FANDOM


m (Remplacement, remplacement: {{o}} → ° (4))
 
Ligne 31 : Ligne 31 :
 
*''[[Picsou Magazine]]'' n°476.
 
*''[[Picsou Magazine]]'' n°476.
   
{{Début dynastie|genre=féminin}}
+
{{Dynastie
{{Insérer dynastie|
+
|Histoire de [[Carl Barks (auteur)|Carl Barks]]<br><br>1{{ère}} parution : avril 1954
|nom=Histoire longue de [[Carl Barks (auteur)|Carl Barks]]
+
|avant=''[[Des dindes et du sifflet !]]''<br><br>[[Fichier:Des dindes et du sifflet !.jpg|100px]]
|période=1{{ère}} parution : avril 1954
+
|après=''[[La farine de tous les désastres]]''<br><br>[[Fichier:Zp49.jpg|100px]]
|avant=''[[Les Mystères de l'Atlantide]]''<br />[[Fichier:Hr.Atlantide.gif|100px]]
 
|après=''[[La farine de tous les désastres]]''<br />[[Fichier:Zp49.jpg|100px]]
 
 
}}
 
}}
{{Fin dynastie}}
 
 
{{Palette Carl Barks}}
 
{{Palette Carl Barks}}
   

Version actuelle en date du juin 23, 2019 à 17:06

La chance tourne est une histoire en bande dessinée de 10 pages réalisée par Carl Barks, écrite le 2 juin 1953 et publiée pour la première fois en avril 1954 aux États-Unis. Elle met en scène Donald Duck, Gontran Bonheur, Riri, Fifi et Loulou Duck et Daisy Duck. Elle se déroule à Donaldville.

Synopsis Modifier

Donald est agacé par la chance de Gontran après que ce dernier ait gagné une fois de plus le premier prix à une vente de charité. Mais quand Donald gagne une patte de lapin, il pense que sa chance va tourner définitivement...

En coulisses Modifier

Cette partie contient du texte paru dans « La Dynastie Donald Duck » (© Éditions Glénat)

Grâce à une patte de lapin, porte-bonheur assez répandu aux États-Unis au siècle dernier, Donald prend confiance en lui. Peu importe que la patte de lapin soit en plastique.

Dans les planches six à huit de cette histoire, Gontran se déguise en fakir indien pour pousser Donald à déterrer des perles cachées dans le sable. Dans le cadre de sa divination, Gontran prononce entre autres la formule magique rimée : « Allakazalla zillika zuck ! I think I see a lucky duck ! » (« Allakazalla zillika zard ! Je crois bien voir un canard veinard »). Avec un déguisement similaire, Gontran avait déjà embobiné son cousin dans Sur les traces de la Licorne (Four Color Comics n°263 de février 1950), où il se faisait passer pour le grand fakir Mustapha Handout, traduit en français par Mustapha le mendiant.

Publications françaisesModifier

Cette histoire a été publiée six fois en France, dans :

Précédée par La chance tourne ! Suivie par
Des dindes et du sifflet !

Des dindes et du sifflet !
Histoire de Carl Barks

1re parution : avril 1954
La farine de tous les désastres

Zp49
Sauf mention contraire, le contenu de la communauté est disponible sous licence CC-BY-SA .