FANDOM


Le fan de trop est une histoire en bande dessinée de trente-et-une planches scénarisée par Sune Troelstrup et dessinée par Andrea Freccero. Elle a été publiée pour la première fois le 28 mars 2017 en Allemagne. Elle met en scène Fantomiald, Donald Duck, Riri, Fifi et Loulou Duck et le Maire de Donaldville. L'action se déroule à Donaldville.

SynopsisModifier

Indésirable aux yeux du nouveau chef de la police, Fantomiald enquête malgré tout et doit faire face à Maxi-Masque, un admirateur prêt à tout pour devenir son partenaire.

Résumé completModifier

Fantomiald 2
Attention. Le texte qui suit dévoile certains moments-clés de l’intrigue du récit.

Un nouveau chef de la police a été nommé à Donaldville. À l'occasion de sa conférence de presse de présentation, il a tenu à ce que Fantomiald soit présent. Seulement, si le superhéros s'attendait à être félicité, ce sont au contraire des remontrances qu'il reçoit, plus particulièrement celui de corrompre la jeunesse, évoquant plus particulièrement le cas de son fils Charlie. Par conséquent le chef interdit à Fantomiald d'intervenir mais le superhéros s'y oppose.

Fantomiald survole alors la ville et découvre un trou dans la banque de Donaldville. Le superhéros pénètre à l'intérieur du bâtiment et fait connaissance avec Maxi-Masque, un individu déguisé comme lui et qui souhaite devenir son partenaire, d'autant plus que lui aussi déteste le nouveau chef de la police, le trou étant juste fait pour attirer son attention. Évidemment Fantomiald s'y oppose et ramène l’intervenant sur terre. Le canard masqué décolle mais il est arrêté par la police car le nouveau chef interdit les voitures volantes.

Le lendemain, Donald trébuche sur un skateboard que ses neveux ont laissé traîner. En effet, les enfants rêvent désormais de ressembler à Skatey, le plus grand champion de skate selon eux. Après avoir envoyé ses neveux dehors, Donald se rend dans son refuge secret afin de consulter les sites de fans de Fantomiald, l'un d'eux répertorie même ses plus grands exploits. Soudain, l'alarme antivol de la mairie se déclenche.

En effet, un individu malfaisant nommé sobrement le Mal, se trouve à la mairie afin d'enlever le chien de l'édile. Fantomiald se souvient alors qu'un individu avait enlevé le chat du juge Olsen pour l'amener également à la mairie. Le superhéros reproduit alors la stratégie d'autrefois, à savoir pénétrer le conduit d'aération. Mais il tombe dans un filet tandis que le Mal finit par s'enfuir avec l'animal enlevé. Heureusement, pendant que Fantomiald se libère de son filet, Maxi-Masque sauve le chien du maire et annonce son exploit au balcon de la mairie. De retour chez lui, Donald trébuche sur un skate de ses neveux et menace de confisquer la planche tandis que Maxi-Masque passe à la télé pour dire que Fantomiald perd la niaque.

Cette nuit-là Fantomiald explore la ville et découvre que quelqu'un s'introduit dans la biscuiterie. Mais le Mal asperge le superhéros de crème fouettée et en profite pour se présenter son son vrai nom, Destroyos, et entarte le canard masqué avant de s'enfuir. Fantomiald pensait le prendre le chasse mais il est à nouveau arrêté par la police et cette fois verbalisé pour avoir fait voler sa 313-X. Soudain la police reçoit un appel indiquant que quelqu'un veut recouvrir la statue de Cornélius Écoutum de gâteaux à la crème et Fantomiald se rend sur place grâce à son moteur-fusée. Une fois sur place, le canard masqué apprend que Destroyos a placé une bombe dans son fourgon pour recouvrir la statue de gâteaux, cela lui rappelle l'affaire de la glace pilée où il avait jeté la bombe dans le lac. Mais Maxi-Masque intervient immédiatement pour jeter la bombe dans un bassin et être porté en triomphe.

Le lendemain, Donald trébuche encore sur un skateboard et décide cette fois de passer à l'acte en confisquant la planche de ses neveux dans sa 313. Dans sa planque, Fantomiald visionne les images enregistrées par la caméra de sa ceinture et a une sensation de déjà vu. Dans les archives, il trouve une boîte de jouets commercialisée il y a quelques années avec une figurine à son effigie et une autre, parlante, à celle de Destroyos qui a tout repris jusqu'au rire maléfique. Le canard masqué comprend qu'il a affaire à quelqu'un obsédé par lui et qui reproduit ses exploits vus sur le site de ses fans. Il comprend alors le prochain objectif : déjouer une tentative d'évasion comme il l'a fait le mois précédent.

Fantomiald arrive sur place mais il tombe dans une cuve de béton à prise rapide. Piégé, il révèle alors à Destroyos savoir qu'il est en réalité Maxi-Masque, celui-ci étant motivé par sa haine envers le nouveau chef de la police au point de lui demander d'assister à son triomphe. Maxi-Masque coupe alors l'alimentation électrique de la prison et il compte refermer les portes avec un rouleau-compresseur. Malheureusement, la prison avait remplacé le portail par une porte coulissante et, au moment où les prisonniers sortent, Maxi-Masque délaisse son déguisement de Destroyos et prend la fuite.

Libéré grâce à un marteau piqueur de son bras multi-fonctions, Fantomiald se saisit du skateboard de ses neveux pour activer une bétonneuse, les prisonniers sont alors piégés par le béton à prise rapide répandu. De son côté, Maxi-Masque écrase sans le vouloir la voiture du chef de la police. Il finit par avouer ce qui l'a motivé et qui il est, à savoir Charlie, le fils du chef de la police : étant donné que son père a jeté ses figurines de Fantomiald et qu'il est trop vieux pour jouer avec, il a essayé de devenir un superhéros. Fantomiald suggère alors au chef de la police de n'infliger que des travaux d'intérêt général au jeune Charlie. Puis, une fois redevenu Donald, il rend le skateboard à ses neveux mais ces derniers ont changé d'idole : fini Skatey, place à Yoyo Nel, le roi du yoyo.

Un mois plus tard, Charlie aide la bibliothèque à monter une exposition sur Fantomiald afin de célébrer son héros préféré, gagnant ainsi la fierté de son père. En remerciement, Donald offre à Charlie les figurines de Fantomiald et Destroyos.

En coulissesModifier

Publication françaiseModifier

Cette histoire a été publiée en France dans Mickey Parade Géant n°363 du 7 mars 2018.

Sauf mention contraire, le contenu de la communauté est disponible sous licence CC-BY-SA .