FANDOM


La fondation Picsou est une histoire en bande dessinée de vingt-cinq planches, scénarisée et dessinée par Romano Scarpa. Elle a été publié pour la première fois le 1er septembre 1958 dans Almanacco Topolino n°21, en Italie. Elle met en scène Donald Duck, Balthazar Picsou, Riri, Fifi et Loulou Duck, ainsi que Géo Trouvetou, les Rapetou, et John Rockfellow, et se déroule à Donaldville.

Synopsis Modifier

Donald incite Picsou à créer une fondation, malgré son opposition, pour concurrencer un certain Rockefellow, considéré comme l'un des plus grands philanthropes de tous les temps. Mais l'avenir de la fondation est compromis en raison de l'incompétence de ses "chercheurs", soit Donald, Riri, Fifi et Loulou et Géo. Mais Picsou est peut-être en réalité plus généreux qu'on ne le croit...

Résumé complet Modifier

Fantomiald 2
Attention. Le texte qui suit dévoile certains moments-clés de l’intrigue du récit.

Durant l'Antiquité, un certain Picsoutus (qui est encore un autre sosie de Picsou) donnait beaucoup d'argent aux musiciens et artistes, tel un mécène. Soudain, Picsou se retrouva réveillé par Donald, qui lui fit remarquer qu'il s'était endormi sur son livre, traitant des riches philanthropes de l'Histoire. Le milliardaire réalisa donc que ce livre l'avait poussé à dépenser de l'argent dans son rêve, et le déchira, énervé. Seulement, Donald fit remarquer qu'il avait oublié de déchirer une page, qui parlait de John Rockfellow, considéré comme le plus grand philanthrope de tous les temps. Picsou la jeta par la fenêtre de son bureau, mais, par un étonnant hasard, elle tomba sur la tête de Rockfellow. Ce dernier était alors admiré et félicité par de nombreuses personnes, tout en marchant dans la rue, en raison de ses bonnes actions, ce qui énerva Picsou, qui le traita de "dilapidateur de première". Donald refusa que son oncle critique Rockfellow, et l'amena au siège de sa fondation. Le milliardaire ne parut pas impressionné, et préféra consacrer son temps à tenter de gagner une pièce qu'il avait vu par terre, en se battant avec un autre homme qui l'avait vue aussi, au grand dam de Donald...

Cette nui-là, deux silhouettes se rencontrèrent dans une rue obscure de Donaldville. Il semblait que ce soit Rockfellow qui demandait quelque chose à Picsou, qui accepta vite tout en ne voulant pas que leur accord soit connu... Quelques jours passèrent, et on retrouve Donald qui lisait son journal. Soudain, il sursauta en déclarant à ses neveux que l'article qu'il était en train de lire tombait à pic, et que Picsou allait être obligé de créer une fondation, ce qui étonna fortement Riri, Fifi et Loulou. En effet, Donald retrouva Picsou dans son coffre, et lui dit qu'il pouvait songer aux plans de sa fondation, car les chimistes ont découvert un élément qui annule l'effet de l'humidité sur le murs des salles renfermant des billets de banque ! Picsou ne put pas ignorer cette découverte, et décida de construire sa fondation, qui devait être inauguré un mois plus tard.

Des jours plus tard, alors que Picsou était sur le chantier de sa fondation, il rencontra Rockfellow, qui se moquait de lui en déclarant "Le roi des radins s'offre une petite fondation !". Les deux milliardaires entamèrent alors une longue dispute, chacun déclarant que sa fondation était la meilleure ! Un mois plus tard, la fondation fut inaugurée par le maire, mais l'inauguration finit mal quand Picsou déclara que les chercheurs de sa fondation seraient Donald, ses neveux et Géo Trouvetou, car les coûts de la construction l'empêchaient d'embaucher de réels chercheurs... Il se retrouva humilié devant tous ses concitoyens, et finit par se disputer avec Rockfellow, quand il remarqua que l'immeuble de la fondation Picsou était plus haut que celui de sa propre fondation.

Peu après, Picsou présenta les laboratoires à ses "chercheurs". Riri, Fifi et Loulou devait chercher à conserver de l'argent dans un espace réduit, Donald devait étudier les dégâts causés aux billets par les toiles d'araignée. Quant à Géo, il devait inventer un modèle de serrure incrochetable. Cette nuit-là, Picsou et Rockefellow se retrouvèrent à nouveau, et ils s'amusèrent en déclarant jouer la comédie à tous, tandis que Picsou semblait encore donner quelque chose à Rockfellow. Le lendemain, les voisins de la fondation Picsou étaient affligés par les chercheurs incompétents, qui menaçaient de détruire tout le quartier ! Riri, Fifi et Loulou ne trouvaient pas comment mettre des billets de banque dans un espace réduit, car le manuel des Castors Juniors n'en parlait pas ; Donald prit peur en voyant une araignée au microscope, alors qu'il examinait les toiles... Seul Géo avait réussi à confectionner une serrure révolutionnaire incrochetable !

Géo décida de la soumettre à des experts : les Rapetou ! Mais ceux-ci réussirent à crocheter la serrure en deux secondes, ce qui déçut le pauvre Géo. Dans la fondation, les "travaux" se poursuivaient : Riri, Fifi et Loulou essayaient toutes sortes de réservoir pour les billets. Donald, lui, décida d'aller chercher des araignées à travers toute la ville, pour avoir plus de toiles à disposition. C'est ce qu'il fit, et rentra à la fondation poursuivi par des oiseaux qui voulaient manger les araignées... Les trois enfants arrivèrent, eux, à la conclusion que c'était bien le parallélépipède qui contenait le plus d'argent, mais un d'eux eut l'idée une liasse dans une presse pour créer un immense billet de mille dollars, remplaçant dix billets de cent (ce qui désespéra Picsou...). Géo, lui, trouva deux autres serrures incrochetables, et alla avec Picsou chez les Rapetou, qui les crochetèrent en quelques secondes...

La nuit, un autre entretien eut lieu entre Picsou et Rockefellow, et le canard déclara que les "chercheurs" de sa fondation lui permettaient d'avoir le champ libre pour quelque chose... Le lendemain, à la fondation, la femme de ménage découvrit une salle remplie de toiles d'araignées, et nettoya tout, ce qui ne plut pas à Donald, qui avait perdu ses objets d'étude ! Géo avait trouvé une nouvelle serrure, une serrure nucléaire, et l'amena chez les Rapetou : mais les bandits ne réussirent pas à la crocheter, et l'inventeur présenta sa serrure à Picsou qui décida de l'installer sur la porte de sa fondation.

Mais les Rapetou ricanèrent, car leurs efforts pour ouvrir la serrure étaient feints, et qu'ils allaient pouvoir dévaliser la fondation... En effet, ils déclarèrent que cette serrure nucléaire était le modèle le plus cimple créé par Géo, et la nuit, ils n'eurent aucun mal à ouvrir la porte. Mais en entrant, ils découvrirent des araignées par milliers (celles de Donald), qui les poursuivirent ! Les Rapetou durent se jeter dans un bassin d'eau, encerclés par les araignées ! Le lendemain, Picsou apprit la nouvelle dans le journal, et parut peu affecté. Le milliardaire fit le bilan de la fondation avec ses "chercheurs" : la solution de Riri, Fifi et Loulou pour placer l'argent dans un espace réduit était de le mettre à la banque, ce qui n'était pas possible vu l'immensité de la fortune de Picsou ; la serrure nucléaire de Géo était inefficace ; et Donald a causé à Picsou une amende de dix mille dollars pour l'invasion de la ville par des araignées... Picsou ferma ainsi sa fondation, dont les locaux furent rachetés par Rockfellow.

Rockfellow arriva peu après au bureau de Picsou, et on découvre alors que Picsou donnait plusieurs millions de dollars pour la fondation Rockefellow, et que c'était lui qui soutenait financièrement cette fondation. Ce dernier voulait que cela se sache, mais Picsou refusait, malgré le fait qu'il l'ait sauvé de la faillite il y a des années... Rockefellow conclut en déclarant que pour lui, Picsou était "le plus grand bienfaiteur vivant", et on peut voir Picsou, rêveur, s'imaginant en mécène antique, comme dans son rêve au début de l'histoire.

En coulisses Modifier

Cette partie contient du texte paru dans Les Grandes Aventures de Romano Scarpa (© 2017 Éditions Glénat)
Albi della Rosa n°454

Couverture de Giuseppe Perego pour Albi della Rosa n°454, illustrant l'histoire.

La fondation Picsou commence par un rêve, ou plutôt un cauchemar puisque Picsou se voit dans la peau du père de tous les philanthropes, Mécène. Scarpa est, en effet, très subtil dans la manière dont il trompe le lecteur, nous montrant un Picsou en apparence cynique et avare qu'il oppose au milliardaire bienfaiteur John D. Buckfeller (John Rockefellow en VF), pour lequel il s'inspire de John D. Rockefeller (1839-1937), magnat américain qui créa en 1913 la fondation philanthropique Rockefeller Foundation. Le nom original du "rival" de Picsou comprend un jeu de mots très approprié, car en argot américain, "buck" signifie dollar. On a dit qu'avec ce personnage Scarpa anticipait de trois ans le nom d'un autre rival de Picsou, créé par Barks, John D. Rockerduck, appelé en France John Flairsou.

Scarpa s'inspire de Barks qui à la fin de certaines de ses histoires montre un Picsou humain et généreux. Un autre clin d'œil à Barks peut se voir à la planche 8, où Donald et ses neveux observent les pelleteuses mécaniques sur un chantier de construction, quasiment de la même façon que dans La lettre au Père Noël.

La fondation Picsou a le rythme des histoires publiées aux États-Unis. Elle y est d'ailleurs parue, dans Uncle Scrooge n°241 (02/1990, traduction d'Alberto Becattini et Geoffrey Blum) sous le titre Uncle Scrooge in the McDuck Foundation. Pour cette publication américaine, Scarpa a réalisé spécialement une couverture.

Publications françaises Modifier

Cette histoire fut publiée quatre fois en France, dans :

Précédée par La fondation Picsou Suivie par
Mickey et le mystère de Kali

Mickey et le mystère de Kali
Histoire de Romano Scarpa

1re parution : 1er septembre 1958
Donald à l'école des ennuis

Donald à l'école des ennuis
Sauf mention contraire, le contenu de la communauté est disponible sous licence CC-BY-SA .