FANDOM


Le Rêve de toute une vie ! bandeau

Le Rêve de toute une vie ! est une histoire en bande dessinée de vingt-cinq planches scénarisée et dessinée par Don Rosa. Elle fut publiée pour la première fois le 2 décembre 2002 dans Donald Duck & Co n°2002-49, en Norvège. Elle met en scène Balthazar Picsou, Donald Duck, Riri, Fifi et Loulou Duck, Géo Trouvetou, les Rapetou et Jenkins et se déroule dans la chambre du milliardaire dans le dépôt de Balthazar Picsou.

SynopsisModifier

Les Rapetou ont volé une invention à Géo Trouvetou, qui leur permet de pénétrer dans les rêves de Picsou. Ainsi, persuadés qu'il rêverait d'argent, ils pourraient savoir aisément la combinaison de son coffre. Mais contre toutes leurs attentes, Picsou rêve en réalité de ses aventures de jeunesse : cependant, cela ne leur empêche pas de lui demander la combinaison du coffre car, étant dans ses pensées, il ne pourra pas s'empêcher de la leur dire. Pendant ce temps, Filament a réussi à libérer Géo, qui prévient immédiatement Donald et ses neveux. Ils se précipitent ainsi prévenir Jenkins, le garde du corps de Picsou, de ce qu'il se passe dans la chambre du milliardaire. Effectivement, les Rapetou sont déjà dans les rêves de Picsou, et Donald doit aller les chercher avant que son oncle ne se réveille. En effet, les bandits seraient bloqués dans son esprit, ce qui risquerait de rendre le milliardaire totalement fou, voire pire...

Résumé complet Modifier

Fantomiald 2
Attention. Le texte qui suit dévoile certains moments-clés de l’intrigue du récit.
Le Rêve de toute une vie ! 1

Les Rapetou installant l'appareil qui va leur permettre d'entrer dans les rêves de Picsou.

Au beau milieu de la nuit, Balthazar Picsou dormait tranquillement dans son lit. Il rêvait d'un épisode marquant de sa vie : il entrait dans le café enflammé où se tenait Goldie O'Gilt, au milieu des flammes, attendant d'être sauvée par le prospecteur. Les pompiers de Dawson ouvrirent la lance à eau qui devait éteindre les flammes mais celle-ci était gelée. Picsou, qui allait rejoindre Goldie, fut assommé par les blocs de glace éjectés de la lance par la pression. Pendant ce temps, dans le monde réel, les Rapetou étaient présents dans la chambre de Picsou. Ils venaient de lui placer un étrange casque sur la tête, puis approchèrent un appareil. Les bandits étaient rentrés dans le bâtiment par le vieux puits du sous-sol, qu'ils avaient découvert lors d'une précédente visite. Ils ne pouvaient toujours pas aller dans le coffre-fort lui-même, mais la machine, qu'ils avaient volé à Géo Trouvetou, allait régler le problème. Elle devait aider les psychiatres à observer les rêves de leurs patients : en effet, celui qui portait un des scanners qu'un Rapetou tenait pouvait entrer dans les rêves du patient. Ainsi, les bandits comptaient pénétrer dans les rêves de Picsou : le milliardaire rêvait toujours d'argent, il serait donc facile de lui demander la combinaison de son coffre, de plus, étant dans ses pensées, il serait obligé de la leur donner. En effet, le simple fait de lui poser la question lui fera penser à la réponse...

Le Rêve de toute une vie ! 2

Donald, ses neveux, Géo et Jenkins prenant les Rapetou sur le fait.

De leur côté, Géo Trouvetou, Donald Duck et ses neveux se précipitaient vers le coffre. Filament avait réussi à libérer Géo des cordes avec lesquelles les Rapetou l'avaient ligoté. Donald voulait les prendre sur le fait et les arrêter, mais Géo lui expliqua qu'ils ne pouvaient pas faire ça : en effet, les Rapetou ne se rendaient pas compte du danger. Si Picsou se réveillait pendant qu'ils étaient en train d'explorer mentalement son cerveau, ils y resteraient bloqués pour toujours ! Cette confusion rendrait le canard fou, voire pire... Donald frappa à la porte du dépôt, et demanda à Jenkins, le garde du corps de Picsou, de leur ouvrir. Ce dernier ne pensait pas qu'il se passait quelque chose, mais il changea d'avis en voyant les Rapetou dans la chambre de Picsou. Riri, Fifi et Loulou tentèrent de réveiller les Rapetou, mais Géo leur apprit que c'était impossible si leurs cerveaux étaient ailleurs. La seule solution était que Donald entre lui aussi dans les rêves de son oncle, et les ramène à la réalité...

Le Rêve de toute une vie ! 3

Géo retirant tout l'attirail militaire que Donald avait pris par sécurité.

Pendant ce temps, les bandits à l'intérieur des pensées de Picsou étaient étonnés de voir qu'il ne rêvait pas d'argent, mais de ses aventures de jeunesse... Ils pensèrent qu'il faisait un cauchemar. Ils étaient dans la ville de Pizen Bluff, et virent Picsou arriver avec Géronimo. Le canard vit les bandits, mais leur dit simplement qu'ils s'étaient trompés de rêve, avant de repartir. 176-716 se dit qu'ils étaient dans un rêve sur sa jeunesse au Far West, avant qu'il soit devenu riche, et donc que tout cela ne servait à rien. Mais 176-176 lui répondit qu'il savait qu'il rêvait, mais qu'il pensait qu'ils en faisaient partie. Et que ce Picsou connaissait tout ce que connaissait le Picsou actuel, y compris la combinaison du coffre. Pendant ce temps, Jenkins avait arrêté les Rapetou, et un des enfants les ligotait tandis que le garde les surveillait, arme à la main. Donald arriva, prêt à partir dans les rêves de son oncle, armé d'un casque, d'un fusil, d'une épée, d'une ceinture de munitions et d'un canon. Géo demanda à Donald d'enlever tout cet attirail, car il ne pouvait amener tout cela dans l'esprit de Picsou. Jenkins lui dit qu'il ne pouvait emmener un homme désarmé face aux Rapetou. Géo lui rétorqua que Donald devait se servir de son cerveau, et Jenkins confirma qu'il envoyait un homme désarmé. Le canard voulut le frapper, mais se retrouva soudain emporté dans les rêves de Picsou.

Le Rêve de toute une vie ! 4

Les Rapetou demandant la combinaison à Picsou, qui rêve de Pizen Bluff.

Il était lui aussi à Pizen Bluff, et son oncle le heurta. Il fut étonné de voir Donald, le canard lui expliqua alors ce qu'il se passait. Les Dalton allaient tirer sur Picsou, quand Géromino leur sauta dessus. Le milliardaire se plaignit que son neveu perturbait son rêve, quand les Rapetou revinrent. Ils demandèrent la combinaison du coffre à Picsou, qui ne put s'empêcher de la donner. Donald lui expliqua que lorsqu'ils lui posaient la question, il ne pouvait s'empêcher d'y répondre à voix haute, car il pensait à la réponse, et qu'ils étaient dans ses pensées. Les Rapetou, comprenant qu'il s'agissait du vrai Donald, l'attrapèrent. Le canard conseilla à son oncle de fuir les bandits tant qu'ils seraient dans son esprit, et Picsou partit donc au galop sur sa jument Hortense. Trois Rapetou prirent des chevaux que les Dalton avaient volé la veille, et partirent rattraper Picsou, tandis qu'un bandit restait pour tenir Donald. Mais ce dernier prévint son adversaire que l'univers s'effaçait derrière eux. Le Rapetou crut à un traquenard, mais vit qu'il avait en réalité raison. En effet, la seule partie du rêve qui existait était celle qui était autour de Picsou, et il était parti dans l'autre direction. Donald et le Rapetou tombèrent donc du rêve.

Le Rêve de toute une vie ! 5

Donald venant d'arriver dans le rêve australien, et prévenant Picsou de la supercherie des Rapetou.

Dans le monde réel, Riri, Fifi et Loulou et Géo virent leur oncle se réveiller, ainsi qu'un Rapetou. Donald leur apprit qu'ils étaient tombés du rêve, et l'inventeur lui confirma que lorsque cela arrivait, on se réveillait toujours. Géo renvoya donc Donald dans l'esprit de son oncle. Les Rapetou montaient leurs chevaux, quand ils se rendirent compte qu'ils chevauchaient en fait des kangourous. Ils étaient désormais en Australie. Ils virent Picsou arriver en dromadaire, avec un bandit ligoté sur l'animal. Le canard demanda ce qu'ils faisaient là, et les bandits se rendirent compte qu'il ne se rappelait plus de ce qu'il s'était passé car ils avaient changé de rêve. Ils lui répondirent qu'ils venaient du rêve de mardi, et qu'ils avaient besoin d'un renseignement. Soudain, Donald arriva directement sur la tête d'un Rapetou, et hurla à son oncle de ne rien répondre. Ce dernier était étonné de voir son neveu, quand le dromadaire se précipita à toutes jambes, avec le bandit effrayé sur son dos. Picsou leur expliqua que c'était parce qu'il y avait un raz-de-marée qui arrivait. Il commença à fuir, et Donald suggéra aux Rapetou de courir aussi. Mais ils n'allaient pas assez vite, les vagues les rattrapaient. Donald tenta alors d'envoyer un message au monde réel. Il demanda des chevaux. Riri, Fifi et Loulou tentèrent donc d'imiter le bruit des sabots en entrechoquant des tasses près de l'oreille de Picsou, mais dans le rêve, ils eurent une pluie de tasses ! Cela n'avait pas marché, Donald demanda plutôt une voiture. Un des neveux se risqua à murmurer à l'oreille du milliardaire « vroum ! vroum ! » mais dans le rêve, ils virent une autoroute encombrée en plein bush australien, quand la voiture n'avait même pas encore été inventée. Donald demanda un bateau, et un neveu siffla doucement avec son sifflet des Castors Juniors à l'oreille de Picsou. Dans le rêve, ils furent submergés par les vagues quand le rêve changea...

Le Rêve de toute une vie ! 6

Le bateau à roues à aube de Picsou, armé d'un immense canon à la suite de la demande de Donald.

Ils étaient sur un bateau à roues à aube sur le Fleuve Mississippi. Les Rapetou se retrouvèrent pris dans la roue, puis s'écrasèrent sur le pont du bateau. Grégoire Trouvetou prévint Picsou que des pirates les avaient abordé d'une étrange façon. De son côté, Donald était arrivé juste devant Picsou, et lui réexpliqua ce qu'il se passait. Les Rapetou voulaient attraper Picsou, et Donald pensa à les effrayer. Il demanda donc une arme au monde réel. Un neveu fit « pan ! pan ! pan ! » à l'oreille de Picsou, et dans le rêve, Donald découvrit qu'il tenait une poêle remplie de pop-corn ! Ayant échoué, les enfants voulurent imiter une mitraillette. « Ra-ra-tata-tata-tata-tata-tata ! » Mais Donald se mit à jouer de la batterie, devant un Picsou blasé et des Rapetou étonnés. Donald demanda expressément une arme, et les neveux prirent le risque d'aller fort. « Bouuum ! Bouuum ! » Mais le bateau se retrouva avec un immense canon, qui fit couler le vapeur tellement il était lourd. Picsou et Donald tombèrent à l'eau, et le milliardaire fit remarquer que ce rêve ne se terminait jamais par un naufrage, contrairement à un autre...

Le Rêve de toute une vie ! 7

Donald et Picsou se réfugiant sur l'iceberg que le Titanic venait d'heurtait.

Donald se retrouva dans la mer, à côté d'un immense paquebot. « Homme à la mer ! Attrape, matelot ! » Donald reçut une bouée, et put monter à bord du bateau. Les Rapetou, eux, étaient en train de se prélasser sur des transats, pensant enfin que Picsou avait arrêté de faire des cauchemar. Picsou était avec Astor, lorsqu'il vit les Rapetou. Ces derniers lui dirent vouloir simplement lui poser quelques questions... Donald voulut se précipiter pour rejoindre son oncle, quand il réalisa, en regardant la bouée qui l'avait remonté, qu'il était sur le Titanic... Il vit que les Rapetou avaient déjà retrouvé Picsou, et ce dernier leur disait avec un étonnant calme la combinaison de son coffre. Donald le prévint qu'il s'agissait des vrais Rapetou, et qu'il ne devait pas répondre. Donald prévint son oncle et les bandits qu'ils étaient sur le Titanic, les Rapetou prirent peur en pensant que Picsou faisait encore un cauchemar, remarque qui étonna le canard qui ne pensait pas que ce rêve était un cauchemar. Le navire heurta alors l'iceberg, Donald voulut éloigner son oncle des bandits, et ils sautèrent sur l'iceberg. Les Rapetou étaient restés sur le bateau. Picsou fit remarquer que ce rêve s'emmêlait totalement, quand Donald vit une immense silhouette sur l'iceberg. Il s'agissait de Bombie le zombie, et Donald le pointa du doigt, très inquiet, en pensant qu'il allait encore l'attraper.

Le Rêve de toute une vie ! 8

Donald mettant son doigt dans le colt de Jesse James, étonné.

Le canard vit alors que son doigt était dans le colt de Jesse James, dans un train traversant les étendues désertiques du Far-West... Picsou vit son neveu, et se demanda à nouveau ce qu'il faisait là. Donald lui expliqua qu'il fallait échapper aux Rapetou, qui étaient non loin dans le train, assis sur les gens... Donald fit monter son oncle sur le toit du train, et les Rapetou brisèrent une vitre pour les rejoindre, pendant que Jesse James était effondré sur un siège. Personne n'avait osé mettre son doigt dans son colt auparavant ! Les canards courraient, et sautèrent du train. Les Rapetou hésitaient à sauter du train en marche, mais deux prirent la décision de sauter. Cependant, 176-176 hésitait encore et se retrouva propulsé à l'extérieur du rêve. Jenkins vit qu'un autre Rapetou se réveillait, et Riri, Fifi et Loulou félicitèrent leur oncle. Les deux Rapetou restant virent qu'ils avaient perdu 176-176, mais se rassurèrent en voyant Picsou tout près d'eux. Donald se lamentait en disant que son oncle et lui étaient perdus au beau milieu du désert, et souhaita rentrer chez lui. Cette phrase sembla raisonner dans l'esprit de Picsou, et Donald se retrouva alors dans un tout nouvel environnement...

Le Rêve de toute une vie ! 9

Donald embrassant sa mère Hortense, alors enfant, avant de se faire éjecter par la fenêtre par Fergus McPicsou.

Donald se retrouva au cœur d'une grande ville, Glasgow, en Écosse. Le canard se précipita pour retrouver son oncle avant que les Rapetou ne le trouve. Un petit caneton lui proposa de lui cirer ses chaussures, mais Donald refusa, n'ayant pas le temps. Burt le Cantonnier arriva près du petit caneton pour se faire cirer les chaussures : c'était la première fois qu'il utilisait la boîte à cirage que son père lui avait payée. Donald aperçut la maison des McPicsou, et poussa une petit fille qui se tenait devant la porte pour entrer. Il demanda à Edith O'Drake où était Balthazar, et elle lui répondit qu'il vivait ici mais qu'il était en train de cirer des chaussures. Donald réalisa que le petit cireur était Picsou, quand Edith dit à sa petite fille « On ne bave pas sur le monsieur, Hortense ! » Donald confirma ce que disait la mère, quand il se rendit compte qu'Hortense était sa propre mère. Il embrassa la petite fille, en réalisant qu'il voyait sa mère enfant. Edith prit peur et prévint son mari Fergus, qui prit Donald par le cou et le jeta par la fenêtre.

Le Rêve de toute une vie ! 10

Donald faisant un croche-pied à un Rapetou naïf, pour le faire tomber du rêve.

Le canard vit alors son oncle juste à côté, en train de cirer une chaussure. Il tâtonna les joues de son oncle, trouvant qu'il ressemblait à un « adorable petit nounours », Picsou était désespéré. Donald le prévint alors de la présence des Rapetou, mais son oncle ne le crut d'abord pas. Mais il se rendit compte que les chaussures de Burt qu'il cirait étaient plus grandes que d'habitude, quand il vit que les Rapetou avaient remplacé Burt. Donald demanda à son oncle de placer des chiffons dans son bec, ce qu'il fit, quand il eut une idée. Il alla derrière le mur d'une maison en disant qu'il allait au commissariat : un Rapetou le poursuivit. Mais le rêve s'effaçait derrière le mur, Donald fit un croche-pied au Rapetou qui tomba du rêve et se réveilla. Le dernier Rapetou martyrisait le pauvre petit Picsou, et allait lui retirer les chiffons du bec. Donald vit qu'il était trop grand par rapport au petit caneton et dit à ses neveux que Picsou devait rêver du Klondike, où il y avait le plus fort de tous les Picsou. Les neveux apportèrent des aiguilles de pin et des glaçons près de Picsou, mais dans le rêve, les chiffons dans le bec de Picsou étaient devenus une pomme de pin, et ses pieds étaient recouverts d'un bloc de glace. Le Rapetou ne comprenait pas ce qui se passait, et Donald demanda autre chose pour lui rappeler le Klondike. Les enfants apportèrent alors la Pépite Œuf d'Oie, Picsou la sentit et se vit transporté dans un nouveau rêve.

Le Rêve de toute une vie ! 11

Donald et 176-671 se retrouvant au milieu du Blackjack Saloon en proie aux flammes.

Le dernier Rapetou, 176-671, qui tenait Picsou contre le mur, vit le petit canard disparaître. Donald et le Rapetou se retrouvèrent dans le Blackjack Saloon en proie aux flammes, à Dawson, dans le Yukon. 176-671 voulut sortir du bâtiment pour attraper Picsou en toute sécurité, quand il heurta le canard qui se précipitait à l'intérieur du bâtiment. Picsou ne comprenait pas ce que faisait un Rapetou au Blackjack. Pendant ce temps, Donald vit que Goldie était juste derrière lui, lui demandant de se pousser pour laisser passer son « sauveur ». Le canard reconnut Goldie l'étincelante, pendant que Picsou ordonnait à 176-671 de partir. Mais le Rapetou l'attrapa pour lui demander la combinaison du coffre. Soudain, la lance à incendie des pompiers projeta des blocs de glace, qui avaient assommé, dans la réalité, Picsou. Mais ils heurtèrent ici la tête de 176-671, qui eut à peine mal. Picsou remarqua que le rêve continuait, alors qu'il se terminait d'habitude lorsqu'il était K.O. 176-671 prit le canard par le cou et lui ordonna de répondre à ses questions. Donald lui prévint que le Picsou qu'il tenait avait cinquante ans de moins que ceux qu'il avait brutalisé jusqu'ici : c'était le roi du Klondike. Le Rapetou se demanda ce qu'il racontait, quand il vit les yeux enragés de Picsou.

Le Rêve de toute une vie ! 12

Donald expliquant à Picsou et Goldie, gênés, qu'il voudrait voir comment ce rêve se terminerait.

S'ensuivit un brutal combat entre Picsou et le Rapetou. Donald vit que son oncle était « un vrai lion quand il était jeune ». Goldie lui répondit qu'encore il ne savait pas tout... Picsou traîna le pauvre Rapetou par terre, qui pleurnichait en disant qu'il ne pouvait pas brutaliser quelqu'un de plus fort que lui ! Le canard lui ordonna de sortir de son rêve, et le jeta par la fenêtre. Le dernier Rapetou se réveilla, mais Géo dit qu'il fallait que Donald sorte encore, avant que Picsou ne se réveille. Sinon, ils seraient perdus pour toujours. Goldie félicita Picsou, qui lui dit qu'il n'avait jamais atteint ce stade dans la réalité. Les deux amoureux allaient s'embrasser, quand ils virent Donald qui ricanait, derrière eux, très intéressé par la situation. Il leur dit qu'il voulait juste voir comment ce rêve finissait, avant qu'il ne se réveille. Goldie montra un levier à Picsou, et ce dernier sembla comprendre. Il actionna le levier, et Donald tomba du rêve pour se réveiller.

Riri, Fifi et Loulou dansèrent de joie en voyant Donald qui venait de se réveiller. Géo lui apprit que Jenkins avait amené les quatre Rapetou en prison, et que Picsou ne risquait plus rien à présent. Un des neveux enleva le casque de la tête de Picsou, et voulut réveiller le milliardaire. Mais Donald l'arrêta. Il leur apprit que cette invasion cérébrale avait totalement bouleversé le rêve que Picsou était en train de faire. Géo vit Picsou sourire, et se demanda s'il avait trouvé un fabuleux trésor. Donald poussa Géo et ses neveux vers la sortie. Il déclara, en voyant son oncle heureux, les larmes aux yeux : « Un trésor ? Oui, un trésor qu'il cherchait depuis plus de cinquante ans, et il l'a enfin trouvé... Même si ce n'est que dans ses rêves. Qu'il dorme ! Quoi que l'on ait à lui dire, ça peut attendre demain ! »

Le Rêve de toute une vie ! 13

Donald poussant Géo et les enfants en dehors de la chambre, pour laisser Picsou finir son rêve.

En coulissesModifier

Zio Paperone n°172

Couverture du Zio Paperone n°172 par Marco Rota.

L'intrigue de l'histoire a été suggérée à Don Rosa dans une lettre envoyée par un fan parisien, lecteur de ses histoires dans Picsou Magazine. Le fan lui envoya un synopsis en seulement quelques lignes, et Rosa vit immédiatement tout le potentiel que pouvait avoir cette idée. Le synopsis se résumait à cela : les Rapetou se servent d'une invention de Géo Trouvetou pour pénétrer dans les rêves de Picsou, espérant y découvrir quelque chose comme la combinaison du coffre-fort. Mais ils s'aperçoivent que Picsou ne rêve pas de son argent tout le temps (malgré ce que tout le monde suppose) mais plutôt de ses aventures de jeunesse, quand il gagnait sa fortune. Et voilà que Donald (et/ou ses neveux) entre(nt) aussi dans le monde du rêve afin d'en faire sortir les Rapetou avant qu'il ne se passe une catastrophe.

Don Rosa trouvait cette idée d'histoire formidable pour plusieurs raisons. Tout d'abord, elle permettait de faire revivre les meilleurs moments de La Jeunesse de Picsou. Mais également, elle pourrait donner un excellent rythme à l'histoire. En effet, normalement, dans les histoires de voyage dans le temps, pour changer de lieu et d'époque, les personnages doivent d'abord se concerter pour savoir où aller, puis entrer dans la machine, la régler, voyager, sortir de la machine et s'imprégner de cette nouvelle époque.
Donald Duck & Co n°2002B49

Couverture de la publication originale de l'histoire

Chaque changement de lieu et d'époque prendrait donc trois ou quatre planches, alors que dans cette intrigue, le changement pourrait avoir lieu d'une case à l'autre, puisqu'on était dans un rêve. De plus, Don Rosa pouvait faire Donald Duck aux aventures de la jeunesse de Picsou : il pouvait interagir et changer les événements historiques, pour pour autant modifier réellement le passé. L'intervention de Donald pourrait ainsi faire rêver à Picsou ce qui aurait pu se passer si les événements avaient pris un autre cours dans le passé. Aussi, le Picsou des rêves n'est pas réellement le Picsou de l'époque, mais le Picsou actuel qui repense à ses aventures passées. Ainsi, il sait parfaitement qui est Donald, et est agacé à chaque fois qu'il le voit interagir dans ses rêves.

Un autre idée vint à Don Rosa pour bien faire démarrer l'histoire. En effet, dans Rapetou contre coffre-fort !, publiée pour la première fois le 21 mai 2001 dans Kalle Anka & C:o n°2001-21, en Suède, les Rapetou découvraient une entrée secrète dans le coffre en passant par un vieux puits, dans la vieille ville de Donaldville, qui aboutissait dans un autre puits, dans le sous-sol du coffre. Picsou n'avait jamais découvert comment les Rapetou étaient rentrés dans son coffre, ils pouvaient donc aisément repasser par là pour accéder à la partie où se trouvent les bureaux et les habitations, mais pas pour accéder au coffre-fort lui-même. Ainsi, ils pouvaient aller directement dans la chambre de Picsou sans pour autant détailler sur plusieurs planches comment ils y étaient arrivés.

Le Rêve de toute une vie !

Première planche de l'histoire.

Don Rosa voulait absolument remercier le fan français qui lui a fourni cette idée géniale, selon lui, et voulait le créditer dans des textes adjoints aux histoires dans les différents intégrales publiées à travers le monde. Cependant, pour des raisons inconnues, le fan ne souhaitait pas que son nom soit cité, et voulait simplement que ses initiales soient citées dans la première case de l'histoire. Ainsi, en plus des initiales habituelles D.U.C.K. (qui se trouvent à l'envers, dans les flammes au-dessus de Goldie), on peut relever les initiales du fan sur le chandelier. L'intrigue fournie par le fan était très proche de celle du film The Cell, de Tarsem Singh, sorti en 2000. En se servant d'une machine expérimentale, quelqu'un entre dans l'esprit d'une personne dans le coma et interagit avec ses rêves pour combattre des forces maléfiques qui pourraient faire du mal au patient. Ce film est sorti deux semaines avant que le fan ne lui envoie le scénario, celui-ci s'est donc certainement inspiré du film.

Bar Le Rêve de toute une vie !

Picsou voyant le bar où il se rendait régulièrement dans sa jeunesse en flammes, et où Goldie l'attend.

Enfin, Don Rosa a réutilisé (dans l'ordre qui suit) les épisodes suivants de La Jeunesse de Picsou dans Le Rêve de toute une vie ! :

Publications françaisesModifier

Cette histoire a été publiée quatre fois en France, dans:

Précédée par Le Rêve de toute une vie ! Suivie par
La Première Invention de Géo Trouvetou

Uncle $crooge n°324
Histoire longue de Don Rosa

1re parution : décembre 2002
Poubelle et Trésor

Aku Ankka n°2003-43
Sauf mention contraire, le contenu de la communauté est disponible sous licence CC-BY-SA  .