FANDOM


La crypte des cent lions est le deuxième épisode de la quatrième série de la saga du Cycle des magiciens. Il met en scène les Wizards of Mickey, Fafnir, le Seigneur des Mensonges, le Team Lune de diamant, Kiki, le Team Black Phantom, Gertrude, le noble Zéphren, la lionne mystique, les quatre-vingt-dix-neuf lions mystiques, des crococdiles, des varans, des marins, des soldats et des Goulbads. L'action se passe dans le royaume souterrain des monstres, dans l'archipel des îles d'Ébène et dans le pays de Bruyère de Gruyère.

Résumé completModifier

Fantomiald 2
Attention. Le texte qui suit dévoile certains moments-clés de l’intrigue du récit.

Le Team Lune de diamant vient de parcourir la mer de Samarra, pour arriver à l'archipel des côtes d'Ébène. Cet archipel était à la base une seule et même île, mais un séïsme dévastateur la sépara en trois îles : une avec des ruines, une avec un volcan et une infestée de varans. Les membres de l'équipe Lune de diamant votn explorer, individuellement, les trois îles. Le choix de l'île à explorer pose problème, vu que Daisy a choisi l'île infestée de varans : avec sa chatte, Kiki, cela pourrait poser problème, vu que les varans ressemblent à des lézards, et que leur chasse est l'activité favorite de la chatte de Daisy... En conséquence, Minnie demande à Daisy de confier Kiki à Clarabelle. Elles partent donc chacun de leur côté pendant un mois.

Au Nord, les Wizards of Mickey explorent une contrée nommée Bruyère de Gruyère (nommée ainsi à cause de ses trous dans la terre), même si Donald surnomme cet endroit « Landes de brume ». Mickey aperçoit alors un château. Grâce à Fafnir, qui dissipe la brume à l'aide de sa flammèche, ils l'atteignent rapidement. Les gardes de ce château, qui parlent d'une manière étrange, leur pose des questions sur ce que les Wizards of Mickey sont. Après avoir vérifié qu'ils venaient en paix, les gardes invitent les trois sorciers au château, en leur disant « secouez une jambe »[1].

Ailleurs, le bateau de Clarabelle est attaqué par des pirates, plus précisément les Black Phantom. Les marins qui aidaient Clarabelle désertent immédiatement, et Pat Hibulaire a alors le champ libre pour la capturer, même si les Rapetou sont perplexes à l'idée d'avoir une femme à bord d'un bateau. Les Rapetou laissent Kiki sur l'île infestée de varans, vu que la chatte est très violente.

À la Bruyère[2], les Wizards of Mickey sont très bien reçus au palais royal, à cause de leur mission cartographique. Ils leur offre même du porridge, leur plat national, même si Donald ne l'apprécie pas du tout. C'est alors que le noble Zéphren dépose Kiki au château. En effet, le dragon l'avait aperçu au milieu de crocodiles, alors que Kiki s'adonnait à son passe-temps favori. Cela inquiète grandement les Wizards of Mickey, qui ne tardent pas à aller aux îles d'Ébène, avec le Doomspider du diamagique du vent.

Ailleurs, les Black Phantom, accompagnés de Clarabelle et de quelques orques-fouines, partent à la recherche de la crypte aux cent lions, qui abriterait un trésor, constitué de diamagiques très puissants. Le trésor serait gardé par cent lions, qui seraient invincibles, vu que, selon la légende, « nul homme ne peut vaincre les gardiens ». Mais Pat pensa alors qu'une femme pourrait les vaincre : il a donc capturé Clarabelle, pour pouvoir s'emparer du trésor.

Les Wizards of Mickey ont atteint l'archipel des îles d'Ébène. En partant sur les traces de leurs amies de l'équipe Lune de diamant, ils tombent sur des indigènes, attirés par le Doomspider du vent. Mickey, intrigué, referme le diamagique du vent. En voyant cela, les indigènes prennent le sorcier comme un dieu, le seigneur des insectes, qui leur donne leur nourriture. Du coup, ils les invitent à un festin, composé de larves et d'insectes... Donald n'aime toujours pas ce type de repas, et continue de jeûner ce jour-là. De toute façon, les Wizards of Mickey n'ont pas le temps de manger : ils doivent sauver leurs amies, et repartent donc.

Quant aux Black Phantom, ils sont arrivés à la crypte des cent lions. Le trésor ne semble pas gardé : les sorciers découvrent alors cent statues de lions, chacun équipé d'un diamagique. Pat, par avidité, tente de s'emparer des diamagiques. Il réveille alors les gardiens de la crypte : les cent statues s'animent, et attaquent les Black Phantom... Quant à Clarabelle, qui aurait le pouvoir de vaincre les lions, elle s'est évanouie en voyant les statues s'animer !

C'est alors que les Wizards of Mickey arrivent dans la crypte, grâce aux informations des indigènes. Les trois lages aident Pat et ses hommes, mais toute lutte s'avère vaine. Un des hommes de Pat s'aperçoit alors qu'une des statues ne s'est pas éveillée, une statue de lionne. Il s'agit sans doute de la reine des autres lions, et ils n'obéissent qu'à celle-ci. Une femme pourrait éveiller cette lionne, et arrêter le combat. Mais Clarabelle est évanouie, il ne semble plus y avoir d'issue...

Mais, en réalité, l'homme qui a découvert la lionne était Gertrude, la fiancée de Pat ! Elle peut donc réveiller la lionne, et mettre fin à ce combat (à contrecœur, vu que son fiancé l'a toujours sous-estimée). Les Wizards of Mickey partent avec Clarabelle, pendant que Gertrude prend le contrôle des cent lions mystiques et en fait ses esclaves personnels, sans que Pat puisse en profiter...

Un corbeau du Seigneur des Mensonges a observé toute la scène. Il va apporter ces informations à son maître, qui veut désormais s'allier avec Gertrude, pour pouvoir conquérir le monde...

En coulissesModifier

Publication françaiseModifier

Cette histoire a été publiée deux fois en France : dans Mickey Parade Géant n°322, en mai 2011, et dans le tome 3 de l'intégrale du Cycle des Magiciens, hors-série de Mickey Parade Géant, en août 2014.

Notes et référencesModifier

  1. « Secouez une jambe » est une traduction littérale de l'expression anglaise « shake a leg », signifiant « dépêchez-vous ». Comme pour d'autres expressions anglaises dans cette histoire, elle est traduite littéralement, se moquant ainsi des expressions en anglais (vu que Donald et Dingo secouent une jambe lorsqu'ils entendent les gardes prononcer cette expression).
  2. Le nom de ce pays est vraisemblablement inspiré de « Britain », qui désigne l'Angletterre.
Sauf mention contraire, le contenu de la communauté est disponible sous licence CC-BY-SA  .