FANDOM


Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Trois Caballeros (homonymie).

Le Retour des Trois Caballeros est une histoire en bande dessinée de vingt-huit planches scénarisée et dessinée par Don Rosa. Elle fut publiée pour la première fois le 6 septembre 2000 dans Aku Ankka n°2000-36, en Finlande. Elle met en scène Donald Duck avec ses neveux, Riri, Fifi et Loulou Duck, ainsi que José Carioca, Panchito Pistoles et Alfonso Bedoya. Elle se déroule au Mexique (dans les villes de El Divisadero et Cuiteco entre autres).

Synopsis

Donald a accompagné ses neveux au Jamboree des Castors Juniors au Mexique mais il se retrouve tout seul, jusqu'à ce qu'il retrouve par hasard ses deux vieux amis José et Panchito. Seuls vrais amis de Donald, ils lui permettent de retrouver une estime pour lui-même, et forment à eux trois les Trois Caballeros. Ensemble, ils se mettent à la recherche de la cité perdue de Tayopa...

En coulisses

Don Rosa avait prévu de réaliser cette aventure de Donald Duck depuis qu'il avait commencé à réaliser des bandes dessinées autour de l'univers de Donald Duck. En effet, même si Rosa n'apprécie pas les dessins animés de la série Donald Duck, qu'il trouve basé sur un humour "tarte à la crème", il trouve néanmoins que la seule bonne utilisation qu'aie fait Disney du personnage de Donald était dans le long-métrage de 1944, Les Trois Caballeros, qui mêlait prises de vue réelles et animation. Il voulait réintroduire les Trois Caballeros, soit le groupe d'amis formé par Donald Duck, Panchito Pistoles et José Carioca, en bande dessinée, où ils n'étaient plus apparus ensemble depuis 1945 ! Il s'agit de la seule histoire de Don Rosa qui ne soit pas basée sur une production de Carl Barks, mais plutôt du studio Disney lui-même. Il a néanmoins donné un petit rôle aux Castors Juniors, une création de Barks.

Les Trois Caballeros est le seul exemple d'histoire où Donald fait équipe avec deux partenaires qui lui sont égaux, et qui le respectent. Dans les bandes dessinées, Balthazar Picsou l'exploite, Gontran Bonheur l'humilie, Daisy Duck le fait tourner en bourrique. Cependant, il était difficile de réintroduire le groupe, car Les Trois Caballeros était en réalité une sorte de carnet de voyage, où se succèdent différentes saynètes de la vie en Amérique latine. Il n'est jamais expliqué clairement qui sont José Carioca et Panchito Pistoles, et il était donc difficile pour Don Rosa de se baser sur une non-histoire pour créer une histoire. Ainsi, il dut rester vague sur les "aventures passées" des Trois Caballeros, puisqu'en réalité, les deux compères n'étaient apparus que brièvement au cours de ce carnet de route. Cependant, Panchito et José faisaient de nombreuses références sur les aventures amoureuses de Donald avant qu'il ne rencontre Daisy, puisqu'une particularité assez drôle du film Les Trois Caballeros, était un désir sexuel très peu retenu et ne correspondant pas du tout aux codes imposés par Disney, exprimés par les personnages vis-à-vis de nombreuses jeunes filles du film ! Aussi, Don Rosa souhaitait reproduire le numéro musical des Trois Caballeros en bande dessinée, même si les paroles allaient être changées de pays en pays et que le son était absent des bandes dessinées (ce qui posait un certain problème pour un numéro musical).

Pour réaliser cette aventure, Don Rosa a décidé de se documenter tout d'abord sur les deux compères de Donald, qui n'étaient pas réapparus dans les bandes dessinées américaines depuis 1945. José Carioca était apparu dans de nombreuses bandes dessinées européennes, tout particulièrement aux Pays-Bas où elles eurent un succès important. Cependant, l'interprétation de José Carioca faite par les scénaristes de ces bandes dessinées, qui le dépeignaient tel un perroquet plutôt sympathique mais assez vagabond et paresseux, ne correspondait pas à celle de Don Rosa, qui le voyait plutôt comme une élégante vedette de music-hall. Il préféra suivre sa propre opinion sur le personnage de José dans Le Retour des Trois Caballeros.

De son côté, Panchito Pistoles était toujours représenté tel un vaquero mexicain errant, qu'on avait doté en bande dessinée d'un cheval nommé "señor Martinez". Cependant, ce cheval était toujours dessinée de façon cartoon, ce qui ne correspondait pas à la façon dont Barks dessinait les chevaux, et encore moins à celle de Rosa. Ce dernier changea ainsi totalement l'apparence du cheval. Don Rosa était aussi gêné par le fait que Panchito n'ait pas de nom de famille, contrairement à Donald Duck et José Carioca. Il retrouva dans sa collection d'objets vintages liés aux Trois Caballeros un pamphlet promotionnel du film, où était utilisé le nom de Pistoles. Ainsi, Rosa utilisa ce nom dans son histoire, et est depuis resté comme le nom de famille officiel de Panchito. Seulement, il ne retrouva jamais ce mystérieux pamphlet, et se rendit compte d'une erreur linguistique : en espagnol, le pluriel de pistol (pistolet) n'est pas pistoles mais pistolas !

Don Rosa avait enfin décidé de réaliser cette histoire car il venait de séjourner au Mexique, dans les Barrancas del Cobre, qui selon lui constituaient un excellent décor pour l'aventure. Elles sont véritablement plus profondes que le Grand Canyon, comme il est dit dans l'histoire, mais sont moins connues en raison de l'isolement géographique de la région où elles sont situées, ce qui empêche son développement touristique. De plus, les gorges ne sont pas désertiques, contrairement au Grand Canyon, et accueillent de nombreuses végétations, qui réduisent la beauté rude du paysage. Le chemin de fer de Chihuahua et du Pacifique utilisé dans l'histoire existe réellement, et les paysages vus dans la bandes dessinées depuis la ligne sont réels. La ligne était alors en en travaux, dans les années 1950, et ne fut achevée qu'en 1960, comme il est montré dans l'histoire.

El Divisadero et Cuiteco sont réellement des villes ferroviaires près des Barrancas del Cobre. Cependant, Don Rosa ne pouvait pas les représenter réellement comme elles étaient dans les années 1950, puisque même de nos jours il n'y a sûrement pas d'hôtel de luxe à El Divisadero. Au XVIIe siècle, il existait vraiment dans la région une mine d'argent du nom de Tapoya, dirigée par des Jésuites. Cependant, l'Histoire a mystérieusement perdu la trace de cette mine. Le décor de la ville mexicaine isolée détruite par un volcan provient d'un western de 1954, avec Gary Cooper, Le jardin du diable. La plus grande inspiration pour Don Rosa afin de réaliser l'histoire reste néanmoins Le Trésor de la Sierra Madre, de John Huston, réalisé en 1949. De nombreuses références sont faites à ce film dans l'histoire, notamment le fait que les Trois Caballeros trouvent puis perdent le trésor à la fin de l'histoire, ou que certaines citations du film sont présentes dans l'histoire (même si elles ont sûrement disparues au fil des traductions). Don Rosa a même emprunté un des acteurs au film : dans son histoire, le méchant s'appelle Alfonso Bedoya dit "Chapeau d'or". Dans le film d'Huston, Alfonso Bedoya était l'acteur qui jouait le personnage de "Chapeau d'or", qui tue Humphrey Bogart au cours du film.

Publications françaises

Cette histoire a été publiée cinq fois en France, dans:

Précédée par Le Retour des Trois Caballeros Suivie par
À l'attaque !

Hr-2eeqw
Histoire longue de Don Rosa

1re parution : septembre 2000
Le Petit Malin de la percée de la Culebra

The Sharpie of the Culebra Cut cover
Sauf mention contraire, le contenu de la communauté est disponible sous licence CC-BY-SA  .