort contre de la nourriture ! Riri, Fifi et Loulou pensaient que le magicien avait laissé la poignée du sampo comme un souvenir pour sa salle des trophées, mais Picsou pensa plus qu'il voulait lui rappeler pourquoi il était revenu. Les canards virent alors l'homme de Mustasaari qui leur avait indiqué le phare : il les salua et leur proposa de le suivre jusqu'en ville, étant chanteur itinérant. Picsou lui demanda si ce métier lui rapportait de l'argent, mais le vieil homme lui rétorqua un proverbe : « ne laisse pas l'argent t'angoisser ! ». Puis, il s'assit sur un rondin de bois et commença à jouer de la lyre. Même les animaux venaient l'écouter. Alors Picsou se mit à le rejoindre, étonnant ainsi son neveu Donald (qu'il rassura quand même en lui déclarant qu'il cherchait à attraper les hermines qui s'étaient approchées du vieil homme pour lancer un élevage), puis commença à chanter une chanson digne des saloons du Klondike, oubliant même les hermines qui l'entouraient. Cette chanson ne plut pas particulièrement au vieil homme, qui lui avoua qu'il était moins doué en chantant qu'en construisant des sampos !

La Quête du Kalevala 13

Picsou chantant avec le vieux finlandais, au milieu des animaux et sous les yeux de ses neveux.

De retour à Donaldville, Picsou se demandait comment cette aventure avait pu avoir lieu, alors que toutes ces vieilles légendes finlandaises ne pouvaient être réelles. Donald, qui était à côté de lui, lui rétorqua que la manivelle en or du sampo, qu'il tenait à la main, paraissait pourtant bien réelle ! Les canards ne comprenaient cependant pas grand chose à leur aventure, pensant même avoir été hypnotisés par le vieil homme ! Un homme toqua alors à la porte du bureau du milliardaire, bien que ce dernier ait demandé à Miss Frappe de refuser toute visite. Donald ouvrit alors la porte, et un froid glacial envahit le bureau. Il s'agissait de Tuoni, le seigneur de l'ombre, qui était venu lui rapporter un talisman retrouvé au Kalevala, qui lui appartenait selon Vaïnämöinen : Picsou pensait qu'il s'agissait du sampo, ou au moins d'une réplique miniature, mais fut surpris de voir qu'il s'agissait... de son chapeau haut-de-forme qu'il avait oublié ! Alors que Tuoni repartait, Picsou se précipita vers lui pour lui demander comment il pourra emporter son argent avec lui au paradis quand il mourrait : Tuoni lui rétorqua que ces secrets ne pouvaient être révélés aux mortels, mais que pour cinq dollars il « cracherait le morceau » ! Picsou refusa de payer autant, et Donald lui donna un violent coup de pied pour le faire sortir du bureau.

La Quête du Kalevala 14

Donald renvoyant l'inquiétant Tuoni du bureau de son oncle, après que celui-ci ait tenté de lui réclamer de l'argent.

En coulissesModifier

Photographie d'Elias Lönnrot

Elias Lönnrot.

Pour Don Rosa, la réalisation de La Quête du Kalevala lui a demandé plus de temps et d'efforts que n'importe quelle autre histoire, mis à part La Jeunesse de Picsou. Alors qu'il avait commencé à se rendre en Finlande pour des séances de dédicaces, Rosa découvrit que Donald Duck y était extrêmement populaire, et apprit l'existence du Kalevala, un ouvrage central dans la culture finlandaise. Cette épopée, écrite par Elias Lönnrot, a été publiée une première fois en 1835, puis en 1849 dans une édition considérablement augmentée. Il s'agit d'une compilation de poèmes populaires authentiques recueillis dans les campagnes finlandaises par Lönnrot : ces histoires étaient contées par des poètes itinérants. L'ouvrage, qui était le premier livre écrit en finnois, devint vite central dans l'identité nationale finlandaise, dans un pays qui ne sortira de la domination russe qu'en 1917.

De nombreux fans demandèrent à Don Rosa de réaliser une histoire combinant deux aspects importants de la culture finlandaise : le Kalevala et Donald Duck. Puis, un jour, quelqu'un lui suggéra de faire partir Picsou à la recherche du sampo, un objet mythique créant des pièces d'or à partir de rien, et qui est également le principal sujet d'affrontements et de convoitises dans le Kalevala. Don Rosa était enchanté par cette idée, de prendre un tel trésor, issu d'une légende authentique, et de faire partir Picsou à sa recherche.

Dessin du Kalevala

Väinämöinen face à Louhi dans ce célèbre dessin du Kalevala que Don Rosa reprendra dans une case de son histoire.

Pour réaliser l'histoire, Rosa dut lire la majeure partie du Kalevala, comprenant tout de même près de 23 000 vers. Puis, il fit un déplacement en Finlande, pour se renseigner auprès de la Société Littéraire Finlandaise, où il a pu consulter les carnets de notes originaux de Lönnrot. Pour dessiner la scène se déroulant à Helsinki, où Iku-Turso parcourt les rues de la capitale finlandaise, Don Rosa demanda à ses fans finlandais de lui envoyer des photos de rues et de carrefours de la capitale par e-mail, pour qu'il puisse les copier et donner un aspect plus réaliste à son histoire. Il ne manqua par ailleurs de montrer des monuments célèbres de la ville, comme la cathédrale ou la gare. L'histoire devenait tellement compliquée, selon Rosa, qu'il put l'allonger de sa limite normale de vingt-quatre pages, à trente-trois pages, soit la plus longue histoire de canards qu'il ait réalisé. Et l'auteur pense encore qu'elle aurait pu être plus longue, trouvant par exemple que les canards arrivent trop vite au phare où se trouve l'épée magique.

Cathédrale d'Helsinki

La cathédrale d'Helsinki, que Don Rosa représentera dans son histoire comme d'autres monuments de la ville.

Don Rosa avait dû écrire les dialogues des héros et méchants du Kalevala dans la même métrique runique que celle qu'utilisait Lönnrot dans son colossal ouvrage, des vers rythmés par huit accents toniques. Ainsi, il écrivit ses dialogues originaux anglais dans cette métrique runique, même si ses histoires allaient être traduites dans de nombreuses langues où la métrique ne pourrait reparaître, et il n'était d'ailleurs même pas sûr à l'époque que son histoire allait paraître aux États-Unis, les bandes dessinées Disney américaines éditées par Gladstone s'étant arrêtées quelques années plus tôt. En français, les poèmes runiques de huit syllabes ont été traduits en alexandrins. Il travailla aussi sur la musique dans l'histoire : la musique jouée au kantele par Väinämöinen consistait en des morceaux découpés et collés du Finlandia de Sibelius ; et quand Louhi joue de la musique lorsqu'elle envahit Helsinki, il s'agit de La Walkyrie de Wagner, drame lyrique qu'il qualifie d'« assez populaire chez les envahisseurs de pays européens » (Wagner était en effet assez apprécié par les nazis...).

Cette histoire connut un grand succès en Finlande, ce qu'avait d'ailleurs prévu les fans finlandais de Rosa. Lorsque La Quête du Kalevala parut en Finlande, Rosa dut faire une tournée de dédicaces pour l'éditeur finlandais ; il passa dans de nombreux talk-shows nationaux, et fit même la une de nombreux journaux ! Certains fans lui avaient même prédit qu'il pourrait devenir président de la Finlande s'il parvenait à combiner Donald Duck et le Kalevala !

Galerie d'imagesModifier

Les arrières plans de Don RosaModifier

Cliquez sur les images pour les agrandir.

Publications françaisesModifier

Cette histoire a été publiée cinq fois en France, dans :

Précédée par La Quête du Kalevala Suivie par
Le Prix du « sou »-venir

Aku Ankka n°2000-18
Histoire longue de Don Rosa

1re parution : novembre 1999
À l'attaque !

Uncle Scrooge n°321
Sauf mention contraire, le contenu de la communauté est disponible sous licence CC-BY-SA .