FANDOM


Le gorille a bonne mine ! est une histoire en bande dessinée de douze planches scénarisée par Gorm Transgaard, crayonnée par Francisco Rodriguez Peinado et encrée par Enriqueta Perea, publiée pour la première fois le 1er février 2006 en Pologne. Elle met en scène Donald Duck, Riri, Fifi et Loulou Duck, Britney Spoons et plusieurs personnages secondaires.

Résumé completModifier

Fantomiald 2
Attention. Le texte qui suit dévoile certains moments-clés de l’intrigue du récit.

Une averse soudaine plombe la journée de Donald. Si soudaine et démesurée que même les parapluies sont mis à mal, et que Donald va se couvrir sur le perron d'un immeuble. Cependant, une personne l'accueille, le prenant pour Bruce O'Labrutt, la ceinture noire d'aïkido. Donald tente de s'en défendre, mais avant d'avoir eu le temps de parler, est présenté au patron de l'entreprise Protector, spécialisée dans les gardes du corps, attendant sa venue afin de protéger Britney Spoons. Quand Donald parle de malentendu, il se voit recevoir un gros sac d'argent, l'encourageant à se taire et à rentrer chez lui...

Ses neveux n'en reviennent pas: leur oncle, pas très débrouillard, a réussi à obtenir un tel travail ! De plus, ils sont fans de Britney, et espèrent bien avoir quelques autographes. Mais Donald se prend au sérieux et refuse d'importuner sa cliente avec des caprices d'enfants, et se rend immédiatement au travail. Les neveux comptent bien alors lui jouer un de leurs sempiternels tours afin de se retrouver face à Britney...

Donald arrive sur le parvis de l'hôtel Sélectsnob, très prisé des milliardaires et autres célébrités. Le manager de Britney, Bernie Go, est en train de téléphoner et se plaint de l'absence du garde du corps, ce qui permet à Donald de savoir à qui s'annoncer. D'abord étonné, Bernie n'y fait pas cas, et annonce sa venue auprès de Britney, très contrariée : elle ne voulait aucune visite aujourd'hui ! Bernie explique alors qu'il s'agit de son garde du corps, et cette dernière critique ouvertement le physique peu musculeux de Donald... Avant d'exiger un cerise-pop. Donald est étonnée d'avoir affaire à une telle enfant gâtée, mais Bernie lui rappelle qu'elle paie bien...

Britney est plutôt circonspecte, espérant que les deux prochains jours seront plus drôle grâce à Donald... et se plaint de Bernie. Donald tente donc la blague les deux cow-boys en pyjamas dans le désert, mais Britney trouve le début déjà trop ennuyeux pour le laisser parler plus longtemps. Elle lui propose alors une partie de scrabble... que Donald remporte en une demi-heure avec cent points d'avance ! S'ensuit alors un caprice dans lequel Britney critique le canard et le met à la porte. Puis elle préfère laisser tomber et exige de Donald qu'il lave Jean-Paul-Pierre, son caniche. Donald rappelle qu'il est garde du corps et pas toiletteur, mais ravale vite son ressenti lorsque Britney commence à composer un numéro pour le mettre à la porte. Donald se voit donc obligé de frotter le toutou remuant plein de savon...

Bernie revient avec une gigantesque malle à vêtements pour Britney, qui en exige une rose. Il promet alors de l'échanger, mais doit parler à Bruce... et prévient Donald de la présence de deux individus louches dans les parages, qui parlaient du montant de la rançon qu'ils exigeront pour Britney ! Donald pense à appeler la police, mais Bernie refuse: cela pourrait énerver Britney, juste avant le concert ! Donald rince donc Jean-Paul-Pierre et tente de chercher les deux lascars à l'extérieur de l'hôtel...

Il tombe rapidement sur un individu vêtu d'un impair remonté, d'un chapeau et de lunettes de soleil, regardant nerveusement autour de lui. Certain de tenir son homme, il décide de l'effrayer en le sommant de partir. Mais celui-ci supplie de ne pas parler, et se fait aborder par une certaine Maud. Celle-ci s'énerve contre Donald, car elle pense qu'il s'agit de l'espion engagé par son frère (à elle) ! En effet, Maud et Harold (l'individu louche) s'aiment tendrement, mais le frère de Maud est également le patron de Harold, et renverrai son employé s'il connaissait leur histoire ! Donald leur souhaite bonne chance et retourne auprès de Britney...

Cependant, la porte est ouverte, et un billet exige un million de dollars dans le conteneur à l'entrée du Bois aux Mûres ! Bernie arrive et prend les choses en main : il appelle Protector pendant que Donald va demander des informations à la réception. L'appel ayant eu lieu, deux mauvaises nouvelles tombent : non seulement Britney a été kidnappée, mais Bruce O'Labrutt a été victime d'un accident et se trouve désormais à l'hôpital. Les deux agents en sont donc désormais persuadés : Donald a organisé l'accident pour prendre la place d'O'Labrutt et kidnapper Britney...

Le staff de Britney est en pleine réunion de crise : son comptable a de quoi payer, mais préférerait appeler la police. Bernie s'y oppose : on se sait pas de quoi ces gars sont capables ! L'équipe accepte alors, bien que Protector devant garantir sa sécurité, c'est à eux de payer. Le comptable se veut rassurant : ils gagneront deux millions de dollars en les poursuivant en justice. Le manager tombe alors sur les neveux de Donald, lui demandant un autographe. Celui-ci répond qu'il y a de graves problèmes à régler, et que ce n'est pas le moment. Les trois garçons proposent alors leur aide, et Bernie leur rétorque que la seule aide qu'ils peuvent apporter reste de prendre l'ascenseur pour sortir d'ici...

Ils tombent alors sur leur oncle qui leur explique la situation, au moment où les deux membres de Protector arrivent pour l'attraper et l'interroger dans leurs bureaux. Les neveux croisent alors Bernie et lui demande son aide contre l'arrestation de Donald, mais celui-ci leur répond toujours qu'il n'a pas de temps à perdre. Soupçonneux, les neveux attachent alors trois planches à roulettes au pare-chocs arrière afin de le suivre sans effort...

Bernie, en effet, ne s'est pas arrêtée avant une cabane perdue en forêt, dans laquelle se trouve Britney, ligotée et bâillonnée ! Il lui promet alors à haute voix de l'abandonner ici sans lui donner plus d'informations dès qu'il aura l'argent, et en profite pour la narguer. Les neveux en ont suffisamment entendu pour appeler Protector, et exigent que Donald soit relâché contre le lieu où est enfermée Britney. En mauvaise posture, ceux-ci acceptent...

Les deux gardes du corps arrêtent alors Bernie, et Donald fait l'éloge de ses neveux auprès de la chanteuse. Cependant, celle-ci les critique ouvertement: entre leur air et leur oncle, ils ne peuvent pas être bien malins, et ne connaissent sans doute aucune célébrité ni les règles du scrabble...

En coulissesModifier

Cette histoire est parue deux fois en France, tout d'abord dans Le Journal de Mickey n°2817 du 14 juin 2006, sous le titre Le gorille connaît la musique, puis dans le Super Picsou Géant n°174 de février 2013, sous le titre Le gorille a bonne mine !

Sauf mention contraire, le contenu de la communauté est disponible sous licence CC-BY-SA  .