FANDOM


La tribu des papillons est une histoire en bande dessinée de trente-huit planches scénarisée par Peter Härdfeld, Maya Åstrup et Saskia Hauff et dessinée par Flemming Andersen. Elle fut publiée pour la première fois le 9 octobre 2017 au Danemark. Elle met en scène Balthazar Picsou, Donald Duck, Riri, Fifi et Loulou Duck, les Rapetou, Émilie Frappe et Brigitte McBridge. L'action se déroule à Donaldville et au Costa Rica.

SynopsisModifier

Extrait de Mickey Parade Géant no365

Donald et les neveux sont envoyés par Brigitte au Costa Rica, en Amérique Centrale, afin de photographier des papillons. Ils vont découvrir des spécimens aux propriétés étonnantes et une tribu d'Indiens qui les protège.

Résumé completModifier

Picsou reçoit l'appel à l'aide de Donald

Balthazar Picsou reçoit l'appel à l'aide de Donald Duck.

De retour chez lui à son dépôt, Picsou reprend ses activités avec le taureau Ferdinand, heureux d'avoir trouvé le trésor de Christophe Colomb. Mais son enthousiasme sera vite terni quand le responsable du centre entomologique municipal lui informe que les tests ADN faits sur le papillon montrent qu'il est âgé de plus de 500 ans et que le milliardaire aurait pu localiser la fontaine de jouvence s'il ne l'avait pas relâché. Soudain, il reçoit un appel à l'aide de Donald lui annonçant que les Rapetou leur ont volé l'or qu'il leur a donné avant d'être attaqué par des indigènes en colère entourés de papillons.

Donald et les enfants face au bloc d'or largué par Picsou

Donald Duck et Riri, Fifi et Loulou Duck voient le bloc d'or largué par Balthazar Picsou.

Quelques temps plus tôt, Donald est ravi de ce moment de générosité de Picsou de leur donner un bloc d'or même si Loulou déplore le largage sur l'appareil photo. Les Rapetou, qui ont tout vu, veulent voler l'or. Étant donné qu'ils n'ont plus d'appareil photo et que Brigitte a assez de photos pour faire des motifs de textile, les canards planifient de rentrer le lendemain. Seulement, durant la nuit, les Rapetou réussissent leur larcin et volent l'or de Donald. Mais un des neveux a pu voir les bandits avant qu'ils ne prennent la fuite.

Rapetou et canards face aux indigènes à papillons

Les Rapetou, Donald Duck et Riri, Fifi et Loulou Duck font face aux indigènes entourés de papillons.

Les bandits s'enfuient loin dans la jungle mais, s'ils ont semé les canards, ils finissent par se perdre alors que les canards les suivent grâce à leur savoir-faire de Castors Juniors. Au bout d'une demi-heure, les Rapetou finissent par rencontrer des indigènes, furieux contre eux au point d'essayer de leur prendre le bloc d'or. Les canards arrivent à leur tour à ce moment et les indigènes ne sont pas plus amicaux avec eux. Ainsi, canards et voleurs s'enfuient chacun de leur côté avant de se croiser à de multiples reprises jusqu'à leur capture au moment où Donald lance son appel à son oncle Picsou.

Indigène raconte histoire de la tribu des papillons

L'indigène qui parle leur langue se présente avec le papillon de Christophe Colomb.

Les indigènes conduisent alors leur captifs vers leur cité aux papillons, Loulou en profitera pour créer des repères leur permettant de trouver le chemin du retour. L'un des indigènes s'adresse à eux, en l'occurrence celui qui connaît les langue des habitants des villes. Il raconte alors le fait qu'ils sont la tribu des papillons et qu'ils sont chargés de veiller sur la jungle et son âme, les papillons à la vie éternelle et notamment leur chef, le papillon de Christophe Colomb. Canards et bandits sont alors guidé par l'indigène vers le temple de vie où trône un arbre brillant.

Canards et Rapetou voient l'arbre aux cristaux arc-en-ciel

Donald Duck, Riri, Fifi et Loulou Duck et les Rapetou constatent que l'arbre a des cristaux arc-en-ciel.

Dans ce temple il y a également une fresque murale racontant l'arrivée de Christophe Colomb et le fait que son équipage ait perverti les indigènes en disant que l'or était le vrai trésor de la terre et non la nature. Les canards constatent ensuite que l'arbre du temple a en guise de fruits des cristaux arc-en-ciel et l'indigène leur explique que la lumière des cristaux donne la vie éternelle, le passage d'un papillon à ce moment là en est la preuve. Les Rapetou veulent se saisir des cristaux mais ils passent sous la lumière et craignent alors de redevenir des bébés avant que l'indigène ne leur explique que l'effet rajeunissant ne fonctionne que sur les papillons. Ils tentent alors de se servir en cristaux avant que les indigènes ne les en empêchent.

Fresque présente canards comme étant ennemis des papillons

La fresque murale présente Riri, Fifi et Loulou Duck comme étant des ennemis des papillons.

La fresque murale se poursuit et l'indigène leur explique que les ennemis des papillons, sacrés pour eux, sont également leurs ennemis, et les canards sont en chef de file avec une fresque montrant Riri, Fifi et Loulou capturant le papillon de Christophe Colomb. Si les canards tentent de plaider leur cause, les Rapetou pensent s'en sortir en expliquant qu'ils n'auraient jamais capturé les papillons mais leur avidité pour l'or et les cristaux les rend tout aussi coupables. Tous sont donc condamnés à rester avec eux pour toujours afin de vivre en harmonie avec la nature, les anciens n'ayant même pas confiance aux canards. Soudain, Picsou appelle Donald car le milliardaire vient d'arriver et il recherche ses neveux.

Donald détruit son poste de radio pour empêcher Picsou de les rejoindre

Donald Duck détruit son poste de radio pour empêcher Balthazar Picsou de les rejoindre.

Riri, Fifi et Loulou veulent dissuader leur oncle Donald de donner sa position au richissime canard qui voudrait alors exploiter les indigènes pour les cristaux là où les Rapetou veulent la radio afin de ne pas rester prisonniers de cette cité. Pendant que jeunes canards et bandits se battent, Donald voit voler le papillon de Christophe Colomb autour de ses semblables et prend alors la décision de détruire son émission afin de ne pas laisser son oncle Picsou détruire une jungle par appât du gain, déclenchant colère et pleurs des Rapetou.

Rapetou doivent boire la boisson interdite

Les Rapetou doivent boire la boisson interdite pour quitter la cité.

Face à ce sacrifice, les indigènes décident finalement de relâcher Donald et ses neveux, pensant que leurs cœurs sont purs et après qu'ils aient juré de ne parler de la vallée à personne. Quant aux Rapetou, toujours condamnés, l'indigène prend conscience de la difficulté de les supporter. Il utilise alors une ancienne boisson interdite qu'il fait boire aux Rapetou qui les endort et efface leurs souvenirs des deux derniers jours. Cette boisson est interdite en raison d'un effet secondaire ne durant qu'une ou deux semaines.

Les Rapetou se transforment en papillons

Les Rapetou se transforment en papillons.

Les indigènes déposent les Rapetou et Donald et les enfants, après avoir récupéré l'or et des cristaux reçus en cadeau, rejoignent leur oncle et leur invente une histoire abracadabrantesque à Picsou, évoquant le départ du papillon de Christophe Colomb dans un hélicoptère d'écotouristes habillés en indigènes en route pour la Nouvelle-Zélande. En dédommagement, les enfants décident de rendre à Picsou leur part d'or, partant du principe que les cristaux ont bien plus de valeur. De leur côté, les Rapetou amnésiques ressent l'effet secondaire de la boisson : une transformation en papillons, faisant céder les bandits à la panique.

Brigitte découvre les motifs des cristaux arc-en-ciel

Brigitte McBridge découvre la lumière générée par les cristaux arc-en-ciel.

À Donaldville, une fois rentrés, Donald et les enfants se rendent au magasin de Brigitte pour leur présenter leur démission mais également pour lui donner un des cristaux : en effet, devant une lumière le cristal reflète des dessins différents, offrant ainsi à la cane blonde une multitude de motifs possibles pour les textiles en échange de son silence sur le cristal d'autant que, selon lui, Picsou a suivi ses neveux, ce qui inspire une idée à Brigitte.

Brigitte refait à Picsou la blague de l'araignée en plastique

Brigitte McBridge refait à Balthazar Picsou la blague de l'araignée en plastique.

Donald avait effectivement vu juste : le milliardaire a bien suivi ses neveux rentre illicitement dans la boutique de Brigitte et pense trouver le cadeau fait par Donald dans une boîte mais il tombe à nouveau dans le piège de la boîte contenant une araignée en plastique avec un ressort. La cane blonde, hilare de la nouvelle réussite de sa farce, ne parlera alors au milliardaire que de la démission des canards, cachant ainsi l'existence du cristal arc-en-ciel en accord la demande de Donald, et le richissime canard s'en va, déprimé et estimant avoir eu sa dose de papillons et d'araignées pour un bon moment. Donald et les enfants, cachés derrière des rideaux, sont amusés de la blague et sont soulagés de voir qu'il ne retournera pas dans la jungle costaricaine de sitôt, pensant notamment à la joie des indigènes au Costa Rica.

La tribu des papillons - Fin

En coulissesModifier

PrécédemmentModifier

Ce récit est la suite de l'histoire de Romano Scarpa Oncle Picsou et le papillon de Christophe Colomb. Flemming Andersen poursuit le clin d’œil en reproduisant les trois premières pages de cette première partie de la même manière que le maître vénitien pour débuter cette suite. Egmont a choisi cette histoire pour célébrer les 70 ans de la création de Picsou.

Il s'agit en réalité de la deuxième suite à l'histoire de Scarpa: Prologue à Donald-Parade (l'histoire-prologue qui lie les différentes histoires du Mickey Parade n°735-bis) contenait une séquence durant laquelle Donald relatait à Daisy les évènements qui suivirent la fin de l'aventure de papillon, lui décrivant les difficultés finalement insurmontables qu'il rencontra en essayant de ramener la pépite géante à Donaldville. La version des évènements dans cette histoire rentre donc plus ou moins en conflit avec celle de La tribu des papillons, puisque l'histoire de Flemming Andersen laisse entendre que Donald, ayant cédé la pépite à Picsou, n'eut pas à la ramener à Donaldville du tout. 

Publication françaiseModifier

Le récit a été publié dans Mickey Parade Géant no365 du 27 juin 2018.

Sauf mention contraire, le contenu de la communauté est disponible sous licence CC-BY-SA .