FANDOM



Le coffre océanique est une histoire en bande dessinée de 36 pages scénarisée et dessinée par Marco Rota. Elle fut publiée pour la première fois le 1er novembre 1974 en Italie. Elle met en scène Baptiste, Donald Duck, Filament, Géo Trouvetou, les frères Rapetou (dans le cauchemar de Picsou), Miss Frappe, Miss Tick, Balthazar Picsou et Riri, Fifi et Loulou Duck. L'action se déroule à Donaldville.

Résumé complet Modifier

Fantomiald 2
Attention. Le texte qui suit dévoile certains moments-clés de l’intrigue du récit.

Effrayé par les cauchemars de bandits dévalisant sa fortune établie dans plusieurs dépôts au point d'avoir besoin de la machine des réveils en douceur de Géo Trouvetou, Picsou essaie de trouver une solution pour mettre fin à ces cauchemars diminuant son enthousiasme autour de l'argent, y compris pour ramasser une pièce de vingt-cinq cents. Même une visite chez son neveu Donald ne calme pas ses craintes mais n'empêche pas son appétit. Le canard voit ses neveux ranger leurs jouets dans la même boîte et préconise alors à son oncle d'en faire de même avec sa fortune, un dépôt océanique comme il l'appelle.

Quelque temps plus tard, le dépôt océanique est construit et Donald et ses neveux sont invités à s'y rendre. Guidés par Baptiste, ils découvrent alors un océan de pièces avec les billets en guise de récifs, un Soleil artificiel et même un voilier, le Dollar, pour naviguer. La famille fait alors une croisière sur cette mer d'argent et constate même la présence de vagues, ce qui étonne Picsou mais qui pense alors à une surprise de Géo Trouvetou, l'incitant à prendre un bain tandis que Donald voit un billet voler tel une mouette. Toutefois, voyant que les vagues sont assez violentes, Picsou retourne au voilier et repartent alors au port. Les canards ont pu le regagner mais Picsou toutefois n'est toujours pas rassuré.

Cette nuit là, Picsou est réveillé par des bruits forts et a une vision d'apocalypse, l'incitant à appeler ses neveux au secours. Les quatre autres canards constatent alors qu'une tempête est mise en place dans l'océan de pièces. Tous se rendent alors chez Géo Trouvetou pour trouver la solution. Malheureusement, le diagnostic de l'inventeur ne révèle rien d'anormal d'autant plus qu'il doit partir à un congrès sur l'incursion des mésons dans les champs magnétocosmiques pour une semaine. Mais plus la semaine passe et moins Picsou retrouve le sourire devant cette tempête.

Picsou reçoit alors la visite d'Ihalahian I, fille du roi du golfe vésuvique Véshuvian II, qui veut visiter le dépôt pour son père, payant 1,5 milliard de dollars sa visite. Le milliardaire expose alors son souci de tempête et la demoiselle rappelle une histoire similaire où la victime, Abdulah de Khivalad, finit sur la paille. Elle expose alors sa véritable identité : il s'agit de Miss Tick qui exige le sou fétiche de Balthazar Picsou en échange de la fin de la tempête qu'elle a elle-même causée par la pièce de vingt-cinq cents ramassée par le milliardaire auparavant, une pièce qu'elle a laissé tomber en la dotant d'un sortilège créant cette tempête. Bien évidemment Picsou refuse et jure retrouver la fameuse pièce maudite.

Il appelle alors ses neveux à la rescousse pour retrouver la pièce de vingt-cinq cents, même si Donald refusera au début, mais la tâche sera ardue. Les canards embarquent alors à bord du Dollar tandis que Miss Tick se régale du spectacle. Géo Trouvetou revient alors de son congrès pour constater l'existence de cette tempête et embarque alors avec Filament à bord d'un engin volant pour retrouver cette pièce, ce qu'il parvient de faire au cœur d'un siphon où sont empêtrés les canards avec la destruction du Dollar. Donald est alors plongé par son oncle pour le récupérer, ce qu'il parvient et mettant fin à cette tempête. Furieuse, Miss Tick se téléporte chez elle, jurant qu'elle reviendra.

Tout est bien qui finit bien alors? Non car l'administrateur délégué de Picsou vient de lui annoncer qu'il subit un krach boursier à cause d'un manque d'argent liquide. Donald est alors jugé responsable en tant qu'origine de l'idée, ce qui fait inciter le canard à se cacher au fond de l'océan de pièces pour échapper à la colère de son oncle.

En coulisses Modifier

Publications françaises Modifier

Cette histoire a connu trois apparitions françaises : l'une dans le Picsou Magazine n°37 de mars 1975, la seconde dans le Picsou Magazine n°358 de novembre 2001 et la troisième dans le Picsou Magazine n°509 du 25 février 2015.

Idée reprise Modifier

L'idée du coffre océanique sera plus ou moins reprise dans l'histoire de Giorgio Pezzin au scénario et de Guido Scala au crayonné, Picsou et la marée d'or, publiée pour la première fois le 16 janvier 1996. La différence notable est que le dépôt océanique de Picsou et la marée d'or ne contient que des pièces.

Sauf mention contraire, le contenu de la communauté est disponible sous licence CC-BY-SA .