FANDOM


Le mystère du dormeur est le deuxième épisode de la troisième série de la saga du Cycle des magiciens. Il met en scène les Wizards of Mickey, Fafnir, Pluto, Pat Hibulaire, les Rapetou, Mirmidon, la guilde des diaphanes, deux Talporcs et une orque-fouine. L'action se passe dans le château du Sorcier Suprême, dans l'antre de Mirmidon et dans la cité de Kalimar.

Résumé completModifier

Fantomiald 2
Attention. Le texte qui suit dévoile certains moments-clés de l’intrigue du récit.

Les Black Phantom et les Wizards of Mickey tombent dans un fossé, à cause d'un Rapetou attiré par un pendentif en or... Il semble désormais impossible de remonter. Mais Mickey a une idée : il chauffe le pendentif volé par le Rapetou grâce à l'aide de Fafnir, et en fait une corde. Mais comment sont-ils arrivés là ?

Lorsque l'alarme du château du Sorcier Suprême s'est déclenchée, Mickey et Minnie ont découvert un Rapetou, surpris par Pluto, dans la bibliothèque des parchemins interdits. Il tentait de s'emparer d'un parchemin sur Mirmidon, surnommée par les Talporcs la « grande mère des diamagiques », car son chant rassemblerait tous les diamgiques, selon la légende. En ces temps de crise, cela semble une bonne solution pour reforger la grande couronne pour Mickey. Les Wizards of Mickey partent pour la cité de Kalimar, cité des voleurs, à la recherche de Mirmidon.

Devant la forteresse indiquée par le parchemin, deux Talporcs gardent l'entrée. Mickey lance un sortilège de sommeil, et les Talporcs « s'endorment », même s'ils font semblant, car ils ont été payés par les Black Phantom. Ils entrent dans l'antre de la mère des diamagiques, et découvrent un coffre avec des cubes, sensé ouvrir la porte qui se dresse devant les Wizards of Mickey. Ils ne tardent pas à trouver la clé de la porte, et trouvent une deuxième porte, qui n'est pas indiqué me par le parchemin. C'est alors que les Black Phantom arrivent : un des frères Rapetou est attiré par un pendentif en or, déclenchant un piège (d'où le début de l'histoire).

Après avoir remonté, Pat Hibulaire s'empare de Fafnir, et défend Donald de s'en approcher, le menaçant avec une arme que Mickey connaît bien : le chevalier mystérieux, menant les paysans, avait défié la souris avec cette même arme. Pat révèle alors ses intentions : il a attiré Mickey pour l'amener à prendre la décision de regrouper les diamagiques, et de libérer Mirmidon. Pat connaissait déjà comment ouvrir la porte enfermant Mirmidon dans son antre, mais il n'avait pas de feu de dragon sur lui, qui était la chose nécessaire au déclenchement de l'ouverture de l'antre. Mais, avec Fafnir, il peut désormais l'ouvrir ! Fafnir crache des flammes, et la porte s'ouvre.

En entrant dans l'antre, Mickey est très inquiet, car, comme l'a remarqué Dingo, il n'y a pas de poignée à l'intérieur de l'antre. « Une porte qui ne s'ouvre que de l'extérieur est une prison », selon Mickey : Mirmidon en personne confirme cette phrase, et révèle qu'elle était enfermée... Son « chant » rappelle immédiatement les diamagiques environnants, en les sortant de leurs bourdons magiques. Cela ménerait à une disparition de la magie : voilà pourquoi Mirmidon était enfermée... Il faut refermer la porte de cette prison, avant que Mirmidon ne sorte : les Black Phantom et les Wizards of Mickey coopèrent avec leurs diamagiques pour la fermer, et referment la porte.

Mickey a donc échoué à sa tâche de rassembler les diamagiques, et la guerre entre les paysans et les mages semble inévitable. Mais Mickey a une idée : construire un gigantesque stade où toutes les joutes auront lieu. Ce stratagème fonctionna, et empêcha la guerre. Mais il y a plus grave...

Ailleurs, une orque-fouine va voir ses maîtres, six personnes encapuchonnées, qui se font appeler la guilde des diaphanes. Il informe ces magiciens du réveil de Mirmidon...

En coulissesModifier

Publication françaiseModifier

Cette histoire a été publiée deux fois en France : dans le Mickey Parade Géant n°309, en octobre 2009, et dans le tome 3 de l'intégrale du Cycle des Magiciens, hors-série de Mickey Parade Géant.

Sauf mention contraire, le contenu de la communauté est disponible sous licence CC-BY-SA  .