FANDOM


La défaite victorieuse ! est une histoire longue en bande dessinée de soixante-six pages, scénarisée par Guido Martina et dessinée par Massimo De Vita. Elle fut publiée pour la première fois le 22 octobre 1978 dans Topolino n°1195, en Italie. Elle met en scène Donald Duck et son alter-ego Fantomiald, Balthazar Picsou, John Flairsou et son sous-fifre Lusky, les Rapetou, Riri, Fifi et Loulou Duck, Géo Trouvetou et dans une moindre mesure le maire de Donaldville. L'action se déroule à Donaldville, dans les rues de la ville, au dépôt de Balthazar Picsou, dans la maison de Donald Duck, dans le parc de Donaldville, dans le laboratoire de Géo Trouvetou ainsi que sur l'île Philippa.

Synopsis Modifier

Balthazar Picsou fait un pari avec John Flairsou pour la mairie de Donaldville. Mais seul Fantomiald peut aider le milliardaire à gagner ce pari...

Résumé complet Modifier

Au parc de Donaldville, le maire présente le piédestal d’une nouvelle statue, celle du maire le plus illustre. Cette appellation fascine Balthazar Picsou et John Flairsou, qui se demandent à qui va revenir ce titre. Le maire explique qu’il ne reviendra pas à lui car il va prendre sa retraite. Nos deux richissimes canards voient déjà leur statue prendre place sur le piédestal, promettant de nombreuses choses farfelues aux habitants pour se faire élire. Mais Picsou a une promesse : il fera don au musée communal de la «Lumière de la nuit» si il est élu maire. La Lumière de la nuit est un joyau unique au monde qui fera venir, selon lui, de nombreux touristes en ville. Il promet donc que, le 17 du mois, il sera de retour avec la pierre préciseuse. Pari est pris avec le maire. Mais John Flairsou n’est pas loin et, avec son fidèle Lusky, décide de suivre sans se faire voir l’autre canard.

L'étrange fleuriste donne à Picsou une fleur

L'étrange fleuriste donne à Picsou une fleur.

Ce dernier se promène dans la rue sans se méfier. Une fleuriste (ressemblant étrangement à un Rapetou) lui offre d’ailleurs une fleur bleue qui lui portera bonheur. Tout heureux d’avoir cette fleur à sa boutonnière, Picsou repart sans se douter que la fleur est en réalité un micro émetteur-récepteur, permettant à Flairsou d’entendre les moindres paroles de son ennemi.

Revenu dans son coffre-fort, Picsou appelle Donald qui s’adonnait à son activité préférée : la sieste. Il l’ordonne de se préparer pour se rendre à l’aéroport dans une demi-heure. Dès que le téléphone est raccroché, Donald fuit pour ne pas rencontrer son oncle et se rend chez son ami, l’inventeur Géo Trouvetou. Ce dernier est d’ailleurs en train de se reposer devant chez lui, à côté d’un feu ardent alors qu’il fait un grand soleil. En réalité, il s’agit d’une de ses inventions, la Flamme Froide. Il profite de la venue de son ami pour lui présenter une autre invention, une Cape volante. Il propose à Donald de l’essayer, chose qu’il fait. Grâce à elle, il peut voler dans les airs. Mais durant l’essai, il se prend des balles, envoyées depuis le sol par des ouvriers construisant une maison en préfabriquée. Heureusement, Géo est non loin de là. Mais pour Donald c’est étrange.

Géo présente la Flamme Froide à Donald

Géo présente la Flamme Froide à Donald.

De retour au labo de l’inventeur, Géo donne à son ami des pilules de Flamme froide ainsi que la cape volante. Donald le remercie et repart chez lui. Mais à l’intérieur de sa maison, c’est un véritable chantier. Les trois jeunes canetons, Riri, Fifi et Loulou expliquent qu’ils ont retrouvé à l’intérieur un flacon de chloroforme et le chapeau de Picsou. Donald se sent coupable : en effet, il est parti de chez lui lorsque son oncle l’a appelé pour venir le chercher. Donald a l’intuition que son oncle a été enlevé et qu’il est retenu dans l’étrange maison qu’il a survolé quelques heures auparavant.

La maison de Donald est sans dessus-dessous

La maison de Donald est sans dessus-dessous.

Ordonnant à ses neveux de rester dans leur chambre, Donald décide de passer à l’action et prend sa voiture pour se rendre près de cette étrange maison. Mais avant, il décide de s’arrêter en bordure de ville pour endosser son costume de Fantomiald. Ce qu’il ne sait pas, c’est qu’il n’est pas seul : ses trois neveux se sont cachés dans le coffre de sa fameuse 313 ! Prétextant une panne, Donald demande alors à ses trois neveux de pousser la voiture. C’est en réalité un piège et Donald réussit à les semer.

Mais au même moment, dans la fameuse maison, Picsou est accompagné par les Rapetou. Encore légèrement endormi mais conscient de ce qu’il se passe, il décide de feindre le sommeil pour comprendre ce qu’il se passe. Bien lui en a pris car un des Rapetou utilise sa fleur porte-bonheur pour communiquer avec son chef. Il demande d’être prévenu lorsque Picsou se réveillera.

Fantomiald pris en chasse

Fantomiald pris en chasse par les policiers !

Heureusement, Fantomiald est sur la route pour sauver le milliardaire. Mais un barrage de policiers le ralentit. Ces derniers prennent d’ailleurs le super-héros en chasse. Grâce à de nombreux gadgets cachés dans sa voiture, il parvient vite à les semer et à se rendre dans la mystérieuse maison. À son arrivée, il pointe une de ses armes contre les Rapetou. Pleinement réveillé, Picsou lui dit qu’il doit faire attention à ce qu’il dit car la fleur se trouvant sur une table non loin de là est en réalité un radio-émetteur. Profitant d’une seconde d’inattention, les Rapetou parviennent à s’enfuir. Coincé sous une table, le super-héros demande à Picsou de l’aider à se relever en l’appelant «Oncle Picsou» ! Picsou démasque alors le super-héros et découvre ... Donald ! Ce dernier explique qu’il a endossé un faux costume de Fantomiald pour faire peur aux ravisseurs. Picsou est obligé de le croire et dit à son neveu qu’il faut vite aller récupérer le joyau tant convoité.

Les indigènes fêtent la nuit de la pleine lune

Les indigènes fêtent la nuit de la pleine lune.

Après avoir récupéré les trois jeunes canetons, Picsou et Donald sont en partance pour un endroit inconnu. Le milliardaire explique qu’il y a une vingtaine d’années, alors qu’il naviguait dans l’Océan Pacifique, il découvrit une île non signalée sur les cartes, qu’il appela Philippa. En l’explorant, il remarqua un bois avec des arbres gigantesques. L’un d’eux possède un un trou dans son tronc, comme une sorte de cachette. Picsou y engouffra sa main et y sentit ... un crâne ! Mais à ce moment, un brouhaha arriva vers Picsou. En se cachant, Picsou découvrit des indigènes de l’île fêtant la nuit de la pleine lune. Il est expliqué qu’une fois dans l’année, il n’y ait aucune mauvaises actions de commises. La légende veut même que la statue de la déesse se trouvant non-loin de là doit envoyer un signe et ainsi les indigènes dormiront toute la nuit de la pleine lune. C’est à ce moment qu’un rayon de lune toucha l’oeil de la statue. Les indigènes prirent cela pour un signe et allèrent se coucher toute la nuit. Profitant de cela, Picsou s’approcha de l’idole et remarqua une sublime pierre précieuse sur le crâne de la statue. Il grimpa alors sur son crâne et prit la pierre scintillante. Mais voilà qu’un ouragan éclata (du fait que nous sommes en zone tropicale), ce qui réveilla les indigènes qui remarquèrent très vite Picsou avec la pierre précieuse en main. Une course-poursuite en pleine forêt tropical s’amorça. Passant près de l’arbre qu’il a découvert, Picsou cacha la pierre précieuse dans le trou du tronc de l’arbre et se jura de revenir la chercher plus tard.

Et ce plus tard, c’est maintenant. Après avoir raconté son histoire, Picsou demande à ses neveux de feuilleter leur guide des Castors Juniors pour avoir plus d’informations sur l’île. Riri, Fifi et Loulou découvrent que les indigènes s’appellent les Igorrotes et qu’ils sont qualifiés de «coupeurs de têtes». Donald exulte et dit qu’il refuse de poser le pied sur cette île et annonce qu’il début une sieste.

Quelques heures plus tard, le groupe de canard arrive sur l’île. Picsou et les jeunes canards souhaitent visiter l’île alors que Donald dort encore. Le petit groupe s’éloigne, ce qui permet à Donald d’endosser son costume de Fantomiald. Picsou amène alors ses jeunes neveux à l’endroit où se trouver l’arbre. Mais en engouffrant sa main dans la cachette, il ne découvrit pas la pierre précieuse mais un indigène qui explique que cela fait vingt ans qu’ils ne dorment plus durant la fête du sacrilège. Les canards sont amenés alors au roi des Igorrotes. Heureusement, Fantomiald n’est pas loin et suit discrètement le petit groupe.

Amenés devant le roi des indigènes de l’île, les canards sont condamnés à mort après que le souverain ait reconnu Picsou qui avait volé la fameuse pierre précieuse il y a une vingtaine d’années. De ce fait, la pierre fut jetée à la mer par les Igorrotes. Nos quatre canard sont alors installés dans un immense chaudron, condamnés à être bouilli. Heureusement, Fantomiald se montre grâce à sa fameuse cape volante. Le super-héros profite de la méconnaissance des Igorrotes pour se faire passer pour le roi du feu. Il utilise alors l’invention de Géo pour faire jaillir un feu d’un claquement de doigt. Mais le feu atteint les habitations et transforme le village en fumée. Fantomiald profite de ce chaos pour sauver Picsou et les jeunes canetons. Alors qu’il est sauvé, Picsou dit qu’il sait que c’est Donald qui vient de le sauver. Mais Riri rappelle qu’il faut profiter de la confusion pour s’enfuir.

Fantomiald arrive pour sauver Picsou

Fantomiald arrive pour sauver Picsou et Riri, Fifi et Loulou.

Revenus à leur avion, le petit groupe retrouve Donald, tout juste réveillé. Il explique que Fantomiald est passé et lui a tout expliqué, lui ramenant même une pilule de flamme froide. Picsou n’en a que faire et décide vite de repartir à Donaldville.

Ainsi, le lendemain matin, Picsou est revenu au parc de Donaldville avec son petit groupe. S’y trouvent également Flairsou, Lusky et le maire. Le maire demande alors à Picsou si le joyau est en sa possession. Malheureusement, Picsou doit s’avouer vaincu, faisant exulter Flairsou. Mais Donald l’arrête dans sa joie : le joyau de la nuit a bien été amenée et cela grâce à Fantomiald. Il craque une des pilules de flamme froide et la jette sur le piédestale. Une flamme jaillit alors. Le maire dit alors qu’il ne s’agit pas d’un cadeau de Picsou mais un cadeau de Fantomiald. Le canard se propose même à être le modèle pour la statue du super-héros, tenant dans une de ses mains la flamme. Mais Flairsou en profite pour jeter de l’eau sur la flamme ce qui favorise encore plus le feu. La cape revêtue par Donald prend même feu, ce qui le fait chuter et avoir une lourde bosse sur la tête. Flairsou est condamné à payer les soins de Donald. Ce dernier est alors à l’hôpital, profitant d’être nourri et blanchi.

Dernière case de l'histoire

Dernière case de l'histoire où Donald est pris en charge à l'hôpital.

En coulisses Modifier

Publication française Modifier

L'histoire ne fut publiée qu'une seule fois en France, dans Les chroniques de Fantomiald n°6 du 22 juin 2018.

Sauf mention contraire, le contenu de la communauté est disponible sous licence CC-BY-SA .