Picsou Wiki
Advertisement
Picsou Wiki

La concurrence superhéroïque est une histoire longue en bande dessinée de soixante planches, publiée originellement en deux parties, dessinée par le Studio Comicup et scénarisée par Giorgio Pezzin, publiée pour la première fois le 1er mai 1995 en Italie. Elle met en scène Donald Duck et son alter-ego Fantomiald, Riri, Fifi et Loulou Duck, le maire de Donaldville, Pap-Man et le professeur Terreur. L'action se déroule à Donaldville ainsi qu'en partie à Ondeville.

Historique[]

Fantomiald est ringardisé par un nouveau venu à Donaldville, Pap-Man. Mais il se dit que cela cache quelque chose et mène l'enquête...

Résumé complet[]

Fantomiald 2.jpg
Attention. Le texte qui suit dévoile certains moments-clés de l’intrigue du récit.


Première partie[]

Les bandits sortent de la voiture retournée.

Par une nuit orageuse, une voiture s'approche de Donaldville avec, à son bord, plusieurs bandits prêts à commettre les pires méfaits dans cette cité. Mais voilà qu'ils font face à un énorme rocher qui barre la route. Et, s'approchant d'eux dangereusement, un bulldozer qui prend la voiture et la lève du sol. C'est Fantomiald qui s'apprête à arrêter ces bandits avant qu'ils ne commettent leurs vols. Ainsi, il fait valdinguer la voiture et les brigands s'enfuient, sans demander leur reste. Fantomiald est fier de son acte ! Il range alors son faux rocher et ramène le bulldozer au chantier où il a emprunté l'engin. Mais il se dit que le métier est tout de même dur, surtout avec un temps pareil.

Le professeur Terreur va expliquer son plan pour se débarasser de Fantomiald.

Au même moment, non-loin de Donaldville, plusieurs brigands membres du S.O.V.M. (Syndicat Organisé des Voleurs Maltraités) se réunissent. Ils cherchent à tout prix à contourner Fantomiald qui les empêche de commettre leurs méfaits. En effet, il arrête plusieurs membres de gangs avant même qu'ils ne commettent un larcin. Mais, pour les bandits, cela doit prendre fin. Le professeur Terreur, consultant criminel, explique avoir un plan pour les libérer de Fantomiald et ne tarde pas à en expliciter le contenu aux autres bandits.

Pap-Man se présente à Fantomiald.

Quelques jours plus tard, Fantomiald mène une ronde quand, soudain, il entend un bruit inquiétant. Il fonce alors pour en avoir le cœur net mais il est soudain dépassé par un bolide ! Fantomiald se demande bien à qui appartient cette machine qui arrive à une vitesse folle sur les lieux du crime. L'étrange individu parvient, en à peine quelques minutes, à arrêter les bandits braquant la banque avant l'arrivée de Fantomiald. Ce dernier est de plus en plus inquiet, surtout quand l'étranger se présente : il s'agit de Pap-Man qui souhaite devenir le superhéros de Donaldville et mettre Fantomiald au placard.

Un peu plus tard, Fantomiald continue sa ronde de nuit et se dit qu'il n'a plus revu ce Pap-Man. Mais voilà qu'un nouveau braquage a lieu à la banque centrale et Fantomiald y fonce. Il arrive sur les lieux et menace les bandits. Soudain, voilà qu'apparaît derrière lui Pap-Man qui n'hésite pas à ridiculiser Fantomiald en le traitant de super-héros dépassé. Les bandits en profitent pour tenter de s'échapper. Mais, grâce à un bloc de granit lyophilisé, Pap-Man réussit à les neutraliser et à les livrer à la police. Mais Fantomiald est à terre, étourdi par un coup donné par un bandit. À son réveil, la police est présente et la presse aussi, demandant à Pap-Man d'expliquer comment il a pu neutraliser tous ces bandits.

Pap-Man ridiculise Fantomiald.

Pap-Man montre à Fantomiald comment envoyer un voleur en prison.

La scène fait la une des journaux du matin, ce qui rend furax Donald. Mais ses jeunes neveux Riri, Fifi et Loulou ne comprennent pas sa colère : en effet, il n'est pas Fantomiald et n'a pas à se sentir ridiculisé. Ils trouvent d'ailleurs que Pap-Man a l'air d'être un vrai héros avec son costume et son regard décidé. Cela inquiète fortement Donald, et ses inquiétudes vont continuer à s'accroître ! Surtout quand, dans les jours suivants, Pap-Man persiste à ridiculiser Fantomiald en livrant les bandits à la prison à la vitesse de l'éclair ou en parvenant à faire descendre un petit chat d'un arbre de manière ultra-rapide.

Mais voilà qu'à la banque, un nouveau vol est commis. Le directeur de l'établissement est pris en otage et Fantomiald se rend sur les lieux. Il parvient à entrer dans la banque en découpant un morceau de mur grâce à un super-laser. Mais voilà que Pap-Man arrive de nouveau, accompagné de journalistes qui ne cessent de prendre des photos. Le bandit est fier d'être arrêté par Pap-Man, disant que Fantomiald est maintenant si ringard. Ce dernier prend discrètement la poudre d'escampette et part, déçu de cette ville à qui il a donné beaucoup de temps et d'énergie pour la défendre...

Dernière case de la première partie où Fantomiald part dans la nuit, triste et solitaire...

Seconde partie[]

Première planche de la seconde partie de l'histoire (édition italienne) montrant l'engouement des Donaldvillois pour Pap-Man.

Tous les Donaldvillois suivent avec enthousiasme les actions de Pap-Man qui parvient à arrêter facilement les voleurs et à les emmener en prison après une conférence de presse. Tous les flashs télévisés narrant les exploits du rival de Fantomiald exaspère fortement Donald qui donne un violent coup de pied dans sa télévision. Il se demande ce qui pourrait relancer l'engouement pour Fantomiald.

Mais, au même moment, à la mairie de Donaldville, le maire du petit village d'Ondeville vient demander de l'aide au maire. En effet, il souhaiterai un héros masqué pour qu'il puisse surveiller le village. Le maire trouve cela d'abord absurde mais l'un de ses collaborateurs explique que cela pourrait donner une bonne image à la ville et au maire et ce dernier finit par accepter. Le maire d'Ondeville demande alors quel super-héros masqué sera donné...

Fantomiald arrive à Ondeville.

Le lendemain matin, les journaux font leur gros titre du contrat passé entre les deux maires et donnent l'identité du super-héros donné : Fantomiald ! Il est plus que furieux que personne ne lui ait demandé son avis et se hâte de se rendre à Ondeville pour dire ce qu'il en pense. Mais arrivé là-bas, le super-héros palmé est accueillit de manière très chaleureuse. Il décide de ne pas trahir leurs espoirs et accepte de protéger le village.

La voiture de Fantomiald n'a plus d'essence.

Ainsi, quand la nuit tombe, alors que Pap-Man s'occupe de surveiller Donaldville des brigands et des bandits, Fantomiald est à Ondeville où il doit chercher les voleurs de poules ou de canards. Il parvient même à arrêter un voleur de poules qui, en voyant la grange miteuse qui sert de prison, se met en colère et ordonne à Fantomiald d'être arrêté dans de meilleures conditions. Ce dernier ne peut faire grand chose et relâche le bandit en lui demandant d'avoir une autre vie. Mais, après plusieurs heures et en voulant rentrer chez lui, Fantomiald se rend compte que sa voiture n'a plus d'essence et il est obligé de faire le chemin à pied.

Le lendemain, les journaux parlent encore des nombreux exploits de Pap-Man et n'adressent pas à un mot à Fantomiald. Donald est obligé de se taire et d'attendre le soir pour surveiller Ondeville. Ainsi, il prend la route à pied pour se rendre au village. Mais, alors qu'il est encore à Donaldville, il croise Pap-Man qui n'arrête pas des bandits commettant des vols. Cela est étrange pour Fantomiald qui décide de suivre son rival pour en savoir plus. Il découvre alors qu'il se rend en direction de la prison où, en utilisant ses gadgets, libère tous les prisonniers qu'il avait arrêté précédemment. Fantomiald comprend tout : Pap-Man est de mèche avec les voleurs et ainsi, ils pourront tous partir à l'assaut de la ville !

Pap-Man libère les prisonniers !

La troupe de Pap-Man braque Donaldville.

La troupe de bandit braque et cambriole toute la ville, sous l'oeil de Fantomiald qui attend de pouvoir agir. Les Donaldvillois, quant à eux, ne comprennent pas pourquoi Pap-Man n'intervient pas. Après plusieurs heures de larcins (où les bandits ont même volé les roues des voitures de police), tous les brigands se rendent alors au port pour charger tous leurs butins dans un bateau réservé. Les bandits commencent alors leurs affaires mais Fantomiald parvient à les approcher pour tenter de les arrêter.

Pendant ce temps, à Donaldville, le maire est quasi-nu et comprend ce qu'il vient de se passer. Avec son conseiller et quelques policiers, il se rend en direction du port. À son arrivée, Fantomiald était parvenu à coincer tous les bandits ainsi que Pap-Man grâce à des containers. Puis, après cela, il dit au capitaine du navire de partir avec le contenu du butin déjà dans le bateau. Le maire présente ses plates excuses à Fantomiald qui les accepte et pousse les Donaldvillois à récupérer les objets que Pap-Man leur avait volé. Mais ils se rendent compte qu'il manque plusieurs objets. Pour Fantomiald, cela n'est pas une mauvaise chose car le bateau part en direction de Pauvéranie où les objets volés serviront plus aux Donaldvillois. Ainsi, Fantomiald peut maintenant partir, voyant que les Donaldvillois lui font de nouveau confiance.

Dernière case de l'histoire montrant Fantomiald disparaissant dans la nuit.

En coulisses[]

Remake[]

Ce récit est un remake de l'histoire Concurrence déloyale ! de Bruno Concina et Giovan Battista Carpi, publiée pour la première fois le 2 juin 1985 en Italie. En effet, dans chacune de ces histoires, un héros masqué arrive de nulle part pour ridiculiser Fantomiald et attirer la confiance des Donaldvillois.

Publication française[]

Cette histoire ne fut publiée qu'une seule fois en France, dans Les chroniques de Fantomiald n°17 du 17 février 2021.

Advertisement