FANDOM


Le Retour du Chevalier noir bandeau

Le Retour du Chevalier noir est une histoire en bande dessinée de vingt-cinq planches scénarisée et dessinée par Don Rosa. Elle fut publiée pour la première fois du 24 juin au 2 juillet 2004 dans les Kalle Anka & C:o nos 2004-27 et 2004-28, en Suède. Elle met en scène Balthazar Picsou, Donald Duck, Riri, Fifi et Loulou Duck, Géo Trouvetou, Émilie Frappe, Lucien Arpène (alias le Chevalier noir) et le professeur Harpon. L'action se déroule à Donaldville.

SynopsisModifier

Picsou présente à son neveu une exposition du musée de Donaldville qu'il a organisée : celle-ci est consacrée aux nombreux trésors découverts par le milliardaire au cours de ses aventures à travers le monde. Soudain, ils voient le gentleman français Lucien Arpène visitant l'exposition. Celui-ci est en réalité un célèbre voleur, qui commet ses méfaits sous le nom de Chevalier noir. Picsou avait déjà affronté le français, qui avait volé le Dissoutou™ pour recouvrir une armure avec le solvant, qui le rendait invincible. Arpène va donc récupérer l'armure, pour de nouveau essayer de détruire l'intégralité de la fortune de Picsou.

Résumé complet Modifier

Fantomiald 2
Attention. Le texte qui suit dévoile certains moments-clés de l’intrigue du récit.
Le Retour du Chevalier noir 1

Picsou montrant à Donald la pièce maîtresse de son exposition, la Pépite Œuf d'Oie.

Balthazar Picsou et Donald Duck vagabondaient dans les couloirs du musée de Donaldville, le milliardaire expliquant à son neveu qu'une fois de plus, il avait organisé une exposition sur les trophées qu'il avait acquis au cours de ses aventures. Donald se demandait pourquoi il ne laissait pas tous ses trésors en sécurité dans le coffre, mais il comprit vite que son oncle comptait empocher dix dollars par personne voulant voir l'exposition, ainsi que cinq dollars de supplément pour voir la pépite Œuf d'Oie. De plus, Picsou assurait que même les Rapetou ne seraient pas assez stupides pour voler ces trésors, car ils étaient impossibles à revendre, étant uniques au monde. Les canards entrèrent dans la salle où était exposée la fameuse pépite Œuf d'Oie : Donald y remarqua les peintures de l'artiste préféré de son oncle, le représentant au Yukon. Celui-ci lui dit qu'il les avait toutes sauf une, qui était introuvable depuis qu'elle avait été volée. En voyant la pépite trônant au milieu de la pièce, sur son piédestal, Donald voulut s'assurer que personne ne puisse la voler : il tenta de prendre la pépite, mais une alarme retentit et les portes de la pièce - en verre incassable et hermétique - se verrouillèrent. Le conservateur du musée, Harpon, arriva pour ouvrir les portes. Il apprit à Picsou qu'un homme désirait lui parler, il s'agissait d'un riche expert en antiquités venu de la Côte d'Azur, en France. Le milliardaire découvrit alors avec effarement que cet homme était Lucien Arpène.

Le Retour du Chevalier noir 2

Picsou épris d'une crise de tremblements en voyant Lucien Arpène.

Picsou commença à ressentir d'importants tremblements, il était totalement désorienté. Son neveu ordonna au conservateur d'appeler des gardiens pour arrêter Arpène, qui n'était autre que le plus célèbre voleur du monde, le Chevalier noir. Mais l'intéressé démentit cette appellation, et demanda si Picsou réagissait toujours de cette façon en voyant d'autres adversaires, tels les Rapetou. Le milliardaire était toujours tremblotant, et Donald lui répondit qu'il récupérait toujours sa fortune avec les Rapetou, alors que le Chevalier noir était mille fois pire. Picsou déclara qu'il voulait voler le contenu intégral de son coffre pour couronner sa carrière de cambrioleur, et le conservateur courut prévenir un gardien. Il pensa à sa fortune qui pourrait être détruite, et fut à nouveau épris d'une crise de tremblements. Donald ordonna à Arpène de leur dire ce qu'il voulait, et Picsou ne lui laissa pas le temps de répondre en lançant qu'il voulait voir l'armure du Chevalier noir. Il assura que l'armure était en lieu sûr, et qu'il ne la découvrirait jamais. Le conservateur arriva avec un gardien, qui raccompagna Arpène à la sortie du musée : le français eut le temps de rendre le porte-monnaie et les chaussettes à Harpon, ainsi que les balles du pistolet du gardien, qu'il avait discrètement subtilisés.

Le Retour du Chevalier noir 3

Picsou découvrant avec effarement les silhouettes du Chevalier noir sur un mur de son bureau.

Le soir, au dépôt de Picsou, Arpène, habillé tout en noir, alla discrètement dans la salle des trophées, en réussissant à passer au-dessus des nombreux postes de garde. Il vit qu'il n'y avait pas l'armure, et découvrit simplement une lettre de Picsou lui disant qu'il ne saurait jamais où il avait caché son costume. Arpène prit sa micro-scie et voulut laisser un « modeste souvenir » de sa visite. Le lendemain matin, Picsou arriva au coffre, et fut étonné de voir Miss Frappe et Donald écoutant attentivement la radio. Il découvrit par surprise plusieurs silhouettes du Chevalier noir découpées sur le mur de son bureau, et entendit à la radio Arpène, qui déclarait que le Chevalier noir avait repris possession de l'armure et de l'épée recouvertes de Dissoutou™, et voulait à nouveau tenter de voler l'intégralité de la fortune de Picsou. Ce dernier ne comprenait pas comment il s'était pris, mais conclut qu'il avait vraiment volé l'armure, et qu'il avait traversé les murs de son bureau pour le narguer. Donald et Picsou filèrent au laboratoire de Géo Trouvetou, qui assura aux canards que rien ne pouvait extraire l'armure de sa cachette. Le milliardaire voulait quand même s'assurer que l'armure y était toujours, Géo accompagna donc les canards jusqu'à sa cachette, armé du parasol recouvert de Dissoutou™, seul moyen d'extraire l'armure.

Le Retour du Chevalier noir 4

Lucien Arpène enfilant l'armure du Chevalier noir sous les yeux de Picsou et de Géo.

Peu après, ils arrivèrent à un entrepôt qui semblait abandonné, sans remarquer qu'ils étaient suivis par un mystérieux homme à scooter. À l'intérieur, il y avait un cube géant qui semblait être en béton, mais qui était en réalité en forbidium, le matière la plus dure que Géo n'ait jamais inventée. Pour vérifier si l'armure est encore dans le cube, Géo y perça un tunnel avec le parasol, puis un petit trou dans la cavité intérieure pour équilibrer la pression. Enfin, il ouvrit la cavité avec le parasol, et vit que l'armure était bien en place. Picsou voulut que Géo sorte l'armure, pour s'assurer que c'était la vraie, mais il ne put que confirmer qu'elle l'était. Soudain, Picsou entendit une voix, et crut que c'était Donald qui avait parlé : mais c'était Arpène, se tenant sur le cube... Il sauta dans l'armure, enfila le casque et saisit l'épée, puis traversa la rue pour se précipiter sur son scooter et gagner son repaire secret. Riri, Fifi et Loulou Duck, qui passaient par là, découvrirent la scène, puis rejoignirent leurs oncles qui allaient poursuivre le scooter d'Arpène avec la voiture 313. Géo, lui, alla déjeuner, anéanti par ce qu'il venait de se passer. Les canards rattrapèrent le scooter d'Arpène, mais ce dernier coupa la voiture en deux pour stopper leur progression. Donald se rappela que la fois d'avant, il avait appris que son assurance ne couvrait pas les dégâts causés par le solvant universel... Il laissa les deux morceaux de la voiture sur la chaussée, puis retourna avec son oncle et ses neveux dans le coffre, pour se préparer à l'attaque d'Arpène.

Le Retour du Chevalier noir 5

Picsou tentant à nouveau le stratagème du tapis face au Chevalier noir.

Mais Arpène ne comptait pas attaquer tout de suite. Il s'était enfermé dans son repaire secret, et modifiait son armure. Il y perça un trou par l'intérieur avec sa mirco-scie, où il plaça un large crochet. Puis, il appela L'Écho de Donaldville, et les informa que s'ils voulaient avoir le scoop du siècle, ils devaient se précipiter au coffre de Picsou. Pendant ce temps, au coffre, un des enfants vit le Chevalier noir avec des journalistes devant la colline Killmotor. Les canards se préparaient à l'attaque, Picsou installait le tapis - que Miss Frappe trouvait laid - qui avait perdu le malfaiteur lors de sa dernière attaque, et Riri, Fifi et Loulou prenaient des diamants pour le bombarder avec. Le Chevalier noir avançait vers le coffre, les gardes lui tiraient dessus mais les balles ne lui faisaient rien. Il traversa un mur à gauche de la porte d'entrée, puis prit l'escalier vers le bureau de Picsou. Les gardes cherchaient déjà de nouvelles offres d'emploi, persuadés que Picsou perdrait sa fortune dans les prochaines minutes. Miss Frappe prévint le milliardaire qu'Arpène arrivait, mais celui-ci se tenait prêt. Riri, Fifi et Loulou tirèrent sur le Chevalier avec leurs lances-pierres, mais il ne sentait pas les diamants grâce à son armure. Donald remarqua le crochet qu'avait ajouté Arpène à son armure, ce qui l'inquiéta. Picsou tira sur le tapis où Arpène se tenait, et celui-ci traversa le plancher du bureau, pour chuter à travers les étages. Le bandit s'y attendait et se retourna pour que son crochet dépasse. Il put ainsi s'accrocher à un étage, et sauter simplement à pied joints sur celui d'en-dessous. L'inquiétude de Donald était justifiée, et les canards découvrirent Arpène remontant les escaliers pour repasser à l'attaque. Picsou et ses neveux s'enfermèrent dans le coffre-fort.

Le Retour du Chevalier noir 6

Donald et deux de ses neveux se précipitant en dehors du coffre-fort, devant Picsou se sentant lâché par sa famille.

Le Chevalier noir baisa la main de Miss Frappe, flattée, puis traversa la porte blindée du coffre-fort. Donald se tenait devant la porte, près de l'échelle qui menait à l'argent, et menaçait Arpène de son arme, et le prévint qu'elle contenait des diamants coupants qui pourraient transpercer son armure. Le Chevalier noir coupa le sol autour de Donald, et l'échelle commença à se balancer à travers le coffre. Donald s'écrasa sur l'argent, et Riri, Fifi et Loulou lui présentèrent leur idée. Le Chevalier noir se rendait compte qu'il n'avait plus d'échelle pour descendre jusqu'à l'argent, et il était trop haut pour sauter. Il revint donc dans le bureau, traversa les étages un par un grâce à l'épée recouverte de Dissoutou™ puis, plus bas, il créa une ouverture dans un mur pour rejoindre directement l'argent. Donald et deux des neveux fuirent par cette ouverture, et Picsou se crut abandonné par sa propre famille. Le Chevalier noir commença à dissoudre l'argent autour de Picsou, tandis que le neveu qui était resté avec le milliardaire lui demanda de le retarder, car il restait une chance. Picsou lui dit qu'il lui faudrait beaucoup de temps pour anéantir tout l'argent, mais Arpène lui rétorqua que ses efforts seraient suivis d'une retraite sur la Côte d'Azur, après cet exploit final. Mais Picsou lui dit qu'il ne laisserait jamais un journaliste entrer dans son coffre, personne ne croirait donc qu'Arpène avait dérobé toute sa fortune, et cet exploit final serait inexistant pour tout le monde. Ce dernier était choqué par ce manque de fair-play.

Le Retour du Chevalier noir 7

Le Chevalier noir éjecté en dehors du coffre par le vélo soucoupe conduit par Donald.

Un des neveux arriva alors avec le parasol recouvert de Dissoutou™. Il perça une ouverture à travers une des parois du coffre, et un lasso s'accrocha au crochet de l'armure d'Arpène. Celui-ci fut alors emporté en dehors du coffre ; en effet, le lasso était accroché au vélo soucoupe que conduisait Donald. Arpène voulut couper la corde qui le liait à l'engin, mais il n'y arriva pas car Donald zigzagua avec le vélo soucoupe. Le Chevalier noir survola Donaldville, traversa un immeuble, puis fut transporté jusqu'à la côte. Donald vit une barque de pêcheur, et demanda à son propriétaire de la lui vendre immédiatement, de nager jusqu'au port et d'envoyer la facture à son oncle. L'homme refusa tout d'abord, mais en voulant donner un coup de rame au Chevalier noir près de lui, sa rame fut engloutie par le Dissoutou™ ! Le pêcheur prit peur, et fuit en laissant le bateau à Donald. Ce dernier lâcha Arpène dessus, et lui demanda d'ôter son armure. Il ne pouvait pagayer avec les bras, car il désintégrerait l'eau avec son armure... Le Chevalier coupa alors le vélo soucoupe en deux, et Donald fut projeté violemment en l'air. Puis, il plongea son épée dans l'eau, et il créait ainsi un tourbillon absorbant l'eau. Le bateau suivait machinalement le tourbillon, et il put ainsi rejoindre la côte.

Le Retour du Chevalier noir 8

Picsou montrant à Riri, Fifi et Loulou Donald ayant des ennuis avec le vélo soucoupe...

Là-bas, il comprit que Picsou avait raison : s'il détruisait tout l'argent de son coffre, et que personne ne le savait, cette victoire se transformerait en défaite. Il vit alors une affiche sur l'exposition des trésors de Picsou au musée de Donaldville, et eut une idée... Pendant ce temps, Picsou, Riri, Fifi et Loulou se précipitaient sur la côte, et virent le Chevalier noir fuir, ainsi que le guidon du vélo soucoupe gisant sur un ponton. Les enfants crurent que leur oncle avait été désintégré, mais Picsou vit qu'il était avec l'autre bout du vélo soucoupe, en train de survoler contre son gré l'océan. Un des neveux avait la télécommande du vélo soucoupe, et arrêta l'engin. Donald fut alors projeté jusqu'à un tonneau de frelaing vasiné, près d'un entrepôt du port. Riri, Fifi et Loulou sortirent leur oncle et commencèrent à le nettoyer du frelaing qui empestait, mais Picsou leur demandèrent de le nettoyer au coffre, car Arpène pouvait relancer une attaque à tout moment. Là-bas, le milliardaire vit Miss Frappe écouter la radio. Arpène y disait que le Chevalier noir ne voulait plus s'attaquer au coffre de Picsou, prétendant qu'il était plus intéressé par les objets de collection : il souhaitait désormais s'attaquer aux trophées du canard. Ce dernier ordonna donc à ses neveux de le rejoindre au musée dix minutes plus tard.

Le Retour du Chevalier noir 9

Donald poussant le Chevalier noir dans la pièce de la Pépite Œuf d'Oie avec la couronne aux pointes de diamant.

Le lendemain, à dix heures du matin, les journalistes étaient amassés devant l'entrée du musée, et furent satisfaits de voir le Chevalier noir arriver. Un barrage de police était installé, mais le bandit le traversa sans soucis, détruisant les voitures de police et absorbant le gaz lacrymogène. Il entra dans le musée, et fut impressionné par les collections : il vit même un authentique drakkar viking, chose qu'il n'avait pas dans sa propre collection. Il hésitait à détruire tout cela, mais il voulait donner l'impression qu'il l'ait dérobé. Il entra dans l'exposition consacrée aux trésors de Picsou, et vit le milliardaire agenouillé devant lui, et lui demandant de lui laisser au moins quelques miettes de sa collection. Il lui proposa d'épargner la pépite Œuf d'Oie, qui était la pièce avec le plus de valeur à ses yeux. Le chevalier déclara alors vouloir détruire la pépite en premier, pour narguer Picsou. Alors qu'il allait entrer dans la pièce où se trouvait pépite, il fut étonné de voir que tous les tableaux qui y étaient avaient été ôtés. Il hésita à rentrer, et Donald, pour le forcer, prit une couronne avec des diamants à ses pointes. Puis il fonça tête baissé sur Arpène, en portant la couronne. Il projeta ainsi le Chevalier noir dans la pièce, mais lui aussi y fut projeté par son élan. Le Chevalier noir avait heurté le piédestal piège, et les portes de la pièce se verrouillaient. Le malfaiteur vit qu'il avait roulé, car la pépite avait été remplacée par une boule de feuilles d'or. Il tenta de dissoudre les portes avec son épée, mais n'y arriva pas. Picsou lui fit remarquer qu'en tombant par terre, il n'avait pas traversé le plancher comme il aurait dû. En effet, il avait fait recouvrir les murs, le sol, le plafond et les portes de diamant. Arpène reconnut la subtilité du plan, mais menaça d'anéantir Donald avec son épée...

Le Retour du Chevalier noir 10

Les canards envoyant le vélo soucoupe avec l'armure dans l'espace, au grand dam d'Arpène.

Riri, Fifi et Loulou ordonnèrent à leur oncle d'ouvrir la porte, prétendant que Donald valait plus que tous ses trophées. Mais Picsou hésitait toujours, mais finit par se décider à sortir les clés du conservateur. Alors qu'il cherchait la clé pour ouvrir les portes, Donald, enfermé dans la pièce, réfléchit et hurla soudain à sa famille de ne pas ouvrir la porte. Arpène pensait qu'il délirait, et tenta d'engloutir Donald avec son épée. Le canard évita tous les coups, mais il finit par s'effondrer par terre, suffoquant. Puis ce fut au tour du Chevalier noir de s'évanouir. Picsou se demandait ce qu'il se passait, mais les enfants avaient compris. Le Dissoutou™ avait absorbé l'air de la pièce, et ils s'étaient donc évanouis par manque d'oxygène. Ils ouvrirent rapidement les portes, puis sortirent Arpène de l'armure. Donald reprenait ses esprits, et ses neveux le félicitèrent pour son idée géniale. Mais Picsou ne la trouvait pas si géniale, précisant à son neveu qu'Arpène aurait pu lui tomber dessus en s'évanouissant... Donald, entendant ça, tomba à nouveau dans les pommes. Arpène se réveilla et poursuivit Picsou et les enfants, qui traînaient l'armure à travers le musée. Ils montèrent sur le toit, puis enroulèrent une corde à la poussière de diamant autour de l'armure, du casque et de l'épée. Celle-ci était accrochée à un vélo soucoupe. Ainsi, ils allumèrent le vélo soucoupe, qui s'envola vers le ciel avec l'armure, devant Arpène décontenancé. Celui-ci s'énerva, et Picsou lui expliqua qu'il avait envoyé l'armure en orbite, et qu'il n'arriverait sûrement pas à la récupérer. Finalement, Arpène se calma et félicita Picsou : il l'embrassa, le considérant comme l'ennemi le plus admirable qu'il ait jamais affronté. Le canard apporta ses vieilles chaînes à éléphant, et ordonna à Arpène de se mettre entièrement nu pour qu'il ne puisse pas les crocheter. Ainsi fait, Picsou demanda à ses neveux de prévenir la police que le Chevalier noir était menotté. Soudain, il réalisa que les menottes ne tenaient plus rien : Arpène avait réussi à les crocheter avec... un poil de moustache !

Peu après, dans le musée, le conservateur et les canards réalisèrent qu'Arpène avait tout de même réussi à voler le drakkar viking pour lequel il avait montré de l'intérêt quelques instants auparavant. Le lendemain, Donald et Picsou étaient dans la salle des trophées, où les trésors étaient à nouveau exposés. Picsou affirma qu'ils ne seraient pas sortis de là de sitôt, et qu'il avait bien compris la leçon. Donald remarqua que le Chevalier noir s'était introduit dans la pièce, et avait laissé un paquet avec sa carte de visite. Picsou ouvrit le paquet, et Donald lui lut la carte : comme Arpène n'avait pas pu dérober ses trophées, il s'était permis d'en rajouter un. Picsou découvrit un tableau de sa collection personnelle, le seul tableau de son artiste préféré qu'il n'avait pas. Le milliardaire pensa alors à quel point Lucien Arpène était un adversaire unique, quand Donald découvrit un mot inscrit au dos du tableau : « Je reviendrai ! ». Au même moment, dans une somptueuse villa de la Côte d'Azur, Arpène observait avec son télescope l'armure du Chevalier noir s'envoler vers l'espace...

Le Retour du Chevalier noir 11

Donald montrant à son oncle le message que lui a laissé Arpène, tandis que ce dernier observe avec son télescope son armure s'envolant vers l'espace.

En coulisses Modifier

Sofrenchy

Lucien Arpène dans Picsou contre le Chevalier noir.

Don Rosa ne pensait pas à l'origine devoir créer un nouvel ennemi à Balthazar Picsou. Carl Barks en avait déjà créé un assortiment qui suffisait amplement, selon Rosa : les Rapetou veulent voler l'intégralité de la fortune de Picsou ; Miss Tick simplement son sou fétiche, qui pourrait faire d'elle la femme la plus riche du monde ; et enfin Archibald Gripsou, qui ne veut rien voler à Picsou mais souhaitant simplement qu'il perde toute sa fortune pour devenir lui l'homme le plus riche du monde. Don Rosa s'était inspiré des bandes dessinées qu'il dessinait pour des fanzines dans les années 1970 pour réaliser une histoire où il donnait à un méchant une armure recouvert du solvant universel qu'il avait créé dans Le Dissoutou. Cependant, il pensa qu'il était nécessaire de donner cette armure à nouveau méchant, et créa donc Lucien Arpène, un gentleman cambrioleur français, inspiré des héros de romans (puis de cinéma) Arsène Lupin et de Fantômas. Celui-ci apparaît pour la première fois dans Picsou contre le Chevalier noir, où il souhaite détruire l'intégralité de la fortune de Picsou avec le Dissoutou™, pour ainsi faire croire qu'il l'a volée. En réalité, étant déjà multi-millionnaire, il n'a pas besoin d'autant d'argent, et veut simplement couronner sa carrière de gentleman cambrioleur.

Conservateur Le Fils du soleil

Le conservateur du musée de Donaldville, le professeur Harpon, avec des trésors de Picsou dans Le Fils du Soleil.

De nombreux lecteurs apprécièrent le personnage de Lucien Arpène, et demandèrent en masse à Rosa de réaliser une nouvelle histoire le mettant en scène. Cependant, Rosa n'avait pas d'idée de scénario qui utiliserait ce personnage sans trop ressembler à la première histoire : mais après de nombreuses demandes, il décida tout de même de réaliser cette nouvelle histoire. Le Retour du Chevalier noir commence comme Le Fils du Soleil, la première histoire réalisée par Rosa : Picsou fait visiter à Donald une exposition du musée de Donaldville consacrée à ses trésors. Il réutilisa à nouveau le professeur Harpon, apparu dans Le casque d'or, histoire de Barks parue en juillet 1952 dans Four Color Comics n°402, et donna également un rôle au drakkar viking qui était l'élément central de cette histoire. On repère de nombreux trésors issus des classiques de Barks dans l'exposition, comme la pépite Œuf d'Oie, le trophée des Terri-Fermiens, le rubis rayé, la pièce de 25 cents de 1916, la toison d'or, la couronne des Mayas, la boule de Bombastium, et la pierre philosophale (que Picsou avait récupérée dans Une lettre de la maison). On remarque également dans la première case, parmi des objets vikings, le bouclier de Prince Vaillant.

À l'origine, Don Rosa avait prévu que les peintures exposées par Picsou seraient des images de véritables huiles de Carl Barks. Le milliardaire devait dire qu'il s'agissait des tableaux de son peintre préféré, qui le représentaient à l'époque du Yukon. Le lecteur averti reconnaîtrait immédiatement la référence. Rosa pensait qu'il serait facile de placer les tableaux dans les cadres vides qu'il avait dessinés avec les techniques numériques de scannage et de mise en couleur, utilisées dans les bandes dessinées. Mais les responsables éditoriaux d'Egmont l'ont convaincu qu'il serait impossible de reproduire ces grands tableaux dans un si petit format, et il dut donc renoncer à son idée. Il envoya de nouveaux dessins inspirés des œuvres de l'artiste néerlandais M.C. Escher, et enfin un "chef-d'œuvre" ressemblant au célèbre tableau La Persistance de la mémoire, de Dali. Tous les tableaux réalisés étaient sur le thème de l'argent, thème cher à Picsou. Néanmoins, par la suite, l'éditeur américain Gladstone plaça bien les tableaux de Barks que Rosa voulait à l'origine dans les cadres, lorsqu'ils publièrent cette histoire.

Publications françaisesModifier

Cette histoire a été publiée cinq fois en France, dans:

Précédée par Le Retour du Chevalier noir Suivie par
Une lettre de la maison

Uncle Scrooge n°342
Histoire longue de Don Rosa

1re parution : Du 24 juin au 2 juillet 2004
Les 7 Fantastiques Caballeros (moins 4)

Walt Disney's Comics and Stories n°663
Sauf mention contraire, le contenu de la communauté est disponible sous licence CC-BY-SA  .