FANDOM


La Tour infernale bandeau

La Tour infernale est une histoire en bande dessinée de dix planches scénarisée et dessinée par Don Rosa. Elle fut publiée pour la première fois le 26 août 1991 simultanément dans Anders And & Co. n°1991-35, au Danemark ; et dans Kalle Anka & C:o n°1991-35, en Suède. Elle met en scène Donald Duck, Balthazar Picsou et Riri, Fifi et Loulou Duck. Elle se déroule à Donaldville.

SynopsisModifier

Donald est laveur de carreaux sur un gigantesque gratte-ciel construit par Picsou. Habitué à ces hauteurs extrêmes, il paraît bien intrépide à ses neveux. Malheureusement, il chute accidentellement et atterrit sur une corniche, incapable de rentrer dans la tour. Va alors commencer pour lui une longue descente vertigineuse jusqu'au rez-de-chaussée.

Résumé completModifier

Fantomiald 2
Attention. Le texte qui suit dévoile certains moments-clés de l’intrigue du récit.
La Tour infernale 1

Donald emmenant ses neveux à l'intérieur de la tour, pendant que Picsou cherche la pièce qu'il avait perdue.

Balthazar Picsou montrait à ses neveux Donald Duck et Riri, Fifi et Loulou Duck la nouvelle tour de bureaux qu'il avait fait construire. La Tour Picsou était le plus haut gratte-ciel de Donaldville : elle ne devait faire que trois étages à l'origine, mais les matériaux commandés en grande quantité étaient moins chers. Les bureaux étaient situés en haut de la tour, les appartements en bas. Donald était laveur de carreaux, et était chargé de nettoyer ceux de la tour. Pendant ce temps, Picsou allait montrer à ses petits-neveux l'étage panoramique. Le milliardaire voulut prendre une pièce pour téléphoner à son bureau à partir d'une cabine, mais un cent tomba de sa poche pour finir dans un égout. Picsou parut désemparé, et décida d'aller chercher sa pièce dans l'égout. Son neveu Donald trouva la situation absurde, et décida d'emmener ses neveux avec lui dans la tour, pensant que son oncle mettrait la journée à retrouver la pièce. Il expliqua à ses neveux qu'il n'avait plus le vertige, et bien qu'il ait commencé à laver les carreaux des premiers étages, il s'était vite retrouvé en train de polir le bouton de cuivre du porte-drapeau, en haut de la tour.

La Tour infernale 2

Riri, Fifi et Loulou lançant un tuyau d'incendie à Donald, coincé sur un rebord.

Les canards s'arrêtèrent au soixante-treizième étage, Donald voulant montrer à ses neveux avec « quelle aisance il défiait la mort ». Il grimpa sur le rebord d'une fenêtre, et accrocha ses sangles de sécurité au mur, penché au-dessus du vide. Mais il tomba du rebord, ayant oublié d'attacher ses sangles à sa ceinture. Donald réussit à s'accrocher plus bas, et vit une fenêtre ouverte. Mais au moment où il allait rentrer, une femme referma la fenêtre sur les doigts de Donald, prétextant un courant d'air. Elle vit le canard lui faire des grimaces, à cause de la douleur, et crut qu'il la draguait. Elle ouvrit la fenêtre, et donna une gifle à Donald. Celui-ci se retrouva un peu plus loin, toujours sur le rebord, mais il ne trouvait pas de fenêtres ouvertes pour pouvoir rentrer dans la tour. Riri, Fifi et Loulou, plus haut, prirent un tuyau d'incendie, et le passèrent à Donald, qui le rattrapa. Mais les enfants virent trop tard que le tuyau appuyait sur un levier, qui ouvrit le robinet d'eau. Donald se retrouva propulsé par la pression, s'accrochant désespérément au tuyau. Il s'écrasa contre le mur, maintenu seulement grâce à la pression de l'eau. Les enfants remontèrent le levier pour couper l'eau, mais Donald n'était plus propulsé contre le mur et se retrouva à chuter dans le vide.

La Tour infernale 3

Les policiers et les agents de sécurité de la tour saisissant chacun d'un côté le « suicidaire ».

Donald voulut tomber avec dignité, mais s'écrasa contre un rebord. Il vit un homme près d'une fenêtre, et toqua sur celle-ci pour qu'il le laisse entrer. Mais il s'agissait d'un psychologue, qui prit Donald pour un suicidaire. Il lui conseilla de prendre un rendez-vous pour le lendemain, et sa secrétaire vint voir le canard, pour s'assurer du paiement de la future consultation. Donald voulait simplement rentrer, et tendit des billets à la secrétaire. Riri, Fifi et Loulou descendirent les escaliers pour tenter de retrouver leur oncle, mais ils se trouvèrent face à des policiers cherchant un suicidaire que leur avait indiqué le psychologue. La police monta sur le rebord de la fenêtre, près de Donald, mais se retrouva face à la sécurité de la tour, voulant aussi attraper le « suicidaire ». Ils prirent chacun le canard de leur côté, mais commencèrent à se battre pour le garder. Ils lâchèrent alors malgré eux le pauvre Donald dans le vide, et s'inquiétèrent du rapport qu'ils devraient faire de cet incident. Le canard réussit à s'accrocher à un mât, mais celui-ci était peu solide. Riri, Fifi et Loulou ouvrirent une fenêtre, devant le mât, et ordonnèrent à leur oncle de ramper jusqu'à celle-ci. Cependant, un oiseau se posa sur la tête de Donald, et le mât se rompit sous l'effet du poids. Le canard se retrouva projeté sur une fenêtre, dont la vitre se brisa. Il s'écrasa sur un chariot, qui roula jusqu'à une cage d'ascenseur, où il tomba. Puis, il rebondit sur un canapé, plus bas, pour être éjecté sur un autre chariot, qui se renversa finalement par la fenêtre.

La Tour infernale 4

Riri, Fifi et Loulou aidant leur oncle à descendre du trottoir, celui-ci souffrant désormais d'un impressionnant vertige.

Riri, Fifi et Loulou étaient rassurés que leur oncle soit revenu dans la tour, mais ils se rendirent rapidement compte qu'il était retombé par une autre fenêtre, plus bas. Ils virent le pauvre Donald s'écraser et rebondir de stores en stores, se rapprochant de plus en plus du sol à une vitesse hallucinante. Il tomba finalement sur le store d'une poissonnerie, et brisa la vitre du commerce pour se retrouver au milieu des harengs. Le poissonnier aida Donald à se relever, le canard - recouvert de persil - pensant que c'était Saint-Pierre qui l'aidait, au Paradis. Riri, Fifi et Loulou arrivèrent dans la poissonnerie, et aidèrent leur oncle à marcher un peu sur le trottoir. Ils espéraient que l'incident ne contrarierait pas sa carrière prometteuse de laveur de vitres. Donald hurla alors de peur, ce qui suscita l'étonnement de ses neveux, qui ne voyaient pas ce qui pouvait provoquer cette réaction. Donald cria que le trottoir était trop haut par rapport à la chaussée, et qu'il avait le vertige. Avec l'aide de ses neveux, il réussit finalement à descendre sur la chaussée, et leur dit qu'il chercherait dès le lendemain un job de balayeur, où il ne pourrait pas tomber. Les enfants voulurent prévenir leur oncle Picsou que Donald partait plus tôt, mais le canard disparut soudainement. Il était en effet tombé dans une bouche d'égout, et se retrouva nez-à-nez avec Picsou, qui cherchait toujours sa pièce, et qui se demanda pourquoi Donald ne lavait pas des carreaux.

En coulissesModifier

Don Rosa réutilisa une séquence datée de 1975, et issue des Pertwillaby Papers, qu'il dessinait pour un fanzine. Dans cette version, Lancot Pertwillaby était jeté du haut de l'Empire State Building, et subissait exactement la même chose que Donald en chutant de la tour. La Tour infernale avait été particulièrement dure à dessiner selon Rosa, car il admet avoir du mal à dessiner des décors urbains réalistes, et il était contraint de représenter de nombreux gratte-ciels dans cette histoire. Un dialogue de l'histoire avait été changé dans la première version de 1991, dans la quatrième planche : le script original était "Tu as fermé la fenêtre ?", mais celui-ci avait été remplacé par "Comment oses-tu me parler sur ce ton ?". Curieuse conversion autour d'une fenêtre fermée, qui a été remplacée ultérieurement par la version de Rosa. Le titre La Tour infernale est inspiré du titre français du film La Tour infernale (The Towering Inferno), réalisé en 1974.

Parutions françaisesModifier

Cette histoire a été publiée six fois en France, dans :

Précédée par La Tour infernale Suivie par
Retour à Tralla La

Uncle $crooge n°357
Histoire de Don Rosa

1re parution : août 1991
L'île du bout du temps

Uncle Scrooge nº276
Sauf mention contraire, le contenu de la communauté est disponible sous licence CC-BY-SA  .